Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 décembre 2017 7 17 /12 /décembre /2017 07:01

Depuis quelques semaines, je suis sur Twitter le compte de Charming Beauty. Derrière ce pseudo, se cache très modestement, j'imagine, une femme italienne. Mais peut-être me trompé-je. Elle nous propose de nous reposer les yeux avec un choix de tableaux très personnel. Je me permets ici de choisir dans ce choix.

Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Charming Beauty nous régale les yeux
Partager cet article
Repost0
6 décembre 2017 3 06 /12 /décembre /2017 10:17

 

 

L’Obs.fr sous-titre son premier article sur la mort de Johnny « le caméléon génial ». Cela m’a rappelé la publication d'un de mes premiers articles en juin 1970 dans l’excellent hebdomadaire britannique New Society (qui a disparu, bien sûr), que j’avais intitulé “ Yéyé and after ” et où j’avais repéré cet aspect de l’idole des jeunes. Un peu par miracle, je l’ai retrouvé.

 

 

For a foreigner, at least, pop music in England is omnipresent, “ in the air ”. It is indefinable, impalpable but inescapable. Pop has had notable influence on the cinema, on theatre, on advertising, on fashion… But in France, both the amount of pop and its effects are much smaller.

 

Pop started in France ten years ago when Johnny Halliday appeared on the stage of Le Golf Drouot. A would-be Presley, Halliday more or less killed off the traditional chanson ; only five or six of the traditional singers survived. He shouted, rolled on the ground, and uttered trivialities. His fans were mainly working class adolescents. Like the English Teds, who had turned to rock and roll, their French equivalent – the blousons noirs – played yéyé music. A few months after Halliday’s eruption, Daniel Filipacchi, who was a shrewd journalist and a daring businessman, launched a daily radio programme and a monthly magazine, both called Salut les Copains, after the title of a song by Gilbert Bécaud. Broadcast each daya t 5 pm on the Europe N° 1 station, Salut les Copains very soon diverted kids from ther studies (in France they get more homework than Englsih schoolchildren do). Europe 1 became a pop trampoline.

 

The other radio stations followed suit. And the impact of the magazine was probably even geater than that of the radio programme.. The magazine was among the first of its type. Its pages were full of glamorous photographs and very short, shallow articles. The world it created was a world of kids, exclusively for kids. Certainly the magazine was a new press phenomenon for France. There had not existed, before, a pressmade by young people for young people.

 

Then came Beatlemania. This was nearly as shattering in France as it was in England. The Beatles’ Paris performance in 1964 still lingers, even now, in the memories of all French pop fans. Dozens of theur songs were (badly) translated into French. And the Rolling Stone, the Who, the Animals, the Yardbirds and the Moody Blues also came for a share of the attention.

 

This invasion by English pop music was a salvation in a way, because it gave young French people something new and exciting, but it also ha dits inhibiting aspect. For singers and record producers, adapting an English song was easy enough. They simply chose the most successful English songs, translated them into French – et voilà – a new hit was born. Yéyé was stultified. It did not develop, and it confined itself to being a pale copy of Anglo-Saxon music. Thus Françoise Hardy was Marianne Faithfull, Claude François was Cliff Richard, and Johnny Halliday, well… he simply fashioned himself into an Englinsh singer, topping the charts in his own right in London.

 

A new era opened in 1965 when Adamo started to sing. Of Italian and Belgian origins, Adamo became the darling of 20 million young people. Good-looking, always smiling, his scratchy voice and his pseudo-poetic repertoire appealed to those who were fed up wuyh rhythm, blues, beat and noise. He has now made a solid international career.

 

Since 1968, however, French pop has grown much more sophisticated. English and American pop has finally had a positive influence ; and there have also been the Events of May. The singers are now more dedicated to their task. The bes example is Michel Polnareff, who is a premier prix of the Paris Conservatoire and wrote the music for Jean-Louis Barralt’s recent stage production of Rabelais. French groups like Martin Circus, Zoo, Triangle and Red Noise (the latter headed by the son of the novelist and jazz trumpeter, Boris Vian) follow the trail blazed by – among others – the Pink Floyd, who are more popular in France than in England, and the Mothers of Invention. At the moment, these groups are still rather obscure and regrettably esoteric. They are like Boris Vian himself, cloistered with his trumpet in St Germain-des-Prés during the 1950s.

 

The pop press, too, has become more way-out, more politically minded and less given to any kind of concession., with magazines such as Rock et Flok and Best. The old-time clientele of Salut les Copains has been to the barricades and is now more intransigent.

 

It is sometimes maintained that pop in England and America has actually crated a “ counter culture ”. Is the true of France? One difficulty is that the word “ culture ” does not mean the same thing on both sides of the Channel. In England “ culture ” can mean simply a way of life. In France, it is a vaguer and larger notion, closed to the German concept of Kultur, or, as Édouard Herriot put it, “Ce qui reste quand on a tout oublié”. To simplify greatly: to crate a counter-culture in England is to put forward a new way of life. But in the French Cartesian society, one has to offer a whole new way of thinking, and French pop has not done this.

 

Even protest in Britain adopts, usually quite different tactics from in France. In Britain, it outmanoeuvres the system: it goes under or beside ; and it lives, by and large, in a peaceful coexistence with the system. For example, the Beatles may never have swayed an election, but they helped give many English kids the idea that traditional politics was uninteresting. In France, protest goes against the system.

 

In France, pop groups meet with little success. The stars of the Top Ten are individuals. The sociological may be England’s traditional liking for associations of people, for clubs. The musical reason goes back to the heyday of the chanson, when songs were recorded by people who wrote for themselves (Trénet, Brassens) or by individual singers who drew the support of talented songwriters (Piaf, Gréco, Montand). In any event, French addicts of “ mlusic hall ” have always been used to seing the singer lost on an immense stage, illuminated by a spot of crude light.

 

The future of pop in France appears gloomy. On cause for gloom is the singers themselves. In Britain and America, pop stars are more or less what they create. In France, they set themselves apart from their creations. English and American pop stars are music-makers. French pop stars are actors. And when French pop singers try to be genuine, they are stifled by the operators, who pull their strings.

 

Another cause for gloom is the censorship. France is not Greece. So government censorship is more constricting and annoying than harassing or dictatorial. To take a recent example, the authorities at first refused to let the Le Bourget pop music festival take place in the airport – on the ground that it would be noisy. After tough discussion, they then accepted, but on condition that the word “ pop ” should be deleted from the publicity posters.

 

I was recently told about a misadventure that happened to Adamo. A year ago, he gave some performance in the United States and recorded a rock LP. Back in France, he then showed the master pressing to his impresario, who said: « We have no public for that kind of music. » Yet listeners’ request programmes in France play Chicago or Led Zeppelin more often than Claude François.

 

As long as showbiz in France sells music in the same way that it wood sell noodles some censorship will be self imposed.

 

PS : le tropisme caméléonesque chez Johnny tient peut-être – mais je n'en sais trop rien – à ses origines familiales. Lors de sa toute première interview radiophonique, il affirme être de père “ américain ”. Son père, Léon Smet, était un comédien et acteur belge de talent, proche des surréalistes de son pays. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, son attitude fut passablement ambiguë. En 1943, il obtient le poste de responsable des programmes de la chaîne de télévision allemande destinée aux troupes dans les hôpitaux, dont les studios étaient situés à Paris, rue Cognac-Jay. En 2011, Johnny confie à Libération: « Mes parents ne m’envoyaient pas à l’école par peur des représailles, parce que mon père avait été collabo, et que ça se savait un peu dans le quartier en bas de la rue Blanche. Quand j’ai eu l’âge de comprendre, ça m’a choqué. Mes copains étant juifs, j’étais très mal à l’aise. C’est pour ça qu’à l’époque je me suis inventé un père américain. Pour fuir tout ça. »

 

Léon Smet était absent le jour de la naissance du son fils, Jean-Philippe. Johnny Halliday commença par porter le nom de sa mère, le temps que l'on retrouve Léon Smet et qu'il déclare sa paternité. C'est alors que Jean-Philippe fut appelé Smet.

Johnny Halliday, le « caméléon génial »
Johnny Halliday, le « caméléon génial »
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2017 6 02 /12 /décembre /2017 06:31

 

Je reprends ici largement un article de Mack Amoureux sur le doigt d'honneur.

 

En octobre dernier, une femme courageuse du nom de Juli Briskman a fait ce que tout le monde – ou presque – rêve de faire : un doigt d'honneur à Donald Trump.

 

 Son employeur, une entreprise qui travaille pour le gouvernement des États-Unis, n’a de toute évidence pas apprécié l’initiative puisqu'il l’a aussitôt licenciée.

 

Comme vous le savez sans doute, le doigt d’honneur est l'un des gestes les plus chéris dans le monde occidental. C'est comme ça que nous affichons notre énervement ou notre désapprobation.

 

L'une des premières mentions du doigt est parue dans Les Nuées, une pièce écrite en 424 av. J.-C. par le dramaturge Aristophane et dans laquelle Strepsiade mime son phallus à Socrate à l’aide de son majeur. Socrate, dans sa version dramaturgique, est le premier homme à avoir reçu un doigt d’honneur.

Le doigt d’honneur a quelque peu perdu de son éclat au Moyen Âge, sans doute en raison de l'influence des puritains et de l'Église catholique. Dans un article de 2008, Ira P. Robbins écrit que le geste a fait son entrée en Amérique du Nord vers 1886.  Un grand joueur de baseball du nom de Charles Radbourn, qui jouait pour les Boston Beaneaters (désormais les Atlanta Braves) a fait un doigt d’honneur devant l’appareil photo cette année-là – il s’agit, pour autant que nous sachions, de la première photo du célèbre geste.

 

 
Photo Via Wikimedia Commons

C’est la domination de la culture étasunienne à travers le monde qui a fait connaître au doigt les moments de gloire qu’il vit aujourd’hui. « Il y a encore 20 ans, le majeur ne signifiait rien au Japon et en Corée, déclare Bergen. Mais aujourd’hui, avec le cinéma et télévision, tout le monde au Japon sait ce que c’est. Si le cinéma français avait conquis le monde après la Seconde Guerre mondiale, alors nous ferions probablement plus souvent le bras d’honneur. »

« Les gestes sont les précurseurs du langage, tant dans le développement que dans l'histoire de notre espèce. Ils ont un lien très direct avec nos émotions, déclare Bergen. Lorsque vous vous disputez avec quelqu'un, vous émettez des signaux physiques. »

 

Suivez Mack Amoureux sur Twitter.

Partager cet article
Repost0
1 décembre 2017 5 01 /12 /décembre /2017 06:32

 

 

Les Gaulois nous ont laissé un vêtement : la capuche. Celle de Robin Hood, Roro la Capuche qui mit (fictivement) une bonne ambiance dans le comté du Nottinghamshire.

 

Que nous ont laissé les Gaulois en termes de nourriture, d’art culinaire ? Ce n’est pas facile à déterminer car, la culture étant largement orale à l’époque, on manque de sources fiables.

 

L’historien latin Pline l’Ancien évoque les oies, vendues au marché de Rome, en provenance de l’actuelle Belgique. D’autres historiens mentionnent systématiquement les salaisons gauloises qui avaient un vrai succès. Les Gaulois savaient préparer le jambon, les tripes, l’andouillette. Il semble qu’il ne faille pas faire de fixation sur les sangliers d’Obélix, produits d’une chasse réservée à une minorité. Les Gaulois domestiquaient vaches et chèvres pour leur lait. Ils mangeaient fréquemment du lièvre. Pas de lapin, apparu en France au moyen âge.

 

Les Gaulois pêchaient mais il semble qu’ils ne savaient pas conserver le poisson. On a trouvé fort peu de traces de coqs et de poules. Ils mangeaient des belettes qu’ils avaient domestiquées pour chasser les rongeurs.

 

Les rillettes n’avaient pas de secrets pour eux. Ils aimaient également les escargots et tous les coquillages comestibles. Experts en salaison, les Gaulois connaissaient le sel, mais pas le poivre ou les épices.

 

Les Gaulois ne mangeaient guère de pain – même s’ils savaient faire lever la pâte. Ils préféraient les galettes de seigle, d’épeautre ou d’orge. La nourriture était riche en légumes : choux, lentilles, fèves (en bouillie ou soupe), oignons, raifort, truffes, asperges. Au dessert, les gâteaux à base de lait cuit étaient appréciés.

 

Les Gaulois mangeaient des fruits : prunes, merises, framboises, pommes, noisettes, fraises. Et du miel (on en a découvert, vieux de 40 000 ans, en Afrique du Sud).

 

Les Romains introduisirent l’huile d’olive et le vin. Inventeurs du tonneau, les Celtes surent très tôt conserver et faire commerce de cervoise (bière d’orge), et élever le vin. Les boissons variaient d’une classe à l’autre. Les riches goûtaient le vin d’Italie, coupé ou non. Les pauvres buvaient de l’eau ou de la bière de froment, éventuellement miellée. Originaire de Chine, l’hydromel leur était connu.

 

Fours, chaudrons et broches étaient placées à l’extérieur des habitations. La vaisselle était généralement en céramique. Des écuelles, mais pas d’assiettes.

 

Quelles recettes gauloises ont traversé les temps ? Sûrement le petit salé aux lentilles, le cassoulet aux fèves (originaires d’Amérique du Sud, les haricots n’apparurent en France qu’au XVIe siècle grâce à Catherine de Médicis – flatulait-elle ?). Les Gaulois nous ont également transmis le pot-au-feu car ils faisaient souvent bouillir la viande. Ils empruntèrent aux Romains le gâteau que l’on dénomme Pithiviers, ainsi que la galette des rois, la pâtisserie des Saturnales. On leur doit vraisemblablement le quatre-quarts breton.

 

Contrairement à ce que l’on voit dans Astérix, les tables, quand il y en avait, étaient plutôt basses. Alors, à table !

 

Que mangeaient les Gaulois ?
Partager cet article
Repost0
30 novembre 2017 4 30 /11 /novembre /2017 06:39

Je sais, c'est un peu cruel, mais ce sont elles qui ont commencé !

James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
James Bond girls : que sont-elles devenues ?
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 06:39

Des Japonais font ce qu'ils peuvent pour se confectionner des logements de fortune. Avant le début des hostilités, ils vivaient aux États-Unis. Ils furent pour beaucoup parqués dans des camps. Le retour à la vie normale ne fut pas simple.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …

 

C'est bien connu, les guerres font progresser les sciences et les techniques. Ici, l'exemple d'ENIAC, le premier ordinateur électronique créé en 1943 dans l'Université de Pennsylvanie pour aider à la précision de tirs d'artillerie. Il ne pesait que 30 tonnes.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …

 

Le premier appareil de télévision fabriqué à échelle industrielle en 1945. Á noter l'affiche sur la gauche : “ Passez votre commande. Prix approximatif : 100 dollars ”.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …

 

Dans la cave de la maison de Göring, une collection de coupes et de statuettes sans intérêt. Und ici frage : “ Warum ? ”.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …

 

Le général allemand Anton Dostler n'a pas eu de chance. Le 22 mars 1944, un commando  de 15 agents secrets militaires américains (membre de l'OSS, ancêtre de la CIA) débarque sur les côtes italiennes, afin de détruire un tunnel ferroviaire. Les membres de ce commando étaient habillés en costume civil et donnaient l'impression d'être Italiens. Deux jours après, le commando est arrêté par des soldats italiens et allemands dépendant du commandement du général Almers. Celui-ci rend compte à son commandant du quartier général local, le général Dostler. Ce dernier considère que ce sont des saboteurs italiens ce qui l'amène à ordonner l'exécution des 15 saboteurs.

 

L'un des soldats étasuniens avoue qu'ils sont des soldats des États-Unis en mission. L'information est transmise à Anton Dostler qui ordonne la suspension de l'exécution des 15 soldats reconnus comme tels. Il informe alors son supérieur, le général Kesselring qui ordonne l'exécution des militaires.

 

Dostler est jugé pour crime de guerre et condamné à la peine de mort.

 

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …

 

Le Berghof (nid d'aigle) de Berchtesgaden, qu'Adolphe et Eva aimait tant, a légèrement souffert à la fin de la guerre.

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …

 

En 1952, le gouvernement de Bavière détruisit les ruines du Berghof à coups d'explosifs. Ainsi que les résidences de Göring et de Bormann, et la caserne des SS. Un accord avait été passé avec les États-Unis qui acceptèrent de rendre cette zone au gouvernement bavarois à condition qu'elle ne devienne pas un lieu de pèlerinage pour nostalgique du nazisme.

 

Pendant la Deuxième Guerre mondiale …
Partager cet article
Repost0
22 novembre 2017 3 22 /11 /novembre /2017 06:46

 

 

Le texte de Marcel Mauss, “ Essai sur le don : Forme et raison de l'échange dans les sociétés archaïques ” In Sociologie et Anthropologie, PUF, Collection Quadrige, 1973, pp. 149-279, est l’un de ceux qui m’ont le plus marqué lorsque j’en ai pris connaissance dans les années 80.

 

Avant de découvrir cette étude ovarienne (et non « séminale », soyons féministe), j’avais vécu, à Abidjan où je résidais, une expérience assez singulière. Comme tous les gens gagnant correctement leur vie (Noirs, Blancs et autres), j’avais un boy (par parenthèse, le petit chef-d’œuvre de Ferdinand Oyono de 1956 Une vie de boy n’a rien perdu de son éclat). Comme la plupart des boys exerçant en Côte d’Ivoire, celui-ci était burkinais (de l’ethnie gourounsi). Ce que je ne savais pas, c’est que l’un de ses frères – on l’aurait appelé « demi frère » chez nous car ils n’étaient pas de même mère – était riche comme Crésus. Il s’agissait de l’un des hommes d’affaires les plus fortunés de l’ancienne Haute-Volta qui avait jugé prudent de fuir son pays et de s'installer en Côte d'Ivoire lors de la prise du pouvoir par des militaires progressistes emmenés par Thomas Sankara. Un beau jour, notre homme mourut de manière inattendue, d'une crise cardiaque, si je me souviens bien. Le lendemain matin, mon boy arriva au travail avec un exemplaire du seul (à l’époque) quotidien ivoirien, Fraternité matin. Ce qui me surprit car il ne savait pas lire. Il me montra en première page un article et une photo consacrés à la mort du milliardaire. Il me dit de manière neutre : « C’est mon frère ». Il m’expliqua qu’ils n’étaient pas très liés et qu’il n’avait jamais voulu travailler pour lui. Il me demanda cependant de lui accorder un congé pour l’après-midi et de lui avancer sur sa paye 5 000 francs CFA (l’équivalent de 100 francs de l’époque). Très intrigué, je lui demandai la raison de cet emprunt. Il m’expliqua que lorsque l’on rendait visite à une famille en deuil, la coutume voulait qu’on apportât un peu d’argent. Bien sûr, ces 5 000 francs serait à peine une goutte d’eau dans la fortune immense du frère défunt.

 

Á l’évidence, nous étions en plein échange symbolique. Mais par ce don, outre qu’il respectait une coutume, mon boy marquait sa préséance sur la famille richissime. Dorénavant, ce serait à eux de rendre, de donner, à l’occasion d’une célabration rituelle ou pas.


 

Mon boy, le don et le contre-don

 

Ce qui nous amène à Marcel Mauss. L’anthropologue explique que les individus – mais surtout les groupes – sont reliés par ce qu’il nomme des « prestations totales », au niveau du symbole et non du matériel. Parmi ces prestations, il distingue la politesse, les repas, les fêtes, les marchés (en dehors de la circulation de la richesse). La prise en charge par un oncle de l’éducation de son neveu soude la famille. Le côté du neveu ne peut pas « rendre » car comment évaluer le coût d’une éducation ? Les membres de la famille aidés demeurent obligés, dépendants, endettés. Mais c’est cela qui renforce le lien … et des relations qui peuvent éventuellement s’envenimer.

 

Mauss explique par ailleurs que derrière des « gestes » en apparence généreux, désintéressés, se cachent des codes familiaux ou sociaux en béton armé. Ne pas rendre expose à une rupture des relations. Dans le même esprit, refuser un cadeau, même de peu de valeur vénale, équivaut, dit Mauss à « déclarer la guerre ». Ne pas pouvoir rendre parce qu’on est dans le besoin place définitivement en position d’infériorité. C’est, explique l’anthropologue, « perdre son rang et son prestige ». Tout est subtil, ajoute-t-il, car « le don est à la fois ce qu'il faut faire, ce qu'il faut recevoir et ce qui est cependant dangereux à prendre ».

 

Le paradoxe est qu’en l’absence de relations contractuelles, rien n’oblige à rendre. Mauss a trouvé chez les Maori l’esprit de la règle, qu’ils appellent le « hau » : « Ce qui, dans le cadeau reçu, échangé, oblige, c'est que la chose reçue n'est pas inerte. Même abandonnée par le donateur, elle est encore quelque chose de lui ». Á titre personnel, j’ai pleinement ressenti cela lorsque, il y a une quinzaine d’années, une collègue me demanda de corriger son document de synthèse de 200 pages en vue de sa soutenance pour une habilitation à diriger les recherches. Ce genre de service peut se rendre dans les milieux universitaires. J’y passais des dizaines d’heures car, autant le fond ne manquait pas de substance, autant la forme était exécrable. J’espérais en retour six bouteilles de bon champagne et surtout la mention de mon nom dans les remerciements. Que dalle. Mais comme j’avais lu Mauss, je lui dis juste après la soutenance : « pour les autres je ne suis rien dans ton travail ; mais pour toi, j’y resterai gravé à jamais. » De même, à la même époque, j’eus la désagréable surprise de voir un ami à qui j’avais quasiment sauvé la vie (par le plus grand des hasards – et en émettant une simple hypothèse – j’avais trouvé de quoi il souffrait), se détourner de moi, alors que, jusque là, il avait été le plus généreux, le plus convivial des compères. Peut-être n'étais-je pas digne d'un don …

 

Selon le sociologue Nicolas Olivier, le principal mérite de l’œuvre de Mauss est d'avoir ouvert « les portes de nouveaux mondes » en sociologie et en anthropologie. « Non seulement, il décrivit les logiques du don dans les sociétés traditionnelles, mais il sut également montrer « la survivance de telles logiques dans les sociétés modernes ».

 

La sociologue du travail Florence Weber considère pour sa part le texte de Mauss comme un « chaînon essentiel dans l'invention d'une sécurité sociale à la française ». Mauss affirme que la société n'est pas quitte envers les travailleurs qui lui ont donné leur vie : elle doit donc leur donner les moyens de vivre décemment en période de vieillesse et de chômage. Weber explique que pour Mauss le travail salarié doit être au centre de la solidarité sociale, « comme un don qui appelle une contrepartie au-delà du seul salaire ». Cette logique a donné naissance au système de Sécurité sociale français.

Partager cet article
Repost0
7 novembre 2017 2 07 /11 /novembre /2017 06:23

 

 

Ci-dessous une mise au point pédagogique et érudite d'Irma-Afnani :

 

 

 

« Le masculin l’emporte sur le féminin ». Voilà une tarte à la crème de l’enseignement de la grammaire. Et certains féministes de s’offusquer. Évidemment, c’est faux : en français, le masculin ne l’emporte pas sur le féminin. Je m’explique : la langue française, qui hérite largement de la grammaire du latin, dispose, discrètement certes, d’un masculin, d’un féminin... et d’un neutre !

 

Quand j’écris « ils » pour désigner un groupe d’hommes et de femmes, ce n’est pas du masculin, c’est du neutre. Si cela nous surprend, c’est que ça n’est pas du tout enseigné ainsi et qu’il se trouve qu’en français, le neutre se confond presque totalement avec le masculin. Vous êtes perplexes ? Un genre neutre en français, de quoi nous parlez-vous ?

 

Quand la pluie vient, je dis « il pleut », j’utilise le pronom impersonnel « il ». Je ne peux pas dire « elle pleut », sauf à prendre des libertés poétiques avec la langue. Et je doute fort qu’on m’oppose que ce « il » serait la conséquence d’une victoire du masculin sur le féminin. C’est une manifestation du neutre français. D'ailleurs, ce pronom « il » nous vient d'un mot latin qui se décline aussi bien au masculin (ille), au féminin (illa) et au neutre (illud) et qui était un pronom démonstratif : ce, cela. De même, quand j’écris « on parle », c’est du neutre. Certes, étymologiquement le pronom on vient du mot latin homo, « homme », mais ça n’est pas l’homme opposé à la femme, c’est l’humain, celui qui vit sur terre, celui qu’on allongera sous la terre. Parce que le mot latin homo provient lui-même d’une racine indo-européenne qui renvoie à la terre, à l’humus. Et de ce point de vue, hommes et femmes sont égaux, sont également des mortels.

 

En latin, il y a sans aucun doute trois genres : féminin, masculin, neutre. Ce que les latinistes, même amateurs, savent, c’est que le neutre ressemble souvent beaucoup au masculin. Un grand nombre de noms féminins se décline ainsi au singulier -a, -a, -am, -ae, -ae, a (1ère déclinaison). Un grand nombre de noms masculins se décline ainsi au singulier -us, -e, -um, -i, -o, -o (2ème déclinaison). Un grand nombre de noms neutres se décline ainsi au singulier : -um, -um, -um, -i, -o, -o (2ème déclinaison).

 

Les défenseurs de l’écriture inclusive méconnaissent cette subtilité discrète de notre langue. Plutôt que de rentrer dans le lard du neutre grammatical à cause d’un malheureux quiproquo qui le confond avec le masculin, ne pourrait-on pas cesser d’enseigner et faire croire que « le masculin l’emporterait grammaticalement sur le féminin » ? Cette doctrine didactique erronée est certes efficace pour ne pas faire de faute de grammaire, mais elle nomme très mal son objet et suggère une domination masculine là où elle n’est pas. Vraisemblablement, cette erreur est très ancienne et a certainement épousé les contours d’une domination masculine où ont pu se complaire les linguistes des derniers siècles. Cela étant, il me paraît plus urgent de lutter contre la domination masculine là où elle est (inégalités salariales, les harcèlements sexuels, etc.).

 

 

 

PS : je me permets de proposer un embryon de cours de poitevin-saintongeais (par l'association Arantèle) :

 

Le phrase i o di, çheù (je le dis, cela) comporte le pronom sujet i (je), évolution du latin ego, le pronom neutre o du latin hoc, commun avec l'occitan, la forme verbale di (dis) commune avec le français, çheù (dela), pronom démonstratif neutre dont le son noté çh est étranger au français. (Au sud du domaine, she a remplacé i.).

 

Et puis tant qu'à faire et au risque de me répéter

L'écriture inclusive occulterait-elle le neutre grammatical français?
Partager cet article
Repost0
20 octobre 2017 5 20 /10 /octobre /2017 05:39

 

 

Âgé de 54 ans, Charlie Chaplin épousa Oona O’Neil, âgée de 18 ans. Elle était parfaitement consentante, ainsi que ses parents. Ils eurent huit enfants.

 

Beaucoup plus tôt – il avait 35 ans – il avait été amené à épouser Lita Grey (alias Lillita MacMurray), âgée de 16 ans, enceinte de ses œuvres. Un refus de sa part aurait permis à un juge de qualifier son attitude de « viol de mineur ». Ils se marièrent discrètement au Mexique le 24 novembre 1924. Le couple eut deux enfants : Charles (qui mourut à 42 ans d’une embolie pulmonaire) et Sydney. Celui-ci fit une carrière honorable dans le cinéma et au théâtre. Il joua avec Barbra Streisand avec qui il se brouilla et obtint un second rôle dans Le Clan des Siciliens.

 

Charlot avait repéré Lita trois ans avant le mariage. Il lui avait confié le rôle d’un ange dans Le Kid. Elle avait treize ans quand elle succomba aux charmes du génie. D’après les documents du divorce, Charles tenta de la faire avorter, en vain.

 

Charles trompa Lita du mieux qu’il put et l’obligea à des fellations qu’elle ne proposait pas spontanément. En 1927, elle obtint le divorce, assorti de la somme la plus faramineuse de la jeune histoire de Hollywood : 625 000 dollars (15 millions de dollars d’aujourd’hui).

 

Il n’est pas exclu que le célèbre prénom “ Lolita ” de Nabokov ait été inspiré par celui de Lillita.

 

 

Charlie Chaplin prédateur sexuel ?
Partager cet article
Repost0
6 octobre 2017 5 06 /10 /octobre /2017 05:22

 

Il est vrai qu’il travaille beaucoup et qu’il est très savant. Mais il ne sait pas tout. Ce qui ne serait pas grave s’il ne faisait pas semblant de tout savoir et si sa cuistrerie ne s’exerçait pas à l’encontre de – devinez qui ? – Jean-Luc Mélenchon.

 

 

Le 4 octobre, dans l’émission “ C à vous ”, la responsable de plateau, Anne-Élisabeth Lemoine, montre Jean-Luc Mélenchon prenant ses fonctions à l’Assemblée Nationale en s’étonnant de la présence du drapeau européen jouxtant (en fait recouvrant) le drapeau français. « Ce drapeau n’a rien à faire en ces lieux, on n’a pas besoin de la vierge Marie », dit Mélenchon. Á défaut de lutter efficacement contre le chômage, c’est Hollande en personne qui avait gadgétisé cet étendard en l’imposant dans les murs de la représentation nationale.

 

 

L’émission “ C à vous ” avait décidé de revenir brièvement sur cet épisode car les députés de la France Insoumise, éventuellement soutenus par ceux du Front National (c’est comme ça), voulait faire passer une motion interdisant désormais le drapeau étoilé. Cette motion ne franchit malheureusement pas les murs de la commission idoine.

 

 

« Pourquoi », demande-t-on sur le plateau de France 5, « Mélenchon a-t-il fait allusion à la vierge Marie ? » Cohen, qui n’en rate pas une pour dégommer Mélenchon, se lance dans une brève et inarticulée explication signifiant que l’objet quasi quotidien de son ire est dans la pantalonnade, l’exagération, comme toujours, et qu’il est allé chercher la vierge Marie pour faire joli.

 


 

 

 

Patrick Cohen n'a pas vu la Vierge

Hé non, Cohen, Mélenchon avait parfaitement raison ! Cela fait plus de 60 ans que la mère du Christ a été choisie discrètement, par une Europe des Six fortement influencée par la démocratie chrétienne de l’époque, pour faire battre le pavillon des espoirs communautaires.

 

 

L’idée venait d’Arsène Heitz, un Alsacien obscur fonctionnaire européen, fervent catholique et artiste à ses heures. C’est lui qui proposa les douze étoiles mariales, ainsi que le bleu. Il fut suggéré de réduire ce nombre à six puisque l’Europe des années cinquante ne comportait que six pays. Le Conseil de l’Europe garda le chiffre douze au motif qu’il symbolisait l’harmonie, la plénitude. Le texte adoptant le drapeau fut signé le 8 décembre 1955, ce jour étant, comme par hasard, celui de l’Immaculée conception.

Un collègue et ami me fait passer cette photo prise par lui dans la cathédrale d'Avila :

Patrick Cohen n'a pas vu la Vierge
Partager cet article
Repost0