Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 mars 2012 6 10 /03 /mars /2012 15:32

Victor Escousse et Auguste Lebras étaient épris de théâtre. Escousse publia sa première pièce en 1831. Il était âgé de 19 ans. La seconde fut un échec. Il écrivit alors, avec son ami Auguste Lebras, âgé de 18 ans, une pièce qui connut un échec retentissant. Ces catastrophes poussèrent les deux jeunes gens à se suicider. Ils s’asphyxièrent volontairement au domicile de Victor.

 

Escousse laissa la note suivante : « Escousse s'est tué parce qu'il ne se sentait pas à sa place ici-bas ; parce que la force lui manquait, à chaque pas qu'il faisait en avant ou en arrière ; parce que l'amour de la gloire ne dominait pas assez son âme, si âme il y a ! Je désire que l'épigraphe de mon livre soit :

Adieu, trop inféconde terre,

Fléaux humains, soleil glacé !

Comme un fantôme solitaire,

Inaperçu j'aurai passé.

Adieu, les palmes immortelles,

Vrai songe d'une âme de feu !

L'air manquait : j'ai fermé mes ailes.

Adieu ! »

 

Lebras écrivit à ses parents : « Je meurs et pourtant ne me plaignez pas car mon sort doit exciter plus d’envie que de pitié. »

 

Musset fit référence à la mort d’Escousse dans son poème Rolla, publié en 1837 :

 

Quand on est pauvre et fier, quand on est riche et triste,

On n'est plus assez fou pour se faire trappiste ;

Mais on fait comme Escousse, on allume un réchaud.

 

(Pudor/Impatientia doloris)

 

http://ecx.images-amazon.com/images/I/31JhjNBrxkL._SL500_AA300_.jpg

 

 

 

Sergueï Essenine naquit le 21 septembre 1895 et se pendit le 28 décembre 1925. Il  était le troisième enfant d'un couple dont les deux filles aînées étaient mortes en bas âge. Alexandre Essenine, son père, travaillait comme garçon boucher à Moscou. Ses premiers vers connus remontent à 1909, quand il avait 14 ans. Il se maria à trois reprises, dont une fois avec la danseuse Isadora Duncan, de 18 ans son aînée. Pour le pouvoir soviétique, cela fait de lui un poète décadent et contre-révolutionnaire.

 

Duncan et Essenine voyagent tous les deux en Europe et c’est durant cette période qu’Essenine connaît une grave dépression nerveuse. Sa santé physique et mentale décline et il évoque le suicide. Lors de son séjour à Paris, il est sujet à une grave crise due à l’alcool. Il est admis dans un hôpital psychiatrique. En 1923, il retourne à Moscou et quitte Isadora. Il ressent de plus en plus une incapacité à écrire comme un vrai poète : « Je n’écris plus de poésie, je ne fais que des vers ».

 

Avant de se pendre, il écrivit un poème avec son propre sang :

 

Au revoir, mon ami, au revoir,

Mon tendre ami que je garde en mon cœur.

Cette séparation prédestinée

Est promesse d’un revoir prochain.

Au revoir, mon ami, sans geste, sans mot,

Ne sois ni triste, ni en chagrin.

Mourir en cette vie n'est pas nouveau,

Mais vivre, bien sûr n'y est pas plus nouveau.

 

L'hypothèse de l'assassinat a été avancée par ses amis et des chercheurs produisant un certain nombre d'indices pour le moins troublants : une enquête et une expertise médicale bâclées concluant trop rapidement au suicide, une heure de décès non établie, l'une fixée le 27 en fin de soirée, une autre contradictoire, au petit matin du 28, des traces de coups sur le visage du poète, la présence d'agents du gouvernement cette nuit-là à l'Hôtel d'Angleterre.

 

À Leeva, une « ligue du suicide » se constitua en 1928 parmi ses jeunes admirateurs : treize d’entre eux se donneront la mort pour l’imiter !

 

(Impatienta doloris)

 

http://www.espritsnomades.com/sitelitterature/essenine/essenine4.jpg

 

Essenine sur son lit de mort

 

 

Du cinéaste Jean Eustache, on connaît tous La Maman et la putain et Mes petites amoureuses.

 

Il naît à Pessac en 1938. Il passe un CAP d'électricien en 1951. Il arrive à Paris en 1957 et travaille à la SNCF comme ouvrier spécialisé. Refusant de partir en Algérie, il fait une tentative de suicide en s'ouvrant les veines et passe un an en hôpital psychiatrique. Il épouse Jeanne Delos avec qui il a deux fils. Par l'intermédiaire de sa femme qui travaille comme secrétaire aux Cahiers du Cinéma, il rencontre Godard. Il réalise son premier court métrage : La Soirée. Il se sépare de sa femme en 1967. Il se lit avec Françoise Lebrun qui sera actrice dans La Maman et la putain en 1972, une histoire inspirée de sa vie réelle (Grand prix spécial du jury à Cannes).

 

Mes petites amoureuses ne rencontre aucun succès.

Jean Eustache se suicide le 5 novembre 1981chez lui en se tirant une balle dans la bouche.

 

(Impatienta doloris)

http://4.bp.blogspot.com/_yv8WSsLDWy0/TLXrDI48MjI/AAAAAAAAAfE/BpTw7wEbkrA/s1600/jean-eustache.jpg

 


Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche