Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 novembre 2011 3 30 /11 /novembre /2011 07:13

J’ai un peu connu Raymond Cousse, homme de théâtre exceptionnel, ami de Beckett, admirateur de Bove. Sa Stratégie pour deux jambons fut le spectacle français le plus joué dans le monde dans les années 80. Je crois qu’il n’est jamais passé à la télévision. C’est peu dire que cet homme issu d’un milieu très modeste était déchiré, morbide et suicidaire. Il mourut à 49 ans en 1991 d’un cocktail de comprimés. J’avais, pour quelques bribes, inspiré son livre La Découverte de l'Afrique.

(Impatienta Doloris).

http://www.emmanuel-bove.net/images/christineraymond.jpg


 

Né en 1904, René Couzinet, fils d’instituteur se passionne très jeune pour l’aviation. Il entre en 1921 à l’École des Arts et Métiers d’Angers. Il dépose plusieurs brevets avant d'intégrer l’École Supérieure de l’Aéronautique en 1924.

Son avion, le Couzinet 70 Arc-en-Ciel III, piloté par Jean Mermoz et accompagné par lui-même, franchit l'Atlantique Sud de Saint-Louis-du-Sénégal à Natal en moins de quinze heures. Le retour s'effectue du 15 mai au 21 mai où l'arrivée au Bourget est triomphale devant 15 000 personnes.

Durant la Seconde Guerre mondiale, il émigre au Brésil où il est chargé de la direction technique de l'aéronautique nationale. À son retour, la plupart des portes des bureaux d'études lui sont fermées. Ses projets d'hydroglisseur, d'avions à décollage vertical, et même de soucoupe volante ne dépasseront pas le stade de maquettes.

René Couzinet ne se remettra jamais vraiment de la disparition prématurée de Mermoz, qui était également son meilleur allié au sein d'Air France. Par fidélité, il épouse sa veuve. Désespéré, ayant perdu tous ses soutiens dans le milieu de l’aviation, il tue sa femme d’un coup de revolver et se loge une balle entre les deux yeux le 16 décembre 1956.

(Furor).

 http://aerostories.free.fr/constructeurs/couzinet/couz-mermoz.jpg

 

Cratès de Thèbes portait des vêtements chauds en été et légers en hiver. Il passa sa vie propager l'art de l'ascétisme.  Il était laid et provocateur. Il devint l’élève de Diogène. Son acte favori était de copuler en public avec sa femme Hipparchia. Vers 80 ans, il passe la main à son disciple Zénon (futur suicidé par autostrangulation) qui fonde le stoïcisme. Il s’empoisonne en 285 avant J.-C.

(Taedium vitæ).


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/2/29/Crates_of_Thebes.jpg/200px-Crates_of_Thebes.jpg

 

 

René Crevel naquit en 1900 dans la bourgeoisie parisienne. Poète, communiste, surréaliste, il tenta en vain de rabibocher ses amis surréalistes avec le mouvement communiste lors du Congrès des écrivains de 1935.

« Crevel, écrivait André Breton en 1952 dans ses Entretiens, avec ce beau regard d'adolescent que nous gardent quelques photographies, les séductions qu'il exerce, les craintes et les bravades aussi promptes à s'éveiller en lui... à travers tout cela c'est l'angoisse qui domine. Il est d'ailleurs psychologiquement très complexe, contre-carré dans une sorte de frénésie qui le possède par son amour du XVIIIe et particulièrement de Diderot. » Il avait décrit sa mort dans Détours : Une tisane sur le fourneau à gaz ; la fenêtre bien close, j’ouvre le robinet d’arrivée ; j’oublie de mettre l’allumette. » Il ne laisse qu’un mot épinglé à sa veste : « Prière de m’incinérer. Dégoût. »

(Impatienta doloris).

http://static.skynetblogs.be/media/2129/dyn001_original_500_503_pjpeg_2646967_fa296ab0c4d284abba107290f2acc8dd.jpg

 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 19:55

Qu’y a-t-il à l’intérieur d’une noix de coco ?

 

http://www.photos-voyages.com/cambodge/images/noix-de-coco.jpgPas du lait mais de l’eau ou du jus de coco.

Pour obtenir du lait, il faut faire bouillir la chair de la coco avec le jus. En réduisant un peu plus, on obtient de la crème.

La noix de coco est la seule plante qui produise un tel liquide.

Le cocotier est originaire de l’Inde et de la Malaisie. Il peut atteindre une hauteur de 25 mètres. La noix met 4 à 10 mois pour germer. Il faut environ 12 mois pour que la noix soit complètement mûre.

Le jus de coco est parfaitement stérile, très vitaminé et riche en sels minéraux.

Daimler utilise la cosse de coco pour fabriquer les sièges biodégradables de ses camions.

En ancien sanskrit, cocotier se dit kalpa vriksha, ce qui signifie « l’arbre qui satisfait tous les besoins ».

 

 

Que donnait le capitaine Cook à ses marins pour soigner le scorbut ?

 

-       du citron vert

-       du citron jeune

-       de la choucroute

-       du rhum et du cassis

 

Il leur donnait de la choucroute. Malheureusement, elle était bouillie avant le départ et ne contenait plus de vitamine C.

Lorsqu’il traversa le Pacifique, Magellan perdit la moitié de son équipage à cause du scorbut (manque de vitamines C et B). Le scorbut engendra toutes sortes de superstitions : au XVIIIe siècle, les marins pensaient qu’ils guériraient simplement en touchant le sol.

Les navires anglais n’embarquèrent du citron qu’à partir de 1795.

Les Inuits ne souffrent pas de scorbut car le blanc de baleine est très riche en vitamines C.

Le scorbut se manifeste par de la fatigue, puis par des œdèmes, puis des saignements de nez et des gencives, enfin des ecchymoses nombreuses sous la peau. Les dents se déchaussent. Les malades meurent d’épuisement ou d’une complication infectieuse respiratoires.

Par parenthèse, l’un des seconds de Cook fut William Bligh, immortalisé une première fois par Charles Laughton (Les révoltés du Bounty).

 

 http://www.e-semio.uvsq.fr/modules/main/img/scorbut2.jpg

 


D’où vient le Père Noël ?


Du Pôle Nord, de Finlande, de Disney Land, si le veut l’enfant. Surtout si, sachant parfaitement que ce sont ses parents qui raquent, il fait preuve de mauvaise foi. En fait, il s’agit d’une invention turque, un personnage célèbre pour l’accomplissement de ses miracles. Comme par exemple de rendre la vie à trois enfants décapités par un tavernier.

Ce personnage célèbre a existé (au IVe siècle) : il s’appelait Nicolas de Myre. En 7087, sa dépouille fut volée par des marchands italiens (avec à leur tête, d'après la légende, un certain Berlusconi), mais ils laissèrent sur place un morceau de crâne et de mâchoire. Rapportée à Bari en Italie, la relique est supposée produire des miracles. Les Turcs n’ont jamais cessé de réclamer cette relique.

Santa Klaus (saint Nicolas) distribue des cadeau, mais il est aussi le patron des juges, des voleurs, des meurtriers, des prêteurs sur gage.

Le viking Odin descendait lui aussi sur terre pour offrir des cadeau.

Le Père Noël est apparu en France au XXe siècle.

En France, la première « secrétaire du père Noël » qui rédigea la première réponse par l'entremise des PTT fut la grande sœur du ministre Jacques Marette, la pédiatre et psychanalyste Françoise Dolto.

Ici : (link) le nom du Père Noël dans une cinquantaine de langues.


http://jssnews.com/wp-content/uploads/2009/12/pere-noel-arrive.jpg

 

 

Bugs Bunny est-il un lapin ?

 

Perdu. C’est un lièvre. Le premier film qui lui fut consacré était A Wild Hare. Avant cela, en 1938, il avait fait sa première apparition dans Porky’s Hare Hunt. Ses très longues oreilles le font nettement pencher du côté lièvre. En revanche, le terrier est plutôt lapin.

La première voix de Bunny fut Mel Blanc. Il détestait les carottes mais dut s’en avaler des tonnes car aucun autre légume cru ne produisait le même craquement.

Dans la mythologie ancienne (Mésopotamie, Inde, Chine etc.), le lièvre était franchement négatif : méchant, destructeur mais également sexy. Le lièvre peut courir à près de 80 km/heure et sauter 2m50 en longueur.

Les lièvres se reproduisent comme des lapins. Une hase peut engendrer 42 levrauts en une année.


 http://avironplaisirpassion.free.fr/technique/l-entrainement_dossier_expres/lievre.jpg


 

Partager cet article
Repost0
24 novembre 2011 4 24 /11 /novembre /2011 06:51

http://1.bp.blogspot.com/_J2-7ZeOIPvs/TQkq0d9yslI/AAAAAAAAABo/7ebvENScMUE/s1600/Doit-on-se-sentir-responsable-de-la-misere-et-de-la-pauvrete-dans-le-monde%255B1%255D.jpgLes États-Unis eux-mêmes, par leur tendance croissante à agir de manière unilatérale et sans respect pour les préoccupations des autres, sont devenus un État voyou (Robert MacNamara, juin 2000).

 

Que vaut un cambriolage de banque face à la création d'une banque (Bertolt Brecht) ?

 

Si le climat avait été une banque, ils l'auraient déjà sauvé (Hugo Chavez).

 

The French have no word for entrepreneur (George W. Bush).

 

Défends moins tes pommiers et défends mieux tes droits, paysan (Victor Hugo).

 

Quand je donne à manger aux pauvres, ils disent que je suis un saint. Quand je demande pourquoi les pauvres sont pauvres, on dit que je suis un communiste (Dom Helder Camara).

Partager cet article
Repost0
23 novembre 2011 3 23 /11 /novembre /2011 06:45

http://referentiel.nouvelobs.com/file/2663312.jpgUn travers langagier bien observé par Jacques Drillon (le Nouvel Observateur) :



 

Elles prolifèrent, sont de plus en plus lourdes, redondantes, sinon absurdes. Ce sont les incises de citations, ces avatars du vieux «dit-il», dont les journalistes usent et abusent.

 

L’incise est bien malade, du moins l’incise de narration, dite aussi incise de citation : ce petit bout de phrase de rien du tout, le dit-il, le répondit-il, le demanda-t-il, qu’on place dans les dialogues rapportés. Et nous, les journalistes, sommes les fautifs (1). C’est nous qui avons inoculé le poison. C’est ici même qu’on a pu écrire s’étonna-t-il, s’insurge-t-il, admet-il, espère-t-il. Il ne s’agissait alors que de petites doses. Mais le mal était fait ; nous avions introduit des verbes étrangers, et la prolifération pouvait commencer.
– I want my money back, martelait Mme Thatcher.
Ou :
– Les paradis fiscaux, c’est fini, avait précisé M. Sarkozy.

Déjà, dans Libé, on trouvait :
– On peut y lire une certaine forme de distanciation, euphémise un ministre.
Déjà, dans l'Observateur :
– A force d'être fréquenté, l'endroit a fini par devenir un chez-soi, poétise Amigo.
Ou bien :
– Cela prouve bien qu'il n'y a jamais mis les pieds, balaie Amigo.

Oui, le mal était fait. Il fallait encore sauter un pas pour que l’incise mute et que le cancer se généralise : ajouter un mot à ces incises pourries, ne fût-ce qu’en développant une expression. Et ce fut dans le Monde que le phénomène se produisit récemment, sans soulever la moindre protestation, ni provoquer la moindre inquiétude:
– C'est une crise mondiale, on peut en parler partout dans le monde, y compris aux Etats-Unis, a-t-elle botté en touche.

Un mot de plus, et toute la phrase s’engouffrait dans l’incise comme dans une brèche ouverte. On pouvait écrire dès lors:
– Cela prouve bien qu'il n'y a jamais mis les pieds, balaya Amigo du revers de la main.
Et pourquoi pas:
– Cela prouve bien qu'il n'y a jamais mis les pieds, se leva Amigo en remettant son chapeau.

Alphonse Allais l’avait prévu :
– Quel système ? nous interrompîmes-nous de boire.

Mais c’était pour rire… Si l’on se permet d’ajouter à l’incise une sorte de commentaire, tout devient possible. Si l’on veut gagner du temps, ramasser énonciation et jugement dans une seule phrase, ou même dans un seul mot, si l’on regroupe en une seule image la phrase, le ton, l’intention, l’action qui l’accompagne, la signification qu’on lui prête, alors la mort de l’incise est proche:
– Plus de lumière ! expira Goethe.
Ou bien :
– Je suis enrhumé, se moucha-t-il bruyamment.
Ou encore :
– Ce n’est pas ma cup of tea, polyglotta Odette.

La souffrance est atroce, la nausée irrépressible, la honte profonde.
– Vous n’allez pas me licencier, au moins ? s’inquiéta-t-il pour son avenir, ses enfants, son prêt immobilier et les traites de sa télé full hd.

Ce sont des incises très avancées, métastasées dans tout l’organisme.
– On peut en inventer d’autres, regrettai-je de ne pas avoir noté toutes celles que j’avais déjà lues ici et là.

Jacques Drillon (Nouvelobs.com, 10/11/11)

(1) – Une savante analyse des incises de citation s’est fondée entièrement sur des dépêches AFP, notai-je de bas de page.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2011 2 22 /11 /novembre /2011 16:00

Dans le film Roma de Fellini, Rosemary Colonna joue son propre rôle, celui d’une princesse retirée à l’intérieur d’une immense demeure. En 1977, à 45 ans, seule et privée d’admiration mondaine, elle se défenestre de son appartement romain.

(Impatienta doloris)

http://www.devoir-de-philosophie.com/images_dissertations/139180.jpg

 

Louis-Henri-Joseph de Condé, maréchal de France, est retrouvé pendu avec deux mouchoirs à l’espagnolette de la fenêtre de sa chambre. Royaliste intégriste, il avait fui la France de 1789. On parle de suicide, puis d’assassinat avant de revenir à la thèse du suicide. Condé, qui avait 74 ans, et sa maîtresse, qui avaient pris l’habitude de simuler la pendaison pour redonner vigueur au membre du duc, auraient tiré la ficelle un peu trop loin. Comme David Carradine ?

(Æquivocus).

http://insideofiran.org/fr/images/stories/march11/pendaison5.jpg

 

Marie-Jean de Condorcet fut un élève extrêmement brillant, puis un philosophe, mathématicien et politologue. Il fonda la notion de droits d’auteur, défendit mordicus la liberté de la presse, devint secrétaire de l’Académie des sciences puis de l’Académie française. Il réforma le cadastre, les statistiques. Un grand homme que Mitterrand fit enterrer au Panthéon. Symboliquement puisque sa dépouille a disparu à jamais.

Ce révolutionnaire subit les foudres de la Terreur.

Condorcet, Girondin et opposé à la peine de mort, vota contre l’exécution de Louis XVI. Opposé au projet de nouvelle constitution, il fut condamné pour trahison. Un décret d'arrestation força Condorcet à se cacher. Il trouva refuge pendant neuf mois dans la demeure de Mme Vernet, à Paris. Il en profita pour écrire l’un de ses ouvrages les plus appréciés par la postérité, Esquisse d'un tableau historique des progrès de l'esprit humain, qui fut publié après sa mort, en 1795. Le 25 mars 1794, il quitta sa cachette. Il tenta de fuir Paris. Il fut arrêté à Clamart deux jours plus tard, et mis en prison à Bourg-Égalité (Bourg-la-Reine). On le retrouva deux jours plus tard mort, dans sa cellule après avoir ingurgité le poison fourni par son beau-frère.

(Subtractio).


http://www.lepetitarchimede.fr/ha/old/revues/numero7/t32condorcet/cond.jpg

 

 

L’empereur chinois Ts'in Che Houang Ti n’était pas un tendre. Il ordonna que ses femmes et les ouvriers qui avaient construit son tombeau le suivent dans la mort. Quand les funérailles furent terminées et qu'on eut dissimulé et bouché la voie centrale qui menait à la sépulture, on fit tomber la porte à l'entrée extérieure de cette voie, et l’on enferma tous ceux qui avaient été employés comme ouvriers ou artisans. Ils ne purent pas ressortir. On planta des herbes et des plantes pour que la tombe eût l'aspect d'une montagne.

Avant cela, il avait décrété que l’histoire de la Chine avait commencé avec lui (IIIe siècle avant J.-C.). Les livres de Confucius entreposés à la bibliothèque impériale furent brûlés. 500 philosophes confucéens contestataires, scandalisés par l’autodafé, se noyèrent dans la mer. Sans un battement de cils de l’empereur.

(Jactatio)


http://a21.idata.over-blog.com/0/13/50/80/wallpapers/wallpaper-chine-classique/fond11.jpg

 

Source : toujours l'ouvrage de Negroni et Moncel, Le suicidologue, et un peu mon grain de sel.

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2011 7 20 /11 /novembre /2011 16:00

http://www.lagauche.com/lagauche/IMG/arton982.jpgLes États-Unis doivent diriger le monde en portant le flambeau moral, politique et militaire du droit et de la force et servir d’exemple à tous les peuples (James Helms, sénateur étatsunien).


C’est un paradoxe que la nation qui a tant fait pour intégrer les droits de l’homme dans ses documents fondateurs se soit toujours opposé à la mise en place d’un cadre international pour protéger ces mêmes principes et valeur (Amnesty International, 1998).

Jamais je ne demanderai pardon aux nom des Etats-Unis – quelles que soient les raisons (George H.-W. Bush) après qu’un avion de ligne régulière itanien eut été abattu par un missile états-unien).

Nous devons employer la force parce que nous sommes l’Amérique. Nous sommes la nation indispensable (Madeleine Allbright).

Le gant de velours du marché ne marchera jamais sns une main de fer derrière – McDonald ne  peut prospérer sans McDonnell Douglas (Thomas L. Friedman, 1999).

 

 

Source : toujours la même. 200 citations pour comprendre le monde de V. Dedaj et M. Vivas.

Partager cet article
Repost0
19 novembre 2011 6 19 /11 /novembre /2011 06:45

http://news.bbc.co.uk/olmedia/1040000/images/_1043975_malcolm.300.jpgIl y a quelques lustres, j'eus la chance d'interviewer, en compagnie de deux collègues, l'écrivain anglais Malcolm Bradbury. Il expose ici comment, pour lui aussi, "je est un autre".

 

You seem to experiment a lot in your books, particularly in the field of genre? Your works are sometimes difficult to classify, for instance Unsent Letters or that fake guide Welcome to Slaka.But at the same time, behind this variety there's also a kind of persona that appears under different guises in your various books.

 

Malcolm Bradbury : Trying to identify that persona I would say that it's first and foremost the persona of the novelist who chooses to use that as a centre and then moves out to other things. New forms actually breed new generic options, new generic types. Just now, I'm very interested in something I call the television-novel and I've written a number of original televi­sion drama series which have been conceived like novels and are very much mine, un­like a lot of television where it doesn't matter who the author is. This attempt to define the author in relation to a medium which in many ways is destructive of au­thorship is one of the things that interests me greatly. But this linked to a great many of the argu­ments that we've all be­come familiar with, about post-modernism and about the history of narrative, and for that matter of all sorts of notions of film-theory and of television-theory. In many respects film could be called a modernist medium and television a post-modernist medium, but what is inventive in many respects in each of these media is the technology itself, not ne­cessarily the content. And in other words you frequently find that film generates an extraordinary experimental aura because of its mechanical repro­duction, but the content of the narrative is actually extremely conservative and over-typed. I'm particularly excited by television. You can certainly do a totally new thing because of some new technique that is coming to the studio, or you can work with a di­rector who has some sorts of very strong ideas that you want to chase. The novel is all these things for yourself; with the novel you're thrown back on yourself and I like that in the end, but I do need these forays into the media in order to feed back on to what I do. If you look at many of the contemporary British wri­ters, you'll find that a great many of them have also written for television. And Ian McEwan would be a good example : he writes short stories, fiction and wonderful TV films, The Imitation Game and then The Ploughman's Lunch, which was actually shown in the movies but was made for television.

I want a literary space to work in. British television is an exceptional case, it is not like most other television systems. They still do have a notion of author's theatre and so it's pos­sible for series-writers to move into the medium and say : "I want to do something here". There are writers who are using the medium for authorial expression to test their sto­ries, and they are watched by viewers on those terms. The world is full of good screen writers so why would I want to write a screen-play unless I was able to use it in relation to the larger project of writing novels? 

Partager cet article
Repost0
18 novembre 2011 5 18 /11 /novembre /2011 20:00

Nous reprenons le livre très instructif de Lloyd et Mitchinson (en y ajoutant parfois notre grain de sel).

 

http://www.montrealrestos.com/images/Robin%20des%20bois.jpg

De quelle couleur étaient les collants de Robin des Bois ?

 

Rouge. Ceux des membres de sa joyeuse bande étaient plutôt verts. Le rouge impliquait un statut supérieur à celui des autres compagnons, les vêtements rouges étant les plus onéreux dans l’Angleterre médiévale. La teinture était obtenue en écrasant des cochenilles femelles séchées.

Robin Hood tenait son nom de cette couleur, associée au rouge-gorge. Euphoniquement, le pseudonyme rob in hood signifie « qui vole cagoulé ».

En anglais, hood signifie capuche. La capuche est le plus ancien couvre-chef d’Europe occidentale. Il est intéressant que le nom de Robin ait été accolé à celui d’un vêtement, à une époque où l’industrie du tissu était très florissante. On peut d’ailleurs lire la geste de Robin, non comme un combat opposant les pauvres de la forêt aux riches de la ville, mais comme celui opposant les marchands dynamiques et honnêtes à la noblesse corrompue et paresseuse. Habillé richement, Robin était un bourgeois.

Le personnage de Robin n’est pas totalement légendaire. Un document officiel de 1228 mentionne un robinhood jeté en prison pour non payement d’une amende. C’est au XVIe siècle que les Anglais feront vivre Robin des Bois à l’époque de Richard Cœur de Lion. Et c’est seulement au XIXe siècle que Robin devient un rebelle saxon en lutte contre les méchants seigneurs normands. Selon certains textes, Robin était de Sherwood. Pour d’autres, il était originaire de Barnsdale dans le sud du Yorkshire.

L'interprète mythique de Robin des Bois, Errol Flynn, fut anarchiste, pirate, négrier. Il tourna dans le premier film consacré à la mutinerie du Bounty. Il descendait par sa mère d'un des marins du bateau. Il mourut à 50 ans, complètement imbibé.

 

 

De quelle couleur sont les carottes ?

http://www.alimentation-recettes-sante.com/AlimentsSante/carotte.gifPendant 5000 ans, elle ne furent pas orange mais violettes. La carotte nous vient d’Afghanistan et d’Iran. Elle était violette, parfois jaune. La carotte va changer de couleur au XVIIe siècle en Hollande et devenir orange (en honneur à la couleur de la famille royale). Il en existe aujourd’hui environ 90 variétés. En 1997, les Islandais ont mis au point une carotte au goût chocolaté, pour plaire aux gosses. Ce fut un échec*. La carotte est un légume (c’est une racine), mais comme les Portugais la mangent en confiture, l’Union Européenne a décidé, en 2002, de la considérer également comme fruit. Quand je pense qu’il y a encore des eurosceptiques !

Les Grecs et les Romains l’utilisaient comme aphrodisiaque ou comme régulateur de flatulences.

L’histoire de l’expression « les carottes sont cuites » n’est pas inintéressante. Il y a d’abord la connotation sexuelle : lorsque la carotte est cuite, elle est molle, donc on ment debout. Et puis, il y a la connotation proche de « la fin des haricots ». Au XVIIe siècle, la carotte était considérée comme un aliment pauvre (comme en France, pendant la Seconde Guerre mondiale, faute de Kartoffeln). Elle était vulgairement associée à la crotte (« chier des carottes = être constipé). « Vivre de carottes » signifiait vivre très modestement. Et quand les carottes étaient cuites, cela signifiait qu’on allait passer l’arme à gauche.

 Ce n’est qu’au IIe siècle de notre ère que les Romains différencièrent la carotte du panais. Panais se dit en anglais parsnip. Navet se dit turnip. Il y a cette savoureuse expression : You do not turn a parsnip into a turnip, qui correspond à peu près à « on n’obtient pas un pur-sang avec un cheval de bois ».

 On connaît tous la blague : pourquoi les carottes sont-elles bonnes pour la vue ? Hé, t’as déjà vu des lapins portant des lunettes ? De fait, la vitamine A (dont la carotène est riche) permet à ceux qui voient mal la nuit de corriger ce défaut. Mais manger des carottes ne nous donne pas une vision de chat.

 

 

Le bananier est-il un arbre ?

 http://www.bordink35.be/images/b%20A30%20boekje%20fyffes%20de%20beste%20banaan.jpg

Non. Il peut atteindre 15 mètres de haut mais ne possède pas de tronc. Le bananier est une herbe dont les bananes sont les baies. Lorsque le bananier a produit deux ou trois dizaines de feuilles, un bourgeon se développe en une inflorescence ou régime. Seules les fleurs femelles produiront des bananes. Après l’inflorescence, la partie de la tige située au-dessus du sol meurt. Une autre pousse, à côté de la racine d’origine. Après quelques années, on a l’impression que le plant d’origine s’est déplacé de quelques mètres.

Les bananes sont apparues en Malaisie il y a dix mille ans. L’industrie de la banane est la plus rentable de toutes les productions agricoles. Elle rapporte 12 milliards de dollars chaque année et fait (sur)vivre 400 millions de travailleurs. Mais comme la banane est un fruit peu résistant aux infections fongiques, il faut s’attendre à ce que nos supermarchés soient envahis de fruits génétiquement modifiés.

Le plus important producteur de bananes en Europe est l’Islande. Grâce à la géothermie, les Islandais ont installé d’immenses serres à deux pas du cercle arctique. Un des plus gros importateurs de bananes est la société irlandaise Fyffes.

 

*Les Islandais ont l'art de faire des conneries : ils ont vendu leur pays aux banques et, plus grave à mes yeux encore, ils ont vendu le génotype de leur population à un laboratoire privé étranger. Ils ont perdu l'occasion de pouvoir faire une étude extraordinaire sur eux-mêmes dans la mesure où ils sont l'un des peuples les plus homogènes de la terre.

 

 

Partager cet article
Repost0
15 novembre 2011 2 15 /11 /novembre /2011 07:16

http://a3.idata.over-blog.com/396x325/0/25/97/94/pour-rire-un-peu/Logique-faut-bien-se-sacrifier.jpgAlain Abelhauser et Roland Gori, coauteurs d'un ouvrage dont je rendrai compte cet après-midi, propose, dans cet livre, le petit problème de logique suivant :

 

CETTE FRASE CONTIENT QUATRES EREURS


Quand on est normalement lettré, on se rend d'abord compte qu'il y a trois fautes d'ortographe. On cherche la quatrième, et l'on constate qu'il n'y en a pas. Puis, si l'on réfléchit un peu, on se dit que la quatrième erreur, c'est précisément le fait d'en annoncer quatre, alors qu'il n'y en a que trois. La quatrième erreur est de contenu. Et c'est alors que ça devient amusant. Et intéressant. Parce que si la phrase contient quatre erreurs, alors elle est juste. Et ne contient plus cette quatrième erreur. Ce qui, tout aussitôt, la rend à nouveau fausse. Donc juste. Et si juste, alors fausse. Et ainsi de suite. On n'en sort pas. Le juste implique le faux, lequel implique le juste, et cela à l'infini.

 

C'est cela l'indécidable. L'indécidable donne des boutons aux évaluateurs, ou en tout cas à certains évaluateurs ; c'est le reste, la particule autour de laquelle se constitue la perle de la science, mais aussi le grain de sable qui fait boiter bas ceux qui confondent cette dernière avec le culte de la quantité.

 

PS : À propos de logique qui rend fou, Bertrand Russel racontait l'histoire du barbier d'un village qui rase tous les habitants du village qui ne se rasent pas eux-mêmes. Mais qui rase le barbier ? Impossible paradoxe. Pour en sortir, on peut introduire des clauses supplémentaires : comme dire que le barbier est une femme, qu'il est imberbe ou encore qu'il habite un village voisin.

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2011 7 13 /11 /novembre /2011 15:42

J'ai relevé ceci dans le numéro 3226 :

 

http://2.bp.blogspot.com/_ZaM1sTVEJT4/TE4cpz7CTzI/AAAAAAAAAAs/Fib-sp8RGtY/s1600/point_interrogation.jpgHier, nous avions beaucoup de "problèmes", et c'était déjà dur. Aujourd'hui, nous ne devons affronter que des "problématiques". Les effets de la crise, sans doute.

(Jean Lhotellier).

 

Je voudrais profiter du jour des Morts pour rendre hommage à mon arrière-grand-oncle, paysan de Corrèze, enrôlé à 20 ans dans le 3e régiment d'infanterie de marine, et qui est mort en 1854, du choléra, à l'hôpital militaire du Pirée. Mais que faisait ce régiment au Pirée ?

Il assurait, avec les Anglais, le blocus du port, à titre de représailles envers les Grecs qui refusaient de payer leur dette...

(Élisabeth Lazcano)

 

Mais qui nous délivrera enfin des stores vénitiens dans les séries policières ?

(Paul Fournel)

 

 

Partager cet article
Repost0