1 mai 2012 2 01 /05 /mai /2012 07:31

http://multimedia.fnac.com/multimedia/FR/images_produits/FR/Fnac.com/ZoomPE/5/2/9/9782253156925.jpgLe 22 avril dernier, une correspondante me transmet la lettre que le comédien Philippe Torretton vient d’écrire à Jean Ferrat. Je trouve ce texte très courageux, mais surtout très beau. Je décide immédiatement de le publier dans mon blog (link).

 

Depuis que je suis actif dans la blogosphère (d’abord chez nouvelobs.com qui m’a censuré et que j’ai quitté, puis chez overblog qui ne m’a pas censuré – et pourtant, comme disait Julio, « je n’ai pas changé »), j’ai eu pour politique de publier ma prose, mais aussi des textes que j’aurais aimé écrire moi-même, mais que je n’ai pas écrits, par manque de temps ou, je l’avoue, de compétence.

 

Chez overblog, j’ai entre 3 et 400 lecteurs réguliers. J’en avais plus du double chez nouvelobs.com, mais je me sens beaucoup mieux là où je suis désormais. Il est arrivé, assez exceptionnellement, que telle ou telle de mes interventions soient lue par 900 à 1000 personnes. Près de 30000 personnes ont lu la lettre de Torretton sur mon blog !

 

Cette lettre a été publiée par de nombreux autres sites. Il est assuré que plusieurs centaines de milliers de lecteurs en ont pris connaissance, l’ont aimée et l’ont transmise à d’autres.

 

De nombreux correspondants m’ont écrit. Presque tous ont partagé mon enthousiasme. Mais pas tous. J’ai été surpris par quelques réactions chagrines et acrimonieuses. De trois ordres :

 

-       les plus stupides, à mon sens : « Torretton est pété de tunes ; quelle est donc sa légitimité lorsqu’il produit un discours de gauche ? » Il s’agit là d’un questionnement de droite aussi poujadiste que « nous n’avons pas de leçons à recevoir des bobos qui habitent Boulevard Saint-Germain ».

 

-       Des réactions de purs et durs du style : « voilà un rosâtre qui ose invoquer les mânes de Jean Ferrat, un vrai rouge. »

 

-       Des réactions de chercheurs de petites bêtes du style : «ce proche de Delanoë racole pour le PS à Paris alors qu’il n’assiste quasiment jamais aux réunions du conseil municipal dont il est l’élu. »

 

La plupart de ces gens qui réagissent à brûle-pourpoint, de manière très épidermique, ne signent pas de leur nom. C’est donc qu’ils ne savent pas ce qu’écrire signifie, ce qu’implique s’engager dans l’écriture. Je ne sais ce que sera la destinée du texte de Torretton. Il est possible que dans trois mois, un clou chassant l’autre, il finisse oublié au fond de nos disques durs ou du nuage de iMac. Mais il n’est pas exclu que des esprits exigeants et toujours rebelles le citent encore dans cent ans, dans une Europe S.A., totalement soumise à une oligarchie financière et fascistoïde.

 

Pour le moment, j’observe que ce texte a été repris par de nombreux sites de la vraie gauche. Vu le parcours artistique de Torretton, cela n’étonne pas. Si je devais, pour l’instant, ne retenir qu’un seul film de cet artiste, ce serait Ça commence aujourd’hui de Bertrand Tavernier (link). Il raconte le vécu de Dominique Sampiero, instituteur et écrivain, à l’époque gendre de Tavernier. Dans le film, le personnage principal est un fils de mineur qui dirige une école maternelle près de Valenciennes. Un soir, une mère d’élève vient chercher sa fille avec beaucoup de retard. Elle s’écroule ivre morte, en abandonnant sa fille et son bébé. Le directeur, joué par Torretton, raccompagne les enfants chez eux, malgré le règlement qui l’interdit et qui stipule que, dans ce cas, les enfants doivent être remis à la police. Cet incident dramatique contribue à une prise de conscience encore plus forte chez l’enseignant. La fille de Tavernier a raconté ce qui a amené l’écriture de ce film : « Un jour, Dominique réclame à une mère de famille sa cotisation de 30 francs pour la coopérative. C'était un rappel à l'ordre discret. La femme répond : “ Moi, monsieur, avec ces 30 francs je dois terminer le mois. ” ». Dans la cinquième puissance du monde, le 23 du mois, une mère de famille devait nourrir quatre enfants pendant une semaine avec des gros biscuits trempés dans du lait.

 

C’est à cette histoire, à cette cause qu’en 1999 Philippe Torretton a apporté son talent et sa foi.

 

Maintenant, si l’on veut s’intéresser aux vrais problèmes de vrais artistes bien dans leur tête et dans leurs santiags, nous avons Johnny Halliday. Ceux de ma génération le suivent depuis une cinquantaine d’années. Depuis ce demi-siècle, chaque année a apporté son lot de nouvelles chansons et, systématiquement, de tracasseries causées par l’administration des impôts à cette immense vedette. Johnny doit, cette année, 9 millions d’euros au fisc, c’est-à-dire à nous. Selon Le Canard Enchaîné, son fondé de pouvoir, Pierric Carbonneau Le Perdriel, ancien de l’École supérieure de commerce de Rouen, est sur le point d’abandonner ses fonctions dans les sociétés du chanteur. Il ne s’y retrouve plus dans le réseau complexe des sociétés libériennes, luxembourgeoises du mari de Laetitia. Ah que la vie est cruelle !

 

À propos de Libéria : il y a une trentaine d’années, je faisais escale dans l’aéroport de la capitale Monrovia. Je me dirigeai vers les toilettes pour constater que des excréments humains de toutes sortes recouvraient le sol sur des dizaines de mètres carrés. Je ne pus m’empêcher de penser : « Ce pays est dans la merde ! » Le pays, oui. Ses immigrés fiscaux, non.

 

PS : Halliday a eu le front de déclarer que s'il devait effectivement 9 millions, le fisc devrait attendre, car “ les neuf millions, je ne les ai pas ”.

   Mais bien sûr qu'il les a ! Il n'a qu'à vendre soit son chalet en Suisse, soit son propriété de Marnes-la-Coquette, soit celle de Los Angeles, soit celle de Saint-Barth.

 

Depuis des années, Halliday a un mal fou à s'acquitter de ses impôts. Résumé de la situation par Le Nouvel Obs :

 

1977 : Il a été condamné pour fraude : 10 mois de prison avec sursis et 20.000 francs d’amende.

1995 : Johnny Hallyday doit au trésor public une trentaine de millions de francs correspondant à des retards de paiement. En plus des impayés, le fisc lui réclame plusieurs millions de pénalités et de majorations de retard.

2000 : Le chanteur a bénéficié de 2,8 millions de francs de dégrèvement et de 3,7 millions d’annulations de pénalités. Au terme de la négociation fiscale d’une remise de l’ordre de 6,5 millions, il a payé ses 20 millions d’impôts.

 Janvier 2005 : André Boudou, le beau-père de Johnny est mis en examen pour "fraudes fiscales". Le fisc lui réclame depuis plus d’un an plusieurs dizaines de millions d’euros pour sa gestion de la discothèque Amnésia du Cap d’Agde en 1995-1997.

2006 : Johnny devient résident de Gstaad en Suisse après avoir déclaré qu’il ne voulait plus être "un mouton qui se fait tondre". Il bénéficiera d’un régime fiscal bien plus avantageux qu’en France où il économisera prés de quatre millions d’euros par an. Le chanteur se plaignait de payer 72 % de ses revenus en impôts, donc aux alentours de 5 millions d’euros et avec le "bouclier fiscal" (60 %), la somme est de 4,2 millions. Mais en Suisse, il ne devra s’acquitter seulement de 300 000 euros. Le "forfait fiscal" suisse bénéficie à plus de 3.000 étrangers installés dans le pays.

Décembre 2011 : Des perquisitions ont eu lieu dans les bureaux et domicile de proches de Johnny, notamment à Vaucresson, dans les Hauts-de-Seine, chez le fondé de pouvoir du chanteur et au cabinet de son ancien conseiller fiscal à Marseille. Johnny Hallyday est soupçonné de fraudes et d’évasions fiscales vers une société domiciliée au Luxembourg.

Nébia Bendjebbour

 

 

 

 

Partager cet article

Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article

commentaires

BM 01/05/2012

A ma grande tristesse, je m'aperçois que je fais partie des gens "acrimonieux". J'emprunte les mots de Ferrat pour m'adresser à M. Torreton :

Si vos petites combines
Ne tournent plus rond
Si votre moi vous chagrine
Plus que de raison
IL Y A DES PLACES EN USINE [c'est moi qui souligne]
Pauvre petit c...

Cela aurait-il fait de Ferrat un "poujadiste" ?

Plus sérieusement, quand les "bobos" (mais qu'il ne vous déplaise) prétendent parler au nom des ouvriers , comment voulez-vous que ces derniers ne votent pas FN ?

Partager cette page Facebook Twitter Google+ Pinterest
Suivre ce blog