12 août 2012 7 12 /08 /août /2012 15:46

 

http://www.dometlydie.com/charbinat/wp-content/uploads/2009/04/36_desmiliciene.jpgEn Andalousie, 200 travailleurs agricoles ont rempli des chariots de nourriture avant de passer la porte sans payer.

Selon El Pais,

« Le premier groupe, d’une trentaine de personnes, a choisi un supermarché Mercadona à Ecija : il a rempli dix chariots de légumes, de sucre, de lait, d’huile. Des bagarres ont éclaté avec les employés du supermarché. Gordillo [un député régional du parti de gauche Izquierda Unida, maire depuis 33 ans, ndlr] n’a pas participé au vol, mais a dirigé les opérations mégaphone à la main.

“C’était une diversion”, a-t-il expliqué. “La police m’a suivi, pendant que les autres sont entrés et ont rempli les chariots.” La nourriture a été distribuée dans des quartiers de Séville. La banque alimentaire l’a refusée parce qu’elle avait été obtenue de manière “irrégulière”.

Au même moment, à Arcos de Frontera, Canamero [secrétaire général du Syndicat des travailleurs agricoles, ndlr] donnait des instructions précises au groupe de journaliers qui pénétrait dans un centre Carrefour : “Ni chocolat, ni yaourts, ni desserts. Que des gâteaux basiques.” Canamero a négocié avec les responsables de l’enseigne, qui ont choisi de donner douze chariots de nourriture aux services sociaux de la ville. »

Les deux cents militants (au total) ont agi à visage découvert, devant des journalistes, et pris soin d’annoncer qu’ils comptaient redistribuer les marchandises. Juste après l’action, les « membres du commando » (l’AFP ne met pas de guillemets), dont beaucoup d’ouvriers agricoles, ont pique-niqué sans se cacher sur un terrain militaire occupé depuis seize jours pour réclamer une meilleure répartition des terres.

 « Le moment est arrivé de mener des actions qui frisent l’illégalité, parce qu’il y a des gens pour qui tout va mal, et nous ne pouvons pas rester les bras croisés », a commenté un syndicaliste présent.

Le ministre de l’Intérieur Jorge Fernandez Diaz (Parti populaire, droite) a lancé un mandayt d’arrêt contre les militants. « Nous sommes tous conscients que ça va mal pour les gens, mais la fin ne justifie pas les moyens. Ce serait la loi de la jungle. »

Le président socialiste de la Junte d’Andalousie (l’institution de gouvernement régionale), José Antonio Grinan, a renchéri sur les paroles du ministre de l’Intérieur : « C’est de la barbarie d’attaquer un supermarché quand on est député. »

Deux ouvriers agricoles ont été arrêtés et placés en garde à vue.

En France, des collectifs de chômeurs et précaires ont eu recours à ce type d’action en 2009. Des militants lyonnais ont été relaxés ont été relaxés cette année pour une action dans un Leader Price, datant de 2007.

 

Source : Rue 89 

Partager cet article

Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Pierre Verhas 13/08/2012

Voilà une splendide forme de redistribution des biens du peuple ! Un peu mieux qu'en Belgique où des zigotos n'ont rien trouvé de mieux que piller une épicerie sociale, la nuit dernière. Résultat :
elle est obligée de fermer jusqu'à la fin du mois, le temps de réparer les dégâts.

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog