Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 mai 2011 4 26 /05 /mai /2011 06:00

Comme beaucoup, je suis à la fois quatre-roues et deux-roues. J’aime que les services de voirie me facilitent la vie quand je roule à vélo. J’apprécie en zone périurbaine en particulier, les pistes cyclables comme celles, pas encore assez nombreuses à mon goût, que j’emprunte dans la banlieue sud de Toulouse.


De par le monde, un certain nombre de grandes villes sont en train, par la force des choses, d’interdire les voitures en transit. Ce n’est pas le cas dans Toulouse et ses environs immédiats. Mais, comme je l’ai déjà mentionné, tout est fait pour pourrir la vie des automobilistes et accessoirement des cyclistes : des radars placés non pour la sécurité mais pour le rendement financier, des barrières qui interrompent inopinément certaines pistes cyclables, des ralentisseurs ventrus comme certains gendarmes qui vous bousillent un essieu de voiture ou qui vous voilent une roue de vélo en deux temps trois mouvements (certaines rues de la commune de Tournefeuille en comptent un tout les cinquante mètres), enfin des chaussées qui sont rétrécies alors qu’elles pourraient être élargies.


Puisque je sens que vous voyez en moi un râleur impénitent, j’ai pris deux photos lors d’une de mes balades à vélo illustrant ce problème.

 

Dans la première photo, la piste cyclable (à droite) est légèrement plus large que la chaussée (à gauche). Mais elle est interrompue par une barrière blanche qui permet le passage des camions se rendant au dépôt des magasins Leclerc.

 Leclerc.jpg

 

Dans la seconde photo, la piste cyclable (souvent désespérément vide) fait un mètre de plus en largeur que la chaussée. Les camions ont intérêt à viser juste.

 

1778.jpg

 

The Way of all Flesh !

 

 

PS : deux curiosités :

http://raphaellegensane.over-blog.com/

http://rebeccagensane.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0

commentaires