Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 janvier 2021 5 01 /01 /janvier /2021 05:55

Hergé, le père de Tintin se raconte, Hors série des Cahiers de la BD, Paris : 2020.   

 

S’il y a un  créateur qui a conçu un personnage qui ne lui ressemblait vraiment pas, c’est bien Hergé. Tintin, c’est non seulement une version supérieure de lui-même, mais aussi une projection fantasmée et idéalisée : « Tintin est certainement né de mon désir inconscient d’être parfait, d’être un héros », disait le créateur. Heureusement pour nous les enfants de 7 à 77 ans (fichtre, il ne me reste que cinq ans de lecture !), celui qui fut sa vie durant un être dépressif, bourré de contradictions, a créé un personnage lisse, plein d’allant, sans réels problèmes, avec un visage qui n’en était pas un (son visage est un masque disait Hergé), sans aucune appétence pour l’alcool, sans sexualité alors que celle de son créateur dut enchanter les psys qu’il consulta. Les relations d’Hergé avec les femmes furent placées – nous rappellent les auteurs de cet ouvrage – sous le double signe de l’infantilisme, l’impossibilité de comprendre son rapport profond à sa mère, et du mythe de la petite fille. Et nous devons toujours garder en mémoire que le père d’Hergé était le fruit d’une union illégitime entre une servante et un comte chez les parents duquel travaillait la domestique. Certains évoquèrent même un géniteur dans la famille royale.

 

Contrairement à Tintin sans cesse en mouvement, Hergé ne quitta guère Bruxelles, ce qui ne l’empêcha pas d’imaginer et de recréer le monde comme peu de dessinateurs surent le faire. Un peu comme Blaise Cendrars qui affirmait que l’important n’était pas qu’il se fût rendu dans les pays de ses reportages mais que nous ayons cru, en le lisant, qu’il y était allé…

 

Après son service militaire en 1927, son retour à Bruxelles fut marqué par sa rencontre avec l’abbé Wallez, son père d’adoption, la « rencontre de sa vie », selon ses dires. Un curé nationaliste, catholique, conservateur, réactionnaire et qui adhéra au nazisme en 1940. Il rencontra le Duce et l’admira éperdument. Il fut l’éminence noire de Léon Degrelle, négationniste après la guerre et nazi jusqu’à sa mort sous le chaud soleil de Malaga. Wallez rêva d’une Belgique qui se serait unie à la Rhénanie pour donner naissance à un État autoritaire au nord de l’Europe. Au début de sa carrière, Hergé voulut envoyer Tintin en Amérique, mais l'abbé lui imposa la destination africaine pour faire l'apologie de la colonisation belge. L'abbé n'aimait pas les États-Unis réputés protestants, où la société était infectée par l’argent du capitalisme « judéo-américain ». De ce catholicisme, il ne restera rien. Dieu est absent des albums de Tintin, tout comme, à de rares exceptions près, la lumière du soleil (cherchez les ombres, il n’y en a guère).

 

En tant que créateur, Hergé ne venait bien sûr pas de nulle part. Ses influences furent Alain Saint-Ogan (Zig et Puce), son ami le sculpteur Tchang Tchong-jen, Benjamin Rabier (Gédéon, “  La Vache qui rit ”), Charlie Chaplin, Jerome K. Jerome, George McManus (La famille Illico), l'illustrateur René Vincent.

 

Bien que de droite toute sa vie, Hergé ne fut pas monolithique. Sous l’influence de son ami Tchang, il soutiendra la Chine contre le Japon, futur puissance due l’Axe. Il saura prendre le parti d’étudiants républicains espagnols lors d’une manifestation à Genève. Ses héros Quick et Flupke (pour lesquels Hergé eut toujours un petit faible) sauront défier l’autorité et se moquer des éditions Rex dirigées par Léon Degrelle. Tintin prendra la défense de Zorrino dans Le Temple du soleil et des romanichels dans Les Bijoux de la Castafiore.  Ces romanichels qui lui tireront une des très rares larmes de sa saga. Mais au début de la guerre, Hergé se rangera du côté de ceux qui voulaient être « embochés », faire vivre la BD car la collaboration était un moindre mal. Après la guerre, Hergé sera quelque temps interdit de publication avant que son dossier soit classé sans suite par la Justice.

 

Enfant, Hergé fut très probablement abusé sexuellement par son oncle maternel. Dans les albums, on remarque une hantise du corps poilu : le savant délirant dans Le Manitoba ne répond plus, le premier Haddock à la barbe folle, le singe Ranko, le yéti. Sans parler de cette scène extraordinaire – rêvée – de viol (Le Crabe aux pinces d’or, p. 34) où un Haddock hirsute, aux dents terrifiantes, viole Tintin avec un tire-bouchon.

 

La mère d’Hergé meurt aliénée en 1946. Jusqu’en 1959, alors qu’il est en pleine gloire, il va vivre une longue période dépressive, interrompant, par exemple, la saga lunaire pendant un an.

 

Les retrouvailles avec Tchang, cinquante ans plus tard seront décevantes. Sculpteur, Tchang est toujours dans l’académisme alors qu’Hergé a abandonné le réalisme pour se tourner vers le non-figuratif. Il soutient le Tibet quand son ami lui explique que cette province est chinoise depuis 2 000 ans.

 

Á l’École de recherche graphique, Tchang montre ses œuvres. Hergé, atteint d’une leucémie, n’est pas là. Tchang fait admirer ses talents de calligraphe et se fend d’une délicieuse pirouette. Il lit ce que son pinceau a tracé : « Travail donne Travail et produit de la Patience. Patience donne Patience et produit de la Force. » Les spectateurs méditent ce proverbe chinois, jusqu’à ce que Tchang les surprenne par un : « C’est une pensée de Rodin. »

 

Devrais-je le cacher plus longtemps ? Je considère Hergé comme l’un des quatre ou cinq grands génies créatifs du XXe siècle, au niveau de Charlie Chaplin ou Picasso.

 

Note de lecture (193)
Partager cet article
Repost0
31 décembre 2020 4 31 /12 /décembre /2020 06:18

 

 

Végan

 

Un anglicisme, bien sûr. Le véganisme correspond au végétalisme intégral qui consiste à ne consommer aucun produit animal (nourriture, et aussi cuir des animaux pour les chaussures ou laine pour les tricots).  Dons pas de viande, pas de poisson, pas de lait, pas de miel, pas de beurre dans les épinards.  Pas de caviar non plus. Pas de médicaments ou de produits cosmétiques testés sur des animaux. Cette démarche s’inscrit dans l’antispécisme, « une philosophie selon laquelle l’espèce d’un individu n’est pas un critère pertinent pour définir la considération morale à accorder à cet individu » (Wikipédia). C’est Israël qui compte proportionnellement le plus grand nombre de végans au monde – on les trouve surtout parmi les partisans de la paix au Proche-Orient – peut-être parce que, consciemment ou non, ces adeptes ont en mémoire que Kurt Franz, dernier commandant du camp d’extermination de Treblinka, était boucher et cuisinier de formation.

 

Comme le mot “ Végan ” est un emprunt direct de l’anglais (“ vegan ” datant de l’après Deuxième Guerre mondiale), il y a flottement au niveau des dictionnaires. Le Robert préscrit “ végane ” au masculin comme au féminin alors que le Hachette préfère “ végan(e), selon le genre. Le Grand dictionnaire terminologique du Québec a choisi “ végétalien(e) intégral(e) ”. De même que FranceTerme  (ministère de la Culture).

 

Le mot “ Végan ” est apparu en France au début des années soixante mais n’est devenu populaire qu’au XXIe siècle.

 

Le végétalisme intégral n’a pas vraiment pris en France (moins de 0,5% de la population. Il a un peu plus de succès en Allemagne (1% de la population). Parmi les végétaliens célèbres, on compte : Pamela Anderson, Nathalie Portman, Aymeric Caron, le pilote Lewis Hamilton, l’ancien boxeur Mike Tyson, James Cameron, Greta Thunberg, de nombreux acteurs de la série Game of Thrones.

 

Aux élections européennes de 2019, le Parti animaliste, soutenu par Brigitte Bardot et Sylvie Rocard, a obtenu 2,17% des voix, presque autant que le parti communiste.

 

On peut dire que, dans notre pays, le véganisme a supplanté le macrobiotisme qui eut son heure de gloire dans les années 60 à 80. Au XIXe siècle, nous avions connu le mouvement légumiste, originaire des Indes via le Royaume-Uni.

 

Á noter que, dans le monde de l'automobile, la Tesla est entièrement végane, tout comme le véhicule utilitaire sport (pardon : SUV) électrique de chez Volkswagen dont les sièges sont fabriqués à partir de cuir de pommes, tandis que la Zoé de Renault l'est en partie : les ceintures de sécurité sont fabriquées à partir de bouteilles en plastique recyclées. Ford étudie la possibilité de construire ses voitures largement en bambou. Les pandas risquent de crever de faim. Il faut choisir...

 

 

 

 

 

 

 

Les mots chéris des médias et des politiques (31)
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2020 5 25 /12 /décembre /2020 06:35

 

 

Le tsunami est une vague qui peut être monstrueuse, jusqu’à 100 mètres de haut. En France, on n’a jamais connu cela. Ni même 30 mètres. Je me souviens du tsunami qui, suite à l’effondrement, en 1979, d’une partie du remblai de l’aéroport de Nice, avait inondé plusieurs quartiers d’Antibes sous 3 mètres d’eau. Un de mes amis, jeune ingénieur, avait annoncé cela dans sa thèse de Troisième cycle deux ans auparavant. Il n’eut aucune difficulté pour trouver du travail par la suite.

 

Ce mot, qui signifie « vague de port » en japonais, est entré dans la langue française en 1915 alors que « raz-de-marée », qui ne signifie pas tout à fait la même chose selon les dictionnaires, date de 1680 (en ancien français, un raz est un courant d’eau violent : le raz de Barfleur ; il a la même origine que le mot anglais race : course). L’onde d’un tsunami, engendrée par un phénomène sismique, une éruption volcanique, voire à un glissement de terrain, peut atteindre facilement 800 km/heure.

 

Le plus terrifiant de tous les tsunamis de l’ère moderne se produisit en 2004, suite à un tremblement de terre en Indonésie. Une vague gigantesque d’une trentaine de mètres de hauteur fit au moins 250 000 morts dans tout l’océan Indien.  Mais l’intérêt du tsunami est ce que nous en faisons, nous les francophones, au sens figuré.

 

On note ces dernières années l’effacement de raz-de-marée au profit de tsunami (celui-ci est utilisé 300 fois plus souvent que celui-là). Mais aussi l’adjectif substantif « déferlante », qui qualifie ces vagues redoutables – le mot lui-même fait peur – qui s’enroulent sur elles-mêmes.avant de se briser en écume, ou d’être brisées, dans le cas de manifestations qui déferlent, par des services d’ordre surarmés. Autrefois, on aurait dit que «la vague conservatrice a tout emporté sur son passage ». Désormais, on parlera de tsunami, ce qui est à la fois plus ampoulé, plus amphigourique, et surtout plus exotique. Bref, ce qui ne veut plus dire grand-chose. L’important est de mettre tsunami à toutes les sauces : tsunami de la croissance, tsunami de la misère, tsunami des soldes.

 

Les mots chéris des médias et des politiques (30)

PS : Raphaëlle et Rébecca me voient comme ça. Je n'y peux rien...

Les mots chéris des médias et des politiques (30)
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2020 2 22 /12 /décembre /2020 05:58

 

 

Boadicée en français, Boudica en anglais. Née en 30, elle occupe dans la mythologie d’outre-Manche la place qu’occupe Vercingétorix (dont l’existence est mise en doute, comme Hercule Vercingétorix pourrait être la synthèse née plusieurs chefs) chez nous.

 

Elle est issue d’un peuple celte (les Icéniens) de l’Est-Anglie. En 60, elle devient la reine de son peuple à la mort de son mari Prasutagos qui, pour se faire bien voir de Néron, lègue la moitié de son royaume à sa femme et à ses deux filles et l’autre moitié aux Romains. Le peuple Icénien est néanmoins humilié, Boadicée étant flagellée en public et ses deux filles violée par des légionnaires.

 

Boadicée lance alors une révolte contre l’occupation romaine après avoir recruté une armée de 120 000 hommes. Elle déclare qu’« elle ne vient pas, fière de ses nobles aïeux, réclamer son royaume et ses richesses; elle vient, comme une simple femme, venger sa liberté ravie, son corps déchiré de verges, l'honneur de ses filles indignement flétri » et conclut que « femme, c'est là ma résolution : les hommes peuvent choisir la vie et l’esclavage. »  Elle remporte des victoires à Camulodunum (Colchester), Verulanium (St Albans) et met le feu à Londres. Selon Tacite, 70 000 citoyens romains perdent la vie.

 

Les Romains se réorganisent et remportent la bataille de Watling Street (dans le Warwickshire actuel). 80 000 partisans (hommes et femmes) de Boadicée meurent ce jour-là. Tous les druides sont massacrés. Le pays comptait un maximum de 2 millions d’habitants à l’époque.

 

La reine s’enfuit. Peut-être se suicide-t-elle par le poison avec ses filles. Le lieu de sa sépulture est inconnu. Plusieurs hypothèses : Stonehenge, Colchester, Londres.

 

Au XIXe siècle, sous la reine Victoria, Boadicée devient le symbole du courage anglais.

 

Des structures géologiques présentes sur la planète Vénus ont été nommées Bodicea. Alan Stivell lui a dédié une chanson en 2018. Les mangas l’ont adoptée. Last but not least, Boadicea (sigle pour Breast and Ovarian Analysis of Disease Incidence and Carrier Estimation Algorithm) est un algorithme informatique permettant de prédire le risque de développer un cancer du sein ou de l’ovaire.

 

Femmes au pouvoir (2)
Partager cet article
Repost0
20 décembre 2020 7 20 /12 /décembre /2020 06:16

Je ne vais pas parler ici de trans, de bi, de ter, de quatro, mais des erreurs que nous commettons – moi le premier – en pensant, par exemple, que “ tentacule ” est du féminin, peut-être parce qu’il y a un e au bout du cul. Tout comme pour “ testicule ” qui sont les “ témoins ” de la vérité. Mais, manque de chance, “ ovule ” est masculin. On commet ces erreurs parce qu’elles sont fossilisées avec le temps. Dans ce domaine comme dans d’autres, l’anglais est peinard : il n’hésite pas entre le Covid et la Covid (je préfère « le » dans ce cas car le d est celui de « disease » qui est neutre en anglais, donc culturellement masculin en français).

 

Un problème sérieux est qu’un même mot, ayant deux sens différents, a deux genres différents. C’est le cas de “ la mi-temps ” au football et “ le mi-temps ” auquel sont contraints de nombreux travailleurs. Ou encore “ une enseigne ” de magasin mais “ un enseigne militaire ”.

 

Franz Schubert a écrit 1009 œuvres fort belles mais le facteur Cheval a laissé dans son jardin un œuvre bien singulier.

 

J’hésite souvent (j’ai mes faiblesses) avec l’échappatoire. C’est bien un mot féminin.

 

Je sais bien que “ soldes ” est du masculin mais je l’écris spontanément au féminin. Après je corrige et me repens. En revanche, je ne me trompe pas avec “ orgues ”, qui est du masculin mais qui passe au féminin lorsqu’il est utilisé au pluriel (“ des grandes orgues ”).

 

De même que l’on dit « une bite », on dit « une orbite ». Même si Proust l’utilise au masculin : « dans l'orbite particulier où elle se mouvait ».

 

Confusion possible avec hymne qui peut être au féminin lorsqu’il est religieux mais qui est masculin lorsqu’il est profane : « l’hymne national ». Tout comme “ clope ” qui est plutôt du féminin quand il s’agit d’une cigarette et du masculin lorsqu’il s ‘agit d’un mégot.

 

“ Après-midi ” peut être masculin ou féminin. “ C’taprème ”, c’est comme on veut. Tout comme “ gens ” : «des gens valeureux », « des bonnes gens ».

 

Grâce à la pub des années 70, on sait qu’“ enzyme ” est masculin (« les enzymes gloutons »).

 

Malgré leur douceur euphonique, “ pétale ” et “ alvéole ” sont du masculin.

De la confusion des genres
De la confusion des genres
Partager cet article
Repost0
12 décembre 2020 6 12 /12 /décembre /2020 06:09

 

Á propos d’Hélène de Portes, maîtresse officielle du président du Conseil Paul Reynaud et qui avait très nettement outrepassé ses droits en devenant une présidente-bis, De Gaulle aurait dit, alors que cette personnalité venait d’être décapitée dans un accident de voiture : « C’était une dinde, comme toutes les femmes qui font de la politique. » Churchill l’appelait le perroquet car elle répétait à tout le monde ce qu’elle entendait, y compris aux Conseils des ministres auxquels elle participait, coupant la parole à certains, rabrouant d’autres.

 

Tout cela pour dire que, pendant longtemps, en France, comme presque partout ailleurs, les femmes qui ont essayé de sortir la tête hors de l’eau ont fait face à de farouches oppositions, à des sarcasmes, à de la haine. C’est peut-être Françoise Giroud – dont  le fond de commerce n’était pas dans la misandrie – qui a peut-être le mieux résumé le problème de l’inégalité femmes-hommes en déclarant dans une interview de 1983 : « La femme serait vraiment l’égale de l’homme jour où, à un poste important, on désignerait une femme incompétente. » On peut dire que le banquier éborgneur a vérifié ce postulat…

 

Je commence aujourd’hui une nouvelle série sur des femmes qui ont détenu du pouvoir. Je vous épargnerai les classiques bien connues : Margaret Thatcher, Catherine de Médicis, Élisabeth de Russie, Indira Ghandi, Golad Meir, Hillary Clinton, Angela Merkel, pour m’intéresser à des personnalités plus confidentielles mais souvent très fascinantes.

 

Je commencerai par une reine qu’un de mes arrière-grands-pères, petit paysan picard, a côtoyée car il fut quelques jours – en qualité de conscrit – son geôlier à Alger où elle avait été exilée : Ranavalona III.

 

Née le 22 novembre 1861, elle mourut le 23 mai 1917 et fut la dernière reine de Madagascar, succédant à Ranavalona I et Ranavalona II (qui fit de Madagascar un pays officiellement chrétien). Toute sa vie de reine, elle résista aux visées colonialistes de la France dans son pays. Par exemple, en renforçant les relations avec les États-Unis et la Grande-Bretagne. Elle ne put empêcher la prise du palais royal en 1895. C’en fut fini de l’autonomie de ce royaume centenaire.

 

Dans un premier temps, Ranavalona est autorisée à rester dans son palais. Mais, suite à un mouvement insurrectionnel, les Français l'exilent sur l’île de La Réunion en 1897. Après la mort de son mari, Ranavalona est transférée dans une villa à Alger avec une partie de sa famille et de ses domestiques. Une allocation confortable lui est allouée. Quelques escapades à Paris lui sont autorisées. Mais le gouvernement français refusera qu’elle retourne dans son pays.

 

La reine meurt d’une embolie à l’âge de 55 ans en 1917. Ses restes seront rapatriés à Madagascar en 1938.

 

L’île accèdera à l’indépendance en 1960. Elle est aujourd’hui dirigée par un président autocratique et technocratique.

Femmes au pouvoir (1)
Partager cet article
Repost0
11 décembre 2020 5 11 /12 /décembre /2020 06:15

"Je suis né dans un quartier privé de Buenos Aires. Privé d'eau, d'électricité et de téléphone !

 

"Arriver dans la surface et ne pas pouvoir tirer au but, c’est comme danser avec ta soeur. "

 

"Beaucoup disent de moi, "tu es dieu", et moi, je leur réponds "vous dites n’importe quoi". Dieu est Dieu et moi, je suis un simple footballeur. "

 

"Jusqu’à aujourd’hui, j’ai vécu 40 ans qui en valent au moins 70. Ma vie a été bien remplie : je suis sorti de Fiorito (son bidonville) pour atteindre le toit du monde, là haut, tout en haut de la célébrité. Mais une fois arrivé là, j’ai dû me démerder tout seul. "

 

"J'aurais pu être moins bon que Pelé. "

 

"Au début, la drogue te rend euphorique. C’est comme gagner un championnat. Tu te dis : demain, je m’en fous puisqu’aujourd’hui, j’ai remporté le championnat. "

 

"Jouer à huis clos, c’est comme jouer dans un cimetière. "

 

"Blatter m'aime comme un fils... Comme un fils de pute. "

 

"Je me suis fâché avec le pape. Je suis allé au Vatican : le plafond était recouvert d'or. Et après, on nous dit que l'église se préoccupe des plus pauvres. Mais, putain, mec, vends le toit ! Fais quelque chose ! "

 

"À chaque fois que Cristiano met un but, il regarde la caméra pour nous vendre un shampoing."

Maradona dans le texte
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2020 7 29 /11 /novembre /2020 06:20

De l'équipe du Robert

 

Alain Rey était un conteur intarissable et passionnant. Dans les médias, lors de nos comités éditoriaux ou en privé, de sa voix si caractéristique, il nous charmait en racontant l'histoire des mots ou en expliquant son travail, ses découvertes, ses questionnements.

Et nous n'avions jamais envie qu'il s'arrête. Alors, ce mois-ci, nous avons choisi de lui rendre hommage avec des extraits d'entretiens, à travers dix mots qui sont autant de prétextes pour évoquer son œuvre immense et sa conception éminemment moderne de la langue.

(C'est nous qui soulignons.)

 

10. Néologie

On appelle néologie l'ensemble des nouveautés, mots ou sens qui enrichissent une langue. Et parce que la langue évolue, les dictionnaires doivent évoluer aussi. La recherche et l'intégration de ces nouvelles « manières de dire » étaient une évidence et une priorité pour Alain Rey. Un véritable travail de fourmi ! « La mise à jour d’un dictionnaire est beaucoup plus compliquée qu’il n’y paraît. Il ne suffit pas d’intégrer des mots nouveaux, il y a des sens nouveaux à l’intérieur de mots anciens, il y a des expressions nouvelles… Nous faisons un gros travail collectif de documentation, dans la presse, la littérature, jusqu’aux dialogues de films, pour être au contact de la langue contemporaine. Cela devient une habitude, et lorsque j’entre dans un supermarché, je regarde quels sont les mots nouveaux dans les publicités… » (La Liberté, 4 novembre 2017).

 

9. Littérature

Riches de milliers d'extraits d'œuvres classiques ou contemporaines, le Petit Robert et le Grand Robert ont une dimension puissamment littéraire. Pour l'amoureux des lettres que fut Alain Rey, l'ajout de citations ne servait pas qu'à illustrer les définitions. « L'usage littéraire va au fond de l'esprit des mots […]. Il y a un rapport intime à l'essence du mot qui n'est révélable que par la littérature […]. Et on a la chance en français d'avoir une littérature et une poésie de très grande qualité, et parfois de génie, qui sont à peu près continues depuis les origines de la langue », expliquait-il au micro de Laure Adler (Hors-Champs, France Culture, 2014). Et parmi les grands noms de la littérature, Alain Rey ne cachait pas sa préférence. « Mon auteur français favori, c’est Rabelais : création absolue, liberté totale, capacité à cacher une philosophie derrière des conneries enfantines, mélange de la narrativité et de la liste. C’est un grand lexicographe, Rabelais. » (Le Monde, 8 septembre 2019)

 

8. Francophonie

Alain Rey a toujours défendu l'idée d'une langue multiple. « Le français est l’une des dix langues les plus parlées de l’humanité, qui en compte six mille. Il est la patrie de tout francophone, même si chaque communauté entretient avec lui un rapport différent. C’est ce qui fait sa richesse, et c’est pourquoi il serait faux d’avoir une vision nationale” du français. […] Un Suisse de Lausanne, un Québécois, un Acadien de Louisiane pense sa langue différemment d’une personne qui pratique un bilinguisme obligatoire – un Créole, un Haïtien – ou encore d’un Africain, qui parle trois langues. Les expressions en “français d’Europe” ne sont pas les mêmes que les expressions en “français hors d’Europe” – celles du Maghreb ou d’Asie sont encore mal connues. N’oublions jamais que, s’il est devenu la langue d’une nation grâce aux rois francs, le français était, à l’origine, un dialecte dans une forêt de dialectes. La francophonieest un héritage historique pérenne. Elle donne une unité à la vie multiforme de la langue française. » (Site du ministère de la Culture, 2016)

 

7. Analogie

L'une des grandes forces des dictionnaires Le Robert, tels qu'ils furent imaginés par Paul Robert puis développés par Alain et Josette Rey et l'équipe de lexicographes, c'est l'analogie, réseau hypertexte avant l'heure, constitué par des milliers de liens entre les mots. Le linguiste nous en expliquait la puissance : « Un dictionnaire analogique n’isole jamais un mot, il le considère toujours dans un ensemble de mots. L’analogie est un renvoi perpétuel d’un mot vers tous les autres auxquels il peut faire penser par association d’idées. On peut comparer les différentes définitions, les différents sens, synonymes ou pas, plus ou moins spécialisés ou étendus. Tous ces mouvements, combinés à des citations littéraires et poétiques, dessinent l’usage du mot, mais un usage vivant et vibrant. » (Le Temps, 2 décembre 2017)

 

6. Échange

Parmi les néologismes qui apparaissent chaque année, on trouve des emprunts à d'autres langues. Aux journalistes qui s'inquiétaient du nombre d'anglicismes intégrant la langue française, Alain Rey rappelait que les échanges entre les langues ont toujours existé. « Quand on veut critiquer l’évolution de la langue, on dit que le français est envahi, mais cela a été le cas déjà au xvie siècle par l’italien, au xviie par l’espagnol. Depuis le xixe, c’est l’anglais. Mais on oublie de dire que les langues des pays voisins, et du coup du monde entier, ont été aussi consommatrices de mots français. Si on compte tous les mots qui sont des gallicismes dans les autres langues, on s’aperçoit qu’il y en a tout autant que des mots étrangers dans la langue française. C’est un échange perpétuel. » (Le Temps, 2 décembre 2017).

 

5. Société

Une langue vivante, c'est une langue qui évolue, notamment parce qu'elle suit les évolutions de la société. Les dictionnaires contemporains se doivent de suivre ces évolutions. Répondant à 20 minutes, Alain Rey prenait l'exemple de la féminisation des noms de métiers et de fonctions. « La féminisation est une nécessité sociale parce que la langue n’est pas faite pour dominer la société, c’est la société qui fait la langue. Il n’y a rien de plus démocratique que la langue. C’est pour ça que je suis hostile aux puristes académiciens qui gueulent comme des putois quand il y a une nouvelle façon de s’exprimer. S’il n’y avait pas de nouvelles façons de s’exprimer, le français serait figé, et s’il était figé, il serait en péril, ce qui n’est pas le cas. » (20 minutes, 18 octobre 2017)

 

4. Étymologie

L'étymologie étudie l'origine et l'histoire des mots, qu'Alain Rey nous a magnifiquement racontées dans son Dictionnaire historique de la langue française. « L’histoire de la langue française peut se lire et se présenter comme un roman. […] Dans les mots qui sont décrits par le Dictionnaire historique de la langue française, il y en a qui réservent des surprises. » Il donnait ainsi l'exemple de son mot préféré, luciférienne, dérivé de Lucifer. « Le mot Lucifer, qui a abouti à vouloir dire “le démon, le diable”, était en fait un mot de la lumière. Lucifer, en latin, c’est le porteur de lumière. Donc le mythe de Lucifer est un mythe fondamental de toutes les croyances, et c’est le christianisme qui en a fait le nom du diable. On peut se demander pourquoi. La réponse est simple. Le dieu de la lumière, c’est le dieu de croyances païennes et les croyances païennes évidemment sont rejetées. De même, l’ancien archange Lucifer va devenir un démon parce qu’il refuse de se soumettre au Christ. » (Vidéos de présentation du Dictionnaire historique de la langue française, Le Robert, 2016).

 

 

3. Culture

Chaque langue est étroitement liée à une culture : « Les mots, mais aussi les expressions, les constructions, les façons de dire sont le reflet de la conception du monde dans chaque langue et donc dans chaque civilisation », commentait Alain Rey dans l'émission Un livre, un jour en 2005. C'est pourquoi, dans le Dictionnaire culturel en langue française, le lexicographe et son équipe se sont attachés à décrire non seulement la langue, mais aussi « le passage de la vision du monde qui est induite par l'existence de la langue française dans laquelle nous pensons – parce que les mots sont hérités et nous sommes bien obligés de nous en servir – à des façons de voir plus générales qui nous viennent de l'extérieur grâce à la traduction et qui peuvent être formulées en chinois, en arabe, en japonais, en anglais, en allemand, en espagnol… Et je mettrais en priorité les langues européennes qui nous entourent parce que les interférences entre ces langues et le français sont multiples et constantes. » (Un livre, un jour, France 3, 2005)

 

2. Transmission

Dialoguant avec toutes les générations, Alain Rey savait transmettre sa passion au plus grand nombre. Beaucoup l'ont connu grâce à ses chroniques matinales sur France Inter. Les plus jeunes l'ont découvert en tant qu'invité d'un célèbre youtubeur. « Squeezie m’a raconté qu’il cherchait des mots que ses copains rappeurs et lui ne connaissaient pas pour mettre dans les raps, et aussi pour dire aux jeunes qu’il y a des mots qui leur sont inconnus mais qui sont intéressants, qui disent des choses. Je leur ai donné des mots pour faire un rap, ils ont fait pareil pour que je fasse un slam. Il se trouve que ceux qui regardent ça sont des millions, apparemment. C’est une manière de montrer aux jeunes que ce n’est pas seulement l’ennui d’apprendre le mot français avec sa grammaire, mais que ça peut être aussi un plaisir parce que ça permet d’enrichir son expression, de faire des poésies en mettant un mot que les copains ne connaissent pas. » (20 minutes, 18 octobre 2017)

 

1. Dictionnaire

Sans surprise, nous terminons ce classement par le mot dictionnaire,nom des ouvrages auxquels Alain Rey a consacré sa vie. « Dictionnaire, entendons par là le livre des dictiones en latin, c'est-à-dire les manières de s'exprimer » (Un livre, un jour, France 3, 2005). Dans les colonnes de Lyon Capitale, en décembre 2018, il résumait ainsi le pouvoir de ces recueils : « […] les dictionnaires offrent des parcours labyrinthiques qui permettent ce que les Anglais nomment la sérendipité, c’est-à-dire de trouver des choses auxquelles on n’avait pas pensé. Le dictionnaire n’est pas un cimetière ni un conservatoire des idées ou des mots d’avant. Le dictionnaire est un observateur du monde qui l’entoure. Son rôle sera toujours d’empêcher les mots de mourir. Les mots ont une énergie intérieure. Ils se modifient, se métamorphosent sans arrêt. Le dictionnaire est le reflet de cela. »

Les dix mots préférés d'Alain Rey
Partager cet article
Repost0
17 novembre 2020 2 17 /11 /novembre /2020 06:17
 

 

 

 

 

 
 
 
 
 
 
 
Un article très original de Rolling Stone sur Rubber Soul des Beatles.Album enregistré il y a exactement 55 ans (putain, 55 ans !). Quand j'ai vu la pochette pour la première fois, je me suis dit : ils nous emmènent dans un autre monde même si, on l'a su après, l'effet bizarroïde de la photo avait été obtenu par le plus grand des hasards. Quand j'ai écouté le disque, j'ai pensé, après plusieurs musicologues anglais beaucoup plus avertis que moi : il y a plus d'inventions dans ces 45 minutes de musique que dans toute l'œuvre de Schubert. Et on n'imaginait même pas Revolver et Sgt Pepper's Lonely Hearts Club Band ! Quant à la signification du titre (une âme en caoutchouc), on s'est longtemps perdu en conjectures. Je crois qu'on continue toujours, d'ailleurs. Très facétieux, j'avais pensé, en pure perte, à un jeu de mots de lycéens boutonneux : Rubber's Hole : un trou dans la capote.
Rubber Soul
  •  
  •  
  •  

 

 

Rubber Soul était la musique la plus extravertie qu’ils aient jamais faite, mais aussi la plus chaleureuse, la plus amicale et la plus directe sur le plan émotionnel. Dès sa sortie en décembre 1965, il a coupé en deux l’histoire de la pop – nous vivons tous dans le futur que cet album a inventé. Aujourd’hui comme hier, chaque artiste pop veut s’approprier sa magie. « Au début, nous devions prendre ce qu’on nous donnait, nous ne savions pas comment obtenir plus de basses. Nous apprenions la technique sur Rubber Soul. On était plus précis sur la réalisation de l’album, et on a repris la pochette et tout le reste« .

Rubber Soul est l’album où les moptops ont grandi. C’est aussi là qu’ils fumaient beaucoup d’herbe, donc tout au long des chansons, l’humour sauvage et l’émotion profonde vont de pair, comme George Harrison et les chapeaux de cow-boy. (Aucune rock star n’a jamais eu l’air moins stupide dans un chapeau de cow-boy que George sur la couverture arrière). En plus de tout le reste, Rubber Soul est leur meilleur album chanté. Les harmonies de Paul McCartney sur « Norwegian Wood » sont aussi robustes que John ne l’a jamais été, tandis que les chœurs de John sur « Drive My Car » et « You Won’t See Me » prouvent qu’il peut être aussi doux que Paul. Ce sera toujours mon disque préféré des Beatles – même si Revolver est en fait un peu meilleur. (J’ai fait la paix avec cette contradiction).

S’il y a un thème, c’est la curiosité, la plus Beatlesque des émotions, et plus particulièrement la curiosité à l’égard des femmes, le plus Beatlesque des mystères. Rubber Soul a les filles les plus cool de tous les disques des Beatles. « Girl », « I’m Looking Through You », « If I Needed Someone » – ce sont des femmes complexes et déroutantes, un peu comme celles avec lesquelles les Beatles se sont retrouvés dans la vie réelle. Pas de fin romantique heureuse ici, à l’exception notable de « In My Life » – mais même lorsque les filles sont en avance sur elles, les garçons passent l’album à s’efforcer de suivre.

Est-ce que quelqu’un avant Rubber Soul a chanté des personnages féminins comme ça ? Non, personne. D’abord, ces femmes ont un travail, et nous sommes en 1965. Le scénographe de L.A. qui engage Paul comme chauffeur, la femme indépendante trop occupée par sa carrière pour répondre à ses appels téléphoniques, la fille de Chelsea qui se lève tôt le matin pour aller travailler, même si John dort dans sa baignoire. Fin 1965, ma mère, enseignante en huitième année dans une école publique du Massachusetts, a été licenciée parce qu’elle était enceinte (de moi), parce que c’est comme ça que les choses se passaient à l’époque. L’idée même que les femmes puissent faire carrière était une controverse sociale. Mais pas pour les plus grandes pop stars du monde.

La femme Rubber Soul reste debout tard, buvant du vin sur son tapis après minuit, jusqu’à ce qu’il soit temps de se coucher. Elle parle des langues qu’il ne peut pas traduire. (« I love you » en français est juste « je t’aime ». Ce n’est pas si difficile.) Elle n’est pas impressionnée par le charme des Beatles – quand vous dites qu’elle est belle, elle fait comme si c’était entendu. Elle est cool. Pourtant, même les chansons tristes sont drôles ici (y compris le machisme auto-parodique de « Run for Your Life », une chanson que Nancy Sinatra a transformée en un classique des gangsta). J’adore le moment dans « Wait » où la copine de Paul demande sans détour s’il a été fidèle sur la route. « J’ai été bon/Je suis aussi bon que je peux l’être » – Bien sûr. Et « Wait » est la chanson qui explique totalement pourquoi Paul était le Beatle préféré de Bill Clinton.

Même la version américaine est un classique – c’est le seul album des Beatles où le LP américain honteusement massacré pourrait dépasser l’original britannique, ne serait-ce que parce qu’il s’ouvre sur le magnifique enchaînement de « I’ve Just Seen A Face » et « Norwegian Wood ». Étant donné l’impact de l’album au cours des 50 dernières années, il est surprenant de constater à quel point les sessions ont été rapides et frénétiques. Les Beatles ne sont pas entrés en studio avec une vision mystique et cristalline à exprimer – ils sont entrés avec une date limite. Ils devaient fournir des produits pour la saison de Noël 1965, ce qui signifiait qu’ils devaient les produire en quatre semaines frénétiques, du 12 octobre au 12 novembre. Ils se sont donc terrés à Abbey Road 24 heures sur 24, déversant de la musique aussi vite qu’ils le pouvaient, sans rien retenir. Ils étaient prêts à essayer n’importe quelle idée, qu’elle soit brillante (le sitar, l’harmonium) ou non (la jam instrumentale R&B de six minutes, qu’ils ont sagement supprimée). Ils ont écrit sept de ces chansons en une semaine.

Mais le dos au mur, travaillant sous cette pression, les Beatles ont produit un album qui était bien en avance sur ce que tout le monde avait fait auparavant. Comme ces gars atteignaient de nouveaux niveaux de fluidité et d’inspiration musicale, ils sont tombés sur des découvertes qui ont changé la façon dont la musique a été faite depuis. C’était un chef-d’œuvre accidentel, mais qui a fait réaliser aux Beatles jusqu’où ils pouvaient aller. Après cela, ils se sont lancés à plein temps dans la création de chefs-d’œuvre.

Tout comme George n’avait jamais joué de sitar auparavant, Ringo Starr n’avait jamais joué avec autant de ferveur. « Drive My Car » occupe une place importante dans sa légende, avec «Rain ». (Écoutez-le à la dernière mesure avant le refrain – à chaque fois qu’il joue, Ringo frappe avec quelque chose de différent). Son jeu de tambour sur « In My Life » est une pure empathie fraternelle – on dirait qu’il donne à John le courage de passer à la ligne suivante. Il est impossible d’imaginer « In My Life » sans Ringo, ce qui n’est qu’une des raisons pour lesquelles toutes les reprises tombent à plat. Ringo a même obtenu son premier crédit d’auteur-compositeur pour la chanson « What Goes On ». En 1966, lorsqu’on lui a demandé quelle était sa contribution, il a répondu : « environ cinq mots ».

 

Vous pouvez entendre l’esprit d’équipe qui se cache derrière l’album dans le badinage pendant les sessions « Think For Yourself » du 8 novembre, qui se sont déroulées tard dans la nuit. John, Paul et George sont debout autour du micro, répétant des harmonies à trois voix, mais riant trop fort pour bien faire. John, tenant une guitare, trébuche sur les mots. « OK, je pense que je l’ai peut-être maintenant« , annonce-t-il. « J’ai quelque chose dans la tête, vous savez, et tous les murs de Rome ne pouvaient pas m’arrêter ! » Tous les trois entretiennent un flot ininterrompu de bavardages. John glisse dans une voix de faux prêcheur. « C’est Jésus, notre Seigneur et Sauveur, qui a donné son seul pain pour vivre et mourir ! » Paul et George lui crient au visage : « Pourquoi une telle fureur ? Quelle est cette fureur qui vous saisit ? » Ils halètent de rire jusqu’à ce que John marmonne : « Je ne peux pas continuer, je ne peux vraiment pas. Allez, faisons ce fichu disque. » Ils essaient une autre prise. Ils n’ont pas réussi celle-là non plus.

George Martin est prêt pour un autre essai. John regarde autour de lui et demande : « Paul ? » Où est Paul ? Il s’est glissé dans la salle de bain pour prendre une petite bouffée d’herbe en cachette – jouant toujours les vilains écoliers, les Beatles n’osent pas s’allumer devant M. Martin, même s’ils ne le trompent pas une minute. Quand Paul revient, sa voix semble un peu plus étourdie. « Je viens d’arriver de l’Olympe. J’ai allumé la torche ! »

On peut l’entendre dans les voix des Beatles ce soir – ils s’épanouissent en compagnie les uns des autres, s’accordant sur une longueur d’onde que personne d’autre ne peut obtenir. La date de sortie est dans moins d’un mois, mais ils n’ont pas l’air inquiets. En fait, vous pourriez même penser qu’ils s’amusent. Lorsque John se rend aux toilettes, il chante l’une des premières chansonnettes du groupe, celle que George a chantée sur leur premier album, « Do You Want to Know a Secret ? Bien que cette chanson ait été écrite il y a à peine trois ans, son innocence timide semble avoir disparu à jamais.

Mais John a un peu changé les paroles, en claquant des doigts quand il chante à haute voix. « Voulez-vous tenir un pénis ? Doo-wah-ooo ! »

Les Beatles ont fait une dernière nuit blanche : une session marathon de 18h à 7h, le 11 novembre. Ils se sont montrés à la hauteur de l’événement en se présentant avec deux de leurs plus grandes chansons d’amour désenchantées : « You Won’t See Me » de Paul et « Girl » de John. Leurs voix semblent fatiguées, mais cela ne fait qu’ajouter le ton rugueux et dylanique qu’elles espéraient. À l’aube, tout était fini sauf le mixage.

Quelques semaines plus tard, ces quatre visages apparaissaient sur les racks de disques, sur la photo de couverture déformée de Robert Freeman. Pour la première fois, le nom du groupe n’apparaissait nulle part. Les quatre enfants effrayés qui avaient l’air si malheureux un an plus tôt, sur la couverture de Beatles for Sale ? Aujourd’hui, ils débordent d’arrogance. Ils ne se soucient pas vraiment de savoir si vous préférez les anciennes ou les nouvelles chansons. Ce sont es hommes adultes, pleins d’émotion et au sommet du monde.

Rob Sheffield
Partager cet article
Repost0
6 novembre 2020 5 06 /11 /novembre /2020 06:17

 

Ce mercredi 4 novembre, Bénédicte Robert, rectrice de l’académie de Poitiers, aurait pu décider de mettre fin à huit mois d’acharnement institutionnel l’affaire des « 4 de Melle ». Alors même que la communauté éducative se recueille encore pour honorer la mémoire de Samuel Paty, le ministère de l’Éducation Nationale n’hésite pas à attaquer et à sanctionner l’usage d’une liberté d’expression qu’il célèbre bien ironiquement dans les médias depuis plus de deux semaines. Jean-Michel Blanquer et ses plus proches collaborateurs sont aujourd’hui pris en flagrant délit d’hypocrisie !

 

Sylvie Contini est sanctionnée d’une mutation d’office, Cécile Proust est exclue de ses fonctions pour une durée de 15 jours (donc sans traitement), Aladin Lévêque écope d’un abaissement d’échelon et Sandrine Martin d’un blâme. Le rapport de l’enquête administrative préconisait de sanctionner les « 4 de Melle » parce qu’ils restaient dans leur « logique de combat de la réforme », c’est chose faite et les sanctions sont particulièrement lourdes ! Nous ne pouvons qu’être une nouvelle fois indignés face à cet acharnement répressif.

 

Cela fait à présent huit mois que l’affaire des 4 de Melle défraie la chronique et qu’elle suscite l’indignation, non pas seulement de la communauté éducative, mais de l’ensemble des secteurs professionnels. Pour rappel, trois d’entre eux avaient été suspendus à titre conservatoire pour s’être mobilisés contre les E3C et pour avoir dénoncé les faits graves commis par leur administration : pressions et intimidations hiérarchiques, violences physiques sur élèves, étages intégralement barricadés lors de la passation des épreuves de contrôle continu avec portes coupe-feu sanglées et sorties de secours condamnées, mise en danger d’élèves enfermés dans les salles d’examen et non évacués lorsque ces derniers étaient en proie à des malaises. L'administration s’est rendue coupable de l’intégralité de ces actes, et ce sont les enseignants qui se retrouvent incriminés ! Leur suspension de 4 mois, décidée en mars, avait été prolongée de 4 mois supplémentaires en juillet, décision inédite dans l’éducation nationale, et une quatrième collègue avait été ajoutée à la liste des réprimés, convoquée à un conseil de discipline alors qu’elle n’avait pas été suspendue.

 

L’affaire des 4 de Melle est devenue emblématique de l’acharnement répressif que subissent, dans l’éducation nationale, les personnels qui osent contester les réformes.

 

C’est pourquoi pas moins de 1500 personnes sont venues les soutenir devant le rectorat de Poitiers le 12 octobre, jour du premier conseil de discipline, sans compter les nombreux rassemblements qui ont eu lieu partout en France devant les rectorats et les DSDEN. C’est un soutien syndical d’une ampleur inédite qui a été apporté aux 4 de Melle et à tous les personnels victimes de répression : ce jour-là, étaient présents tous les représentants de l’IS nationale de l’Education (CGT, FO, FSU, Sud éducation), ceux de l’IS Fonction Publique, mais aussi les Confédérations Syndicales Solidaires, CGT, FSU et FO : du jamais vu dans un tel cas de répression !

 

Des réprimés d’autres secteurs professionnels, regroupés depuis mi-septembre dans un collectif interprofessionnel contre la répression sont, eux aussi, venus témoigner leur soutien aux enseignants Mellois: Julien du comité de soutien d’Anthony Smith, inspecteur du travail, Éric Bezou de la SNCF, Yann Gaudin de pôle emploi, Alexandre El Gamal de la RATP, Gaël Quirante de la Poste, Anissa Amini, aide-soignante en EHPAD, Boris Mollet, travailleur social.

 

La mobilisation a, sans conteste, contribué à faire reculer le rectorat de Poitiers. Fragilisé par son ampleur inédite mais aussi par les nombreuses irrégularités et contradictions soulevées lors des conseils de discipline, le rectorat s’est parfois vu contraint de modifier, voire d’abandonner, des chefs d’accusation en cours de séance !

 

Lors du premier conseil de discipline, à savoir celui de Sylvie Contini, l’administration, forte de son arrogance, n’a pas hésité à louer le sérieux de l’enquête administrative et a nié toute responsabilité concernant les décisions ayant mis en danger la sécurité des élèves au lycée Joseph Desfontaines de Melle lors de la passation des épreuves d’E3C.

 

Lors des conseils de discipline suivants, cette même administration a fini par se désolidariser officiellement des méthodes de l’enquête administrative dont elle faisait l’éloge en début de semaine, reconnaissant explicitement que cette dernière n’a pas pu permettre l’objectivation des faits reprochés aux enseignants. Elle a même fini par reconnaître et condamner fermement les débordements dont certains de ses représentants se sont rendus coupables lors des passations d’épreuves.

 

 

 

pastedGraphic.png

https://twitter.com/StylosRouges93

Fascisme plus vraiment rampant dans l'Éducation Nationale

 

Sans cesse mis en difficulté, le rectorat de Poitiers a dû se résoudre à proposer des sanctions de plus en plus basses sur l’échelle des sanctions disciplinaires au fur et à mesure de la semaine, ce qui explique leur gradation dans les décisions finales. La différence dans les sanctions apportées ne fait que symboliser le recul progressif de l’administration ; en effet, cette différenciation n’est en rien justifiable puisque les dossiers des quatre enseignants sont, sauf différences très mineures, identiques. Ici, seul l’ordre de passage justifie l’ampleur de la sanction ! Plaisante justice que celle que le hasard et l’aveuglement bornent…

 

Après une semaine de conseils de discipline et pas moins de 32h de séances cumulées (chacun des conseils de discipline ayant duré plus de 7 heures !), aucune proposition de sanction de la rectrice de l’académie de Poitiers n’obtient d’avis majoritaire. Mieux encore, pour Aladin Lévêque, c’est l’avis d’absence de sanction qui obtient la majorité. Le désaveu est de taille pour Mme la Rectrice de l’académie de Poitiers quand on sait à quel point ces procédures sont normalement gagnées d’avance pour l’administration qui y est à la fois enquêtrice, accusatrice et juge.

 

Désavouée par ses propres procédures, Bénédicte Robert n’en a pas moins décidé de passer en force et d’appliquer ces sanctions qu’aucun des conseils de discipline n’a validées !

 

La communauté éducative ne peut tolérer un tel abus de pouvoir ! La mobilisation a déjà fortement contribué à faire reculer le rectorat de Poitiers : il faut aujourd’hui la poursuivre pour qu’aucune sanction ne soit prise contre nos collègues.

 

Nous demandons au ministre de l’Éducation Nationale ainsi qu’à la rectrice de l’académie de Poitiers de bien vouloir entendre et reconnaître l’unanimité du soutien apporté aux 4 enseignants de Melle en abandonnant toute sanction contre eux. Nous exigeons aussi d’avoir la garantie que plus jamais ce ministère ne remettra en question les droits syndicaux et les libertés démocratiques.

 

Les 4 de Melle n’en resteront pas là et useront de tous les recours qui leur sont offerts pour dénoncer ces méthodes et faire annuler ces sanctions. Et nous les soutiendrons dans toutes les démarches entreprises ! Vous pouvez dès à présent leur apporter un soutien financier en participant à la caisse de solidarité : https://www.lepotcommun.fr/pot/n9i5n24r

 

Le comité de soutien aux 4 de Melle

#SoutienAux4deMelle #SoisProfEtTaisToi

Suivez-nous sur Twitter

Partager cet article
Repost0