Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2012 4 26 /07 /juillet /2012 06:19

http://biography4u.com/image-files/alberti.jpgMilitant de la cause républicaine, Rafael Alberti fut contraint de s'exiler en France en 1939 ; l'année suivante il dut quitter ce pays vaincu par les Allemands, et se réfugia en Argentine où il resta jusqu'en 1963. Cette année-là, il s'installa en Italie  pour un séjour qui allait durer jusqu'à son retour en Espagne en 1977. Il est mort dans son village natal près de Cadix en 1999, à l’âge de 97 ans. 

La mer. La mer.
La mer. Rien que la mer !

Pourquoi m'avoir emmené, père,
à la ville?

Pourquoi m'avoir arraché, père,
à la mer ?

La houle, dans mes songes
me tire par le coeur
comme pour l'entraîner.

O père, pourquoi donc m'avoir
emmené ?

El mar. La mar.

¿Por qué me trajiste, padre,

a la ciudad?

¿Por qué me desenterraste

del mar?

En sueños, la marejada

me tira del corazón.

Se lo quisiera llevar.

Padre, ¿por qué me trajiste

acá?

.

 

 

En Argentine, la pampa lui donnera la nostalgie des paysages d'Andalousie :

Je suis si seul parfois, je suis si seul

et même si pauvre et si triste ! Si oublié !

Voilà comment j'aimerais demander l'aumône

sur mes plages natales, au long de mes campagnes.

Donnez à celui qui revient un petit bout

de lumière tranquille, un ciel paisible. S'il vous plaît,

la charité ! Vous ne savez plus qui je suis...

Et je vous demande si peu...

Donnez-moi quelque chose

 

Traduction de Claude Couffon

Partager cet article
Repost0

commentaires