Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 mars 2012 3 21 /03 /mars /2012 16:06

http://forum-social-hauts-cantons-herault.org/wp-content/uploads/2009/07/affiche_resistance_foix_w.jpgComme l'Inalco, un certain nombre d'UFR s'opposent aux principes mêmes de l'IDEX, que des conseils d'administrations (les futurs "sénats", comme on dit chez les Anglo-Saxons) font voter à toute berzingue, à l'aveuglette, loin de toute démarche démocratique et collégiale. Décidément, le sarkozysme a la vie dure !

À titre d'exemple, je propose une motion votée par le Conseil de l’UFR de physique de l’Université Paris-Diderot du 12 mars 2012

 

Le projet d’Idex “Sorbonne Paris Cité” (SPC) a été écrit sans concertation et voté en aveugle par le Conseil d’Administration de l’université Paris-Diderot, sans passage ni par le CS ni par le CEVU, au cœur de l’été. Bien que présentant l’Idex comme “une université de droit commun, respectant les principes de collégialité et de démocratie académique”, le détail du projet et son pilotage montrent le contraire et il s’agit bien plus d’un projet attisant les divisions que d’un projet de fusion.

Cette structure est inacceptable en l’état. Le projet déposé n’engage en rien la communauté universitaire – tout au plus engage-t-il financièrement l’Etat. Nous refusons tout calendrier précipité, que cela soit pour la création de “départements” ou pour toute signature contractuelle concernant l’Idex. Nous demandons au Conseil d’Administration de l’Université Paris-Diderot de reprendre à la base les projets d’établissement, dans un processus s’inscrivant dans la durée et s’appuyant sur la communauté universitaire. L’ensemble de la réorganisation éventuelle doit être discutée collégialement : le principe même de la fusion entre établissements, ses modalités, le mode de désignation de ses conseils, l’échelle à laquelle sont réparties les ressources.

L’Université Sorbonne Paris Cité, si elle se créait, devrait (i) être un établissement public reposant sur des collaborations réelles, avec les pratiques collégiales et démocratiques de nos universités, (ii) avoir une politique de ressources humaines fondée sur les statuts de la fonction publique, (iii) être construite autour de l’ensemble des missions des universités, et penser avec la même ambition les enjeux de formation pour tous les secteurs de formation, du L jusqu’au D, et les enjeux de recherche pour tous les secteurs disciplinaires de l’Université Paris-Diderot. C’est à ces conditions, qu’il nous faut obtenir, que ce projet deviendra compatible avec l’avenir de notre université.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires