Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 août 2011 6 06 /08 /août /2011 06:09

http://www.lyonlemelhor.org/wp-content/uploads/Chiran_high_school_girls_wave_kamikaze_pilot2.jpgEn 1945, de nombreux officiers nationalistes poussent le ministre de la Guerre japonais Korechika Anami à organiser un suicide national : "cent millions d'hommes en poudre de diamant". Celui-ci refuse et accepte de débattre du destin de son pays à la Conférence impériale du 14 août.

 

Anami n'était pourtant pas un tendre. Il avait jusque là refusé toute idée de reddition en faisant arrêter ceux qui évoquait cette possibilité. Il déclara accepter les conclusions de la Conférence de Potsdam, mais à plusieurs conditions : le désarmement sous le contrôle des autorités japonaises, le jugement des criminel par ces mêmes autorités, l'absence de forces d'occupation sur le sol japonais, la préservation du régime impérial et de l'empereur. À défaut, il envisageait de continuer la guerre sur le sol national, ce qui aurait causé de très nombreuses victimes du côté des alliés.

 

L'empereur ayant tranché en faveur de la paix, Anami rentra chez lui, prit un bain, écrivit quelques poèmes, saisit une épée et s'ouvrit le ventre. Son beau-frère, sympa, lui proposa de lui porter le coup de grâce. Anami refusa et se trancha lui-même la carotide.

 

Il rédigea ce message posthume :

 

Ayant savouré

La profonde bienveillance de l'empereur,

Je n'ai plus rien à dire.

 

Son fils fut ambassadeur du Japon en Chine de 2001 à 2008.

 

(Pudor).

 


 


Partager cet article
Repost0

commentaires