5 mai 2012 6 05 /05 /mai /2012 11:49

De-Gensane.jpgUn ami m’a fait passer un ouvrage dont je connaissais l’existence, mais que je n’avais jamais eu entre les mains, l’un des sept tomes de l’Histoire naturelle de la province de Languedoc, partie minéralogique et géoponique de M. De Genssane, publié en 1777.

 

L’auteur est un de mes ancêtres, le seul qui soit passé à la postérité. Comme disait Giscard, je ne plus trop en quelle occasion, ça m’a fait quelque chose. Les Gensane (avec un seul “ s ”) sont originaires de la région de Prades, depuis au moins le XIIe siècle. Au XVIIe siècle, une branche de la famille est partie vers l’Est. Certains se sont posés dans la région de Béziers, d’autres dans la Drôme, d’autres ont poussé jusqu’en Italie, avec une volonté d’intégration telle qu’ils ont italianisé leur nom. M. De Genssane (qui n’était pas plus noble que moi) appartient donc à cette branche languedocienne de la famille.

 

Pour lire et se délecter de cet ouvrage, il convient d’être non seulement spécialiste, mais violemment motivé. On trouve, sur des centaines de pages, des phrases de ce style :

 

« Lorsque vous aurez avancé vos puits, soit droits soit inclinés, jusqu’à une profondeur suffisante pour ne plus craindre la filtration des eaux pluviales, vous pratiquerez une porte de chaque côté du puits, qui réponde à la veine du minéral ; pour cet effet, on espacie à cet endroit les quarrés de cinq pieds & demi de distance, & l’on fait à ces quarrés deux mortaises pour recevoir les tenons des montans de la porte, qui doit avoir trois pieds au plus de largeur. […] Ils doivent surtout avoir attention que l’eau qui tombe sous les pilons, & qui a dû être réglée par le Maître du pilon, n’augmente ni ne diminue pas ; car le trop d’eau feroit le sable trop grossier, & le sable ne se sépareroit pas sur les tables : si au contraire il n’y a pas assez d’eau sous les pilons, le minéral se pile trop fin ; il devient alors en poussière impalpable qui nage sur l’eau, & les filles ne peuvent plus le retenir sur les tables, ce qui cause un une perte irréparable. »

 

Que mon aïeul ne se retourne pas dans sa tombe, je n’ai pas lu son livre de bout en bout ! J’observe que son discours (il titre lui-même ce tome de son Histoire “ Discours préliminaire sur l’Art d’exploiter les Mines, & sur les avantages de leur exploitation ”) est d’une grande précision, ce qui ne saurait surprendre quand on pense par exemple, et rien que pour la région dont il était originaire, à l’Aqueduc du château de Castries, construit une centaine d’années plus tôt, dont la déclivité est de 3 mètres pour 6822 mètres de long.

 

Je remarque par ailleurs que ce discours est très prescriptif, sans trop savoir si c’était une figure obligée chez les historiens de l’époque. Mais, après tout, la prescription originelle se trouve dans la page de garde, puisque le livre a été publié « par ordre de Nosseigneurs des États de cette province ». La publication, même de textes scientifiques, était apparemment très bien encadrée puisque l’ouvrage de M. De Gensane est clôt par un « Privilège du Roi » qui expose en d’interminables détails les droits et les devoirs des auteurs et des imprimeurs, puis par un Extrait des Registres de la Société Royale des Sciences, que je cite intégralement :

 

M. DE Gensane ayant remis à la Société Royale, un Ouvrage qui a pour titre, Histoire Naturelle de la Province de Languedoc, Partie Minéralogique & Géoponique, imprimé par ordre des États de cette Province, la Compagnie, après avoir examiné cet Ouvrage, a consenti qu’il paroisse sous son Privilège : en foi de quoi, j’ai signé le présent Certificat.

À Montpellier, ce premier Août mil sept cent soixante-seize.

De RATTE, Secrétaire Perpétuel de la S.R. des Sciences. »

 

À l’heure où l’histoire de France continue de se dérouler, je ne vais peut-être pas vous embêter plus avant avec mes petites histoires de famille…

 

 

Partager cet article

Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article

commentaires

Ida 05/05/2012

"Embêtez-nous " encore plus avec vos histoires de famille au contraire .
Nous sommes demandeurs et redemandeurs ! Et puis un blog n'est-il pas fait aussi pour cela ?

christiane geneviève gensanne 13/09/2012

Bonjour, avec grand intérêt , je recherche de la documentation sur l'origine de notre nom de famille commun. Parcourant de nombreux sites généalogiques, j'y ai retrouvé les traces de différents
Gensanne dans le Béar etc....à l'époque du 13/15eS; serait-ce les mêmes familles "nobbles" afférentes à la Navarre? je suis inscrite à Généalogie .com et, ma famille paternelle était à Nîsmes
depuis 1750 env. car je recherche toujours mon aieul Len Louis Genssanne né en 1754 mais où????? Au nplaisir de vous lire peut-être. Meilleures salutations. Ch.G.Gensanne

Ida 14/09/2012

Vous allez trouver que j'ai mauvais esprit mais je ne peux m'empêcher de vous faire partager cette petite réflexion à propos de la généalogie .
On emploie des ruses de sioux pour éviter la fréquentation d'une parentèle jugée importune , on fuit , on fait le mort et ouf , enfin elle nous oublie et nous ne faisons plus partie de son histoire
.
Et voilà que nos descendants unissent tous leurs efforts pour tenter de renouer des liens sectionnés avec tant de peine .
Je leur souhaite des retrouvailles ratées : ils comprendront nos raisons ....enfin !!
Non j'rigole !!MEnfin.

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog