Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 novembre 2011 1 07 /11 /novembre /2011 07:00

RevuedepresseDans Le Grand Soir, Jean Bricmont revient sur le droit d’ingérence à propos de l’intervention de l’OTAN en Libye :

Depuis des décennies, les Occidentaux plaident pour un « droit d’ingérence humanitaire », qui est rejeté par l’immense majorité des pays du Sud. Avec la résolution sur la « responsabilité de protéger » ils sont arrivés en partie à leurs fins parce que cette résolution accepte, mais sous conditions, certaines formes d’ingérence. Il faut néanmoins noter que la première application de cette résolution, au moins de son esprit, en Libye, a mené immédiatement à une violation massive du droit international, y compris de la « responsabilité de protéger ». En effet, même en admettant tout ce qu’a dit l’Otan avant la chute de Tripoli, comment a-t-on pu prétendre protéger des civils en bombardant lourdement encore aujourd’hui les villes qui résistent au CNT ?

Je ne suis pas un fanatique de Nicolas Demorand, employé de Rothschild, directeur de Libération, qui aime à se dénommer « patron de presse ». Mais je constate que sur la proposition de Papandréou d’organiser un référendum sur les mesures d’austérité imposées au peuple grec, le journaliste en survet’ a dit des choses sensées :

De la pire manière, dans le pire contexte, avec les pires conséquences possibles pour nous tous, Papandréou soulève la seule vraie question. Totalement taboue et même refoulée jusque-là. Impossible à formuler tant elle est vertigineuse, terrifiante pour ceux qui nous gouvernent. Cette question simple : que pensent les peuples de la brutale cure d’austérité qui va s’abattre sur eux ? Merci aux Grecs, à l’avant-garde du désespoir, de la poser et d’y répondre en premier. Et de nous rappeler, au passage, que la crise économique sonne toujours le premier acte de l’ébranlement des démocraties. Nous vivons actuellement les effets d’un fédéralisme de la catastrophe, purement négatif. Qui conduit dans l’urgence à mettre sous tutelle certains Etats, dépouillés de leur souveraineté et repris en main par les prêteurs. Gouvernés, de fait, par les dirigeants élus d’autres pays. Dans ce schéma, les peuples ne sont qu’une variable d’ajustement, la démocratie une procédure risquée. En Europe, à l’âge des économies interconnectées et de l’euro, un fédéralisme positif, doté d’outils de contrôle et de gouvernement, conduira lui aussi à des pertes partielles de souveraineté. Mais il devra nécessairement être contrebalancé par des institutions démocratiques sans lesquelles il restera une lettre morte. Ou plus sûrement une bombe à retardement.

Convergences révolutionnaires nous invite à ne pas baisser la garde face à la nouvelle idole des sondages, François Hollande :

Ça y est ! Le PS a enfin son candidat. Non pas que François Hollande soit différent, sur le fond ou même la forme, de sa rivale Martine Aubry, tous les deux d’accord sur le maintien des 41,5 annuités pour les retraites, une réforme contre laquelle tant de travailleurs s’étaient mobilisés il y a un an.

Hollande, comme Sarkozy, dit qu’il ne sera « pas le président qui accroîtra la dette », sous-entendant ainsi qu’il faudra se préparer à l’austérité. Il veut bien, dit-il, que les banques soient passées « sous le contrôle partiel de l’Etat ». Mais que reste-t-il d’un contrôle qui ne se veut déjà que « partiel » ? Et surtout de ce même Etat qui a protégé l’escroquerie en grand des banques et encouragé la spirale de la spéculation financière ! En clair, Hollande (comme Aubry… comme Sarkozy !) promet le renflouement des pertes à la demande des banques, sur le dos des salariés contribuables, des services publics et sociaux. Le voilà le programme du PS. Et quand il s’agit de jouer le sauveteur des banques à coup de milliards, comme pour Dexia ces derniers jours, la dette n’est un problème ni pour l’UMP, ni pour le PS. Pas de quoi effrayer le patronat dans tout cela. Bien au contraire.

Victor Dedaj, dans Le Grand Soir, revient sur la manière dont la dictature du Qatar bichonne (corrompt, peut-être ?) nos élites. Il cite Le Figaro, décembre 2010

« Lundi soir, des dizaines d’invités se pressaient place de l’Étoile, à l’hôtel Landolfo Carcano, siège de l’ambassade du Qatar. Dans les salons en lambris dorés avec mosaïques au sol et fresques de nymphes alanguies, Son Excellence Mohamed al-Kuwari a décoré le dessinateur Jean Plantu et Amirouche Laïdi, président du club Averroes, du prix « Doha capitale culturelle arabe ». Ce soir, l’ambassadeur décorera les poètes André Miquel, Bernard Noël et Adonis. De Jack Lang à Jean Daniel, en passant par Dominique Baudis, Edmonde Charles-Roux, Renaud Donnedieu de Vabres et Anne Roumanoff, un total de 66 personnalités françaises de la culture auront été décorées par le Qatar en 2010. Toutes sont reparties avec un chèque de 10.000 €. »

 

Je voudrais revenir sur le drame vécu ces deux derniers mois par une mère de Saramon qui a accouché dans l’hypermarché Aldi où elle était caissière, avant, apparemment, de se débarrasser de son bébé. La Dépêche du midia longuement rendu compte de ce fait divers difficile à comprendre. Encore une fois, nous sommes vraisemblablement en présence d’un déni de grossesse, le mari, et les collègues de cette personne n’ayant rien remarqué. Depuis plus d’un mois, cette mère est en détention à Agen où il ne lui a pas été accordé la permission d’embrasser ses autres enfants. Je m’interroge également sur l’attitude du directeur du magasin : que n’a-t-il appelé le Samu ou les pompiers dès lors qu’il a su qu’une de ses employés avait accouché sur les lieux de son travail avant d’informer une de ses collègues qu’elle rentrait chez elle se reposer ?

 

Alla settimana prossima !

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Ils ont un point faible dans leurs plans, tous ces rigolos : ils organisent la suproduction, car les OGM, cela sert uniquement à cela. Or, la crise que nous vivons est justement une crise de<br /> surproduction...<br /> <br /> Ils finiront bien par se casser la gueule ! Le tout est de ne pas se laisser entraîner dans leur chute.<br /> <br /> Je dis cela, je ne dis rien.<br /> <br /> <br />
Répondre
P
<br /> D'après le nouvelobs.com, le colonel BHL a révélé dans ses "mémoires de guerre des autres" (trois tomes : la pelle, le bordel et la débandade) que des forces spéciales terrestres françaises sont<br /> intervenues sur le terrain en Libye.<br /> <br /> Cela ne me semble pas très conforme à la résolution 1973 de l'ONU.<br /> <br /> Je dis cela, je ne dis rien...<br /> <br /> <br />
Répondre