20 juin 2012 3 20 /06 /juin /2012 07:07

On passera rapidement sur les deux Goe-Goe nazis, Joseph et Hermann.

 

Goebbels fut très complexé par son infirmité. À l’âge de quatre ans, il est frappé par une ostéomyélite (pourrissement des os). Une opération échoue et il portera à vie un appareil orthopédique. Il sera extrêmement dépité d’être réformé alors que ses deux frères participeront à la guerre de 14-18.

 

 

Il fut un étudiant brillant en philologie (universités de Fribourg et de Heidelberg). Il obtient un doctorat en 1921 sous la direction d’un professeur juif. En 1923, il publie Michael, un roman d’inspiration autobiographique, qui est loin d’être mauvais.


 

Durant la montée en puissance du parti nazi, il veut des nationalisations à tout va, la suppression de la propriété privée, et il se prononce rapidement pour l’extermination du peuple juif.

 

Son Journal (29 volumes) est le témoignage les plus extraordinaire des arcanes du système nazi.

  

Goebbels parlait couramment le français. Il n’eut donc aucun mal pour converser avec Fernandel un peu avant la guerre :

 

http://images2.hiboox.com/images/0309/diapo03f41cb2c6470d9fdc33b7556631560c.jpg?27

 

Après la mort de Hitler et après avoir vainement tenté d’obtenir des pourparlers séparés avec les Soviétiques, il suicida ses enfants avec de la strychnine et se fit abattre en compagnie de sa femme par un SS.

 

 

Goering fut un grand aviateur de la Première Guerre mondiale mais un type profondément inculte, quoique très drôle. Il était béat devant Hitler au point, disait-il, de faire dans sa culotte chaque fois qu’il le rencontrait. 

 

Son parrain, qu’il admirait profondément, était juif, et son frère cadet ressemblait étrangement à ce parrain. Lors du putsch de la brasserie de 1923, il est sérieusement blessé et sauvé par le propriétaire de cette brasserie, qui était juif, lui aussi. Goering l’épargnera par la suite. Ses blessures l’amèneront à consommer de la morphine jusqu’à sa capture. Il deviendra un des plus grands pillards d’œuvres d’art de tous les temps. Comme commandant de l’armée de l’air, il fut nul et Hitler le releva de toutes ses fonctions.

 

En grand mégalo, il se suicidera « comme le grand Hannibal », après avoir été condamné à mort par le Tribunal de Nuremberg, .

 

http://i31.servimg.com/u/f31/11/02/60/18/goerin10.jpg

 

 

Nicolas Vassiliévitch Gogol est né en 1809 en Ukraine. Ses premières œuvres sont éreintées par la critique. Il va se cacher en Allemagne sans évoquer ses débuts littéraires. En 1831, il est présenté à Pouchkine qui l’encourage à persévérer. Un premier recueil de nouvelles fantatstiques et drôles, Les soirées du Hameau, rencontre un réel succès. Tout comme Le Journal d’un fou en 1835, ainsi que sa pièce Le Revizor. Il séjourne ensuite en France et en Italie.

 

Sur une idée de Pouchkine (dont la mort va l’ébranler profondément), il écrit Les âmes mortes, son chef-d’œuvre. Il devient de plus en plus mystique et réactionnaire. En 1852, refusant toute nourriture, il se laisse mourir. Il pesait trente kilos.

 

Gogol a eu une grande influence dans la littérature russe de la seconde moitié du xixe siècle, par exemple sur Dostoïevski qui aurait dit : « Nous sommes tous sortis du Manteau de Gogol. » 

 

http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/2d/Gogol_karandash.jpg/220px-Gogol_karandash.jpg

 


Partager cet article

Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

BM 21/06/2012

Le GI qui a fait passer le poison à Goering a avoué il y a seulement quelques années :
http://articles.latimes.com/2005/feb/07/local/me-goering7

C'est fou ce qu'on peut faire comme bêtises quand on a 19 ans.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog