Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 janvier 2017 5 27 /01 /janvier /2017 06:34

François Rosenblatt se présente sur son blog comme « Coach de Managers ». Faute de goût car il semble tout de même assez bien connaître le français, mais il rachète sa faute en proposant une liste des 50 expressions pro les plus exaspérantes du moment. Malheureusement, re-faute de goût, il appelle cela «le Top 50 des expressions… ». Il commet deux erreurs en français : « Top » (la majuscule est inutile) n’est pas un mot français mais, surtout, il est superfétatoire. François Rosenblat n’allait évidemment pas nous proposer les 50 expressions les moins exaspérantes. Comme des millions de gens désormais, il se calque sur l’anglais qui dit « the second best performance » alors qu’en français la « deuxième performance» suffit puis qu’on ne va pas chercher la deuxième plus mauvaise.

 

Mais ne boudons pas notre plaisir et profitons du travail de quelqu’un qui a encore la force d’être choqué.

 

 

Le monde professionnel a bien des spécificités, dont celui d'être un formidable outil de création d'expressions ridicules qui ont la particularité de se répandre comme une trainée de poudre, et de se reproduire comme des Aliens.

 

La vie pro est telle qu'elle réussit néanmoins à nous imposer l'utilisation de ce sabir grotesque, que nous finissons par parler couramment, et avec le plus grand naturel, nous rendant à notre tour passablement risible.

 

Force est de constater que si vous n'entrez pas dans le moule en baragouinant vous aussi la prolangue « qui va bien » (hérissement de poils momentané), vous serez certainement moins prise au sérieux que votre concurrent à l'embauche.

 

Voici notre palmarès des expressions pro les plus énervantes du moment, leurs définitions et leur utilisation.

 

« Qui va bien » = dans « Mets-moi le p’tit graphique qui va bien dans la prez’ ». Employé très abusivement dans le milieu de la com’. Expression à vomir.

 

« Juste » = comme dans « C’est JUSTE exaspérant ! »

 

Être à l’aise / en phase / confortable avec… = associer des mots de cocooning au jargon pro, pour plus de douceur dans ce monde de brutes ?

 

Deadline = jour après lequel si t’as pas fini ton taf t’es mort.

 

Ça fait du sens = abominable utilisation de la langue française qui semble signifier que ça a du sens, voire que ça en fabrique. Littéralement traduit de l’anglais « to make sense ».

 

Asap = as soon as possible = expression complètement has-been qui s’enracine malgré tout = « J’attends ton retour asap ».

 

Charrette = comme asap, « charrette » est vieux comme le monde et veut dire « être en retard » comme dans « Je suis charrette sur ma prez’ ». Expression d’architecte à l’origine.

 

 

Sous l’eau = charrette = tellement submergée de trucs à faire qu’on se noie. Souvent utilisé comme excuse aux copines pour ne pas avoir répondu à un mail : « Sorry je te réponds tard mais je suis sous l’eau ».

 

Le pipe (prononcé « païpe ») = « avoir des projets dans le pipe » = dans les tuyaux.

 

La To-do = « C’est sur ta To-Do ? » = To-do liste = liste où tu notes indéfiniment les mêmes trucs que tu dois faire depuis des semaines.

 

Au jour d’aujourd’hui = atrocité du langage courant actuel. Qu’on retrouve l’auteur initial et qu’on l’embroche ! [Cette expression est un affreux barbarisme. “Aujourd’hui” est composé d’“au jour”, renforcé par “ hui” (abréviation de “hoc die”) qui signifie “en ce jour”. “Demain de demain demain” ?]

 

Next step = « quelles sont les prochaines étapes du projet ? » = assez désagréable, utilisé sans introduction ni rien. Juste : « Alors, next step ?! »

 

Prendre le lead = se positionner en chef sur un projet = « Je vais prendre le lead si ça t’ennuie pas ».

 

Faire un retour = « Tu me fais un retour là-dessus ? » = utilisation totalement incorrecte !

 

LMK (Let Me Know) = à la fin d’un mail ou sur une note = Fais-moi savoir ce qu’il en est / ce que tu en penses. Très snob. (à associer à TBD = to be done, to be determined).

 

Á date = « on fait un point à date ».

 

Merci de… = tournure à la mode qui fait soit disant gagner du temps aux utilisateurs de smartphones mais reste excessivement autoritaire.

 

Drafter = faire un brouillon. Bref, ébaucher, faire un truc vite fait pas très bien fait.

 

Pres’ = présentation = « Tu m’envoie ta prez’ asap stp ?

 

Brainstormer = réfléchir ensemble parce qu’à plusieurs y’a plein d’idées qui fusent et d’où vont jaillir des concepts innovants = se branler la nouille.

 

Revenir vers = « Tu reviens vers moi avec une proposition ? » = c’est à toi de me contacter, et ne reviens pas seulement VERS moi mais JUSQU’A moi. (« Sisi, je suis revenue vers toi mais je me suis arrêtée en chemin… »).

 

Mutualiser = regrouper les savoirs-faire pour dépenser moins = expression de rapiat.

 

Googliser = chercher sur Google = « Tu l’as googlisée la nouvelle stagios ? »

 

Best practices = bons usages comme dans « Merci de partager vos best practices ».

 

Faire atterrir une proposition = la terminer (Baaaaaaam !).

 

Updater = mettre à jour = « J’ai pas été updaté sur le dernier projet ».

 

Full = full time, full acess, full tout et n’importe quoi pour rendre sa phrase chic et riche.

 

Feed-back = retour = « J’attends ton feed-back asap ». Utilisée également pour dire « impression» dans « J’ai pas eu ton feed-back sur la nouvelle stagios ».

 

FYI = For Your Information = Jette un coup d’œil à ce doc mais de toute façon ça ne te concerne pas vraiment.

 

Dans mon scope = de mon ressort.

 

Deal-breaker = « J’espère que notre devis que constituera pas un deal-breaker » = rupture d’accord mais évoquer un « deal-breaker » est moins angoissant pour les deux parties, ceux qui essayent de conclure le deal.

 

Brief = topo = instructions. Peut également désigner une réunion de début de projet. « On se voit au brief ? »

 

REX = retour d’expérience.

 

Donner son go = dire qu’on a bien tout vérifié et que quand on a dit GO si y’a un problème malgré tout on est mort.

 

Clivant = diviseur.

 

Shooter = « shooter un mail » = l’envoyer mais à plein de gens comme avec une mitraillette.

 

Conf call = conference call = conversation téléphonique à plusieurs. Une horreur où seules deux personnes parlent pendant que les autres se font les ongles ou dessinent des arabesques sur leur cahier.

 

A minima = le « au minimum » 2012, manifestement jugé has been après des siècles de bons et loyaux services.

 

Être force de proposition = prendre des initiatives, être créatif.

 

Out of the box = dans « Laissez fuser vos idées, mêmes les plus out of the box ». Utilisé dans les réunions de brainstorming pour parler d’une pensée non conventionnelle, différente, originale.

 

Compiler = « On compile nos notes ? » = ajouter les unes aux autres pour en faire une synthèse.

 

Collecter = récupérer.

 

BTW = By the Way = très snob, comme unique phrase dans un transfert de mail. A rapprocher de FYI.

 

Confusant = « est-ce que ce wording ne risque pas d’être confusant ? » = qui embrouille au lieu d’expliquer.

 

Itération = allers-retours (dans des mails).

 

From scratch = version anglaise de notre « ex nihilo » lucrécien = démarrer un projet à partir du grand néant.

 

Provoquer une réunion = la monter.

 

Cascading = transmission comme dans « Les managers doivent cascader la vision et la stratégie de l'entreprise et partager leurs best practises ».

 

Monter une réunion = l’organiser = envoyer un mail aux personnes présentes pour leur demander si elles sont dispos. Bref, une tâche compliquée !

 

Rencontrer un impondérable (« Je n’ai pas pu venir ce matin j’ai rencontré un impondérable »)… Euh… du genre « Hello, ravi de vous rencontrer je suis un impondérable » ??

 

 

Partager cet article
Repost0
24 janvier 2017 2 24 /01 /janvier /2017 06:32

A la veille de l'élection présidentielle, 30 personnalités de tous horizons lancent un appel pour la défense de la francophonie et de la diversité linguistique.

C'est l'heure du choix pour les candidats et pour les électeurs français : face à MM. Macron et Gattaz, chevaux de Troie du tout anglais en France et en Europe, REPRENONS LA LANGUE !

 

Prenant la parole à Berlin dans le cadre de sa candidature à la présidence de la République… française, Emmanuel Macron a prononcé son discours en anglais « pour être compris de tous » (sic).

 

Le 11 janvier, s’exprimant sur France-Info dans l’émission de J.-M. Aphatie, le chef de file du MEDEF, Pierre Gattaz, a salué ce reniement macronien de la langue française en expliquant laborieusement que l’avenir de la Francophonie passe par l’anglais (Aphatie a relevé l’ « oxymore »), « langue universelle des affaires » : une assertion à la fois fausse et hors-sujet, sauf à réduire l’activité à venir d’un futur chef de l’Etat à une forme d’affairisme international. Le patron des patrons a même précisé que les jeunes Français devaient apprendre à « lire, écrire, compter  » en anglais, même s’il a ajouté, pour adoucir l’énormité de son propos, que bien sûr ils devaient aussi maîtriser le français (on respire !).

 

Dans cette même émission, M. Gattaz a aussi expliqué que pour « gagner », la France devait accepter les délocalisations industrielles, limiter les droits sociaux et les garanties du code du travail qui freinent, selon lui, les entreprises. La question est de savoir si cette prétendue « France qui gagne » à l’international serait autre chose, une fois privée de sa langue et de ses acquis sociaux, qu’un « couteau sans manche dont on a perdu la lame »… Bref, une « France » dénaturée dont ne bénéficierait qu’une minorité de privilégiés.

 

De plus en plus il apparaît qu’une part croissante de nos « élites » (?) économiques et politiques est déterminée à liquider notre langue au niveau international comme au niveau national, quitte à violer grossièrement l’article II de la Constitution, lequel dispose que « la langue de la République est le français ». Déjà l’ex-président du MEDEF et du syndicat patronal européen Ernest-Antoine Seillière avait déclaré en 2004 qu’il n’officierait plus, en tant que patron de Businesseurope, qu’ « en anglais, la langue de l’entreprise et des affaires ». Déjà Bernard Kouchner, ministre des Affaires étrangères de Nicolas Sarkozy, affirmait lui aussi cyniquement que « l’avenir de la Francophonie passe par l’anglais » (sic). Déjà, Geneviève Fioraso, ministre de François Hollande, a fait de l’anglais une langue universitaire en France au mépris de la loi Toubon qui institue notre langue en « langue de l’enseignement ». Déjà de grandes entreprises comme Renault ou PSA basculent toute leur documentation interne à l’anglais en France même, sans parler de la grande distribution qui privilégie l’anglais (Carrefour City, Simply Market, etc.), des « services publics » et des ex-services publics (SNCF, EDF, Orange…) qui affichent trop souvent leur publicité et leurs enseignes en frenglish ou en mauvais anglais ; ni de la « France » qui chante en anglais à l’Eurovision, des films tournés en anglais en France sur subvention de l’Etat, des émissions intitulées en anglais sur des chaînes publiques, etc.

 

 

 

 

Manifestement, l’aile marchante de l’oligarchie politico-financière « française » a décidé, à l’occasion des présidentielles, de franchir un seuil décisif dans l’assassinat programmé de la langue nationale, qui est aussi, rappelons-le, la langue officielle de dizaines de pays dans le monde : après la loi du silence qui, depuis des années, interdit de fait aux grands médias de mettre en débat le basculement linguistique insidieusement en cours en France, voici que certains milieux – dont MM. Macron et Gattaz sont l’avant-garde – passent à l’arrachage officiel, quitte à tenir à mi-voix à l’égard du français d’hypocrites propos élogieux en forme de soins palliatifs…

 

Nous refusons et refuserons avec acharnement cet attentat cynique contre le peuple français et les autres peuples de la Francophonie. C’est le moment ou jamais pour les amis du français et de la Francophonie d’interpeller vigoureusement les candidats aux prochaines élections, présidentielle et législatives :

  • oui ou non, condamnez-vous l’attitude anti-francophone caractérisée de M. Macron et de ses « hampers » (ainsi se nomment ses partisans) ?
  • oui ou non, ferez-vous enfin respecter et renforcerez-vous la loi Toubon, y compris en sanctionnant les « collabos de la pub et du fric » (dixit Michel Serres) qui ne recourent au français dans leur « com » que pour mieux le polluer et introduire le « Globish Business»?

 

La résistance et le civisme linguistique sont décisifs pour sauver notre langue, premier service public de France et socle du lien social, pour imposer le respect dû à tous les Francophones de France et d’ailleurs, pour sauvegarder l’égalité entre les citoyens français dont l’écrasante majorité n’est pas « English Mother Tongue » (1). Cette résistance est également vitale pour préserver la diversité des langues qui n’importe pas moins à la culture mondiale que la diversité des espèces n’importe aux défenseurs de la nature.

 

Au demeurant, Macron n’a pas seulement piétiné le français en parlant anglais à Berlin, il a aussi humilié les germanophones, qui ne sont pas tous censés parler la langue du « business » macronien ! Il est vrai qu’en Allemagne aussi la trahison linguistique fait rage à l’initiative du haut patronat : la société Volkswagen ne vient-elle pas de passer toute sa communication d’entreprise à l’anglais au mépris des ouvriers et des consommateurs allemands ? Assez de ce totalitarisme linguistique, d’autant plus odieux et ridicule que l’Angleterre est en passe de quitter l’U.E., si bien que légalement, l’anglais ne peut plus être la langue officieuse, et encore moins, la langue officielle, des institutions européennes !

 

Macron se donne des airs de « transgresseur » et de « moderniste » en humiliant sa langue maternelle à l’international. Or il n’y a rien de moins moderne que cet assassinat de la diversité culturelle, rien de plus conformiste que cette allégeance au tout-anglais et à ce qu’il signifie de soumission à l’Empire néolibéral anglo-saxon…

 

Résistance ou collaboration linguistique, l’heure du choix est venue pour tous les citoyens épris de dignité. Ensemble, sauvons notre langue, et avec elle, la diversité linguistique mondiale, de l’oppression du tout-anglais porté par le monde de la finance.

 


(1) = « langue maternelle anglais » : nombre d’offres d’emploi de postes de hauts cadres réservées aux anglophones, ce qui revient à introduire indirectement une préférence nationale à l’envers qui n’est pas moins douteuse que son inverse.

 

Signataires (11.01.2017)

  • Georges Gastaud, philosophe, président exécutif de l’Association CO.U.R.R.I.E.L. (COllectif Unitaire Républicain pour la Résistance, l’Initiative et l’Emancipation Linguistiques)
  • Stéphane Sirot, historien du syndicalisme
  • Annie Lacroix-Riz, professeur émérite d’histoire contemporaine à l’Université de Paris-VII
  • Bernard Guillaumin, trésorier national de l’Association CO.U.R.R.I.E.L.
  • Philippe Loubière, docteur ès lettres
  • Matthieu Varnier, secrétaire général de l’Association CO.U.R.R.I.E.L., roboticien
  • Philippe de Saint-Robert, ancien Commissaire général à la langue française, président de l’Association pour la sauvegarde et l’expansion de la langue française (ASSELAF)
  • Guy Chausson, Association Lotoise des Amis de la langue française
  • Francis Combes, poète
  • Albert Salon, docteur d’Etat ès lettres, ancien ambassadeur, président d’association pour le français et la Francophonie
  • Pierre Pranchère, ancien Franc Tireur et Partisan de France, ancien député de Corrèze
  • Aurélien Djament, mathématicien, CNRS
  • Rose-Marie Serrano, traductrice d’espagnol
  • Patricia Latour, journaliste
  • Daniel Miroux, président de l’Alliance Champlain
  • Benoît Foucambert, syndicaliste (81)
  • Christophe Pouzat, neurobiologiste
  • Christian Darlot, chercheur CNRS
  • André Tosel, professeur émérite de philosophie, Université de Nice
  • Marcel Girardin, administrateur de Défense de la langue française en Pays de Savoie
  • Anna Persichini, secrétaire, militante syndicale CGT (06)
  • Jean-Luc Pujo, président des Clubs Penser la France
  • Denis Foucambert, professeur de psycholinguistique, Université du Québec (Montréal)
  • Alain Fleury, auteur, comédien, metteur en scène (76)
  • Aymeric Monville, éditeur
  • Daniel Dubois, syndicaliste, libre-penseur, élu (Adjoint au Maire, 59).
  • Giovanni Di Mino, professeur de langue vivante (13)
  • Christian Champiré, maire de Grenay (62)
  • Romain Vignest, président de l’Association des professeurs de Lettres
  • Laurent Lafforgue, mathématicien, professeur à l’IHES
  • Anna-Maria Campogrande, pour Athena, Association pour la défense et la promotion des langues officielles de la Communauté Européenne, Italie.
  • Barbara Flamand, poétesse (Belgique)
  • "canempechepasnicolas"

 

 

Partager cet article
Repost0
23 janvier 2017 1 23 /01 /janvier /2017 06:26

 

Huit personnes sur la planète détiennent autant de richesse que la moitié la plus pauvre de la population mondiale, une situation "indécente" qui "exacerbe les inégalités", dénonce l'ONG britannique Oxfam dans un rapport publié en amont du Forum Économique Mondial qui s’est tenu à Davos.

 

"Il est indécent que tant de richesses soit concentrée dans les mains d'une si infime minorité, quand on sait qu'une personne sur dix dans le monde vit avec moins de 2 dollars par jour", affirme la porte-parole d'Oxfam France Manon Aubry.

Selon le rapport, le premier super-milliardaire du monde "pourrait voir son patrimoine dépasser le millier de milliards de dollars dans 25 ans à peine". Pour dépenser cette somme, il faudrait "débourser un million de dollars par jour pendant 2738 ans", souligne-t-elle.

La France n'échappe pas aux critiques d'Oxfam. Selon l'étude, 21 milliardaires possédaient autant que les 40% les plus pauvres de la population française en 2016.

 

 

 

 

Christophe Trontin brosse dans le Grand Soir un tableau très sombre des Etats-Unis : « Les politiques à court terme, la corruption massive, les dépenses inconsidérées entraînées par les récentes aventures militaires, ont provoqué un chaos intérieur bien analysé par quelques observateurs étrangers et parfaitement ignoré par la plupart des analystes étasuniens, dans un curieux exercice de déni médiatique. Bernie Sanders était bien seul à tirer la sonnette d’alarme, et même s’il fut écouté par un grand nombre de citoyens des classes modestes, il a rapidement été écarté par Mme Clinton et l’élite libérale du Congrès démocratique. Endettement massif des étudiants, surpopulation carcérale exponentielle, police détroussant impunément les citoyens, populisme échevelé des juges, ravages des prêts usuriers dans les classes populaires, absence de protection sociale des travailleurs pauvres, inégalités de revenus et de patrimoines dépassant tous les records historiques connus, retour des tensions raciales... La société étasunienne est malade, son état se dégrade, et la présence d’armes à feu dans chaque tiroir de commode du pays est une bombe à retardement qui attend son heure. D’un instant à l’autre, semble-t-il, dès que Donald Trump aura épuisé sa capacité déjà très limitée à rassembler, le désespoir va exploser et le pays se déchirer.

Les conséquences seront terribles pour l’Amérique et pour le monde. Tous les humoristes s’y sont collés et ont suggéré l’idée que Donald Trump serait non pas le 45e, mais le dernier président des USA. Et s’ils avaient raison ? »

 

 

L’Humanité évoque Jean Pisani-Ferry (fils d’Edgar Pisani, arrière-petit-neveu de Jules Ferry – on vient toujours de quelques part), l’un des ralliés importants à Emmanuel Macron :

 

Selon un proche d’Emmanuel Macron, l’équipe de campagne du candidat avait « besoin de quelqu’un comme lui qui a une vison globale de la situation, avec qui nous nous sentons en phase politiquement ». Cela n’a guère été dit durant le débat sur la loi travail en 2016, mais cette loi est inspirée d’un rapport franco-allemand rédigé par Jean Pisani-Ferry (par ailleurs président du comité de suivi du CICE) et Henrik Enderlin. Il fut remis le 27 novembre 2014 à Emmanuel Macron par ses deux rédacteurs. Ce rapport proposait d’assouplir les 35h en France. Il disait que notre pays « souffre du gouffre séparant les CDI et les CDD sur le marché du travail ». Il proposait de faciliter les licenciements et considérait que le niveau d’indemnisation du chômage en France « n’inciterait pas à la recherche active d’emplois ». Il proposait aussi de changer « la formule de calcul du SMIC», lequel ne serait plus corrélé à l’inflation mais à la productivité du pays. Bref, l’essentiel de contenu de la loi El Khomri que Manuel Valls a fait passer au 49-3 était dans le rapport rédigé par Jean Pisani-Ferry et son collègue allemand.

 

 

Le site Mirador explique comment Rolls-Royce achète son impunité :

 

Après des enquêtes pour corruption active, l’entreprise britannique Rolls Royce a conclu des accords avec la Justice des Etats-Unis, du Royaume-Uni et du Brésil, en versant près de 700 millions de livres, pour mettre fin à des enquêtes pour corruption. Rolls Royce est un constructeur de moteurs d’avions et de véhicules de luxe. Rolls Royce a corrompu des responsables d’autres entreprises et des politiques au Brésil, en Indonésie, au Nigéria et en Chine. L’objectif était de gagner des contrats : au Brésil par exemple de la société pétrolière Petrobras.

Partager cet article
Repost0
21 janvier 2017 6 21 /01 /janvier /2017 06:00

J’ai souvent évoqué le village de mes grands-parents dans le sud-ouest. Une population très mélangée. Une majorité de Lot-et-Garonnais, disons de souche, une forte minorité d’Italiens ayant fui la misère, le fascisme ou les deux, quelques familles de républicains espagnols qui ne reverraient leur pays que Franco une fois mort, une pincée de gens originaires du nord de la France, dont mes grands-parents, et quelques familles arabes. Ainsi, la première fois que j’ai rencontré des femmes musulmanes, c’était en 1953, dans ce village. Il ne s’agissait pas de femmes de harkis puisque la guerre d’Algérie n’avait pas commencé. Pas de burqua, pas de tchador, pas de voile. Des femmes moyennement intégrées, parlant plutôt mal le français mais vivant globalement comme les autres habitants. Je me suis rendu compte par la suite qu’elles observaient le ramadan de manière relâchée. En matière de boucherie, pas de viande halal, mais la viande de tout le monde achetée chez un boucher juif ayant réussi à échapper à la police de Vichy quelques années auparavant. Il leur préparait le mouton pour le couscous quand elles le demandaient. Ce boucher, qui avait épousé une jeune fille du pays, découpait toutes les viandes pour tous les clients avec le même couteau.

 

La montée en puissance des boucheries halal en France et ailleurs ne s’est pas réalisée par l’opération du Saint-Esprit. Rien de naturel à cela, ni même de culturel (de cultuel, on ne sait plus ?). Nous sommes dans le politique et l’économique. Les marchands – je reprends une expression de Florence Bergeaud-Blackler pour un entretien dans Libération dont je me servirai ici – ont « inventé une tradition ».

 

Pour Bergeaud-Blackler, l’avancée de la nourriture halal, « née industriel, fruit du néolibéralisme et du fondamentalisme », coïncide avec le recul de la démocratie.  Alors que dans le Lot-et-Garonne de mon enfance, le souci du « licite » n’avait ni pertinence ni sens, 70% des musulmans français ou de France n’achètent que de la viande halal. La religion semble déterminer la consommation. Cette mutation capitale, qui ne date pas d'hier, n'a fait l’objet de pratiquement aucune étude, si l’on excepte le livre récent de Florence Bergeaud-Blackler, le Marché halal ou l’invention d’une tradition (Seuil).

 

Pour la sociologue, le marché a transformé le sens du mot halal en « prescrit » alors que le mot signifie « licite ». Elle ajoute que le marché halal n’est pas une coutume ancienne importée des pays musulmans : « Ce marché n’a jamais existé dans le monde musulman avant que les industriels ne l’y exportent. » Et elle observe que deux idéologies ont triomphé au même moment, autour de 1980, sur la scène internationale : le fondamentalisme musulman en Iran et le néolibéralisme thatchérien et reaganien. Dès lors, l’abattage industriel pourra être contrôlé dans les pays occidentaux par des certificateurs musulmans. Certains iront jusqu’à dire (je ne sais si cela est authentique) qu’au Québec, par exemple, la quasi totalité de la population mange halal. Comme il ne pouvait pas interdire durablement l’importation de la viande occidentale, Khomeini enverra en Australie des mollahs imposer un protocole islamique dans des chaînes d’abattage (qui avait commencé dès 1974), le gouvernement australien n’ayant aucune autorité sur cette certification. N'ayant aucune autorité parce qu'il le voulait bien.

 

 

 

 

 

Á partir de quand une viande est-elle halal ? Les musulmans eux-mêmes divergent quant à la technique de mise à mort. Pour certains, l’animal doit être étourdi avant d’être égorgé. Pour d’autres, non. Ce débat dure depuis des siècles. Lors de l’égorgement, le boucher doit prononcer le nom d’Allah et l’animal doit avoir la tête tournée vers La Mecque. Il peut se passer 10 à 20 secondes avant que survienne la mort cérébrale par manque d’oxygène. Un animal peut agoniser plus de 10 minutes, comme le montre la photo ci-dessous d’un mouton égorgé mais qui tient la tête haute.

 

 

Mohammed Moussaoui, maître de conférences en mathématiques à l'université d'Avignon et ancien président du Conseil Français du Culte Musulman, estime minoritaires les partisans de l’étourdissement. Soucieux des intérêts économiques de son pays, il met en garde contre une systématisation de l’étourdissement : « Lorsqu'on entend dire qu'en France, la majorité des viandes sont étourdies, tout de suite on a des appels au boycott de la viande française. Et je pense qu'on ne rendra pas un service, ni aux professionnels, ni aux producteurs, que de dire que la viande venant de la France est étourdie. Le chantage économique en ces temps de crise est souvent payant. » Chaque kilo de viande abattue selon les rites halal (ou casher, n’oublions pas la religion juive) profite aux représentants religieux : la certification halal coûte entre 10 et 15 centimes d’euro, payés par des consommateurs de plus en plus nombreux, et souvent irréligieux, la viande halal étant massivement écoulée sur le marché global et n’ayant donc plus une unique vocation religieuse. Depuis 2008, à l’abattoir de Meaux, les animaux sont abattus sans étourdissement, qu’ils soient consommés religieusement ou pas. Comme dans celui d’Ales. Ou de Limoges. D'après une enquête du Ministère de l'Agriculture, au niveau national 32% des bêtes sont abattues en rituel, alors que les consommateurs halal et cacher ne représentent que 7% de la population. Selon François Halepé, directeur de la Maison de l'Elevage d'Ile-de-France, les 5 abattoirs qui fonctionnent en Ile-de-France, abattent tous selon le rite musulman. Ce qui signifie que près de 100% de la viande abattue dans la région parisienne l’est selon les traditions musulmane et juive. Pour ceux des éleveurs franciliens qui refusent ce rituel, leurs animaux doivent être transportés sur des centaines de kilomètres et les carcasses rapatriées, ce qui implique une perte de temps et d’argent. Á signaler qu'en Nouvelle-Zélande, premier pays exportateur au monde de mouton halal, l'étourdissement par électronarcose est obligatoire (tout comme au Royaume Uni, en Suède, Norvège, Suisse, Islande et dans une partie de l'Autriche) et qu'en Wallonie l'abattage sans étourdissement sera bientôt interdit (250 000 animaux sont abattus chaque année dans de grandes souffrances).

 

La loi française ne connaît pas l’abattage halal ou cacher. Mais, en 1964, le législateur a instauré, pour le cacher, une dérogation à l’étourdissement des bêtes pour des raisons religieuses. Depuis, selon la sociologue, nous sommes en pleine confusion : « des abattoirs européens font du “tout halal” pour faire des économies. Ils évitent les changements de chaîne et peuvent indifféremment distribuer du halal à leurs clients musulmans ou à des grossistes conventionnels. La réglementation européenne n’oblige pas d’étiquetage particulier. »

 

Bref, les industries occidentales et les politiques ont accepté cette mutation considérable. Selon Florence Bergeaud-Blackler, la Malaisie est devenue un centre du halal mondial dans les années 90. Des ingénieurs de l’agroalimentaire travaillant pour Nestlé l’ont aidée à mettre en place l’ingénierie nécessaire : « seuls les aliments qui ne contiennent ou ne sont pas contaminés par des produits interdits (porc, alcool, protéines qui ne sont pas issues d’un abattage selon la loi islamique) peuvent être halal. Cela exclut une grande partie des aliments industriels qui comportent des colorants, exhausteurs de goûts et autres additifs ! Presque toute l’industrie alimentaire devient halalisable ». Voir les bonbons Haribo disparaissant de nos cours d’école lors de goûters collectifs, non parce qu’ils sont chimiques mais parce qu’ils sont – prétendument – haram.

 

Le halal a progressé en France, de manière dialectique, en fonction de l’offre et de la demande. Florence Bergeaud-Blackler : « L’offre de halal va rencontrer la demande de la diaspora, pour laquelle la cuisine est une façon de protéger l’intégrité de sa culture, et la stratégie des groupes fondamentalistes qui voient bien que la clôture alimentaire peut aussi être une clôture communautaire. J’ai mené une enquête en 2005 lors du rassemblement de l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) au Bourget (Seine-Saint-Denis) : 85,9 % déclaraient manger de la viande et des produits carnés exclusivement halal. Le congrès de l’UOIF n’est certes pas représentatif de l’ensemble des musulmans, mais il réunit une population familiale qui dépasse largement l’audience des seuls Frères musulmans. A une époque où l’on croyait que la sécularisation ferait disparaître ces pratiques, ces chiffres considérables ont suscité le scepticisme. D’autres études l’ont confirmé. Une étude de l’Institut Montaigne a montré en 2016 que plus de 40 % de musulmans pensent que manger halal est l’un des cinq piliers de l’islam… ce qui est inexact. »

 

La nourriture et les pratiques halal intègrent-elles ou coupent-elles les musulmans de la société. Les réponses divergent. Selon Olivier Roy, dont le parcours politique fut assez singulier, le halal est le signe d’une sécularisation de l’islam. Florence Bergeaud-Blackler estime pour sa part que la viande halal n’est pas « inerte » car elle est accompagnée d’un discours religieux fondamentaliste, dans les domaines alimentaire, vestimentaire, cosmétique. Selon elle, le danger pour les musulmans eux-mêmes est « l’évitement social » : « Diviser en deux l’espace entre le permis et l’interdit crée une certaine anxiété sociale et conduit à des conduites d’évitement. Quand vous mangez exclusivement halal, vous pouvez éviter d’inviter quelqu’un qui ne mange halal chez vous par crainte qu’il vous invite à son tour. » Elle estime par ailleurs que la nature du marché cacher est différente car il est né avant l’industrialisation, la séparation entre ses fonctions marchande et religieuse pouvant être transgressée, ce qui n’est pas le cas de la norme halal, « prise dans une surenchère marchande et religieuse ». Les musulmans de France risquent de se retrouver dans des conduites exclusivement négatives, entre l’évitement et la haine de soi, la haine d’un passé où un boucher juif pouvait leur préparer des rôtis de bœuf avec son grand couteau laïc.

Partager cet article
Repost0
19 janvier 2017 4 19 /01 /janvier /2017 06:38

Depuis plusieurs années, je suis le blog L'1Dex, pour un Valais critique et libertaire de Stéphane et Béatrice Riand, deux citoyens valaisans qui me font le plaisir et l’honneur de reprendre nombre de mes rubriques. Stéphane est avocat et sa femme professeur de littérature et de psychologie de formation. Ils auraient beaucoup plu à leur presque voisin Voltaire : deux esprits libres et originaux. Le Valais est un des cantons sud de la Suisse. Sa capitale est Sion (35 000 habitants).

 

Ils se sont lancés dans une entreprise très ambitieuse : la réalisation d’un magazine papier, dont j’ai sous les yeux la première mouture de 270 pages. Un deuxième numéro sortira en décembre 2017.

 

Le Valais et ses 300 000 habitants s’expriment magnifiquement dans cette publication. Et ce, sans même un article sur les coucous suisses ou le cul propre des vaches helvétiques.

 

Culture, gastronomie, santé, politique, justice, géopolitique, sans oublier d’heureuses facéties (les valais’âneries ou un succulent article, “Autant en emporte le vent”, sur le pet et la vesse), tous ces thèmes nous disent en creux que le monde (et donc le Valais) est plein de gens qui ont des choses à dire, profondes, pensées. 53 Valaisans qui se sont retroussés les manches pour créer une plateforme intellectuelle. Voir, par exemple, une série d’articles très originaux sur la Catalogne. C’est cela la culture, vivante et qui s’inscrit dans le temps long, le contraire de Twitter. J’ai bien aimé ce que le journaliste valaisan André Crettenand, directeur de l’information de TV5 Monde, explique dans son édito introductif : « Des rêveurs enthousiastes parient sur la parole écrite. […] On est vite débordé par le foisonnement des idées et des concepts. […] Il n’y a pas de mal à rêver l’avenir. […] Les hauteurs nous ont donné le goût de l’excellence. Et trop souvent inspiré une modestie contrainte. Le projet de l’1Dex Mag donne à voir une multitude de talents. Sans aucun complexe. Et leur assemblage dans cette revue qui a tout de l’essai générera un sentiment de fierté et beaucoup de plaisir. »

 

Si vous ne vivez pas à côté d’un kiosque suisse, vous pouvez commander le Mag ici :  mag@1dex.ch

 

Découvrez L'1Dex Mag
Partager cet article
Repost0
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 06:42

Mediapart : À la frontière italienne, des cheminots résistent à la « chasse aux migrants » :

 

Les agents SNCF sont directement sollicités par les forces de l’ordre. Le représentant syndical décrit : « Les policiers viennent nous demander : “ Est-ce que tu en as ? – De quoi tu parles ? Moi je ne sais pas reconnaître une personne en situation irrégulière. ” Les policiers nous montrent le visage pour dire noir. Ils m’ont aussi déjà demandé mes clefs de service pour ouvrir une cabine. » Avec le temps, ces contrôles discriminatoires deviennent « routiniers ». « On s'y est habitué, dit un cheminot. Ça s'est banalisé. On sait qu'à Vintimille, les policiers italiens et français sur le quai vont filtrer les voyageurs et qu'à Menton, les CRS vont fouiller le train et quand ils auront fini, ils nous donneront l'autorisation de repartir. Que peut-on faire ? Notre direction nous a bien fait comprendre qu'il ne fallait pas faire passer de gens et que nous nous exposions à des sanctions. Nous avons quelques agents qui sont de zélés délateurs. Le cheminot est un citoyen comme un autre, il regarde TF1 et a des problèmes de pouvoir d'achat... »

 

 

Adrien Guilleau, dans Mediapart revient sur la visite de Marine Le Pen en Guyane, une visite dans la droite ligne de l'extrême droite !

 

Malgré un comité d’accueil qui donnait de la voix à l'aéroport de Cayenne, Marine Le Pen a réussi à s'introduire en Guyane en passant par une sortie dérobée de l'aéroport.

 

Durant son séjour elle a rencontré les représentants patronaux des filières du bois et de l'orpaillage, promettant de faciliter les exploitations si elle accédait au pouvoir. Exploitations qui avec elle, n'en doutons pas, rapporteraient encore une fois plus à la France qu'à la Guyane, fidèle aux fondamentaux du colonialisme qui veut que l'on pille les richesses d'un territoire pour le profit de sa métropole ! Ensuite elle a visité le Centre Spatial Guyanais (CSG) qui est aux guyanais ce que les mines de Nikel sont aux Kanaks, le symbole de l'exploitation coloniale.

 

Durant sa visite, le seul homme politique guyanais ayant accepté de la rencontrer est Léon Bertrand, ancien ministre de Chirac, maire de Saint Laurent du Maroni depuis 1983, condamné à 3 ans de prisons ferme en 2013 pour délit de favoritisme et corruption passive, condamnation confirmée en Appel et en Cassation, il attend que soient rendues les modalités de sa peine, il a également été condamné pour complicité d'abus de bien sociaux.

 

 

 

Dans Mariane, Renaud Dély critique la propositions de certains socialistes de revenu universel :

 

Cruel défaitisme, significatif de l'impuissance des politiques en général et de la gauche en particulier. En fait, le «revenu universel» vient clore une histoire tragique ouverte par le sombre aveu soupiré par François Mitterrand au crépuscule de son règne : «Contre le chômage, on a tout essayé...» Depuis, les socialistes ont perdu le goût du travail. Plutôt que d'en créer, ils ont préféré soit le partager, soit inventer diverses prestations pour tenter de compenser sa perte. Entérinant l'existence durable d'un chômage de masse, ce renoncement idéologique s'est traduit par l'abandon de la valeur travail, récupérée il y a dix ans par Nicolas Sarkozy, aujourd'hui par Marine Le Pen.

 

 

Dans Le Grand Soir, Jean Ortiz rappelle qu’en Amérique latine comme ailleurs, rien n’est jamais acquis :

 

Mais qui a dit que les changements sociaux étaient irréversibles ? Pas plus ici qu’ailleurs. Le capital ne cède jamais sans qu’on le lui impose. Qui peut croire que l’on peut répondre une fois pour toutes aux revendications des peuples ? Depuis plus de cinq ans, depuis le coup de force « parlementaire » contre le président de gauche élu au Honduras, Zelaya, en juin 2009, Washington est parti à la reconquête du terrain perdu dans son historique « arrière cour ». L’impérialisme a les moyens d’influer sur les cours des matières premières, de mener la « guerre idéologique », de déstabiliser des économies, des situations politiques, d’acheter tel ou tel... Peut-être avions-nous oublié que l’impérialisme reste l’impérialisme ? Le Venezuela bolivarien a construit des hôpitaux, des Universités, 700 000 logements sociaux, a sorti de la pauvreté des milliers de familles des « ranchitos » dont beaucoup ont accédé au statut de « classe moyenne », et ont désormais d’autres revendications, notamment de consommation... Mais la consommation ne saurait être l’horizon d’une révolution. Débat à ouvrir peut-être...

Partager cet article
Repost0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 06:31

Je garantis l'authenticité de cet échange. Il y a quelques années, le chanteur Renaud rencontre Magyd Cherfi. 

 

- Qui es-tu , demande à Magyd l'homme au foulard rouge ?

- Je suis Magyd, le chanteur-auteur-compositeur.

- Tu as écris quoi comme chanson ?

-  “Tomber la chemise”.

- Ah, cette merde !

 

Je rappelle que cette "merde" commence par ces paroles :

 

Tous les enfants de ma cité et même d'ailleurs
Et tout ce que la colère a fait de meilleur
Des faces de stalagmites et des jolies filles
Des têtes d'acné, en un mot la famille
Sont là

Oui tous les enfants de mon quartier et même d'ailleurs
Et tous ce que le béton a fait de meilleur
Des qui voulaient pas payer l'entrée trente balles
Ont envahi la scène, ont envahi la salle.

Y a là des bandits qu'ont des têtes de cailloux
Ceux qu'ont des sentiments autant que les voyous
Attendent qu'on allume un méchant boucan
Et que surgissent de la scène des volcans
Et c'est là :

{Refrain:}
Qu'on a tombé la chemise
tomber la chemise ....

 

Le reste de la chanson est au même niveau.

 

Alors que “Tomber la chemise” était devenue un énorme succès, les médiacrates de droite ne savaient plus trop comment la récupérer. Je me souviens que l'immense Jean-Pierre Pernaud avait trouvé le joint en disant que “Tomber la chemise” était de la même veine que “La danse des canards”.

 

 

Mais revenons à Renaud. A-t-il prononcé cette petite crapulerie dans un état d'ébriété avancée ? Je crois qu'on s'en fiche. C'est sa nature profonde qu'il a exprimée dans ce dialogue, cette nature qui lui avait fait adopter une posture de mitterrandolâtre primaire et qui, récemment, l'a poussé vers Fillon. Une nature de mec pas sympa, pleurnichard (comparons la promotion de son dernier disque et l'attitude constante du groupe Zebda qui n'a jamais pleurniché et qui est resté fidèle à ses valeurs), un poseur à l'ego boursouflé qui nous les casse avec son tabagisme, son alcoolisme et ses problèmes avec les femmes.

 

PS : ne me demandez pas pourquoi certaines parties de ce texte sont surlignées en blanc. Je n'en sais strictement rien.

Partager cet article
Repost0
12 janvier 2017 4 12 /01 /janvier /2017 06:12

J’avoue avoir éprouvé un vrai plaisir esthétique, il y a une bonne trentaine d’années, à lire les deux copieux tomes du Journal de Paul Claudel, que j’ai d’ailleurs lus en regard avec celui de Gide qui disait de son aîné (d’un an) : « Ma pensée s’affirme en offense à la sienne ». Je ne partage pas du tout l’opinion d’André-Paul Antoine (le fils du comédien fondateur du théâtre du même nom) prétendant que « Si M. Paul Claudel mérite quelque admiration, ce n'est ni comme poète, ni comme diplomate, ni comme Français, c'est comme maître-nageur. » Contrairement à Gide qui écrivit son Journal dans l’optique d’une publication globale, Claudel, peu enclin à l’introspection, ne souhaita pas donner à ses textes un fini de littérature et n’évacua pas ses contradictions, voire ses reniements.

 

Mais pour moi, Claudel restera à jamais comme le frère de l’offense à sa sœur. Elève, collaboratrice, compagne de Rodin qu’elle dépassa à certains égards, Camille Claudel fut internée en 1913 en asile d’aliénés, à l’instigation de son frère et juste après la mort de leur père, de manière particulièrement violente. Un fourgon s’arrêta devant son domicile du 19 quai Saint-Louis à Paris. Deux infirmiers tentèrent d’en forcer la porte. La sculptrice, qui avait prévu le mauvais coup, s’était barricadée. Les infirmiers durent passer par la fenêtre devant des passants effarés. Au lieu d’aider leur sœur et fille, assurément paranoïaque, à voir du monde, à s’aérer, Claudel et sa mère obtinrent un « placement volontaire » pour cette artiste de génie qui était toujours en pleine possession de ses facultés créatrices.

 

 

En trente ans, Claudel ne rendra visite à sa sœur qu’à douze reprises. Celle-ci ne touchera plus jamais à une motte de glaise ou à un crayon. Elle sera inhumée sans la présence de son frère au cimetière de Montfavet avant que sa dépouille soit transférée dans une fosse commune, aucun membre de la famille Claudel n’ayant suggéré une vraie sépulture.

 

En 1935, Claudel est nommé administrateur de la société des moteurs Gnôme et Rhône. Il touche 675 000 francs pour avoir assisté six fois à son conseil d’administration. Pendant la guerre, l’entreprise produira des moteurs sous licence BMW.

 

Lorsque la Deuxième Guerre mondiale éclate, Claudel, qui n’est pas spontanément collaborateur ni même collaborationniste, et qui n’est pas non plus un suppôt de l’hitlérisme, salue le vote de l’Assemblée nationale du 10 juillet donnant au président du Conseil Pétain les pleins pouvoirs : « Vote de l'Assemblée nationale et fin du régime parlementaire et de la domination des francs-maçons et des instituteurs». Il précise que « La France est délivrée après 60 ans de joug du parti radical et anti-catholique (professeurs, avocats, juifs, francs-maçons). Le nouveau gouvernement invoque Dieu et rend la Grande-Chartreuse aux religieux. Espérance d'être délivré du suffrage universel et du parlementarisme ». Le 24 septembre, il en remet une petite couche : « Ma consolation est de voir la fin de cet immonde régime parlementaire qui, depuis des années, dévorait la France comme un cancer généralisé. C'est fini... de l'immonde tyrannie des bistrots, des francs-maçons, des métèques, des pions et des instituteurs... » (Journal, tome 2, collection Pléiade).

 

En novembre 1940, la collaboration l’écœure. Il se scandalise d’un appel dans La Croix du cardinal Alfred Baudrillart (recteur de l’Institut catholique de Paris et membre de l’Académie française) qui appelle à collaborer « avec la grande et puissante Allemagne » et faisant miroiter à nos yeux les profits économiques que nous sommes appelés à en retirer ! » Il estime que les catholiques « de l'espèce bien-pensante sont décidément écœurants de bêtise et de lâcheté. »

 

 

 

 

Mais il finit par craquer. Le 10 mai 1941, il publie dans Le Figaro (vichyste) le poème “Paroles au Maréchal”, connu sous le titre “Ode à Pétain” :

 

Monsieur le Maréchal, il est question dans cette

Pièce de quelqu’un qui ressuscite

Vos bras lentement qui n’a que vous et qui ressuscite

Sept fois de suite.

Monsieur le Maréchal, voici cette France entre vos bras, lentement

qui n'a que vous et qui ressuscite a voix basse.

II y a cet immense corps, à qui le soutient si lourd et qui pèse de tout son poids.

Toute la France d'aujourd'hui, et celle de demain avec elle, qui est la

même qu'autrefois!

Celle d'hier aussi qui sanglote et qui a honte et qui crie tout de même

elle a fait ce qu'elle a pu!

C'est vrai que j'ai été humiliée, dit-elle, c'est vrai que j'ai été vaincue.

II n'y a plus de rayons à ma tête, il n'y a plus que du sang dans de la boue.

II n'y a plus d'épée dans ma main, ni l'égide qui était pendue à mon cou.

Je suis étendue tout de mon long sur la route et il est loisible au plus lâche de m'insulter.

Mais tout de même il me reste ce corps qui est pur et cette âme qui ne s'est pas déshonorée !

Et sans doute c’était un rêve baroque, cette baraque [la IIIe République !] où j’ai vécu soixante-dix ans.

Monsieur le Maréchal, rappelez-vous et c’était

Il n’y a pas si longtemps

Ces foules sur tous les chemins comme un fleuve

Qui devient torrent

De femmes et d’enfants et d’hommes comme un

Troupeau de bêtes affolées.

Monsieur le Maréchal, il y a un devoir pour les morts qui est de ressusciter.

Et certes nous ressusciterons tous au jour du jugement dernier.

Mais c'est maintenant et aujourd'hui même qu'on a besoin de nous et qu'il y a quelque chose a faire !

France, écoute ce vieil homme sur toi qui se penche et qui te parle comme un père.

Fille de Saint-Louis, écoute-le ! Et dis, en as-tu assez maintenant de la politique ?

Écoute cette voix raisonnable qui propose et qui explique

Cette proposition comme de l'huile et cette vérité comme de l'or...

 

Á Henri Guillemin, catholique mais anti-pétainiste, Claudel justifiera cette flagornerie à l’égard du chef de l’État français au motif qu’il avait su lutter contre l’alcoolisme et défendu l’enseignement confessionnel (Comœdia, 18 janvier 1962).

 

Claudel qui, au temps de l’affaire Dreyfus, avait répondu à Jules Renard que « la tolérance, il y avait des maisons pour ça », va de nouveau se coucher, trois ans et demi plus tard, toujours dans Le Figaro, devant De Gaulle. Depuis octobre 1944, l’habile homme fait désormais partie des “Poètes de la résistance” ! Banalement, il utilise la problématique du père et du fils (qui avait, on le sait, réuni symboliquement les deux hommes bien avant la guerre) :

 

 

“Au général De Gaulle”, poème

 

Tout de même, dit la France, je suis sortie !

Tout de même, vous autres ! dit la France, vous voyez qu'on ne m'a pas eue et que j'en suis sortie !

Tout de même, ce que vous me dites depuis quatre ans, mon général, je ne suis pas sourde !

Vous voyez que je ne suis pas sourde et que j'ai compris !

Et tout de même, il y a quelqu'un, qui est moi-même, debout ! et que j'entends qui parle avec ma propre voix !

VIVE LA France ! II y a pour crier : VIVE LA France ! quelqu'un qui n'est pas un autre que moi !

Quelqu'un plein de sanglots, et plein de colère, et plein de larmes ! ces larmes que je ne finis pas de reboire

depuis quatre ans, et les voici maintenant au soleil, ces larmes ! ces énormes larmes sanglantes !

Quelqu'un plein de rugissements, et ce couteau dans la main, et ce glaive dans la main, mon général, que je me suis arraché du ventre !

Que les autres pensent de moi ce qu'ils veulent ! Ils disent qu'ils se sont battus, et c'est vrai !

Et moi, depuis quatre ans, au fond de la terre toute seule s'ils disent que je ne me suis pas battu, qu'est-ce que j'ai fait ?

...................................................................................................................

Et vous, monsieur le Général, qui êtes mon fils, et vous qui êtes mon sang, et vous, monsieur le soldat ! et vous, monsieur mon fils, à la fin qui êtes arrivé !

Regardez-moi dans les yeux, monsieur mon fils, et dites-moi si vous me reconnaissez !

Ah! c'est vrai, qu'on a bien réussi à me tuer, il y a quatre ans ! et tout le soin possible, il est vrai qu'on a mis tout le soin possible à me piétiner sur le cœur !

Mais le monde n'a jamais été fait pour se passer de la France, et la France n'a jamais été faite pour se passer d'honneur !

Regardez-moi dans les yeux, qui n'ai pas peur, et cherchez bien, et dites si j'ai peur de vos yeux de fils et de soldat !

Et dites si ça ne nous suffit pas, tous les deux, ce que vous cherchez dans mes yeux et ce que bientôt je vais trouver dans vos bras !

Le jour à la fin est venu ! ce jour depuis le commencement du monde qu'il fallait, à la fin il est arrivé !

Délivre-moi de cette chose à la fin, ô mon fils, que Dieu t'envoie pour me demander !

— Et que dois-je donc te demander ? dit le Général.

— La foi !

Les autres ça m'est égal ! mais dis que ça ne finira pas, cette connaissance à la fin qui s'est établie entre nous!

Le reste ça m'est égal ! Mais toi, donne-moi cette chose qui n'est pas autre chose que tout !

Ils ont cru se moquer de moi en disant que je suis femme !

Le genre de femme que je suis, ils verront, et ce que c'est dans un corps que d'avoir une âme !

Ils m'ont assez demandé mon corps, et toi, demande-moi mon âme !

Et le Général répond : Femme, tais-toi ! et ne me demande pas autre chose à mon tour que ce que je suis capable de t'apporter.

— Que m'apportes-tu donc ô mon fils ?

Et le Général, levant le bras, répond :

— La Volonté !

 

 

 

On pourra dire, mais c’est un autre débat, que la poésie engagée est, presque toujours, de la mauvaise poésie, en particulier quand elle exprime de la mauvaise foi.

 

Contentons-nous de replacer la fin de Claudel dans son contexte politico-littéraire. En 1952 meurt Paul Éluard. Il n’était pas catholique, ne croyait même pas en Dieu et ne s’était pas enrichi dans la grande industrie. Le gouvernement de Monsieur Laniel (figure typique de la IVe République mais qui avait participé à la fondation du Conseil National de la Résistance) interdit au cortège funèbre du poète de traverser la capitale. Un an auparavant, André Gide qui, lui non plus ne croyait pas en Dieu, avait été enterré sans les ors de la République avant que l’intégralité de son œuvre soit mise à l’index par le Vatican quelques semaines plus tard. Claudel, qui avait trompé sa femme à testicules rabattus et fait de la vie de sa sœur un enfer, eut droit à des obsèques officielles.

Partager cet article
Repost0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 06:23

 

Basile Durand s’interroge sur le revenu universel, qui mérite d’être défini plus clairement. Il souhaite une avancée collective malgré la diversité des opinions et des questions sociétales qui en découlent.

 

Jean-Luc Debry observe une fuite en avant dans la problématique du travail et du crédit. Il cite Balzac : « Prodigues de tout ce qui s’obtient à crédit, ils sont avares de tout ce qui se paye à l’instant et semblent se venger de ce qu’il n’est pas en dissipant tout ce qu’ils peuvent avoir ».

 

Thierry Brugvin envisage en 2030 un effondrement de la population mondiale. Ce que prévoyait le club de Rome en 1972. « Après la catastrophe écologique et humanitaire », espère-t-il, « tout l’effort des mouvements alternatifs réalisés en amont pourra peut-être se révéler fructueux et permettre un virage et une issue plus probable vers le scénario vertueux de la décroissance solidaire, opposé aux scénarios d’une récession brutale, inégalitaire et destructreice. »

 

Pour Christian Laurut, l’oligarchie continue de récupérer l’écologie. Il parle de «COP Business », de « capitalisme vert ou de connivence », de profits réalisés « à la fois en polluant et en dépolluant ».

 

Pierre Jouventin explique comment l’éthologie « a remis en question notre supériorité » : selon lui, l’éthologie a dû attendre le XXe siècle pour atteindre son autonomie après les débats sur « l’âme des bêtes » du XVIIIe siècle. Il cite Karl Popper : « La science est une des très rares activités, peut-être la seule, où les erreurs sont systématiquement relevées et, avec le temps, assez souvent corrigées ».

 

Jean-Marc Sérékian analyse le « basculement de l’atome » bien avant le projet d’Hinkley Point : « Disons-le d’emblée, le point de basculement de l’atome est bien survenu très en amont du projet d’Hinkley Point… Il n’a pas non plus attendu Fukushima. Les pics des constructions de réacteurs et de production d’électricité nucléaire ont eu lieu tous les deux avant l’An 2000. Pour les mises en construction, les chiffres de la dégringolade générale sont suffisamment parlants: en 1979, année de la catastrophe de Three Mile Island, 230 réacteurs étaient en chantier, en 1986, année de Tchernobyl, on en comptait 120 en construction et au moment de Fukushima, en 2011, ils n’étaient plus que 64. […] Dans l’embourbement nucléaire national, la possibilité de lancer un chantier de construction de deux EPR en Angleterre change de l’ordinaire. A défaut de modifier la donne de l’atome pour le futur, il renoue avec un passé de grandes illusions où la génération plutonium auréolée de son savoir absolu s’imaginait un avenir radieux ».

 

Pour Éva Lacoste, Stévia a une « douceur au goût amer » : elle suscite la convoitise des multinationales. Le savoir ancestral du peuple garani est « détourné avec, à la clé, recours à la biologie de synthèse et publicité mensongère. » Les découvreurs de « l’herbe sucrée » ne bénéficient d’aucune retombée financière.

 

 

 

 

 

 

 

Yvon Quiniou voit chez Deleuze une « dérive littéraire » de la philosophie. Certes, il a eu le mérite de dénoncer « l’imposture des nouveaux philosophes » mais « son œuvre personnelle est d’une grande pauvreté théorique, tout en étant habillée d’une réthorique verbale extrêmement sophistiquée, voire alambiquée, qui en masque le vide ».

 

Yann Fiévet lance un « avis de régression générale » : « A chaque année qui passe les espoirs d’une « mondialisation heureuse » s’éloignent. Certes, seuls les hommes les plus naïfs et ceux qui avaient intérêt à leur faire croire à cette fable grossière usaient ces dernières années de cet adjectif collé à un processus mortifère puisque orchestré par « les nouveaux maîtres du monde » contre les « multitudes ». Partout, les possesseurs du capital exploitent de manière éhontée puis jettent sans vergogne des « flux » de main-d’œuvre qui viennent alors grossir les rangs des outsiders. Partout, une économie de dévoration ravage les écosystèmes pour nourrir en « ressources » épuisables la méga-machine dont les rejets nocifs sont, de plus, impossibles à contenir désormais. Partout, les fractures sociales et écologiques poussent des pans entiers des sociétés humaines vers le désespoir. Sur ce terreau fertile des hommes et des femmes se prétendant de bonne volonté se font élire pour diriger à leur tour le système qui les a si bien servi jusqu’alors. Ils ne feront ensuite qu’aggraver le sort des plus humbles et renforcer celui des nantis car telle est la loi du capitalisme débridé dont ils ne songeront surtout pas à inverser le sens profond. »

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 06:16

Avec la verve qu’on lui connaît, François Ruffin, dans Fakir, propose de faire le ménage : Alors, voilà ma bonne résolution pour 2017 : qu’on dégage les Arnaud Leparmentier, Laurent Joffrin et autres Dominique Seux des antennes. Que ça change un peu, qu’ils prennent notre place sur les strapontins, qu’on leur octroie quelques minutes de « débat », à l’occasion, pour se prévaloir de « pluralisme ».

 

Le même Fakir s’entretient avec un militant socialiste picard à propos de Vincent Peillon et de son passage dans la Somme comme député du Vimeu pendant cinq ans:

 

« Au départ, j’étais très content de faire la connaissance de Vincent Peillon, un jeune, qui parle bien, la relève. Très peu de monde l’a conspué, à l’époque, parce qu’il était ‘parachuté’. La difficulté, c’est plutôt maintenant, dix ans plus tard, quand tu as le sentiment que c’est toujours un parachuté. »

 

Les militants sont vite revenus de leur enthousiasme initial :

 

« Il venait assez peu aux réunions de section, et quand il venait, il faisait des discours de tactique, sur les autres dirigeants socialistes, un peu commère de la rue de Solférino. Il ne s’intéressait pas à la situation de la métallurgie. Un jour, des ouvriers l’ont évoquée, et il leur a dit : ‘Faites-moi une note là-dessus’, comme s’il se trouvait dans un cabinet ministériel, et pas dans le Vimeu. Mais il ne perdait pas le nord : à la sortie des meetings, il vendait ses bouquins ! Moi aussi, je me suis fait avoir. Je lui ai acheté Jean Jaurès et la religion du socialisme… Dedans, il recycle ses cours de philo sur Bergson, sur le matérialisme… Fallait voir ça : le pauvre travailleur qui se procure religieusement, c’est le cas de le dire, le livre d’un camarade et qui se retrouve avec une approche du temps chez Bergson !

 

Jamais il n’est venu à Cayeux, pendant son mandat, pour rencontrer les habitants.

 

 

Dans les Zindignés, Jean-Marc Sérékian analyse le « basculement de l’atome » bien avant le projet d’Hinkley Point : « Disons-le d’emblée, le point de basculement de l’atome est bien survenu très en amont du projet d’Hinkley Point… Il n’a pas non plus attendu Fukushima. Les pics des constructions de réacteurs et de production d’électricité nucléaire ont eu lieu tous les deux avant l’An 2000. Pour les mises en construction, les chiffres de la dégringolade générale sont suffisamment parlants: en 1979, année de la catastrophe de Three Mile Island, 230 réacteurs étaient en chantier, en 1986, année de Tchernobyl, on en comptait 120 en construction et au moment de Fukushima, en 2011, ils n’étaient plus que 64.

 

 

Dans son blog, Jean-Emmanuel Ducoin nous envoit ses « vœux grondants » : «Depuis Hugo, Marx, Jaurès et même Jack London (relisez absolument le ''Talon de fer'', 1907, que vient de rééditer le Temps des cerises), nous savons irréconciliable le conflit entre le travail et le capital. Plus que jamais, d’ailleurs, tant le capitalisme a retrouvé sa sauvagerie – désormais globalisée – et poursuit son unique chemin, sa rudimentaire disposition spoliatrice: avoir tout ce qu’il peut prendre et contrôler les esprits.

 

Ne lire ni amertume ni manichéisme dans ces mots. Juste de la lucidité, mâtinée de colère brute, que rehaussent encore les injustices d’une France sens dessus dessous qui oublie autant son histoire singulière que le socle sur lequel elle a adossé sa raison d’être au lendemain de la Seconde Guerre mondiale : la République de progrès».

 

 

Enfin, sur le site de Mémoire des Luttes, Bernard Cassen s’en prend aux méfaits institutionnels de l’Union européenne : « Au lieu de constituer un bouclier contre les ravages sociaux et environnementaux de la mondialisation libérale, l’UE en est un agent actif, en particulier par son acharnement à promouvoir le libre-échange en son sein et dans ses relations avec les pays tiers. Demander « plus d’Europe » équivaut, dans les circonstances actuelles, à donner davantage de pouvoir aux instances non élues que sont la Commission et la BCE, et à déposséder les Etats des maigres marges de manœuvre qui leur restent pour répondre aux aspirations – pas toutes progressistes – de leurs citoyens.

 

La crise de la représentativité politique qui frappe pratiquement tous les Etats européens peut en partie être considérée comme un « dommage collatéral » d’une forme de construction européenne qui a délibérément ignoré les peuples.

Revue de presse (189)
Partager cet article
Repost0