Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 mars 2011 2 15 /03 /mars /2011 12:20

Cela faisait un bon moment que je n'avais pas emprunté sa réflexion et sa prose à mon ami Philippe Arnaud.

 

http://media.koreus.com/200803/23-insolite-14.jpgLe traitement, par les médias, de la catastrophe nucléaire au Japon n'est pas sans me rappeler le traitement de la catastrophe financière de septembre 2008.

1. Dans les deux cas, on a invité des "spécialistes" du nucléaire ou des  partisans déclarés du nucléaire (hier, par exemple, sur France 2, Anne Lauvergeon et Claude Allègre) qui nous ont expliqué que l'accident tenait à des "causes externes", donc que (comme le krach financier de 2008), il n'était pas intrinsèque au type d'énergie lui-même. Par ailleurs, il a été dit que l'on n'était pas dans le cas de Tchernobyl (ou de Three Miles Island) et que, depuis ces accidents, on disposait de  systèmes de sécurité. Comme, depuis la crise de 1929, on dispose de  systèmes de sécurité pour éviter qu'une crise financière ne se propage.

[Ce qui est frappant, dans la métaphore, c'est qu'il existe des  "coupe-circuits" dans les deux cas : aujourd'hui, dans la finance, comme  tout est fait par ordinateur - souvent hors de l'intervention humaine - ces ordinateurs sont programmés pour s'arrêter lorsque la baisse boursière dépasse un certain seuil. De même, les centrales nucléaires sont-elles programmées pour couper certains mécanismes - ou en enclencher d'autres - lorsqu'un séisme dépasse un certain seuil. Et, dans les deux cas, on injecte quelque chose : un liquide de refroidissement (eau douce, eau purifiée ou eau de mer) pour la centrale nucléaire, dans le cas de la crise financière, de l'argent, qui est aussi appelé "liquide" ou liquidités".].

2. Dans les deux cas aussi, les partisans du "système" (financier ou nucléaire) ont dit que leurs opposants profitaient de l'affaire pour remettre en cause le principe même de ce système : le capitalisme ou le nucléaire. Et, dans les deux cas, ils sont montés aux extrêmes :

- Pour les partisans du capitalisme, ceux qui profitaient de la crise financière pour critiquer le système dans son principe veulent nous ramener au système communiste, avec son "manque de liberté", son "inefficacité", ses "pénuries", ou bien, pour ceux qui prônaient une reprise en main, une nationalisation du système par les collectivités politiques, un remède pire que le mal, parce que, poureux, c'était précisément "l'excès de réglementation" qui avait amené le krach financier.

- Pour les partisans du nucléaire, ceux qui profitent de l'accident de la centrale japonaise pour critiquer le système dans son principe veulent nous ramener à l'époque de la brouette et de la bougie, avec sa "pauvreté", son "retard", ses "pénuries", ou bien au retour du charbon, qui est de dizaines (voire des centaines) de fois plus polluant, plus réchauffant pour l'atmosphère que le nucléaire.

3. Dans les deux cas aussi, on a affaire à une minorité très spécialisée (dans la technique financière ou nucléaire), qui, en raison de ses connaissances et de sa mainmise sur un instrument indispensable à la vie contemporaine (l'énergie ou la finance), tient en son pouvoir l'immense majorité de la population et ne veut pas lâcher ce pouvoir.

Partager cet article
Repost0

commentaires