Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 décembre 2018 7 30 /12 /décembre /2018 06:42
 
Je reprends ici de larges extraits d'un article de Lucien Marboeuf, professeur des écoles.
  •  

Il y a quelques jours, une prof de lycée s’est retrouvée convoquée par sa hiérarchie pour avoir dit sur Internet le mal qu’elle pensait de l’allocution télévisée du président Macron. Il n’en fallait pas plus pour relancer le débat sur le fameux « devoir de réserve » des enseignants, dans un contexte particulier : le ministre JM Blanquer aimerait bien, 35 ans après les textes sur les droits et obligations des fonctionnaires, inscrire dans la loi qu’il prépare un article permettant de mieux contrôler la parole enseignante.

La tribune du grand chef blanc

Le 12 décembre dernier une prof d’un lycée dijonnais signe sur le site d’info alternatif disjoncter.info une tribune intitulée « Le grand chef blanc a parlé ». Offensive, satirique, engagée, la tribune lui vaut une convocation le 20 décembre au rectorat. Là, l’enseignante a selon une syndicaliste droit à « un rappel au devoir de réserve », à « une incitation à la plus extrême prudence », le rectorat lui explique qu’« un fonctionnaire ne doit pas critiquer sa hiérarchie et l’Etat employeur », lui reproche surtout d’avoir indiqué dans sa tribune qu’elle était enseignante ainsi que le nom de son lycée, mais finalement, aucune sanction n’est donnée.

 

Sur les réseaux sociaux, l’affaire est abondamment commentée, on lit beaucoup d’incompréhension, d’inquiétude, de colère chez les enseignants.

 

A quelques semaines d’intervalle, donc, un même message, une même volonté de la hiérarchie et de l’institution de contrôler la parole des enseignants, de les inciter à se faire discrets, à garder leur opinion pour eux. Pourtant quand on consulte les textes, les choses sont claires : il n’y a pas, dans la loi, d’obligation de réserve pour les enseignants.

 

Neutralité, discrétion professionnelle et devoir de réserve

 

La seule Loi qui fixe les droits et obligations du fonctionnaire est la Loi n°83-634 du 13 juillet 1983, et dans le cas qui nous concerne, le chapitre IV consacré aux obligations et à la déontologie :

 

- dans l’exercice de ses fonctions, le fonctionnaire « est tenu à l’obligation de neutralité » et « au respect de la laïcité » (article 25 modifié le 20 avril 2016).

- « les fonctionnaires sont tenus au secret professionnel dans le cadre des règles instituées par le code pénal. Les fonctionnaires doivent faire preuve de discrétion professionnelle pour tous les faits, informations ou documents dont ils ont connaissance dans l’exercice ou à l’occasion de l’exercice de leurs fonctions » (article 26).

 

- tout fonctionnaire « est responsable de l’exécution des tâches qui lui sont confiées. Il doit se conformer aux instructions de son supérieur hiérarchique, sauf dans le cas où l’ordre donné est manifestement illégal et de nature à compromettre gravement un intérêt public » (article 28).

 

Comme le résume Paul Devin sur son blog (à lire ici et aussi ) : « Pour être très concret, c’est donc dans sa pratique professionnelle, vis-à-vis des élèves et de leurs parents que l’enseignant fonctionnaire est essentiellement concerné par cette neutralité. La jurisprudence a même parfois considéré que la neutralité était encore davantage requise pour ceux qui ont la charge de l’encadrement et de la formation des élèves ». « La loi contraint les enseignants à se conformer aux instructions (art.28), à la discrétion, au secret professionnel (art.26), à la neutralité (art.25) mais pas à la réserve. La volonté du législateur s’est au contraire centrée sur l’inscription de la liberté d’opinion dans le statut sans que la loi ne vienne statuer sur les formes d’expression possibles de cette opinion ».

 

Dans une tribune célèbre, Anicet Le Pors, l’homme qui a conduit l’élaboration du statut général des fonctionnaires en 1983, rappelle le principe fondamental posé par l’article 6 de cette même Loi : « La liberté d'opinion est garantie aux fonctionnaires » et leur statut, ajoute Le Pors, « ne leur impose pas d’obligation de réserve ». Cette liberté d’opinion a pour conséquence « de permettre au fonctionnaire de penser librement, principe posé dès l’article 10 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen de 1789 qui vaut pour les fonctionnaires comme pour tout citoyen : "Nul ne doit être inquiété pour ses opinions, même religieuses, pourvu que leur manifestation ne trouble pas l’ordre public établi par la loi." »

 

Ce que l’Assemblée nationale avait rejeté dans la Loi de 1983 – l’obligation de réserve pour les fonctionnaires – Jean-Michel Blanquer semble vouloir l’inscrire pour les enseignants dans la Loi qu’il prépare.

Sanctionner les enseignants qui dénigrent l’institution

 

Il est assez signifiant que l’affaire de Dijon et l’histoire de la formation en e-réputation aient lieu fin 2018, dans un contexte où s’accumulent les signes d’une gouvernance dirigiste et autoritaire de l’EN (voir ce post de blog), au moment où le ministère met le point final à son projet de Loi « pour une école de la confiance », dont le Parlement a commencé le 5 décembre dernier la procédure accélérée demandée par le gouvernement. Ce projet de Loi débute par un article visant à insérer dans le Code de l’éducation ces deux phrases : « Par leur engagement et leur exemplarité, les personnels de la communauté éducative contribuent à l’établissement du lien de confiance qui doit unir les élèves et leur famille au service public de l’éducation. Ce lien implique également le respect des élèves et de leur famille à l’égard de l’institution scolaire et de l’ensemble de ses personnels ».

 

Énoncé ainsi, de manière sibylline, ça pourrait presque passer. Mais, comme le Café pédagogique l’a parfaitement noté, il faut examiner "l’étude d’impact" du projet de Loi, un document obligatoire fourni par au Parlement qui en dit bien plus long sur ce que le ministère souhaite mettre en place : on peut y lire, s’agissant de cet article 1er, que la confiance de la société en l’école « reste intimement liée aux comportements de l’ensemble des membres de la communauté éducative » ; dans la foulée l’étude d’impact regrette qu’ « aucune disposition législative ne consacre à ce jour l’importance de ce lien et la nécessité de le protéger » et explique que le Gouvernement « souhaite inscrire, dans la loi, la nécessaire protection de ce lien de confiance qui doit unir les personnels du service public de l’éducation aux élèves et à leurs familles. Compte tenu de son importance, il serait en effet déraisonnable de s’en tenir à une simple consécration jurisprudentielle ». S’appuyant sur une décision du Conseil d’état (18 juillet 2018) qui a permis de révoquer un enseignant, l’étude d’impact établit que la Loi pourra être invoquée comme dans cette décision « dans le cadre d’affaires disciplinaires concernant des personnels de l’éducation nationale s’étant rendus coupables de faits portant atteinte à la réputation du service public. Il en ira par exemple ainsi lorsque des personnels de la communauté éducative chercheront à dénigrer auprès du public par des propos gravement mensongers ou diffamatoires leurs collègues et de manière générale l’institution scolaire », y compris sur les réseaux sociaux.

 

Quand une affaire d’agression sexuelle est utilisée pour faire passer un projet de loi

 

Mais quelle est donc cette affaire à laquelle renvoie l’étude d’impact au titre de la jurisprudence et qui nécessite de sanctionner des enseignants qui dénigreraient l’institution scolaire ? Il s’agit du jugement au Tribunal administratif d’un professeur de SVT coupable d’agressions sexuelles sur élève… C’est sur ce jugement extrêmement spécifique et particulier que s’appuie l’étude d’impact, qui s’empare pour argumenter d’une phrase du Conseil d’état, lequel a rappelé dans cette affaire « l’exigence d’exemplarité et d’irréprochabilité qui incombe aux enseignants dans leurs relations avec des mineurs, y compris en dehors du service » et l’importance de l’atteinte portée « à la réputation du service public de l’éducation nationale ainsi qu’au lien de confiance qui doit unir les enfants et leurs parents aux enseignants du service »C’est sur cette phrase, prononcée dans une affaire d’agression sexuelle, que le ministère fonde son argumentaire pour convaincre le Parlement d’inscrire dans la Loi « la nécessaire protection de ce lien de confiance qui doit unir les personnels du service public de l’éducation aux élèves et à leurs familles » !

 

Fort heureusement, le Conseil d’état a demandé le retrait de l’article 1er du projet de loi : à son sens, ces dispositions « ne produisent par elles-mêmes aucun effet de droit et réitèrent des obligations générales qui découlent du statut des fonctionnaires », elles ne constituent que des dispositions « manifestement dépourvues de toute portée normative » et n’ont donc pas leur place dans une loi.

 

En attendant le vote final de la loi, un enseignant a toujours le droit de dire ce qu’il pense. Dans l’école de la confiance, bien sûr.

 

Suivez l'instit'humeurs sur Facebook et sur Twitter @LucienMarboeuf.

 

Un prof a-t-il le droit de dire ce qu’il pense ?
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2018 2 25 /12 /décembre /2018 06:42

 

 

J’assistai récemment à une soutenance d’Habilitation à Diriger des Recherches en linguistique française. Avec le jury et la candidate, nous étions en présence de la crème de la crème des manieurs de la langue française. Dix fois j’entendis le verbe “ implémenter ” et le substantif “ implémentation ”. “ To simplement ” c’est tout simplement exécuter (une tâche), mettre en œuvre ou en pratique. L’utilisation du barbarisme implémenter écorche les oreilles, n’enrichit en aucun cas la langue française, surtout quand on se souvient que le terme a été imposé il y a une quarantaine d’années par les informaticiens français, dont on sait qu’ils sont particulièrement soucieux de notre patrimoine langagier.

 

Mais je voudrais évoquer ici l’adjectif “ inapproprié ”. Dans le français du XXIe siècle, tout est inapproprié : un barbon viole une enfant de 14 ans, sa conduite est inappropriée ; tel menu d’une cantine scolaire est inapproprié ; une marge bénéficiaire de plus de 10% est inappropriée ; la détention préventive est un mode de justice inapproprié ; une utilisation massive de médicaments peut être inappropriée. Nous avons ici affaire au calque de l’anglais “ inappropriate ”. Mais l’anglais lui-même se méfie de ce mot. Dans les exemples ci-dessus, un anglophone pourra fort bien utiliser les adjectifs “ improper ”, “ unsuitable ”, “ inadequate ”.

 

Débarqué en provenance de l’anglais vers 1975, je dirais que l’usage abusif d’“ inapproprié ” nous vient de l’ancien président des Etats-Unis William Clinton. Lorsqu’après avoir nié toute relation sexuelle au sens étroit du terme avec une stagiaire de la Maison Blanche – autrement dit, comme disait Bukowsky, sans avoir pu tremper son biscuit – il lui avait bien fallu avouer que Miss Lewinsky lui avait prodigué quelques gâteries à base de cigares mouillés. Il avait alors reconnu le caractère « inappropriate » de cette pratique. Les médias, les faiseurs d’opinion, s’engouffrèrent dans cette litote béante et nous la servirent à qui mieux-mieux, dans le domaine sexuel, puis dans tous les champs sémantiques. Au-delà de nos frontières, l’espagnol “ inapropriado ” tendit à remplacer, entre autres, “ inadecuado ”. Même chose en italien ou en portugais. 

 

Vont donc disparaître de notre usage “ inadéquat ”, “ non pertinent ”, “ déplacé ”, “ impropre ”, “ boiteux ”, “ malséant ”, “ inadapté ”, “ indigne ”, “ incorrect ”, “ malhonnête ”, “ incongru ”, “ indécent ”.

 

C’est vous qui voyez.     

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                 

Inapproprié

Dans leur livre L'Elysée off, les journalistes Stéphanie Marteau et Aziz Zemouri affirment que le ministre Michel Sapin, voyant une journaliste penchée pour ramasser un stylo, "ne put retenir sa main en murmurant : 'Ah, mais qu'est-ce que vous me montrez là ?' et (...) fit claquer l'élastique de la culotte de la reporter en pantalon taille basse".

 

Sapin nia les faits et affirma avoir  “ touché le bas du dos de la journaliste ”, ce qui était “ inapproprié ”.

 

Les “ maladresses ”, le harcèlement sexuel, sont politiques. Comme le commentent fort à propos les deux auteurs mentionnés ci-dessus : “ Quand les pratiques de harcèlement – ou discriminatoires – sont à ce point passées sous silence, elles ont tendance à se banaliser. A l'Elysée comme ailleurs, elles visent le plus souvent les personnels précaires. Les petites mains du Château sont ainsi les premières victimes des économies réalisées sur le train de vie de l'Elysée. "L'entourage du président de la République est très dur", dénonce un cuisinier. "Je connais l'Elysée depuis dix ans. Jamais il n'y a régné une telle violence sociale. Ils ne regardent que les chiffres et serrent la vis, mais que sur les petits. On n'en revient pas de tant de dureté, de la part d'un gouvernement de gauche." ”

Partager cet article
Repost0
19 décembre 2018 3 19 /12 /décembre /2018 04:25

Le banquier supprime des filières dans les lycées. À tour de bras. 

La "réforme" fait disparaître les filières des séries du bac général. Les élèves devront construire eux-mêmes leur parcours. Si tu ne sais pas ce que tu veux faire dans la vie à 15 ans, tu meurs.

L'objectif est de mettre les lycées en concurrence, de faire des économies, de faire baisser le nombre d'heures de cours, d'augmenter les effectifs par classe, de diminuer le choix des spécialités et des options.

Nombreux seront les enfants qui suivront des cours dans deux lycées différents. A la limite, l'algèbre se fera ici, et la géométrie là-bas. Pour les gosses de Lozère, ce sera très pratique.
Le banquier casse les lycées
Partager cet article
Repost0
17 décembre 2018 1 17 /12 /décembre /2018 06:32

 

 

 

Le site Révolution analyse « l’enfumage présidentiel » lors de l’intervention du président Macron : « Si le grand Capital n’est pas mis à contribution, s’il bénéficie même de nouvelles ristournes fiscales, qui va payer la facture des annonces de Macron ? La réponse est dans la question : si ce n’est pas le Capital, c’est le Travail qui payera, ainsi que les classes moyennes. Sous quelle forme ? Macron a eu la prudence de n’en rien dire. Mais on le sait bien : la masse de la population payera la facture sous la forme de coupes dans les dépenses publiques et de hausses de taxes diverses. Autrement dit, le peu qui a été donné de la main gauche, hier soir, sera repris de la main droite, demain. Et bien sûr, la main droite prendra beaucoup plus que la main gauche n’a donné, conformément à l’agenda des contre-réformes drastiques prévues dans les années à venir : retraites, assurance chômage, fonction publique. Macron lui-même l’a dit : « Ce sont quarante années de malaise qui ressurgissent. » Précisément. Mais il ne pourra pas dissiper quarante années de malaise, de souffrances et d’humiliations en distribuant quelques dizaines d’euros par mois à telle et telle catégorie de la population. Par exemple, beaucoup de retraités qui payeront moins de CSG, en 2019, ne cesseront pas pour autant d’être pauvres, voire très pauvres, après toute une vie de dur labeur. Et quid des fonctionnaires, des travailleurs payés au-dessous du SMIC, des chômeurs, des temps partiels imposés, mais aussi des artisans, des petits commerçants, des petits agriculteurs, etc. ? Pour eux, Macron n’a rien annoncé. Par contre, ils seront mis à contribution pour payer la facture. »

 

Après avoir cité La Rochefoucaud (« La promptitude à croire le mal sans l’avoir examiné est un effet de l’orgueil et de la paresse. On veut trouver des coupables, et on ne veut pas se donner la peine d’examiner les crimes ! »), Évariste expose ses priorités dans Res Publica : « On nous rétorquera qu’ici ou là, il y a eu des dégradations et des propos critiquables de certains gilets jaunes. Certes ! Et nous ne les excusons pas ! Mais est-ce qu’un tag sur un édifice public est plus important que l’impossibilité de manger correctement, de se soigner, de vivre, ou de hurler aux injustices sociales, etc. ? Plus de 8 millions de personnes sous le seuil de pauvreté ! Voilà ce que nous devons questionner dans le débat. Oui, il faut lutter contre le racisme et l’homophobie, mais il faut aller aux causes et agir sur les causes. Et de ce point de vue, les pouvoirs publics ont une grande responsabilité car ils n’agissent pas sur l’ensemble des causes du racisme et de l’homophobie. Et est-ce que les organisations associatives, syndicales et politiques de gauche sont toutes immunisées contre le racisme ? Bien sûr que non ! Le racisme anti-arabe, anti-musulman, anti-juif, anti-blanc est malheureusement présent dans ces organisations. Conclusion provisoire avec Albert Einstein : « Le monde ne sera pas détruit par ceux qui font le mal mais par ceux qui les regardent sans rien faire ! » »

 

 

 

 

 

Revue de presse (261)

 

Sur le site Anti-Ka, Olivier Petitjean a une pensée émue pour Albert Frère, l’homme le plus riche de Belgique (5,8 milliards d’euros), décédé le 3 décembre : « Il a été l’un des principaux mentors de Nicolas Sarkozy, qui lui a remis la Grande croix de la Légion d’honneur dès son arrivée à l’Élysée. Alors que ce dernier n’était encore que ministre de l’Économie, l’homme d’affaires a été accusé de bénéficier d’une mansuétude inexpliquée de la Caisse des dépôts et consignations. L’établissement financier public lui avait racheté ses parts dans le groupe de BTP Eiffage et, surtout, dans la chaîne de restauration rapide Quick à un prix anormalement élevé, qui lui aurait permis ensuite de se renforcer au capital de Suez juste avant sa fusion avec GDF. Les plaintes déposées par un homme d’affaires brouillé avec Albert Frère ont été cependant déclarées irrecevables.

 

À la fin des années 1980, Albert Frère a échappé miraculeusement à toute poursuite suite à la faillite retentissante de la banque de Wall Street Drexel Burnham Lambert, dont il était pourtant l’un des actionnaires de référence. Plus récemment, une autre société contrôlée par Albert Frère s’est retrouvée impliquée dans les scandales de corruption entourant la compagnie pétrolière nationale du Brésil, Petrobras. En 2008, cette dernière avait en effet accepté de racheter à Albert Frère une raffinerie au Texas pour la somme de 800 millions de dollars – près de vingt fois plus que ce que l’homme d’affaires belge avait déboursé pour l’acquérir seulement trois ans plus tôt…

Partager cet article
Repost0
14 décembre 2018 5 14 /12 /décembre /2018 06:25

Je suis étonné de voir comment, dans les médias ou les réseaux sociaux, on nomme le fondateur de la Vème République : “ Charles De Gaulle ”, ou encore “ Charles de Gaulle ” (ce qui est absurde car la famille n'était pas noble). Nous qui l'avons aimé ou subi l'appelions De Gaulle ou le général De Gaulle ou le président de la République. Par moquerie, le grand Charles, Charlot. J'imagine, mais ne saurais jurer de rien, que cette dénomination d'aujourd'hui l'historicise.


Je suis également surpris de le voir bénéficier d'un réel crédit auprès de gens de gauche, au nom de l'indépendance nationale. Fortement influencé par les grands penseurs de droite et d'extrême droite du XIXème siècle, De Gaulle fut un vrai homme de droite. Il eut beau fanfaronner, en une seule occasion, en déclarant que la politique de la France ne se faisait pas à la corbeille, il nomma premier ministre un banquier ayant quitté la Fonction publique (tiens, tiens) qui succéda à un autre premier ministre férocement de droite. Son dernier premier ministre, Maurice Couve de Murville, avait été haut fonctionnaire de Vichy chargé d'avaliser tous les mouvements financiers franco-allemands tout en devant « réduire l'influence juive dans l'économie française ». Il considéra toujours les gaullistes autoproclamés de gauche comme de la roupie de sansonnet. Il envisagea le comte de Paris comme nouveau roi de France. En 1968, il tomba à droite. L'énorme défilé de mai ( j'y étais) était à 98% de gauche.

 

René Andrieu a fait remarquer à juste titre que de 1954 à 1958, puis de 1958 à 1962, la guerre d'Algérie a duré aussi longtemps sous De Gaulle que sous la IVe République. Les massacres de Sétif, qui firent 45 000 morts, se déroulèrent alors que De Gaulle était chef du gouvernement provisoire. En Indochine, les choix stratégiques et diplomatiques de De Gaulle empêchèrent un règlement pacifique, ce qui déboucha sur une guerre de trente ans. En particulier, De Gaulle avait confié les pleins pouvoirs civils et militaires, non à Leclerc, mais à l'amiral d'Argenlieu, colonialiste fanatique hostile à tout compromis avec Hô Chi Minh. Pour ce prêtre, religieux carme, le communisme devait être combattu “ pour des raisons aussi spirituelles que politiques ”. Lucide, Leclerc prévint : « De Gaulle va perdre l'Indochine comme il a perdu la Syrie. »


Il est indéniable que, sa vie durant, De Gaulle sut tenir tête aux Étasuniens, mais cela n'en fit jamais un homme de gauche.

 

J'ai visité Colombey il y a une quarantaine d'années. J'ai été frappé par le style des pièces qu'on nous donnait à voir : classe, simplicité et sobriété. Le contraire de Sarkozy ou Macron. Il ne s'est effectivement pas enrichi avec la politique. A l'Élysee, il y avait un compteur électrique pour son appartement.

 

 

 

 

Nommer De Gaulle
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2018 2 11 /12 /décembre /2018 06:35

 

Un vif débat – une altercation verbale – a opposé le 8 décembre à 20h 45 le gilet jaune Christophe Couderc à Bruno Jeudy, pilier de BFM-TV. Jeudy a accusé Couderc d’être un faux gilet jaune car militant politique. Couderc n’a pu alors rétorquer que Jeudy était un faux journaliste.

 

On pourrait tout de suite donner raison à Couderc dans la mesure où Jeudy est l’un des responsables d’un magazine qui ne brille pas par la qualité de ses analyses politiques, à savoir Paris Match. Mais là, on friserait le procès d’intention et les mânes de l'atlantiste et anticommuniste viscéral Raymond Cartier en seraient dévastées.

 

Non, Jeudy est un faux journaliste parce que, comme les piliers de BFM (ou de CNEWS), il ne respecte pas les règles du journalisme. Un journaliste en plateau de télévision est censé accueillir un invité, avec courtoisie si possible, lui poser des questions, attendre la fin des réponses et relancer s’il estime que ces réponses sont insuffisantes. Telle n’est pas du tout la pratique de Jeudy et des autres piliers.

 

Authentique marathonien, Jeudy a du souffle, ce qui lui permet de couper la parole de ses invités et de se lancer, pendant plusieurs minutes si nécessaire, dans un argumentaire complètement personnel. Point n’est besoin de se demander vers quel côté penche notre fringant coureur à pied, lui qui est l’auteur de Nicolas Sarkozy de Neuilly à l'ÉlyséeSarkozy et ses femmeset Sarkozy côté vestiaires (on attend Sarkozy et son bidet ou encore Macron est-il hétéro ?).

 

En plateau comme ailleurs, Jeudy est le chien de garde qui aboie contre tout ce qui n’est pas de droite – donc ce qui n’est pas macroniste – et monte la garde auprès des banques et de ses employeurs milliardaires, propriétaires de BFM-TV.

 

Il suffirait que les hommes et femmes politiques appartenant à la vraie gauche boycottent les plateaux de BFM-TV et de CNEWS en réservant leur prestation pour le Canal 27 de France Info, disons pendant un mois, pour déstabiliser l’arrogance de ces chiens de garde des milliardaires.

 

Si le personnel politique tentait de mettre au pas les médias, on crierait au scandale. Le fait que les médias aient mis au pas le personnel politique ne scandalise plus personne.

 

Bruno Jeudy, vrai marathonien et faux journaliste

PS : Licia Meysenq, une jeune journaliste, a regardé BFM pendant 3 jours. Son témoignage, brut de décoffrage :

 

J'avais du mal à comprendre la défiance des gens vis à vis de BFM. Je suis journaliste et diplômée d'une école. J'ai donc décidé de regarder exclusivement BFM pendant trois jours. La suite va vous étonner.

 

Premier jour de mon long calvaire : surlendemain de la manif du 1er décembre. On apprend que plusieurs personnes sont blessées par des tirs de lacrymo. Une personne est décédée (Marseille) une autre a perdu sa main Pendant ce temps BFM passe en boucle un reportage sur ...

 

Les CRS agressés par "les manifestants". Oui ... Les manifestants. Aucune personne ne parle des blessés, ni des conditions de travail desdits CRS (qui ont bossé plus de 20H. Ce sera le seul reportage de la journée.