Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
1 avril 2021 4 01 /04 /avril /2021 05:21

36

 

Je lis toujours un exemplaire de la presse locale lorsque je voyage hors de mon département, pardon : hors de mon “ territoire ”, comme il faut dire maintenant dans la langue que l’idéologie du banquier éborgneur nous impose avec l'aide des médias  qui se courbent. Cette foi-là, c’était L’Indépendant de Perpignan.

 

Un article retint mon attention, consacré à une femme d’une quarantaine d’années qui avait abandonné son travail pour s’investir dans son village natal, celui de ses ancêtres jusqu’aux alentours de 1400.

 

Elle avait des idées plein la tête : la mise sur pied de commissions spécialisées pour étudier un projet de station d’épuration, pour envisager la réfection de chemins communaux, pour repenser les transports scolaires etc. Cet allant était bien sympathique.

 

Á la fin de ma lecture de l’article, je découvris que ce village comptait 36 habitants. Nettement plus que les 21 habitants de Molpré ou les 17 âmes de Combe dans le Jura.

 

Autrefois, on se gaussait de la lourdeur de la bureaucratie soviétique. La France aux 34 697 communes est douce aux mille-feuilles départementaux. Á noter, cela dit, qu’elle a légèrement progressé depuis la Révolution qui avait créé 41 000 communes. Des pays comparables au nôtre en ont entre 8 et 12 000 Mais nous avons le souci du détail et de la précision. Ainsi, nos terres antarctiques sont-elles divisées en 5 districts. Nos manchots n’en sont que mieux gérés.

 

36
Partager cet article
Repost0
31 mars 2021 3 31 /03 /mars /2021 05:15

 

 

 

Né en 1548, Giordano Bruno était un frère dominicain et un philosophe. Son plus grand apport aux sciences, insupportable aux yeux de l’Église, fut d’avoir développé la théorie de l’héliocentrisme. Il postula, après Copernic, que le soleil n’était plus le centre de l’univers mais un point autour duquel s’organisait le système solaire. D’un point de vue philosophique, le concept débouchait sur l’hérésie suprême : l’univers était infini et n’avait ni circonférence ni centre : « Il n'y a aucun astre au milieu de l'univers, parce que celui-ci s'étend également dans toutes ses directions. Chaque étoile est un soleil semblable au nôtre, et autour de chacune d'elles tournent d'autres planètes, invisibles à nos yeux, mais qui existent. Il est donc d'innombrables soleils et un nombre infini de terres tournant autour de ces soleils, à l'instar des sept « terres » [la Terre, la Lune, les cinq planètes alors connues : Mercure, Vénus, Mars, Jupiter, Saturne] que nous voyons tourner autour du Soleil qui nous est proche. »

 

 Or, pour l’Église, seul Dieu était infini. Bruno fut donc accusé d’athéisme et d’hérésie. Comme, par ailleurs, il affirma que Jésus Christ n’était qu’un « mage habile », que le saint-Esprit était l’âme de notre monde et que Satan serait sauvé, il fut condamné à être brûlé vif après huit années d’aveux extorqués par la torture, de rétractations et de procès.

 

Bruno fut un étudiant brillant qui entra chez les Frères Prêcheurs heures à l’âge de 17 ans. Il est ordonné prêtre à 25 ans. En secret, il admire Érasme et sa liberté de pensée par rapport aux canons. Il s’intéresse à la magie et à la cosmologie. Il repousse le dogme de la Trinité et doit abandonner son froc dominicain. Un procès est instruit afin de le déclarer hérétique. Il s’exile dans le comté de Savoie, à Chambéry puis dans la calviniste Genève.

 

Il est excommunié en 1578. Il séjourne ensuite à Lyon, puis à Toulouse où il exerce comme maître ès-arts en mathématique et en physique. Il publie Clavis Magna, un ouvrage sur la mnémotechnique (sa mémoire était phénoménale). Henri III devient son protecteur et lui octroie une chaire de « lecteur extraordinaire et provisionné ». Il se rend ensuite à Londres et à Oxford où il s’en prend à l’Église anglicane. Dans ses écrits scientifiques (La Cause, le principe et l’un, De l’Infini, de l’univers et des mondes), il imagine un univers rempli d’une infinité de mondes. Dans Les Fureurs héroïques, il offre la vision d’un monde d’où Dieu est exclu.

 

Il retourne à Paris mais n'est plus en odeur de sainteté auprès d’Henri III. Il se rend en Allemagne et se rapproche des luthériens. Cependant, il finit par être excommunié de leur Église. Il poursuit ses recherches sur l’infiniment petit et sur le système mnémotechnique.

 

Il retourne Italie mais est dénoncé auprès de l’Inquisition vénitienne. Il est incarcéré dans la prison du Saint-Office de San Domenico di Castello.

 

Au cours de huit années de procès, l’accusation va d’abord se concentrer sur son rejet de la transsubstantiation, de la Trinité, de sa négation de la virginité de Marie, de son blasphème contre le Christ. Sont ensuite critiquées sa vision cosmologique et sa croyance en la métempsycose. Puis dix accusations sont ajoutées. Mais les tribunaux vénitiens le blanchissent.

 

Il n’est malheureusement pas libéré car le pape Clément VIII le fait extrader vers Rome. Il refuse de se rétracter : « Je ne recule point devant le trépas et mon cœur ne se soumettra à nul mortel. Je ne crains rien et je ne rétracte rien, il n'y a rien à rétracter et je ne sais pas ce que j'aurais à rétracter. » Il est condamné à être exécuté « avec autant de clémence qu'il se pourrait et sans répandre de sang » (« ut quam clementissime et citra sanguinis effusionem puniretur »). Sur le bûcher Bruno déclare : « Vous éprouvez sans doute plus de crainte à rendre cette sentence que moi à la recevoir. »

 

Les circonstances de sa mort, après huit années de procès, ont été relatées par le menu. Il est entièrement dénudé et on lui cloue la langue sur un mors de bois pour l’empêcher de parler pendant son martyre.

 

 

Quand l’Église catholique soumettait à la torture le plus grand scientifique au monde avant de l'exécuter

Un lecteur m'écrit ceci :

 

Bons chocolats. 
Giordano Bruno était un emmerdeur de trop, en des temps de compétition impérialiste sur les âmes et +. Par ce n-ième martyre infligé par la Sainte Inquisition, l'Eglise aura verrouillé son monde pour encore encore quelques décennies. Le téléfim de 2006 « Galilée ou l'amour de Dieu » (youtube.com/watch?v=19cUtss1ga8 ) rend assez bien compte à mon avis des enjeux de l'époque, et peut-être d'aujourd'hui ? N'est-ce pas, Khashoggi, . 
Guy Béart dans « La vérité » (youtube.com/watch?v=AfpSRnahQig), et les mésaventures de différents lanceurs d'alerte jusqu'en notre ère covid, nous suggèrent que le contrôle des esprits est inséparable de la structuration de la société. Liberté, je n'écris pas ton nom impunément. Et vive Vivas.

Partager cet article
Repost0
13 mars 2021 6 13 /03 /mars /2021 06:08

 

 

Á l’époque maire adjoint d’Auch, il nous avait fait l’honneur et l’amitié de nous marier, Nathalie et moi. Et puis il avait présidé aux baptêmes républicains de Raphaëlle et de Rébecca. Il nous a quittés après une longue, beaucoup trop longue, maladie, sans se plaindre, dans la plus parfaite des dignités.

 

C’était un homme exceptionnel. Gersois jusqu’au bout des ongles, cet agrégé d’histoire et géographie connaissait chaque centimètre carré de son département, dans sa géographie comme dans son histoire. C’était un homme de convictions, un vrai socialiste, laïque et républicain.

 

Il était né dans une famille d’agriculteurs de Lasserrade, à l’ouest d’Auch, en bordure des vignobles du Madiran et du Saint-Mont, en terre d’Armagnac. On le voit ci-dessous nous préparer un breuvage géant. Élève de l’école normale, il débuta comme jeune instituteur en Normandie puis fut nommé professeur d’histoire et géographie au lycée du Garros à Auch après s’être spécialisé dans l’étude des Premier et Second Empires. Il fut l’une des chevilles ouvrières de la Société archéologique du Gers. Sa vie durant, il fut par ailleurs un passionné de rugby qu’il pratiqua à un bon niveau.

 

En tant qu’adjoint à la culture d’Auch, il lança de nombreux chantiers culturels, dont celui de la restauration de l’escalier monumental et de la place de la Libération.  Il œuvra à la transformation du musée des Jacobins devenu musée des Amériques et pôle national de référence pour les arts précolombiens. Il présida à la naissance du centre d’innovation et de recherche circassien.

 

En Afrique noire, on a coutume de dire qu’un “ vieux ” qui meurt, c’est une bibliothèque qui disparaît. C’est tout à fait le cas avec le décès de Gilbert Sourbadère. Sans forfanterie, sans être pédant, il savait tout.

 

Á Marie-Hélène, à leurs enfants et petits-enfants, je présente mes plus sincères condoléances.

 

Sur la photo du bas (2005), de gauche à droite : Marie-Hélène Sourbadère, Gilbert Sourbadère, Raphaëlle Gensane sur les genoux de sa tante Patricia Rossi-Neves.

 

 

Gilbert Sourbadère
Gilbert Sourbadère
Partager cet article
Repost0
10 mars 2021 3 10 /03 /mars /2021 05:54

Á sa naissance (1626), Christine de Suède était poilue comme un babouin de sorte que, enfant, on la prenait pour un garçon. Elle fut d’ailleurs élevé comme un garçon et le roi de Suède Gustave II Adolphe, qui avait décidé qu’elle lui succèderait, lui donnera le titre de “ roi de Suède ” (et non “ reine ”).

 

Sa mère ne s’occupe quasiment pas d’elle, sauf pour l’élever comme un garçon, si bien qu’elle chutera à plusieurs reprises et aura une épaule estropiée. Ce qui n’apparaît pas dans le film La reine Chistine, interprétée par Greta Garbo.

 

C’est une femme très intelligente qui correspond avec Pascal, Spinoza, Descartes, qu’elle invite à Stockholm où il mourra.

 

Lorsqu’elle monte sur le trône, Christine doit accepter la tutelle du chancelier Axel Oxenstierna qu’elle écartera d’une pichenette.

 

Cela dit, elle est favorable à la loi salique et, trouvant stupide que des femmes puissent exercer le pouvoir, elle s’applique cette règle à elle-même et abdique au bout  de 12 ans de règne. Elle se plonge dans la littérature et la philosophie, ainsi que dans la peinture. Son peintre préféré est Gérard Dou dont Salvador Dali admirera la finesse des détails. Christine traverse l’Europe à cheval, en s’habillant en homme et en fumant la pipe. On lui prête alors de nombreuses conquêtes, tant masculines que féminines. Elle admire Ninon de Lenclos, musicienne, grande amoureuse (hum, hum !) et athée, et  côtoie la Grande Mademoiselle, cousine de Louis XIV et femme la plus riche de France.

 

Après avoir tenté en vain de reconquérir le trône suédois et ayant même essayé de s’assoir sur le trône polonais, elle s’installe en Italie pour le reste de ses jours. Le pape la prend sous sa coupe. Elle réside dans un palais dans le quartier du Trastevere qu’elle transforme  en musée. Elle est l’amie du Bernin et de Scarlatti. Bien que convertie catholique elle soutient les protestants de France victimes de dragonnades. Elle vit une passion torride avec le cardinal Azzolino qui sera son exécuteur testamentaire.

 

Elle repose dans la crypte de la basilique Saint-Pierre de Rome.

 

 

 

Femmes au pouvoir (6)
Partager cet article
Repost0
7 mars 2021 7 07 /03 /mars /2021 06:19
Des statues
Des statues
Des statues
Des statues
Des statues
Des statues
Des statues
Des statues
Des statues

Partager cet article
Repost0
3 mars 2021 3 03 /03 /mars /2021 06:17

Je reprends ici un article de Nice-Matin (oui, je sais...).

 

Les propriétés du Saint-Siège sont grandement le fruit d'investissements réalisés depuis un siècle.

Le Vatican n'a pas fait voeu de pauvreté...

 

Adresses prestigieuses à Paris, Londres et Genève, flopée d'appartements à Rome : le Vatican lève enfin le voile auprès de l'AFP sur le détail de son patrimoine immobilier valant des milliards d'euros, bas de laine source d'indépendance mais aussi de scandales.

"Quand on dit que la majeure partie de l'immobilier à Rome apartient à l’Église et au Vatican, c'est tout simplement faux!"s'insurge Mgr Nunzio Galantino, président depuis plus de deux ans de l'Administration du patrimoine du siège apostolique (Apsa), dans un entretien à l'AFP.

Las des fantasmes "sensationnalistes" suscités par le trésor caché des souverains pontifes, cet Italien enjoué fait partie du cercle de confiance du pape François, choisi pour centraliser et mieux contrôler les biens immobiliers et les fonds financiers du Vatican.

Les propriétés du Saint-Siège sont grandement le fruit d'investissements réalisés depuis un siècle.

L'année 1870 marquait la fin des Etats pontificaux, rattachés au Royaume d'Italie. Six décennies plus tard, en 1929, l’État de la Cité du Vatican (44 hectares) était créé par les accords de Latran.

Le Saint-Siège sera dédommagé pour la confiscation de ses territoires et biens ecclésiastiques, comme le gigantesque palais du Quirinal (résidence de trente papes qui loge aujourd'hui le président de la République italienne).

Le pape de l'époque, Pie XI, décide d'investir en Italie et à l'étranger dans l'immobilier "pour assurer la liberté et l'indépendance de l’Église", explique Mgr Galantino.

 

737 biens à Paris

Au cœur de Paris - boulevard Saint-Michel, quartiers de l'Odéon ou des Champs-Élysées -, les services de l'évêque gèrent de longue date 737 biens immobiliers (près de 56.000 m2) estimées à 595,5 millions d'euros.

A Londres - notamment à Saint James square, Kensington et New Bond Street - 27 autres biens immobiliers (4.600 m2) sont estimées à 108,5 millions d'euros.

Et en Suisse - à Genève et à Lausanne en particulier - 140 biens (plus de 16.000m2) sont évalués à plus de 91 millions d'euros.

A Rome, ce sont des immeubles entiers qui ont été construits notamment sur deux axes convergeant directement à la place Saint-Pierre, dont la célèbre Via della Conciliazione.

L'Apsa loue ainsi 2.400 appartements et 600 commerces ou bureaux italiens, qui ont rapporté 99 millions d'euros en 2019.

Sur 1,6 million de mètres carrés, 15% sont sur le marché libre de la location et 30% soumis à des loyers subventionnés consentis notamment à des employés et retraités. Les 55% restants sont occupés par des institutions vaticanes ou sont prêtés gratuitement à des écoles ou des universités.

L'objectif est d'améliorer "la performance des actifs immobiliers", assure le chef de l'Apsa, convenant que certains appartements sont vides et délabrés après des décennies d'occupation.

Mais loin des logiques mercantiles, le Saint-Siège a préféré récemment allouer un immeuble aux bonnes œuvres du pape, malgré sa vue directe sur la Place Saint-Pierre. Et sur l'une des plus chics collines romaines, un somptueux bâtiment a été dédié à la formation du clergé.

 

Propriétés en milliards d'euros

Dans ce contexte, Mgr Galantino se dit incapable de chiffrer le patrimoine italien, et à fortiori sa totalité. Un chiffre totalement obsolète figure dans les comptes financiers, reconnait un expert du Vatican.

En mettant un euro symbolique sur l'invendable Basilique Saint-Pierre, ou encore sur ses palais administratifs ou ceux prêtés gratuitement à des universités, le Saint-Siège pourrait être assis sur un patrimoine locatif valant plusieurs milliards d'euros.

Car des centaines d'autres appartements sont gérés par un ministère chapeautant les activités missionnaires, patrimoine supplémentaire évalué à "3-4 milliards" par le journal économique Il Sole 24 Ore, qui conclut à une possible valeur totale de 6 milliards d'euros pour les propriétés sur le marché locatif.

Et l'Apsa est encore en train de faire l'inventaire de ses biens italiens.

"Au début du 19ème siècle, beaucoup de congrégations religieuses n'étaient pas reconnues par l’État italien, il était normal à l'époque d'attribuer directement leurs biens au Saint-Siège. A partir des années 80, on a redonné des biens à des congrégations, mais avec quelques erreurs", explique le prélat, à la recherche de 70 à 80 titres de propriété.

"Le virus a ralenti les recherches auprès des archives", mais il espère boucler l'inventaire "à la fin du printemps 2021".

 

 

Prédateurs à l'affût

Le pape François vient en outre de centraliser entre les mains de l'Apsa les propriétés londoniennes acquises par la puissante Secrétairerie d’État (administration centrale) via des circuits opaques et des intermédiaires italiens très gourmands.

Il s'agit surtout d'un immeuble de luxe situé au 60 Sloane avenue, dans le chic quartier londonien de Chelsea, acheté en deux temps à partir de 2014. Cette transaction devrait faire l'objet d'un procès cette année de la justice vaticane.

Un autre ensemble londonien de 5 appartements de luxe est géré par le fonds d'investissement Centurion Global Fund, basé à Malte, qui a financé avec l'argent de l’Église "Rocketman", biopic sur le chanteur gay Elton John, provoquant l'embarras du Vatican et des procédures en justice.

Le pape a indiqué qu'il faut "se retirer le plus rapidement possible" de ces investissements ou au moins "éliminer tout risque d'atteinte à la réputation" de l’Église.

Les scandales immobiliers ne sont pas une nouveauté, mais le Vatican veut sévir contre les prédateurs. Fin janvier, la justice vaticane a condamné à près de 9 ans de prison un ex-président de la "banque du pape" pour s'être enrichi en vendant frauduleusement une vingtaine de biens immobiliers du Saint-Siège entre 2001 et 2008.

Partager cet article
Repost0
20 février 2021 6 20 /02 /février /2021 06:12

 

 

Une dure de dure : Isabelle la Catholique.

 

Née en 1451, elle aura été, de manière autoproclamée, reine de Castille et de León, reine d’Aragon, de Majorque et de Valence, de Sardaigne, de Sicile et de Naples.

 

Quand son demi-frère Henri IV de Castille hérite du trône, elle n’a que trois ans. Elle passe son enfance auprès d’une mère totalement dépressive dans un palais délabré. Elle étudie Aristote, Thomas d’Aquin et la broderie. Et, surtout, la religion.

 

Elle devient reine de Castille, avec son époux Ferdinand, qui est roi d’Aragon. Ils offrent un exemple, certainement unique, de double monarchie, chaque souverain étant autonome, mais avec en vue l’unité prochaine de l’Espagne. Le couple est très uni (même si Ferdinand la trompe à cojones rabattues) et s’entend sur un projet de Reconquista. Isabelle mène ses troupes, 50 000 hommes, devant Grenade pour expulser les musulmans (l’occupation musulmane date du VIIIe siècle). Le siège dure six mois. Le royaume de grenade est annexé. Le pape accorde aux époux le titre de “ Rois très catholiques ”.

 

Les époux veulent que toutes leurs possessions deviennent catholiques. Inspirés par Torquemada, ils organisent l’Inquisition espagnole (elle avait été créée en France au XIIIe siècle) et proclament de nombreux auto da fé. Les Juifs sont chassés, tout comme les musulmans fraîchement convertis (morisques) car soupçonnés d’hypocrisie. Raison pour laquelle le procès en béatification d’Isabelle n’a jamais abouti. Les protestants sont également persécutés, tout comme les crypto-juifs (marranes signifie porcs). Cette Inquisition deviendra mondiale, avec des centaines de milliers de procès et ne s’achèvera qu’au XIXe siècle après les guerres napoléoniennes.

 

Isabelle va ensuite financer l’expédition de Christophe Colomb qui débouchera par la colonisation des Bahamas, puis de l’Amérique latine.

 

Isabelle meurt en 1504 d’un cancer de l’utérus. Son petit-fils Charles Quint lui fait construire une somptueuse sépulture à Grenade.

 

 

Ci-dessous, Torquemada plaide devant les souverains pour l'expulsion des Juifs d'Espagne.

Femmes au pouvoir (5)
Partager cet article
Repost0
13 février 2021 6 13 /02 /février /2021 06:06
En 1973, à l'Olympia, Gilbert Bécaud mettait en scène son trouble, dans une "chanson étrange", selon ses dires, sous les applaudissements nourris des spectateurs. Cette chanson, que je ne connaissais pas, m'a fait penser à la fin du film Garde à vue avec Serrault et Ventura.
 
Dans un restaurant espagnol, au mois de janvier
Je dînais en solitaire comme un voyageur
Et, devant moi, un homme et une femme parlaient
De choses qui les intéressaient
Vraisemblablement
Avec eux, était attablée une petite fille entre neuf et dix ans
Une petite fille, oui, entre neuf et dix ans
Elle s'est levée lentement, je l'ai regardée
Elle était habillée bien curieusement
Elle était belle avec ses cheveux blonds très pâles
Elle venait d'un pays du Nord
Vraisemblablement
Devant moi, elle s'est arrêtée, la petite fille entre neuf et dix ans
La petite fille, oui, entre neuf et dix ans
Elle m'a regardé attentivement
Alors j'ai souri, gêné, étrangement
Elle, elle ne souriait pas, elle me regardait
Elle me regardait de ses yeux très noirs, très grands
Qui ne m'ont pas quitté pendant de longues secondes
Elle me fascinait
Elle me fascinait comme une femme
Comme une femme
Alors, j'ai fini par baisser les yeux
Elle s'est éloignée
Elle avait compris qu'elle m'avait troublé
Ce sont des choses difficiles à dire
Ce sont des choses difficiles... à chanter
Que s'est-il passé?
Un moment d'amour
Vraisemblablement

Partager cet article
Repost0
5 février 2021 5 05 /02 /février /2021 06:11
 

 

Un chêne de plus de 6 mètres de circonférence, 30 mètres de haut, 25 mètres d'envergure... Cet arbre avait été labellisé « arbre remarquable » en 2019.

Il avait résisté au poids des siècles et à tous les champignons. Là, les pompiers n'ont pu le sauver, il n'est désormais plus qu'un amas de branches cassées et de tronc brûlé...

La mairie de Poitiers a porté plainte. 

Pour les botanistes, ce chêne était une référence car il produisait toujours des glands. 

Une légende pas vraiment authentifiée attribue la plantation de cet arbre à Jean de La Fontaine (“ Le Chêne et le Roseau ”) à l’occasion d’une visite à ses cousins Irland, propriétaires des terres environnantes. Dans la fable, c'est le vent du nord qui fait mourir l'arbre :

L'Arbre tient bon ; le Roseau plie.
Le vent redouble ses efforts,
Et fait si bien qu'il déracine
Celui de qui la tête au Ciel était voisine
Et dont les pieds touchaient à l'Empire des Morts.

D'autres arbres historiques ont disparu pour des motifs criminels ces dernières années. Un chêne de 800 ans a été incendié en 2016 dans le Morbihan, ainsi qu'une Aubépine tricentenaire brûlée à Limoges en 2017, ou encore un platane en juin 2020 en Alsace.

En France, on s'en prenait aux enfants. On assassine maintenant des arbres.

 

PS : J'ai vécu pendant 10 ans à trois kilomètres de cet arbre.

Ensauvagement : détruire par le feu le chêne de Jean de la Fontaine
Ensauvagement : détruire par le feu le chêne de Jean de la Fontaine
Partager cet article
Repost0
4 février 2021 4 04 /02 /février /2021 06:18

 

Un des mots les plus utilisés par les médias neuneux et les politiques médiocres est “ compliqué ”. Il s’agit là d’une de ces nombreuses simplifications qui appauvrit la langue française dans son sémantisme, et donc la pensée qui va avec. Ce type de phénomène est toujours, pour partie, idéologique. Ces assassins de notre langue utilisent “ compliqué ” en lieu et place, selon les contextes, de : complexe, alambiqué, recherché, ardu, nébuleux, difficile (je vous passe difficultueux), délicat, épineux, emberlificoté, byzantin, ardu, subtil, raffiné. Parmi deux ou trois dizaines d’autres termes.

 

En fait, le plus souvent, on nous balance “ compliqué ” pour signifier “ difficile ”. Mais en utilisant ce terme de manière floue, on opacifie la réalité et on on l’atténue lorsqu’elle est hostile. Dire « ce sera compliqué pour Jacques de se sortir de cette situation », c’est beaucoup plus doux et moins dramatique que « ce sera ardu ou épineux ».

 

Et pourtant, l’adjectif compliqué n’est pas inintéressant en soi. Mais les neuneux et les médiocres nous en ont fait oublier toutes les subtilités. Á noter, pour commencer qu’il est toujours postposé. On ne dit pas « une compliquée situation » mais « une situation compliquée ». Le mot a plusieurs sens, le premier renvoyant à des éléments qui entretiennent entre eux des rapports multiples, variés et difficiles à appréhender. Il peut qualifier des mots concrets (« un plan de masse compliqué ») ou abstraits (« une représentation compliquée »). « Compliqué » peut avoir une connotation morale (« ce type a une tournure d’esprit vraiment compliquée »). Il peut être positif : « ce tour de magie est compliqué » ou ambigu (« elle est compliquée, ton histoire ! », « cette colonne baroque est d’un compliqué ! »).

 

J’en viens à ce qui a motivé ce billet. Une couverture récente du magazine La Croix nous informe que l’Islam (Islam avec une majuscule, on se demande pourquoi) « c’est compliqué », et que l’équipe de l’hebdomadaire catholique va nous expliquer le « pourquoi » de cette complication. Nous sommes ici dans une affirmation péremptoire, dans l’absolu et dans la simplification. L’islam est-il plus ou moins compliqué que le catholicisme ou le pentecôtisme ? Que représente l’« islam » de cette couverture ? Une religion, une population, une politique, une présence au monde ? Peut-être une menace. Mais la grande complexité de ce titre choc est atténuée par l’utilisation de l’adjectif « compliqué » qui ne veut pas dire grand-chose, donc qui veut tout dire mais sans le dire tout en le laissant entendre. Écrirait-on que le luthérianisme avec ses 95 thèses était « compliqué » ? Non, bien sûr. Remplacez « islam » par « politique étrangère de Joe Biden » ou « gestion de la crise sanitaire par le banquier éborgneur » et vous aurez des propositions  qui cachent les drames du monde, qui en évacuent les ressorts dialectiques, qui produisent un discours qui ne ramène qu’au discours car nous sommes, non pas dans l’analyse ou l’information, mais dans dans la communication.

 

Et il se trouve que les kiosques lyonnais qui affichent la “ une ” de La Croix ont disposé la “ une ” d’Historia au dessus de celle de l’organe catholique. Là, rien n’est compliqué, tout est clair. La France, notre France, est celle des « 100 tribus gauloises », ces Arvernes, ces Parisii qui ont créé les « territoires » (mot très chargé d’idéologie comme l’a récemment démontré Fabrice Aubert). On passe sur le fait qu’il n’y a pas eu 100 tribus gauloises en Gaule pour retenir que ces tribus n’avaient vraisemblablement pas conscience de constituer un tout pouvant projeter un territoire français. Bien compliqué, tout cela.

Compliqué
Compliqué
Partager cet article
Repost0