10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 06:56

Sans aucun doute possible, nous sommes au bout du monde. Le bout du monde est n'importe quel endroit où l'envie prend de se perdre, d'imaginer à perdre haleine. Ce monde n'est pas raisonnable.

 

http://www.sitercl.com/VILLE0/VILLE1/oldgare.jpg

 


Bientôt, c'est souhaitable, on arrive dans une gare.
Lens, peut-être, avec son allure de locomotive à vapeur et sa tour horloge.
Les gares c'est con, chantait Léo ferré, c'est dégueulasse, ça sent le fourgon, le passe à l'as...

 Les temps ont changé. Les voies de TGV font moins rêver.

On a gagné en vitesse ce qu'on a perdu en poésie.

 

Tout là-bas, cependant se dressent les Seins de la Négresse.

Ils donnent du relief au pays plat et gris. Ils ont une idée du labeur

qui s'y est accompli. Le charbon fut sorti en abondance des galeries profondes.

La sueur des mineurs coulait comme la pluie certains jours.

La sueur avait une bonne odeur mais elle ne laissa aucune trace.

 

http://www.nord-nature.org/images/terrils.jpg

 

Avec l'aimable autorisation des auteurs et des éditions Après La Lune

 

Image-2-1.jpg

Partager cet article

Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog