Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 05:24

http://www.plumedepresse.net/wp-content/uploads/âne-sarko.jpgDans Le Nouvel Observateur, Serge raffy revient sur un procédé rhétorique utilisé par Sarkozy depuis quelques années : l'injonction paradoxale. Un procédé gros comme une maison, mais comme disait en son temps le Docteur Goebbels, plus c'est gros plus ça passe. Une injonction paradoxale consiste à interpeller l’adversaire par une provocation délibérée. Exemple : un dirigeant socialiste ou un magistrat s’interroge sur l’efficacité des bracelets électroniques sur certains délinquants. Nicolas Sarkozy lui lance alors : "Vous voulez que les tous les criminels soient livrés à eux-mêmes dans la rue ?" On pourrait ajouter "Ils pourraient agresser vos propres enfants ! C’est ça que vous voulez ?" Ou bien, comme dans le cas de l’accord du PS et des écologistes sur la réduction des réacteurs nucléaires, Nicolas Sarkozy part à l’abordage : "Vous mettez en danger l’indépendance nationale !" Traduisez : vous livrez la France à l’ennemi extérieur.


 Je dirais qu'il existe un moyen très simple de prendre le kleiner Mann à son propre jeu : fournir, non pas la question et la réponse mais, dans un même mouvement, la réponse et la question. "Je propose une réduction des centrales nucléaires. J'entends d'ici l'objection démagogique de Nicolas Sarkozy : "Vous voulez une électricité deux fois plus chère?"


Et si vous voulez vraiment clouer le bec du bonimenteur (dans "bonimenteur", il y a "boni"), vous posez à sa place une question encore plus démagogique : "Croyez-vous que les Français ont tous envie de finir irradiés et isotopés jusqu'à la fin des temps?"

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:00

La journaliste Catherine Le Gall a voulu savoir concrètement ce que cela signifiait dans son quartier (pour Rue 89)

 

http://blog.francetv.fr/nng_images.php?img=/Sarkozy-photos/files/S/a/r/Sarkozy-photos/images/08012008/NicolasSarkozyfumelecigare.jpgPour rendre la RGPP moins abstraite, nous sommes allés voir ses répercussions sur les services publics d'un quartier de Paris.

 

Quand on le résume à quatre lettres technocratiques, la « RGPP » (Révision générale des politiques publiques), la réduction du train de vie de l'Etat est une politique bien abstraite. La RGPP, vous connaissez : son principe le plus célèbre est le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Déjà 100 000 postes ont été supprimés, un chiffre énorme dont il est difficile d'imaginer les répercussions concrètes. Pour en avoir le cœur net, j'ai décidé de mener l'enquête sur les réductions d'effectifs dans mon quartier (mais pas seulement celles engagées au titre de la RGPP). Les conséquences sur MES services publics. Je suis Parisienne, j'habite le quartier de Belleville (entre le Xe et le XIe arrondissement de Paris).

Mes écoles : « Le système éducatif est cassé »

D'abord un rappel : 16 000 postes vont être supprimés dans l'Éducation nationale dès la rentrée 2011. Que se passe-t-il en bas de chez moi ? Mon quartier ne sera pas épargné :

0.deux classes de premier degré (maternelle et primaire) vont disparaître ;

0.un poste d'enseignant Rased (Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) va être supprimé ;

0.une classe de soutien aux enfants non-francophones va être fermée.

 Pour ce qui est du second degré, le volume horaire alloué aux établissements ne cesse de diminuer alors même que les besoins de ce quartier populaire augmentent.

Olivier Fraboulet-Laudy, membre de la Fédération des conseils de parents d'élèves des écoles publiques (FCPE) et papa de deux élèves du quartier :

« Pour moi, le système éducatif est cassé. L'ambition éducative n'existe plus. En 2011, les auxiliaires de langue disparaîtront et il n'y a plus d'initiation à l'informatique. On sent que les enseignants sont sous pression : ils ne communiquent plus avec les parents. »

 

Mon hôpital : « La nuit, il n'y a plus de chirurgien en chef »

 Dans le domaine de la santé, on ne parle pas de RGPP mais de la loi HPST(Hôpital, patients, santé et territoires). Le but reste le même : rationaliser les services rendus.

Conséquences à l'hôpital Saint-Louis, le plus proche de chez moi : d'après la CGT, 400 emplois ont disparu depuis 2008. Il s'agit, pour la plupart, d'emplois peu visibles comme ceux des services techniques ou administratifs.

Mais les réformes atteignent aussi le personnel soignant selon Yannick Gatel, infirmière syndiquée à la CGT :

« L'offre de soins diminue depuis un an. La nuit, par exemple, il n'y a plus de chirurgien en chef. Si cela peu attendre, le patient est opéré le lendemain. Sinon, il est transféré à Lariboisière. »

Carole Dumont, également infirmière syndiquée CGT, me confie :

« Je ne peux plus faire de travail de qualité car on est sans cesse dans l'urgence. Dans mon bloc opératoire, on est en sous-effectif permanent. On fait de l'abattage. »

 

Mon commissariat : « On récupère des fauteuils dans les rues »

Difficile d'avoir des chiffres mais la situation est peu glorieuse d'après un policier du Xe qui a accepté de me parler :

« Avant on devait être efficaces, maintenant on doit être efficients : on doit faire mieux avec moins de moyens.

Nos effectifs sont rationalisés : certains postes sont supprimés et le personnel est réaffecté dans des brigades pour faire face aux missions quotidiennes.

Au niveau du matériel, c'est le système D. On doit récupérer des fauteuils laissés dans la rue lors de déménagements ! Et quelques fois, quand on manque de personnel, on appelle un policier à la retraite pour assurer l'accueil pendant deux mois. Bien sûr, on nous demande de faire du chiffre : on arrête les fumeurs de shit au lieu de démanteler les trafics de stupéfiants. »

 

Ma Sécurité Sociale : fermeture d'un Point d'accueil personnalisé

Elle est bien mal en point.

D'après la CFDT, huit centres d'accueil parisiens vont être fermés sur les dix-sept actuellement ouverts. Et les plateformes téléphoniques sont réduites du tiers de leurs effectifs.

Dans mon quartier, un Point d'accueil spécialisé va être fermé alors qu'il était destiné aux populations les plus précaires.

 

Ma Poste : six postes évaporés dans deux bureaux proches

 Là, on ne parle pas de la RGPP car La Poste est désormais une entreprise privée. « Chez nous, seulement un départ à la retraite sur cinq est remplacé », affirme un syndicaliste CGT.

Selon Les Échos, 11 700 postes ont été supprimés en 2010 (soit une réduction de 5% par rapport à 2009). Il s'agit, affirme La Poste, de s'adapter à la chute de l'activité courrier.

Les antennes de mon quartier en font les frais : six postes viennent d'être supprimés dans les deux bureaux les plus proches de chez moi.

► N.B. : toutes les personnes que j'ai rencontrées m'ont précisé que le Xe arrondissement de Paris est plutôt bien loti. Il paraît que la situation est bien pire en Seine-Saint-Denis…

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 06:58

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 08:31

 

Le matin du 31 mars 2011, la décision de justice concernant les 7 inculpés de l'Université Toulouse II le Mirail a été rendue.

            -8 mois de sursis pour « coups et blessures », 

            -6 mois et  4 mois de sursis pour « dégradations »,

            -2 mois de sursis pour « vol de denrées alimentaires en réunion »,

            -de lourdes amendes pour certains,

            -une somme de plus de 21000 euros de dommages et intérêts pour l'Université du Mirail,

            -pour tous d'une inscription au casier judiciaire entraînant de lourdes            conséquences 

 Et ce, sans aucune preuve matérielle conséquente.

La justice nous montre une fois de plus son vrai visage: une justice garante de la répression d'État, au service du patronat.

 

Pour rappel, leur procès a eu lieu le jeudi 3 février 2011, au Tribunal de Grande Instance de Toulouse. Après des convocations au commissariat, sur plainte de la présidence de l'université Toulouse II le Mirail, sept étudiants ayant participé, parmi des milliers d'autres, au mouvement de lutte contre la LRU en 2009 ont été inculpés.

 

Du 2 février au mois de juin 2009, un important mouvement notamment contre la loi LRU (Libertés et Responsabilités des Universités) avait été mené par les personnels enseignants, chercheurs/euses, Biatoss et étudiants des universités de France, dont Toulouse II le Mirail. Plus de 4 mois de grève, des Assemblées Générales jusqu’à plus de 2500 personnes, de nombreuses manifestations et actions. Il s’agit d’une lutte d’ampleur au niveau étudiant de par sa longueur et sa dureté.

 

Pour rappel, Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, avait, au moment des faits exigé que les « responsables » du mouvement étudiant soient condamnés à des peines exemplaires, cette volonté répressive s’est fait entendre à travers les propos du procureur de la République, celui-ci ayant requis des peines disproportionnées.

Ces réquisitions démontrent la volonté de l’Etat de faire de ce procès un exemple, et de casser toute lutte à venir. Le seul but est d’incriminer des acteurs et actrices de la lutte sociale, en s’acharnant sur les militants de classe. Cette attitude se place dans un cadre plus général de répression contre toutes celles et tous ceux qui ont lutté hier et luttent aujourd’hui. Partout l’arsenal répressif se durcit. Dans les usines, les entreprises, les quartiers populaires, les universités... Le gouvernement et le patronat affirment la même logique : la volonté de répondre aux contestations populaires par le déchaînement des forces répressives.

 

L’université du Mirail, quant à elle, avait demandé des dommages et intérêts injustifiés. Or, il s’est avéré que la présidence de l’université n’avait pas l’aval du Conseil d’Administration du Mirail pour porter plainte. Et cela, alors même que la majorité des personnels de l’université avaient exprimé leur soutien aux étudiants inculpés, notamment par le vote à l’unanimité d’une motion de soutien au Conseil de la Vie Universitaire, réclamant entre autre le retrait des plaintes. La justice a décidé d'ignorer la requête des avocats de la défense pour l'annulation de la plainte de l'Université.

 

La lutte à l'Université du Mirail pour l’arrêt des poursuites à l’encontre des personnes mobilisées est le combat contre une politique répressive généralisée. La répression que subissent nos camarades est une déclaration de guerre adressée à toutes et tous ceux/celles qui n’ont pas renoncé à résister. L'Etat et le patronat comptent sur notre isolement et notre désunion pour asseoir ses capacités d'attaque. Face à cela, il est nécessaire de réunir nos résistances et de faire vivre la solidarité. Nous ne les laisserons pas nous piétiner sans réagir, car nous ne connaissons que trop bien la logique du pouvoir : en criminaliser un pour en terroriser cent.

Face à cette logique, seule notre solidarité peut faire face. Ainsi, la FSE et SUD Etudiant appelle tous ceux et celles (syndicats, organisations politiques, associations, individus…) qui luttent contre l’engrenage répressif à soutenir les inculpés du Mirail, ainsi que toutes les victimes de la répression, à travers un investissement dans le Collectif Anti-répression de Toulouse et/ou de quelque manière que ce soit : soutiens financiers, soutiens politiques, événements médiatiques, rassemblements…  

 

Le porte parole de l'AGET-FSE : Arnaud Dolidier : 06.72.26.26.38

et Roland Mamin pour SUD Etudiant Toulouse: 06.81.96.21.30     

 

 

 

Contact  : inculpees.du.mirail@gmail.com

 

les chèques de soutien aux 7 inculpés du Mirail sont à adresser à :

"à l'attention du CAJ", Canal SUD - 40 rue Alfred Dumeril - 31400 TOULOUSE, 

à l'odre de : AGET-FSE

 

PS : il y a actuellement des élections dans certaines UFR de l'université. Les listes de candidats proches du président s'intitulent "Pour accompagner le changement". En d'autres termes, "pour soutenir la LRU".

Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 12:22

JPEG - 6.4 ko

Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 08:08

Par Théophraste R., pour Le Grand Soir

 

 Entendu sur RTL dans une émission très écoutée, lundi 28 mars 2011, émission « Les grosses têtes ».

Philippe Bouvard :« … Des nouvelles d’un dictateur, Hugo Chavez… »

Les voix de ses comparses : « Il est fêlé, celui-là », « Oui, il est fou… ».

Depuis 1998, Chavez a remporté, 16 ou 17 ou 18 élections (on en perd le compte, aidez-moi) qui se sont tenues sous le contrôle d’organismes internationaux. Il subit en permanence le feu des médias qui lui sont à 70/80 % hostiles et qui s’expriment librement, pratiquant impunément des débordements que la loi française n’autorise pas chez nous.

Le Brésilien Lula disait de Chavez :« C’est le plus légitime d’entre-nous. »

Mais une campagne médiatique mondiale travaille à faire passer pour fou, semi-dictateur, dictateur, ce révolutionnaire qui a rendu sa dignité et son pétrole à son pays et qui transforme le Venezuela en accumulant notamment des lois sociales qui améliorent la vie du peuple.

Dans le même temps, ici, sous nos fenêtres, un président démocrate détricote méthodiquement un à un tous les acquis sociaux, résistant, à grand renfort de CRS, à la colère de la rue, oeuvrant à l’anesthésier par des médias oligarchiques ou publics dont il nomme les chefs.

Théophraste R. (lecteur assidu du Programme du Conseil National de la Résistance).

 

À ce billet de Théophraste R., je me permettrai d'ajouter ceci : sur Canal+, le journal du midi de Bruce Toussaint, avec Nicolas Domenach, est, globalement de gauche (le plus à gauche étant certainement Domenach, le consultant extérieur). Mais leur limite, leur névrose politique, c'est Chavez. Il y a deux jours, il nous ont présenté 20 secondes extraites d'une émission de la chaîne de télévision pro-Chavez sur Khadhafi. Les intervenants exprimaient leur soutien au leader libyen à fond la caisse. Sous-entendu : voyez comme le journalisme au Venezuela n'est que pure propagande totalitaire. Pas un mot sur le fait que 90% des médias du pays sont hostiles à Chavez et libres d'exprimer leur hostilité.

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 16:42

Par Jacques Richaud, pour Le Grand Soir

 

Il y a bien, même en l’absence de ‘vague lepéniste’, une ‘banalisation’ du vote FN. Toutes les analyses ne sont pas encore disponibles, pourtant retenons quelques faits :

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2007/11/22/9099b70c-98dc-11dc-b0c3-43fb948f58ee.jpg1- FN et image du fascisme ? Un candidat qui avait même été exclu du FN entre les deux tours pour avoir terni l’image ‘light’ du parti de Marine Le Pen en se faisant photographier faisant un salut fasciste, Alexandre Gabriac, (1) améliore pourtant son score au deuxième tour en gagnant 185 voix et atteignant, sur une forte abstention 24,27% des voix. (2).

 

2- Oui les sondages d’opinion montrent que, même pour la très grande majorité des électeurs qui n’ont pas voté pour le FN, ce parti est devenu ‘un parti comme les autres’, cette acceptation pouvant faire craindre demain une ‘vague’ qui ne s’est pas encore produite mais semble moins effrayer l’opinion que le voudraient les avertisseurs d’incendies qui appelleront au ‘vote utile’ au nom d’une diabolisation déjà non convaincante et pour la préservation pathétique d’une vie politique bipolaire PS-UMP dont la condamnation est le principal enseignement objectif du scrutin.

C’est le sondage BVA diffusé le 28 mars (3) qui retient que à la question : "Vous personnellement, estimez-vous que le Front national devrait être à présent considéré comme un parti comme les autres ?", 52% des personnes interrogées répondent ’oui’, 47% ’non’, et 1% ne se prononce pas. C’est la première fois que les ’oui’ sont majoritaires à cette question. En septembre 2010, ils étaient 42% de ’oui’, contre 57% de ’non’, 1% ne se prononçant pas.

La présence du FN au second tour en 2012 n’est plus perçue comme une éventualité alarmante et des propositions frontistes telles que le contrôle aux frontières, la suppression du regroupement familial et la préférence nationale sur les aides sociales sont approuvées par 4 Français sur 10, sa proposition sur la sortie de l’euro ne recueille que 17% d’avis favorables contre 82% de défavorables et celle de sortir de l’UE rencontre 15% d’avis favorables contre 84% de défavorables, souligne l’institut.

 

3- Cette évolution de la perception de l’image du FN est bien le résultat d’un travail ‘politique’ de ce parti et de l’intelligence manœuvrière de ses cadres. Jean Pierre Chevènement a eu raison de parler de ‘hold up idéologique’ . Nous avions connu le même hold up avec l’actuel président avant son élection (4). Un chroniqueur synthétise assez bien ce processus dans un billet du 28 mars (5). Nous aurions tort de penser que les cantonales sont un aboutissement indépassable, elles ne sont que la première marche de l’ascension dans un pays ou la droite démantèle l’état social et où la gauche a plus que démontré que son masque réformiste ne prévoit aucune forme de mesure véritablement anticapitaliste qui fonderait un espoir nouveau de remise en cause du ‘système’ perpétué de la domination, l’allégeance, l’exploitation et la dépossession. Dans ce désespérant contexte même la moins rationnelle et la moins crédible des surenchères peut demain faire illusion.

 

4- L’électorat français s’est déjà laissé une fois mystifier par un candidat plus ‘abracadabrantesque’ encore que son prédécesseur, malgré les signaux perceptibles avant et après son élection (6 – 7). Déjà nous avions évité de percevoir la très très inquiétante (8) proximité du candidat avec l’extrême droite européenne (Alleanza Nazionale Rome) qui nous aurait évité de nous étonner de l’absence de ‘Front Républicain’ entre les deux tours de l’élection cantonale de mars 2011.

En ce temps nous avons assisté subjugués a des outrances successives (9-10) qui n’auront peut être été que les prémisses d’un pire à venir. Le pire n’est pas la peu crédible élection de Marine Le Pen mais dans une recomposition ‘des droites’ que certains (et les plus dangereux) appellent de leurs vœux et qui pourrait s’imposer demain comme une aspiration plus ‘populaire’ que le seul prolongement d’une droite libérale moribonde. Il n’est pas certain que les actuelles dénégation de Marine le Pen sur ce sujet ne cachent pas une stratégie plus complexe en attente d’une position plus hégémonique à droite, même fondée sur une imposture de manipulation des chiffres électoraux actuels. Il se produit bien un ‘ travail de démantèlement de l’Etat de l’UMP, auquel une gauche aveugle et démissionnaire n’arrive pas à répondre.’ (5).

Mais allons nous revivre la même mystification au profit de la bonne dialecticienne qu’est Marine Le Pen que celle dont a bénéficié le pourtant rustre candidat qui a réussi le précédent hold up sur l’Elysée ? Il est vrai que des ‘intellectuels’ philosophes de surcroît, de premier plan pour avoir été ministres de l’actuel gouvernement ont donné l’exemple (11)

 

5- Dans cette phase d’alerte générale l’analyse des reports de voix, même si encore une fois il ne s’est produit objectivement aucune vague frontiste en terme de nombre de voix (et non de pourcentage) apportent quelques indications qui sont le ‘signal’ faible d’une tendance qui peut nous inquiéter :

- Une note de l’IFOP (11) rapporte que le Front National a enregistré une progression de 47% entre les deux tours des élections cantonales dans les 403 cantons où il était présent, passant de 622 292 voix au premier tour à 915 279 voix au second tour dans les cantons où il a pu se maintenir (chiffres Front national). Selon les calculs de l’IFOP, qui ignore les triangulaires, la progression entre les deux tours permet au Front national de se situer à 35,8% en moyenne au second tour. Ce ne sont pas les 40% annoncés par Marine Le Pen dimanche soir sur la base d’extrapolations un peu rapides, mais la progression est significative. Elle se situe à 10-11% selon l’identité politique de l’adversaire au second tour. Notons cependant qu’en 2004, la progression du FN avait été comparable entre les deux tours, de l’ordre de 10%. Là aussi il n’y a pas ‘amplification’ d’une tendance entre 2004 et 2011, mais ‘intox’ basée sur des chiffres relatifs présentés en pourcentages et non en nombre de voix. Selon ce sondage les reports de voix proviennent pour cette ‘progression’ du FN lorsqu’il était seul opposé à un adversaire au second tour, aussi bien de la gauche que de la droite. En effet pour ce qui est de l’origine des reports de voix dont a bénéficié le FN, il est exprimé ‘que la progression, importante, du Front national entre les deux tours, a été équivalente quelle que soit l’identité politique de son adversaire. En clair, les reports de voix ont fonctionné aussi bien venant d’électeurs de gauche que d’électeurs de droite.’

- Cette note semble contredire un sondage moins alarmiste TNS Sofres avant le deuxième tour (12) réalisé les 25 et 26 mars, publié le mardi 29 mars, selon lequel : Seulement 20% des électeurs de droite se reporteraient sur le candidat de gauche en cas de duel gauche-FN. Et si 20% de ceux là déclaraient avoir l’intention de voter pour la gauche, seulement 18% pour le FN et 62% comptaient voter blanc, nul, ou s’abstenir. En cas de duel entre la droite et le FN, les électeurs de la gauche voulaient se reporter pour moitié (50%) sur le candidat de droite et pour 6% sur le candidat du FN, tandis que 44% privilégiaient un vote blanc ou nul, ou l’abstention. Il semble que ce schéma qui reproduisait l’idée que l’on aurait pu se faire en tenant compte des expériences et situations antérieurs ait été invalidé par l’analyse de l’IFOP qui atténue singulièrement la différence de comportement entre électeurs de droite et de gauche. Ce signal qui semblerait montrer la perméabilité des idées du FN qui banalise la possibilité d’un report de voix de gauche en faveur du Front National, peut nous interroger.

 

6- Enfin l’analyse du vaste champ social abstentionniste mériterait une plus profonde analyse, politique mais aussi sociologique et psychologique qui sort du cadre de cette première appréciation. Mais nous retiendrons que c’est bien cette abstention massive qui permet l’illusion d’un score relatif présenté comme un triomphe.

Jacques Richaud 29 mars 2011

(1) Photo Alexandre Gabriac candidat FN et salut fasciste : http://referentiel.nouvelobs.com/fi...

(2) Le candidat FN qui faisait le salut nazi progresse au second tourhttp://tempsreel.nouvelobs.com//act...

(3) SONDAGE BVA : http://www.scribd.com/doc/51691117/... (Sondage réalisé par téléphone et en ligne les 23 et 24 mars auprès de 1.192 personnes âgées de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas.)

(4) - JAURES ASSASSINE UNE DEUXIEME FOIS LE 12 AVRIL 2007 À TOULOUSE Jacques Richaudhttp://www.oulala.net/Portail/spip....

(5) Education, laïcité, services publics : le hold-up du FN Jean-Paul Brighelli - Blogueur associé 28 mars 2011 http://www.marianne2.fr/Education-l...

(6) - CHROMOSOME « P »….Comme P-édophile ? Comme P-résidentiable ? Jacques Richaud 10 avril 2007 http://www.oulala.net/Portail/spip....

(7) -"LE TRAVAIL REND LIBRE" PROVOCATION ? BIEN PLUS QUE CELA ! JACQUES RICHAUD samedi 28 avril 2007 http://bellaciao.org/fr/article.php...

(8) - Alleanza Nazionale Rome fait de la pub à Sarkozy vendredi 1er juin 2007 Jacques Richaudhttp://bellaciao.org/fr/article.php...

(9) - 10 janvier 2008 Avec LUI (et avec NOUS ?) tout devient possible. Jacques RICHAUDhttp://socio13.wordpress.com/2008/0...

(10) - LE « WARHOLIEN » COMPULSIF. Jacques Richaud 23 2 2008http://www.legrandsoir.info/spip.ph...

(11) Luc Ferry « aime mieux Marine Le Pen » qu’Olivier Besancenot http://www.publicsenat.fr/lcp/polit...

(12) Cantonales : au second tour, le FN séduit autant à gauche qu’à droite Philippe Cohen - Marianne 28 3 2011 http://www.marianne2.fr/Cantonales-...

(13) Sondage : les électeurs de gauche se mobilisent davantage contre le FN 29 3 mars 2011http://tempsreel.nouvelobs.com//act...

Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 09:35

Selon Théophraste R., du Grand Soir, la réponse est NON !

http://lebouffondufouquets.files.wordpress.com/2010/04/claude-gueant.jpg



 

"Décidément, le nouveau ministre de l’Intérieur les accumule.

Dimanche 27 mars à 22h, i télé relayait les chiffres du Ministère de l’Intérieur.

Le cumul des graphes donne : 87,08 %.

Où sont passés les 12,92% manquants ?

Les étiquettes indiquent : PS, UMP, FN, DVD, DVG, PCF.

Où est le FDG ? et EELV ?

Dormez, brave gens, la classe médiatico-politique en place vous le demande.




Théophraste R. (énervé devant l’écran les soirs d’élections)."

 

D'autres qui ne savent (peut-être) pas compter sont les médias qui, en chœur et du haut de leur autorité, nous ont affirmé qu'avant l'intervention pacifique des "Alliés" en Libye les troupes de Kadhaffi auraient tué 6000 personnes. Alors qu'avec Google et les satellites militaires on est capable de distinguer si un type fait sa raie à droite ou à gauche, on n'a toujours pas vu ces milliers de morts.

 

En prime, un dessin paru dans l'hebdomadaire britannique Tribune :

http://www.tribunemagazine.co.uk/wp-content/uploads/2011/03/110325-Rowson.jpg

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 08:48

Dessin de Louison pour Marianne


 

dessin : Louison

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 06:55
http://www.demagocratie.fr/wp-content/uploads/2011/02/bachelot.jpgVous avez aujourd'hui 40 ans, et un diplôme sans valeur d'une "école d'art privée", pour fils de riches. Il vous sera difficile de trouver un vrai emploi de direction avec une telle peau d’âne.

 

Mais Petit Pierre, fils de Maman Roselyne, a de la ressource.

Il va exercer pendant huit ans, de 1992 à 2002, les fonctions d’assistant parlementaire de maman. Puis il est bombardé Conseiller parlementaire du ministre de l'Ecologie, encore Maman, jusqu'en 2004. Puis il est propulsé "responsable des relations institutionnelles" d'un groupe industriel spécialisé dans ...l'environnement jusqu'en 2007, avec un gros salaire à la clé.

À cette époque, Petit Pierre rejoint Maman au sein du ministère de la Santé, de nouveau comme conseiller parlementaire, en attendant, en juin 2010, la récompense suprême : un glorieux poste à l'INPES (Institut national de prévention et d'éducation pour la santé), un organisme de prévention directement rattaché au ministère de maman, en tant que « chargé du plaidoyer de la Santé dans toutes les politiques et affaires publiques ». Ce responsable a pour mission de « définir et d’utiliser des stratégies d’influence afin d’inscrire la prévention et la promotion de la santé au coeur de l’agenda politique français, aux niveaux national, régional et local ».

Cette nomination fait grincer des dents : poste nouvellement créé, bien rémunéré (+ de 50000 euros nets hors primes et frais ...). Mais, surtout, poste imposé à l'agence sanitaire en pleine période d'économie budgétaire et attribué à un diplômé en art.

Tout cela, peut-être, pour faire oublier que Petit Pierre occupe un appartement de la ville de Paris de 80 m2, bien situé dans le XVe arrondissement, pour un loyer de 800 euros par mois.

Il y a une chose que Petit Pierre ne sait pas : c’est que sa maman va mourir. Comme toutes les mamans, un jour. Que fera-t-il alors ?

Au nom de la Mère...

 

PS : Suite à ce billet, un vilain habitant de La Réunion m'écrit ceci :

 

"Rosyne Bachelot est venue pour un voyage "officiel" à la Réunion, plus exactement au Tampon ; elle a fait semblant d'inaugurer je ne sais plus quoi et en a profité pour passer 2 jours dans sa belle-famille qui possède une pharmacie ici (Pharmacie Corrège ). La propriétaire de la pharmacie est mise en examen pour pour fraude à la Sécu : elle vendait les médicaments avec ordonnance plus chers que le prix sécu et mettait la différence dans sa poche."


Cette précision est d'autant plus fielleuse qu'on ne choisit pas sa belle-famille !

Partager cet article
Repost0