Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 17:21

Je suis tombé récemment sur un site facho sur une allusion au « sang impur » de La Marseillaise. L’idée quasi explicite était que le sang impur des étrangers devait simplement servir à arroser notre bonne terre de France, et rien d’autre.

 

Je me trompe peut-être, mais il s’agissait là d’un contresens total. Ce qui n’étonnerait guère de la part de crânes rasés « abreuvés » de bière.

 

Jusqu’à la Révolution française, il était communément admis que le sang des aristocrates était pur, plus exactement bleu. Celui de la plèbe (95% de la population) était impur. Le vers « Qu’un sang impur abreuve nos sillons » relève de l’ironie. Le Chant des Marseillais voit donc le peuple en armes comme un martyr de la liberté dont les victimes abreuveront la terre, le pays de demain, celui où règneront la liberté, l’égalité et la fraternité.

 

Ce que corrobore magnifiquement le quatrième couplet de La Marseillaise :

 

Tremblez, tyrans et vous perfides

L'opprobre de tous les partis,

Tremblez ! vos projets parricides

Vont enfin recevoir leurs prix !

Tout est soldat pour vous combattre,

S'ils tombent, nos jeunes héros,

La terre en produit de nouveaux,

Contre vous tout prêts à se battre !

 

Plus les héros tomberont et plus la terre produira de nouveaux martyrs.

 

Ou, comment resémantiser une expression convenue et se l’approprier. Il en alla de même pour l’expression « sans-culotte », la culotte étant l’apanage des riches, les pauvres portant des chausses. Un « sans-culotte » qualifia non plus une manant courbant l'échine mais un homme du peuple en marche vers la liberté.

 

 

Comme pour de nombreux enfants de ma génération, La Marseillaise fut longtemps pour moi un chant oral et non écrit. Pendant des années, j'entendis « qu’un cent guimpure », avant de demander à mon père une explication qui tienne la route. Ce « guimpure » avait encore moins de sens que « Séféro, ce soldat ».

 

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture et politique
commenter cet article

commentaires

visit 04/08/2014 13:17

Is the blood of the aristocrats pure? Until the French revolution it was believed that the blood of the aristocrats was pure. These are the deep concern that is mentioned in the song. This has been tuned wonderfully.

Artigos festa 03/08/2014 20:21

Good article !

Pierre 17/11/2013 23:11

Pour avoir travaillé très longtemps sur la sémantique révolutionnaire dans le contexte de son époque je ne peux laisser croire, même un seul instant, que l'expression " qu'un sang impur "... désigne les Français patriotes prêts à mourir pour la liberté. Evidemment ce "petit" arrangement avec la réalité des faits historiques qui arrange bien les Français, se répand aujourd'hui un peu partout et les "perroquets du net" reprennent en coeur cette contre-vérité, assimilable à du révisionnisme (condamné par la loi) ! Cette contre-vérité vient occulter la monstruosité des crimes commis par les "élites" révolutionnaires entre 1791 et 1799. Nous avions une longueur d'avance sur la plupart des crimes contemporains par exemple sur Oradour sur Glane (voir les colonnes infernales en Vendée massacrant entre 150 000 et 200 000 hommes, femmes, enfants, nourrissons, infimes, vieillards ...) Des petites tanneries de peaux humaines pour réaliser les couvertures de livres et vêtements divers ont vues le jour près d' Angers, Paris, Étampes ... Voir les écrits hallucinants de Fouchet (ami de Robespierre dans un premier temps et idéologue de la révolution) lequel va organiser les représailles et la boucherie de Lyon (ville rayée de la cartographie de la France avec Toulon sur décision du comité de "salut public") Bref toutes les écrits parvenus jusqu'à nous ne laissent aucun doute sur le sens du "sang impur".
Des centaines de documents consultés à la B.N. entre avril 1792 et début 1799 attestent que l'expression " Qu'un sang impur abreuve nos sillons" désigne les ennemis extérieurs et intérieurs (ou désignés comme tels de façon parfaitement arbitraire mais bien sûr, toujours au nom du peuple Français !). Quoi de plus facile d'accuser les gens "d'ennemis de la volonté générale" (quand nous savons que les révolutionnaires engagés et violents étaient très minoritaires (10 000 à Paris sur 500 000 habitants !) pour les conduire ensuite à la guillotine quelques heures plus tard au terme d'une parodie de jugement afin de mieux terroriser la masse craintive. Pol pot n'a pas fait mieux au Cambodge.
Liberté, que de crimes n'a-t-on pas commis sous ton nom.
Oui si les Français savaient ce qu'ils vénèrent sous les mots terribles de la Marseillaise ils seraient très surpris.
Ceci étant, la musique, qui n'est pas de Rouget de Lisle (incapable de composer cela au vu de ses piètres compositions musicales, là tous les musicologues sont presque d'accord ...) est unique entre toute (est- elle de Pleyel ? Edelmann ? Grison ?)
Pierre.

boularand 07/10/2013 17:16

Cher Monsieur, mom epouse, qui est une litteraire d'origine etrangere, qui a du etudier tout ce qui concerne l'evolution de notre langue pour presenter un doctorat, me dit que phonetiquement on doit prononcer ''qu'un sang qu'impur''. Elle site l'exemple de Bourg-en-Bresse que l'on prononce Bourq'en Bresse la consonne ''g'' se transformant en ''qu'' . Il s'agit d'un phenomene phonetique ou la consonne sonore se transforme en consonne sourde. Rien la dedans de revolutionnaire, vous le constatez..

jean 23/06/2013 12:30

Tout à fait d'accord avec Agledel. J'ajoute ici d'autres examples:

"N'immolera-t-on pas à leurs mânes impatientes ces Calonne , ces Breteuil , ces Briennes, [aristocrates et ministres de Louis XVI], etc... dont le sang impur n'expiera jamais les larmes qu'ils nous ont fait verser [...] Jamais , nosseigneurs, votre regénération ne sera complète si vous ne purgez la France de ces vampires affamés". Adresse aux Etats Généraux de 1789. Cité dans "Histoire des Etats Genéraux, convoqués par Louix XVI le 27 avril 1789", Volume 7.

"Que la tête de Louis XVI et de sa complice tombe en présence de sa famille, que nous obligerons à changer de nom, afin qu'il ne reste pas plus de traces de la dynastie régnante jusqu'au 10 août, qu'il n'en reste de la royauté. Que cette exécution solennelle, urgente et nécessaire soit suivie de celle de tous les complices et agents du feu roi [...] Mais surtout gardons-nous de suspendre plus longtemps ou d'arrêter le cours de la justice; c'est encore du sang à répandre, mais ce sang impur ne tarderait pas à remettre la patrie en danger s'il circulait encore dans ses veines." Journal "Révolutions de Paris", 11 août 1792.


"C’est au Dieu des armées que nous adressons nos vœux ; notre désir est d’abreuver nos frontières du sang impur de l’hydre aristocrate qui les infecte ; la terreur est chez eux et la mort part de nos mains". Lettre de volontaires du 3e bataillon de la Meurthe, lue au conseil municipal de Lunéville, 10 août 1792.

"Matière à reflexion pour les jongleurs couronnés. Qu'un sang impur abreuve nos sillons" : Légende d'une aquatinte sur papier par Louis Villeneuve, représentant la tête dégoulinante de sang de Louis XVI décapité, 1793

"Osez maintenant vous présenter sur nos frontieres, princes germains, monarques ibériens, souverains de l'Etrurie, et vous aussi puissances maritimes! [...] Craignez tout de gens qui ne tiennent plus à l'existence, et qui ne vivent que pour vous effacer du nombre des vivants! Lâches , vous serez atteints par eux jusque dans votre quartier général, qui va cesser d'être un asile, inviolable, jusqu'au fond de vos tentes-boudoirs, d'où vous ordonniez froidement la mêlée, et d'où vous assistiez, de loin, au massacre de vos soldats aux prises avec les nôtres! Craignez tout de gens que les lauriers de la gloire et le myrte des plaisirs , que les bénédictions de la patrie et toutes les faveurs de la beauté attendent, s'ils rentrent chez eux, teints de votre sang impur! Craignez tout de gens qui savent calculer. Et quel est le patriote dont l'aine ne s'exalteroit pas à cette idée : quelques gouttes d'un sang corrompu , mêlé peut-être au mien , suffiront pour éteindre la torche de la guerre." Journal "Révolutions de Paris", Octobre 1790

"Citoyens, l’anniversaire de la mort du tyran est un jour de gloire pour le peuple français, et un jour de deuil et de terreur pour les tyrans et leurs suppôts ; ce jour mémorable annonce le réveil des peuples asservis. La massue révolutionnaire est prête à écraser ces monstres, et l’arbre glorieux de la liberté ne périra point quand leur sang impur en aura humecté et fortifié les racines." Extrait du discours de Vadier à la Convention, 21 janvier 1794

  • : Le blog de Bernard Gensane
  • Le blog de Bernard Gensane
  • : Culture, politique, tranches de vie
  • Contact

Recherche