Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 06:51
Ci-dessous, un article remarquable de Jacques Richaud. Pour l'anecdote, la photo qui illustre cet article était parue dans le Nouvel Observateur, quand cet hebdomadaire était encore un peu de gauche. Qu'est devenue cette jeune femme qui aurait pu servir de modèle à Delacroix ?


RIEN N’EST JOUE, MAIS C’EST MAL PARTI :

Je crois que rien n’est joué encore en ce qui concerne l’avenir du FN. Le véritable enjeu est dans la recomposition de la droite autour du couple UMP-FN avec encore plusieurs variantes et péripéties possibles.

- J’ai dénoncé déjà combien les chiffres des élections cantonales sont manipulés pour fournir une véritable ‘prophétie réalisatrice’ (1) faisant état d’une vague encore vaguelette mais menaçante par un effet d’entraînement dont les médias sont complices. Cet effet s’inscrit dans une stratégie qui s’avère objectivement plus favorable au front national et a ses idées qu’a tout autre courant prétendument ‘Républicain’ qui espérerait être ‘sauvé’ demain en 2012 par un réflexe de ‘vote utile’ qui a de grandes chances de ne pas se produire, tant la banalisation des idées lepénistes a traversé tout l’UMP et atteint même la gauche dans son cœur social démocrate, voire dans sa frange prétendument progressiste…

- Maxime Vivas a raison de distinguer combien certains faux intellectuels très médiatiques (2) se voient offrir un accès aux médias qui fait d’eux les bons soldats d’un néo fascisme rampant qui s’inscrit dans le prolongement d’une pensée néo conservatrice mondiale qui a renforcé la Bible par le Patriot Act et subverti la pensée des Lumières par l’adjonction de l’ingérence humanitaire généralisée au profit des intérêts d’un occident capitaliste qui connait une démesure sans précédent.

- Il convient en plus de ce constat de prendre conscience de l’existence d’un authentique projet de recomposition de la Droite dont nous n’observons que les prémisses, mais qui s’inscrit dans une stratégie qui a précédée l’élection de Nicolas Sarkozy à l’Elysée et celle de Marine Le Pen à la tête du Front National. Ce propos vise à montrer que nous ne sommes pas ici dans un fantasme ou une paranoïa mais dans une évidence que la raison occulte, trompée aussi par les dénégations opportunistes et tactiques des uns et des autres, alors que les connivences sont criantes.

UNE DROITE RADICALISEE AVEC DES "CONSEILLERS" TRES INQUIETANTS :

Ce qui est acquis c’est que le programme de la droite s’est radicalisé et que la présence de conseillers autour du président tels que Patrick Buisson apporte une idéologie intellectuellement construite sur les fondamentaux des héritiers de Maurras et d’une frange de la Nouvelle Droite qui ne renie rien de ses origines et de sa proximité avec les fascismes passés.

Si nous étions vigilants nous le saurions : Même les lecteurs de Télérama (1) en ont été informés, qui au sujet du plus proche conseiller du président écrivait : « Il est passé par "Minute", "Valeurs actuelles," "LCI"... Avec le journaliste et politologue Patrick Buisson, la droite dure est entrée à l’Elysée. Portrait d’un stratège du président Sarkozy, qui lui voue une confiance aveugle… »

Et aussi cet avis "expert" :« J’aurais bien aimé l’avoir comme conseiller mais je ne suis pas assez riche ! » plaisante Jean-Marie Le Pen, qui ne tarit pas d’éloge sur cet « intellectuel de la droite nationale qui, au fond de son coeur, partage probablement plus mes idées que celles de Sarkozy »…

Et son influence ailleurs que dans le premier cercle du pouvoir : « Coïnventeur de plusieurs émissions politiques avec David Pujadas (1OO % politique) ou Michel Field (Politiquement show) dirige en famille, avec son fils Georges, la chaîne Histoire, cadeau offert par Martin Bouygues, patron de TF1, après la présidentielle... »

Et un passé chargé et sans nuance : « Responsable de la rédaction de Minute, le quotidien d’extrême droite, puis de Valeurs actuelles et du Crapouillot pendant les années Mitterrand, Patrick Buisson ne crache pas sur son passé. Tout le contraire d’un repenti. Avec lui, c’est l’extrême droite décomplexée qui conseille le président…C’est au « conseiller en transgression », comme dit justement L’Express, que le président Sarkozy rend hommage, avec une exceptionnelle chaleur, ce 24 septembre 2007, en lui remettant la Légion d’honneur dans les salons privés de l’Elysée.../… Au cours d’une cérémonie taillée sur mesure, Nicolas Sarkozy se lâche : « Il y a très peu de personnes dont je puisse dire "si je suis là, c’est grâce à eux". Patrick Buisson est de ceux-là. » Et le président de revenir sur les temps forts de la campagne où l’avis de « Patrick » a été si précieux : les incidents de la gare du Nord, le ministère de l’Identité nationale, la pédophilie « innée », l’invocation du pape Jean-Paul II...

Si le candidat Sarkozy a siphonné une bonne partie des voix du Front national, c’est en grande partie grâce à Patrick Buisson : « C’est vrai, confirme Jean-Marie Le Pen, il a donné à Sarkozy les mots, les codes, le langage qu’il faut employer vis-à-vis des électeurs du Front national. »… « Je ne mène pas un combat politique, mais un combat idéologique, soutient le candidat Sarkozy. Au fond, j’ai fait mienne l’analyse de Gramsci : le pouvoir se gagne par les idées. C’est la première fois qu’un homme de droite assume cette bataille-là. Depuis 2002, j’ai donc engagé un combat pour la maîtrise du débat d’idées. » Et Nicolas Sarkozy de rappeler ses interventions pendant la campagne sur l’école en crise, l’héritage de Mai 68 qu’il faudrait « liquider », le « relativisme intellectuel, culturel et moral »...

UNE GAUCHE AVEUGLE DEVANT LE PERIL :

La gauche en France pêche depuis longtemps par sous estimation de ses adversaires, par la non prise en compte de véritables écoles de pensées qui entre le Club de l’horloge d’Yvan Blot et le GRECE, plus païen, d’Alain de Benoist inspiraient épisodiquement Le Figaro Magazine, Valeurs Actuelles, mais surtout contribuaient à la formation de nombreux futurs ministres qui forment désormais cette droite ‘décomplexée’ qui doit nous inquiéter plus que la seule Marine le Pen.

Dans "Le Procès des Lumières" (4), l’historien des idées Daniel Lindenberg a étudié ces mouvances. Ces "Nouvelles Droites" contribuent à ce qu’il faut bien nommer un succès des révolutions conservatrices un peu partout dans le monde. Elles ont pour stratégie de contre attaquer violemment envers tous ceux qui les démasquent et Daniel Lindenberg l’auteur de la prophétique "Enquête sur les nouveaux réactionnaires" (5) ne fit pas exception qui fut bien seul à porter un discours que la "gauche" n’a pas su s’approprier.

La remise en cause de la démocratie et de la République dans ses fondamentaux, et l’instauration d’une norme et d’un paradigme sécuritaire planétaire, pour la protection d’intérêts économiques gigantesques qui ne refuseront jamais de financer leurs mercenaires, sont au cœur de cette contre révolution mondiale.

Que Nicolas Sarkozy s’approprie la conviction de Gramsci selon laquelle "Le pouvoir se gagne par les idées" est une honte pour tous ceux qui ne songent qu’a re écrire un programme de circonstance avant chaque échéance électorale mais ne sont plus porteurs d’un "Projet de Société" qui fédérerait des millions de militants même en période de recul électoral. A chaque élection on semble tenter une "nouvelle recette" pour satisfaire un client électeur potentiel qui avait vomi le plat de l’élection d’avant. La gauche cesse de faire de la politique, d’autres en font et accélèrent l’allure ; nous n’avons plus la "droite la plus bête du monde", la bêtise semble avoir changé de camp.

Nous avons renoncé au socialisme, à la lutte des classes, à l’internationalisme et à l’anticapitalisme… Les héros du socialisme d’hier dirigent l’Organisation Mondiale du Commerce et le Fond Monétaire International, cadeau empoisonné que les néo conservateurs savaient le plus aptes a discréditer ceux là que les paillettes intéressent plus que la pensée de Marx ou de Jaurès… Pourquoi les damnés de la terre d’ici ou d’ailleurs mettraient ils leurs espoirs dans leurs suffisances de notables encartés dans la comédie des compromissions et des alternances sans changements ?

La gauche n’écoute plus les intellectuels, même ceux proche de son camp. D’autres observateurs ont mis en avant la place et l’influence de ces "conseillers" (6). Ils ont clairement contribué a donner au discours présidentiel une cohérence idéologique qui ose l’outrance programmée de façon moins brouillonne qu’au début de son mandat ; le coup du "Karcher" et le "cass toi pov con" ne sont pas du même registre que le discours de Dakar ou celui de Grenoble. A Maxime Tandonnet, « l’immigration choisie », à Patrick Buisson, le vote FN. Et on connait le portrait des inspirateurs du discours de Grenoble. (6)

LA BETE IMMONDE EST EUROPEENNE :

La montée de cette droite dure est un phénomène majeur presque partout en Europe et nous gardons encore quelques œillères pour ne pas voir sa collusion possible avec les régimes aux abois devant les conséquences de la crise économique qu’ils ont provoqué (7).

Lorsque le rapport de force s’inversera entre une extrême droite encore marginale et une droite menacée par des troubles sociaux incontrôlables, c’est la droite populiste et radicale qui mènera le jeu pour une conquête et un rétablissement de l’ordre dont nul ne peut encore mesurer les conséquences. Mais ceux qui lui feront "confiance", en particulier dans la bourgeoisie affairiste, peuvent s’attendre à de sévères désillusions. La droite dure n’est pas antilibérale, mais elle sait user des bouc émissaires, fussent ils nantis mais corrompus, ou représentatifs d’intérêts ‘étrangers’ ou suspects d’allégeance "maçonnique" ou d’un autre internationalisme, pour satisfaire devant quelque difficulté l’appétit de vengeance populaire qu’elle devra bien elle aussi contrôler, car nul ne peut imaginer une amélioration sociale conséquente sous son régime.

On peut écouter une explication de Erwan Lecoeur d’octobre 2010, riche d’informations (8) qui montre bien combien c’est une ‘nouvelle droite’ qui supplante désormais au niveau Européen les nostalgiques de l’ancienne et combien la situation sociale est un terreau favorable au pire qui vient.

La déconstruction de ce phénomène interpelle au premier chef les gauches européennes qui ne semblent pas idéologiquement armées pour répondre au défi qui entraîne leur déclin ; Raffaele Simone explore le "Pourquoi l’Europe s’enracine à droite" (9), mais qui l’écoute ?

Et nous, français, nous étonnons entre les deux tours des cantonales au sujet de la "rupture" avec le passé Chiraquien et Gaulliste, qui fait interdire par le président que ses ministres et son parti appellent à un ‘Front Républicain’ pour battre Marine Le Pen lorsqu’elle est confrontée à un candidat de gauche ! Toute l’Europe moins aveuglée que nous le sommes a depuis longtemps identifié la vraie nature du régime qui nous gouverne. En septembre 2010 déjà la revue Newsweek titrait sans ambiguïté « Sarkozy le symbole de l’extrême droite européenne »… (10) Nous feignons encore de croire être gouvernés par un ‘Républicain’. Pourtant avant même qu’il occupe pour six mois la présidence de l’Union les leaders fascistes Italiens ne s’y étaient pas trompés (11) comme je l’avais mis en ligne en 2007 sans que nos médias ne trouvent cette information assez signifiante pour la relayer, qui aurait pu changer, peut être en lui donnant l’importance qu’elle avait, l’issue du scrutin présidentiel lui même.

Dans les tentatives de décryptage de l’évènement qui permettraient de transformer en sursaut une débandade programmée qui n’ est encore qu’ idéologique mais pourrait devenir électorale, certains essaient de nous épargner les fausses routes comme Emmanuel Todd (12). Mais cela ne suffira pas si, au-delà de la compréhension de ce qui advient, n’émerge pas une gauche véritablement opposée au système capitaliste qui accumule ses responsabilités écrasantes dans les crises, économiques, climatiques et maintenant nucléaires, avec pour seul sursaut la fuite en avant impériale et des guerres nouvelles pour préserver ses ressources vitales et détourner l’attention en cherchant à chaque épisode un bouc émissaire nouveau.

UN ENJEU AUSSI POUR LA PAIX :

Le monde nous montre sur presque chaque continent l’image de peuples qui ont le discernement de dire ‘Assez !’. Ils ne le disent pas qu’a leurs maîtres et dictateurs, mais aussi à ceux qui les avaient mis en place et armés pour en faire des collabos planétaires des intérêts d’un marché dont les fruits restaient bien mal partagés. Nous ne pouvons plus miser cyniquement sur l’ignorance de ceux que nous spolions ou exploitons, ici ou ailleurs, ce temps est échu.

Rien pourtant ne garantit encore que les révolutions montantes restent ‘démocratiques’ ; le risque reste immense d’une récupération autoritaire qui au lieu de changer les maîtres corrompus de nombreux pays émergents, change les valets de l’Occident qui perpétueront la protection de nos intérêts. Pour cette raison les actuelles entreprises guerrières doivent être perçues pour ce qu’elles sont, un sauvetage des intérêts occidentaux plus sûrement qu’une aide a des peuples dont l’exploitation et la misère encore hier n’empêchaient pas de dormir les actionnaires du CAC 40 et leurs courtiers qui nous gouvernent.

Sur ce terrain là, la collusion des droites n’a nullement en projet quelque changement que ce soit. Leur renforcement correspondra aussi à un renforcement du ‘Choc des civilisations’. Il se pourrait demain que Georges Bush junior paraisse n’avoir été qu’un timide et maladroit débutant par rapport à ce dont seraient capables ceux qui ne cachaient pas leur admiration pour lui, qui ont emboîté le pas de l’OTAN dont la France Gaullienne s’était retirée et l’ont mis au service d’un dessein dont l’alibi humanitaire ne trompe presque plus personne. La recomposition des droites, malgré les clivages apparents encore en son sein sur certaines questions internationales, est aussi une menace sévère pour la Paix.

LE PROJET TRES CLAIR DE LA NOUVELLE DROITE

A l’ombre d’évènements électoraux et mondiaux qui agitent le bocal des pigistes a la mémoire courte, avancent des idées soufflées par les ‘conseillers’ déjà évoqués, dont l’évocation même aurait fait hurler nos concitoyens au temps ou la ‘préférence nationale’ était identifiée à la haine lepéniste de l’autre, irrecevable au pays des droits de l’homme… Et pourtant c’est explicitement l’étape nouvelle qui s’annonce après les décrets et circulaires antérieurs qui rendent déjà infernale la vie de ceux de nos concitoyens qui sont moins ‘gaulois’ que d’autres (13)

La question n’est pas de savoir si la fusion des droites est possible, elle est de savoir quand et comment elle adviendra ?

Sans oublier jamais qu’elle est ‘DANS’ le projet de la Nouvelle Droite, comme une étape nécessaire à l’accomplissement de ses ambitions depuis les origines de l’organisation de ce courant.

Si nous étions plus attentifs à ce projet nous saurions qu’il s’exprime très clairement depuis 2006 comme texte emblématique et programmatique du Club de l’Horloge (14) sous la plume de son président Henry de Lesquen : « L’union de la droite, clé du renouveau de la France »…

Extrait :

« Une pédagogie des opinions proscrites : Le verrouillage politique qui met le Front national au ban des partis est le fidèle reflet du verrouillage idéologique qui empêche de parler librement de certains sujets vitaux pour l’avenir de notre pays. C’est parce que le F.N. ne se conforme pas aux interdits édictés par les hérauts de l’idéologie dominante qu’il est victime d’ostracisme et exclu de l’ "arc constitutionnel", en tant que parti d’extrême droite.

Réciproquement, les idées qui sont défendues par le F.N. se trouvent disqualifiées de ce seul fait. Si le projet de réduire le nombre des immigrés, de maintenir les valeurs traditionnelles ou de renforcer la sécurité est avancé par Le Pen, alors, nous serine-t-on dans les media, c’est bien la preuve que ce sont des idées d’extrême droite, donc fascistes ! L’exclusion-diabolisation du Front national est une pédagogie des opinions proscrites, qui a tout du bourrage de crânes.

Si l’on suppose maintenant l’union de la droite réalisée, le F.N. réintégré dans l’ "arc constitutionnel", alors tout change. Le discours délirant, mais envahissant, d’une gauche crypto-totalitaire apparaît tout d’un coup pour ce qu’il est. Il ne prend plus. Le consensus métapolitique imposé par l’idéologie dominante est ruiné. La France profonde peut se remettre en marche. Elle est à nouveau maîtresse de son destin.

L’union de la droite n’est pas seulement nécessaire pour une simple raison d’arithmétique électorale, mais aussi, et surtout, parce qu’il est au fond inutile d’avoir un gouvernement dit de droite si celui-ci fait la même politique que la gauche….

Affronter le terrorisme intellectuel : On nous dit que le thème de l’union de la droite est une duperie, parce que la droite établie, l’U.M.P., n’est pas une vraie droite. Ce jugement, qui paraît sensé, est en réalité à courte vue, car les électeurs de l’U.M.P., eux, sont incontestablement à droite. Dès lors, l’union de la droite serait la pierre de touche qui leur permettrait de faire le départ, parmi les hommes politiques, entre ceux qui sont réellement de droite, et les autres, qui préféreraient s’allier avec la gauche plutôt qu’avec la droite de la droite. L’alliance à droite obligerait les hommes politiques de la droite établie à sortir de l’ambiguïté, à révéler leurs préférences, et à choisir d’affronter le terrorisme intellectuel de la gauche, donc à prouver leur caractère et à contribuer à l’ébranlement du système de sidération dont les Français sont victimes.

On dit aussi que l’union de la droite est impossible. Il n’est pas facile, admettons-le, d’imaginer un scénario qui y conduirait. Mais, en politique, les choses peuvent changer très vite. Ce qui paraît impossible un jour est évident le lendemain. La campagne de Villiers contre l’islamisation de la France montre que les choses sont en train de bouger, à droite, après les émeutes ethniques de 2005. Ce dont nous avons besoin, aujourd’hui, ce n’est pas tant d’hommes politiques que d’hommes d’Etat, qui mesureront l’enjeu de l’union de la droite et qui décideront de la mettre en œuvre. Ceux-là inscriront leurs noms dans l’histoire comme les artisans du renouveau de la France. »

Ceci fut écrit en 2006, l’homme que la nouvelle droite appelait de ses voeux nous gouverne, parvenu par le vote "démocratique" à la fonction qu’il occupe. Si nous doutions encore de la clarté et de l’évidence du projet nous serions demain en situation d’avoir à rendre compte de ce que nous avons rendu possible et de nos aveuglements complices.

ALORS QUELLE BATAILLE POUR 2012 ?

La tragique inconséquence des hommes et femmes politiques de gauche en ce pays, y compris chez ceux qui parlent "autrement" ou plus haut, ne permet pas d’être optimiste. Mais l’histoire s’écrit toujours "de bas en haut" comme disait Walter Benjamin (15) et c’est des peuples seuls que sortira l’avenir qui nous éloignerait d’un retour en barbarie annoncée. D’autres peuples, plus au sud, nous disent le possible et aussi le prix.

Tout semble annoncer avant 2012 une bataille des ego, des hommes ou des femmes pour figurer sur l’affiche, des appareils pour récolter des élus dans la législative qui suivra et assainir les caisses du parti ; cette bataille là est une défaite programmée.

La seule bataille qui doive être menée est une bataille idéologique, sur le fond des enjeux sociaux, philosophiques, sociétaux, internationaux, environnementaux ; avec une seule lueur qui est le renoncement à un système capitaliste pour construire un socialisme qui rejette ceux qui le voudraient "d’abord national"’ pour enthousiasmer et mobiliser ceux, les plus nombreux encore, qui le veulent fraternel. Il est des situations ou le péril est tel que seule l’utopie semble réaliste.

Jacques Richaud

31 mars 2011

(1) Envers de l’Intox. Le Front National en baisse. Jacques RICHAUD (29 3 2011) http://www.legrandsoir.info/Envers-...

(2) L’aspirateur FN fonctionne à fond dans les médias. Maxime VIVAS (31 3 2011) http://www.legrandsoir.info/L-aspir...

(3) Patrick Buisson, conseiller très à droite du Président 10 novembre 2009 http://www.telerama.fr/idees/patric...,49134.php

(4) Procès des Lumières : Essai sur la mondialisation des idées de Daniel Lindenberg http://www.bibliosurf.com/Proces-de...

(5) Daniel Lindenberg et les nouveaux réactionnaires (Tout le monde en parle - 23/11/2002 - 08min52s)http://www.ina.fr/ardisson/tout-le-...

(6) Derrière l’offensive sécuritaire de Sarkozy, deux conseillers-clés Par Augustin Scalbert | Rue89http://www.rue89.com/2010/08/14/der...

(7) Rise of the Right- The fall of parliamentary seats into extremist hands represents the biggest shake-up on the continent since the disappearance of communism. http://www.newsweek.com/2010/09/24/...

(8) ITW // ERWAN LECOEUR // LA MONTEE DE L’EXTREME-DROITE EN EUROPE by politicenstock (7 octobre 2010)http://vimeo.com/16440867

(9) Raffaele Simone : "Pourquoi l’Europe s’enracine à droite" http://www.lemonde.fr/politique/art...

(10) Quand "Newsweek" fait de Sarkozy le symbole de l’extrême droite européenne -LEMONDE.FR 29.09.10http://www.lemonde.fr/international...

(11) Alleanza Nazionale Rome fait de la pub à Sarkozy vendredi 1er juin 2007 Jacques Richaudhttp://bellaciao.org/fr/article.php...

(12) Emmanuel Todd : « Face au FN, il faut rompre avec deux concepts-zombies : le libre échange et l’euro » Philippe Cohen - Marianne 24 3 2011 http://www.marianne2.fr/E-Todd-Face...

(13) Vers la préférence nationale ? 30 3 2011 http://tempsreel.nouvelobs.com//act...

(14)Éditorial- L’union de la droite, clé du renouveau de la France par Henry de Lesquen président du Club de l’Horlogehttp://www.clubdelhorloge.fr/edito5.php

(15) WALTER BENJAMIN : CONTEMPORAIN INDISPENSABLE par Jacques Richaud http://socio13.wordpress.com/2008/0...

URL de cet article 13281 
http://www.legrandsoir.info/La-radicalistion-a-droite-et-la-recomposition-sont-le-vrai-debat.html
Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 05:24

http://www.plumedepresse.net/wp-content/uploads/âne-sarko.jpgDans Le Nouvel Observateur, Serge raffy revient sur un procédé rhétorique utilisé par Sarkozy depuis quelques années : l'injonction paradoxale. Un procédé gros comme une maison, mais comme disait en son temps le Docteur Goebbels, plus c'est gros plus ça passe. Une injonction paradoxale consiste à interpeller l’adversaire par une provocation délibérée. Exemple : un dirigeant socialiste ou un magistrat s’interroge sur l’efficacité des bracelets électroniques sur certains délinquants. Nicolas Sarkozy lui lance alors : "Vous voulez que les tous les criminels soient livrés à eux-mêmes dans la rue ?" On pourrait ajouter "Ils pourraient agresser vos propres enfants ! C’est ça que vous voulez ?" Ou bien, comme dans le cas de l’accord du PS et des écologistes sur la réduction des réacteurs nucléaires, Nicolas Sarkozy part à l’abordage : "Vous mettez en danger l’indépendance nationale !" Traduisez : vous livrez la France à l’ennemi extérieur.


 Je dirais qu'il existe un moyen très simple de prendre le kleiner Mann à son propre jeu : fournir, non pas la question et la réponse mais, dans un même mouvement, la réponse et la question. "Je propose une réduction des centrales nucléaires. J'entends d'ici l'objection démagogique de Nicolas Sarkozy : "Vous voulez une électricité deux fois plus chère?"


Et si vous voulez vraiment clouer le bec du bonimenteur (dans "bonimenteur", il y a "boni"), vous posez à sa place une question encore plus démagogique : "Croyez-vous que les Français ont tous envie de finir irradiés et isotopés jusqu'à la fin des temps?"

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 15:00

La journaliste Catherine Le Gall a voulu savoir concrètement ce que cela signifiait dans son quartier (pour Rue 89)

 

http://blog.francetv.fr/nng_images.php?img=/Sarkozy-photos/files/S/a/r/Sarkozy-photos/images/08012008/NicolasSarkozyfumelecigare.jpgPour rendre la RGPP moins abstraite, nous sommes allés voir ses répercussions sur les services publics d'un quartier de Paris.

 

Quand on le résume à quatre lettres technocratiques, la « RGPP » (Révision générale des politiques publiques), la réduction du train de vie de l'Etat est une politique bien abstraite. La RGPP, vous connaissez : son principe le plus célèbre est le non-remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant à la retraite.

Déjà 100 000 postes ont été supprimés, un chiffre énorme dont il est difficile d'imaginer les répercussions concrètes. Pour en avoir le cœur net, j'ai décidé de mener l'enquête sur les réductions d'effectifs dans mon quartier (mais pas seulement celles engagées au titre de la RGPP). Les conséquences sur MES services publics. Je suis Parisienne, j'habite le quartier de Belleville (entre le Xe et le XIe arrondissement de Paris).

Mes écoles : « Le système éducatif est cassé »

D'abord un rappel : 16 000 postes vont être supprimés dans l'Éducation nationale dès la rentrée 2011. Que se passe-t-il en bas de chez moi ? Mon quartier ne sera pas épargné :

0.deux classes de premier degré (maternelle et primaire) vont disparaître ;

0.un poste d'enseignant Rased (Réseau d'aides spécialisées aux élèves en difficulté) va être supprimé ;

0.une classe de soutien aux enfants non-francophones va être fermée.

 Pour ce qui est du second degré, le volume horaire alloué aux établissements ne cesse de diminuer alors même que les besoins de ce quartier populaire augmentent.

Olivier Fraboulet-Laudy, membre de la Fédération des conseils de parents d'élèves des écoles publiques (FCPE) et papa de deux élèves du quartier :

« Pour moi, le système éducatif est cassé. L'ambition éducative n'existe plus. En 2011, les auxiliaires de langue disparaîtront et il n'y a plus d'initiation à l'informatique. On sent que les enseignants sont sous pression : ils ne communiquent plus avec les parents. »

 

Mon hôpital : « La nuit, il n'y a plus de chirurgien en chef »

 Dans le domaine de la santé, on ne parle pas de RGPP mais de la loi HPST(Hôpital, patients, santé et territoires). Le but reste le même : rationaliser les services rendus.

Conséquences à l'hôpital Saint-Louis, le plus proche de chez moi : d'après la CGT, 400 emplois ont disparu depuis 2008. Il s'agit, pour la plupart, d'emplois peu visibles comme ceux des services techniques ou administratifs.

Mais les réformes atteignent aussi le personnel soignant selon Yannick Gatel, infirmière syndiquée à la CGT :

« L'offre de soins diminue depuis un an. La nuit, par exemple, il n'y a plus de chirurgien en chef. Si cela peu attendre, le patient est opéré le lendemain. Sinon, il est transféré à Lariboisière. »

Carole Dumont, également infirmière syndiquée CGT, me confie :

« Je ne peux plus faire de travail de qualité car on est sans cesse dans l'urgence. Dans mon bloc opératoire, on est en sous-effectif permanent. On fait de l'abattage. »

 

Mon commissariat : « On récupère des fauteuils dans les rues »

Difficile d'avoir des chiffres mais la situation est peu glorieuse d'après un policier du Xe qui a accepté de me parler :

« Avant on devait être efficaces, maintenant on doit être efficients : on doit faire mieux avec moins de moyens.

Nos effectifs sont rationalisés : certains postes sont supprimés et le personnel est réaffecté dans des brigades pour faire face aux missions quotidiennes.

Au niveau du matériel, c'est le système D. On doit récupérer des fauteuils laissés dans la rue lors de déménagements ! Et quelques fois, quand on manque de personnel, on appelle un policier à la retraite pour assurer l'accueil pendant deux mois. Bien sûr, on nous demande de faire du chiffre : on arrête les fumeurs de shit au lieu de démanteler les trafics de stupéfiants. »

 

Ma Sécurité Sociale : fermeture d'un Point d'accueil personnalisé

Elle est bien mal en point.

D'après la CFDT, huit centres d'accueil parisiens vont être fermés sur les dix-sept actuellement ouverts. Et les plateformes téléphoniques sont réduites du tiers de leurs effectifs.

Dans mon quartier, un Point d'accueil spécialisé va être fermé alors qu'il était destiné aux populations les plus précaires.

 

Ma Poste : six postes évaporés dans deux bureaux proches

 Là, on ne parle pas de la RGPP car La Poste est désormais une entreprise privée. « Chez nous, seulement un départ à la retraite sur cinq est remplacé », affirme un syndicaliste CGT.

Selon Les Échos, 11 700 postes ont été supprimés en 2010 (soit une réduction de 5% par rapport à 2009). Il s'agit, affirme La Poste, de s'adapter à la chute de l'activité courrier.

Les antennes de mon quartier en font les frais : six postes viennent d'être supprimés dans les deux bureaux les plus proches de chez moi.

► N.B. : toutes les personnes que j'ai rencontrées m'ont précisé que le Xe arrondissement de Paris est plutôt bien loti. Il paraît que la situation est bien pire en Seine-Saint-Denis…

Partager cet article
Repost0
2 avril 2011 6 02 /04 /avril /2011 06:58

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 08:31

 

Le matin du 31 mars 2011, la décision de justice concernant les 7 inculpés de l'Université Toulouse II le Mirail a été rendue.

            -8 mois de sursis pour « coups et blessures », 

            -6 mois et  4 mois de sursis pour « dégradations »,

            -2 mois de sursis pour « vol de denrées alimentaires en réunion »,

            -de lourdes amendes pour certains,

            -une somme de plus de 21000 euros de dommages et intérêts pour l'Université du Mirail,

            -pour tous d'une inscription au casier judiciaire entraînant de lourdes            conséquences 

 Et ce, sans aucune preuve matérielle conséquente.

La justice nous montre une fois de plus son vrai visage: une justice garante de la répression d'État, au service du patronat.

 

Pour rappel, leur procès a eu lieu le jeudi 3 février 2011, au Tribunal de Grande Instance de Toulouse. Après des convocations au commissariat, sur plainte de la présidence de l'université Toulouse II le Mirail, sept étudiants ayant participé, parmi des milliers d'autres, au mouvement de lutte contre la LRU en 2009 ont été inculpés.

 

Du 2 février au mois de juin 2009, un important mouvement notamment contre la loi LRU (Libertés et Responsabilités des Universités) avait été mené par les personnels enseignants, chercheurs/euses, Biatoss et étudiants des universités de France, dont Toulouse II le Mirail. Plus de 4 mois de grève, des Assemblées Générales jusqu’à plus de 2500 personnes, de nombreuses manifestations et actions. Il s’agit d’une lutte d’ampleur au niveau étudiant de par sa longueur et sa dureté.

 

Pour rappel, Valérie Pécresse, Ministre de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche, avait, au moment des faits exigé que les « responsables » du mouvement étudiant soient condamnés à des peines exemplaires, cette volonté répressive s’est fait entendre à travers les propos du procureur de la République, celui-ci ayant requis des peines disproportionnées.

Ces réquisitions démontrent la volonté de l’Etat de faire de ce procès un exemple, et de casser toute lutte à venir. Le seul but est d’incriminer des acteurs et actrices de la lutte sociale, en s’acharnant sur les militants de classe. Cette attitude se place dans un cadre plus général de répression contre toutes celles et tous ceux qui ont lutté hier et luttent aujourd’hui. Partout l’arsenal répressif se durcit. Dans les usines, les entreprises, les quartiers populaires, les universités... Le gouvernement et le patronat affirment la même logique : la volonté de répondre aux contestations populaires par le déchaînement des forces répressives.

 

L’université du Mirail, quant à elle, avait demandé des dommages et intérêts injustifiés. Or, il s’est avéré que la présidence de l’université n’avait pas l’aval du Conseil d’Administration du Mirail pour porter plainte. Et cela, alors même que la majorité des personnels de l’université avaient exprimé leur soutien aux étudiants inculpés, notamment par le vote à l’unanimité d’une motion de soutien au Conseil de la Vie Universitaire, réclamant entre autre le retrait des plaintes. La justice a décidé d'ignorer la requête des avocats de la défense pour l'annulation de la plainte de l'Université.

 

La lutte à l'Université du Mirail pour l’arrêt des poursuites à l’encontre des personnes mobilisées est le combat contre une politique répressive généralisée. La répression que subissent nos camarades est une déclaration de guerre adressée à toutes et tous ceux/celles qui n’ont pas renoncé à résister. L'Etat et le patronat comptent sur notre isolement et notre désunion pour asseoir ses capacités d'attaque. Face à cela, il est nécessaire de réunir nos résistances et de faire vivre la solidarité. Nous ne les laisserons pas nous piétiner sans réagir, car nous ne connaissons que trop bien la logique du pouvoir : en criminaliser un pour en terroriser cent.

Face à cette logique, seule notre solidarité peut faire face. Ainsi, la FSE et SUD Etudiant appelle tous ceux et celles (syndicats, organisations politiques, associations, individus…) qui luttent contre l’engrenage répressif à soutenir les inculpés du Mirail, ainsi que toutes les victimes de la répression, à travers un investissement dans le Collectif Anti-répression de Toulouse et/ou de quelque manière que ce soit : soutiens financiers, soutiens politiques, événements médiatiques, rassemblements…  

 

Le porte parole de l'AGET-FSE : Arnaud Dolidier : 06.72.26.26.38

et Roland Mamin pour SUD Etudiant Toulouse: 06.81.96.21.30     

 

 

 

Contact  : inculpees.du.mirail@gmail.com

 

les chèques de soutien aux 7 inculpés du Mirail sont à adresser à :

"à l'attention du CAJ", Canal SUD - 40 rue Alfred Dumeril - 31400 TOULOUSE, 

à l'odre de : AGET-FSE

 

PS : il y a actuellement des élections dans certaines UFR de l'université. Les listes de candidats proches du président s'intitulent "Pour accompagner le changement". En d'autres termes, "pour soutenir la LRU".

Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 12:22

JPEG - 6.4 ko

Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 08:08

Par Théophraste R., pour Le Grand Soir

 

 Entendu sur RTL dans une émission très écoutée, lundi 28 mars 2011, émission « Les grosses têtes ».

Philippe Bouvard :« … Des nouvelles d’un dictateur, Hugo Chavez… »

Les voix de ses comparses : « Il est fêlé, celui-là », « Oui, il est fou… ».

Depuis 1998, Chavez a remporté, 16 ou 17 ou 18 élections (on en perd le compte, aidez-moi) qui se sont tenues sous le contrôle d’organismes internationaux. Il subit en permanence le feu des médias qui lui sont à 70/80 % hostiles et qui s’expriment librement, pratiquant impunément des débordements que la loi française n’autorise pas chez nous.

Le Brésilien Lula disait de Chavez :« C’est le plus légitime d’entre-nous. »

Mais une campagne médiatique mondiale travaille à faire passer pour fou, semi-dictateur, dictateur, ce révolutionnaire qui a rendu sa dignité et son pétrole à son pays et qui transforme le Venezuela en accumulant notamment des lois sociales qui améliorent la vie du peuple.

Dans le même temps, ici, sous nos fenêtres, un président démocrate détricote méthodiquement un à un tous les acquis sociaux, résistant, à grand renfort de CRS, à la colère de la rue, oeuvrant à l’anesthésier par des médias oligarchiques ou publics dont il nomme les chefs.

Théophraste R. (lecteur assidu du Programme du Conseil National de la Résistance).

 

À ce billet de Théophraste R., je me permettrai d'ajouter ceci : sur Canal+, le journal du midi de Bruce Toussaint, avec Nicolas Domenach, est, globalement de gauche (le plus à gauche étant certainement Domenach, le consultant extérieur). Mais leur limite, leur névrose politique, c'est Chavez. Il y a deux jours, il nous ont présenté 20 secondes extraites d'une émission de la chaîne de télévision pro-Chavez sur Khadhafi. Les intervenants exprimaient leur soutien au leader libyen à fond la caisse. Sous-entendu : voyez comme le journalisme au Venezuela n'est que pure propagande totalitaire. Pas un mot sur le fait que 90% des médias du pays sont hostiles à Chavez et libres d'exprimer leur hostilité.

 

Partager cet article
Repost0
30 mars 2011 3 30 /03 /mars /2011 16:42

Par Jacques Richaud, pour Le Grand Soir

 

Il y a bien, même en l’absence de ‘vague lepéniste’, une ‘banalisation’ du vote FN. Toutes les analyses ne sont pas encore disponibles, pourtant retenons quelques faits :

 

http://www.lefigaro.fr/medias/2007/11/22/9099b70c-98dc-11dc-b0c3-43fb948f58ee.jpg1- FN et image du fascisme ? Un candidat qui avait même été exclu du FN entre les deux tours pour avoir terni l’image ‘light’ du parti de Marine Le Pen en se faisant photographier faisant un salut fasciste, Alexandre Gabriac, (1) améliore pourtant son score au deuxième tour en gagnant 185 voix et atteignant, sur une forte abstention 24,27% des voix. (2).

 

2- Oui les sondages d’opinion montrent que, même pour la très grande majorité des électeurs qui n’ont pas voté pour le FN, ce parti est devenu ‘un parti comme les autres’, cette acceptation pouvant faire craindre demain une ‘vague’ qui ne s’est pas encore produite mais semble moins effrayer l’opinion que le voudraient les avertisseurs d’incendies qui appelleront au ‘vote utile’ au nom d’une diabolisation déjà non convaincante et pour la préservation pathétique d’une vie politique bipolaire PS-UMP dont la condamnation est le principal enseignement objectif du scrutin.

C’est le sondage BVA diffusé le 28 mars (3) qui retient que à la question : "Vous personnellement, estimez-vous que le Front national devrait être à présent considéré comme un parti comme les autres ?", 52% des personnes interrogées répondent ’oui’, 47% ’non’, et 1% ne se prononce pas. C’est la première fois que les ’oui’ sont majoritaires à cette question. En septembre 2010, ils étaient 42% de ’oui’, contre 57% de ’non’, 1% ne se prononçant pas.

La présence du FN au second tour en 2012 n’est plus perçue comme une éventualité alarmante et des propositions frontistes telles que le contrôle aux frontières, la suppression du regroupement familial et la préférence nationale sur les aides sociales sont approuvées par 4 Français sur 10, sa proposition sur la sortie de l’euro ne recueille que 17% d’avis favorables contre 82% de défavorables et celle de sortir de l’UE rencontre 15% d’avis favorables contre 84% de défavorables, souligne l’institut.

 

3- Cette évolution de la perception de l’image du FN est bien le résultat d’un travail ‘politique’ de ce parti et de l’intelligence manœuvrière de ses cadres. Jean Pierre Chevènement a eu raison de parler de ‘hold up idéologique’ . Nous avions connu le même hold up avec l’actuel président avant son élection (4). Un chroniqueur synthétise assez bien ce processus dans un billet du 28 mars (5). Nous aurions tort de penser que les cantonales sont un aboutissement indépassable, elles ne sont que la première marche de l’ascension dans un pays ou la droite démantèle l’état social et où la gauche a plus que démontré que son masque réformiste ne prévoit aucune forme de mesure véritablement anticapitaliste qui fonderait un espoir nouveau de remise en cause du ‘système’ perpétué de la domination, l’allégeance, l’exploitation et la dépossession. Dans ce désespérant contexte même la moins rationnelle et la moins crédible des surenchères peut demain faire illusion.

 

4- L’électorat français s’est déjà laissé une fois mystifier par un candidat plus ‘abracadabrantesque’ encore que son prédécesseur, malgré les signaux perceptibles avant et après son élection (6 – 7). Déjà nous avions évité de percevoir la très très inquiétante (8) proximité du candidat avec l’extrême droite européenne (Alleanza Nazionale Rome) qui nous aurait évité de nous étonner de l’absence de ‘Front Républicain’ entre les deux tours de l’élection cantonale de mars 2011.

En ce temps nous avons assisté subjugués a des outrances successives (9-10) qui n’auront peut être été que les prémisses d’un pire à venir. Le pire n’est pas la peu crédible élection de Marine Le Pen mais dans une recomposition ‘des droites’ que certains (et les plus dangereux) appellent de leurs vœux et qui pourrait s’imposer demain comme une aspiration plus ‘populaire’ que le seul prolongement d’une droite libérale moribonde. Il n’est pas certain que les actuelles dénégation de Marine le Pen sur ce sujet ne cachent pas une stratégie plus complexe en attente d’une position plus hégémonique à droite, même fondée sur une imposture de manipulation des chiffres électoraux actuels. Il se produit bien un ‘ travail de démantèlement de l’Etat de l’UMP, auquel une gauche aveugle et démissionnaire n’arrive pas à répondre.’ (5).

Mais allons nous revivre la même mystification au profit de la bonne dialecticienne qu’est Marine Le Pen que celle dont a bénéficié le pourtant rustre candidat qui a réussi le précédent hold up sur l’Elysée ? Il est vrai que des ‘intellectuels’ philosophes de surcroît, de premier plan pour avoir été ministres de l’actuel gouvernement ont donné l’exemple (11)

 

5- Dans cette phase d’alerte générale l’analyse des reports de voix, même si encore une fois il ne s’est produit objectivement aucune vague frontiste en terme de nombre de voix (et non de pourcentage) apportent quelques indications qui sont le ‘signal’ faible d’une tendance qui peut nous inquiéter :

- Une note de l’IFOP (11) rapporte que le Front National a enregistré une progression de 47% entre les deux tours des élections cantonales dans les 403 cantons où il était présent, passant de 622 292 voix au premier tour à 915 279 voix au second tour dans les cantons où il a pu se maintenir (chiffres Front national). Selon les calculs de l’IFOP, qui ignore les triangulaires, la progression entre les deux tours permet au Front national de se situer à 35,8% en moyenne au second tour. Ce ne sont pas les 40% annoncés par Marine Le Pen dimanche soir sur la base d’extrapolations un peu rapides, mais la progression est significative. Elle se situe à 10-11% selon l’identité politique de l’adversaire au second tour. Notons cependant qu’en 2004, la progression du FN avait été comparable entre les deux tours, de l’ordre de 10%. Là aussi il n’y a pas ‘amplification’ d’une tendance entre 2004 et 2011, mais ‘intox’ basée sur des chiffres relatifs présentés en pourcentages et non en nombre de voix. Selon ce sondage les reports de voix proviennent pour cette ‘progression’ du FN lorsqu’il était seul opposé à un adversaire au second tour, aussi bien de la gauche que de la droite. En effet pour ce qui est de l’origine des reports de voix dont a bénéficié le FN, il est exprimé ‘que la progression, importante, du Front national entre les deux tours, a été équivalente quelle que soit l’identité politique de son adversaire. En clair, les reports de voix ont fonctionné aussi bien venant d’électeurs de gauche que d’électeurs de droite.’

- Cette note semble contredire un sondage moins alarmiste TNS Sofres avant le deuxième tour (12) réalisé les 25 et 26 mars, publié le mardi 29 mars, selon lequel : Seulement 20% des électeurs de droite se reporteraient sur le candidat de gauche en cas de duel gauche-FN. Et si 20% de ceux là déclaraient avoir l’intention de voter pour la gauche, seulement 18% pour le FN et 62% comptaient voter blanc, nul, ou s’abstenir. En cas de duel entre la droite et le FN, les électeurs de la gauche voulaient se reporter pour moitié (50%) sur le candidat de droite et pour 6% sur le candidat du FN, tandis que 44% privilégiaient un vote blanc ou nul, ou l’abstention. Il semble que ce schéma qui reproduisait l’idée que l’on aurait pu se faire en tenant compte des expériences et situations antérieurs ait été invalidé par l’analyse de l’IFOP qui atténue singulièrement la différence de comportement entre électeurs de droite et de gauche. Ce signal qui semblerait montrer la perméabilité des idées du FN qui banalise la possibilité d’un report de voix de gauche en faveur du Front National, peut nous interroger.

 

6- Enfin l’analyse du vaste champ social abstentionniste mériterait une plus profonde analyse, politique mais aussi sociologique et psychologique qui sort du cadre de cette première appréciation. Mais nous retiendrons que c’est bien cette abstention massive qui permet l’illusion d’un score relatif présenté comme un triomphe.

Jacques Richaud 29 mars 2011

(1) Photo Alexandre Gabriac candidat FN et salut fasciste : http://referentiel.nouvelobs.com/fi...

(2) Le candidat FN qui faisait le salut nazi progresse au second tourhttp://tempsreel.nouvelobs.com//act...

(3) SONDAGE BVA : http://www.scribd.com/doc/51691117/... (Sondage réalisé par téléphone et en ligne les 23 et 24 mars auprès de 1.192 personnes âgées de 15 ans et plus, selon la méthode des quotas.)

(4) - JAURES ASSASSINE UNE DEUXIEME FOIS LE 12 AVRIL 2007 À TOULOUSE Jacques Richaudhttp://www.oulala.net/Portail/spip....

(5) Education, laïcité, services publics : le hold-up du FN Jean-Paul Brighelli - Blogueur associé 28 mars 2011 http://www.marianne2.fr/Education-l...

(6) - CHROMOSOME « P »….Comme P-édophile ? Comme P-résidentiable ? Jacques Richaud 10 avril 2007 http://www.oulala.net/Portail/spip....

(7) -"LE TRAVAIL REND LIBRE" PROVOCATION ? BIEN PLUS QUE CELA ! JACQUES RICHAUD samedi 28 avril 2007 http://bellaciao.org/fr/article.php...

(8) - Alleanza Nazionale Rome fait de la pub à Sarkozy vendredi 1er juin 2007 Jacques Richaudhttp://bellaciao.org/fr/article.php...

(9) - 10 janvier 2008 Avec LUI (et avec NOUS ?) tout devient possible. Jacques RICHAUDhttp://socio13.wordpress.com/2008/0...

(10) - LE « WARHOLIEN » COMPULSIF. Jacques Richaud 23 2 2008http://www.legrandsoir.info/spip.ph...

(11) Luc Ferry « aime mieux Marine Le Pen » qu’Olivier Besancenot http://www.publicsenat.fr/lcp/polit...

(12) Cantonales : au second tour, le FN séduit autant à gauche qu’à droite Philippe Cohen - Marianne 28 3 2011 http://www.marianne2.fr/Cantonales-...

(13) Sondage : les électeurs de gauche se mobilisent davantage contre le FN 29 3 mars 2011http://tempsreel.nouvelobs.com//act...

Partager cet article
Repost0
28 mars 2011 1 28 /03 /mars /2011 09:35

Selon Théophraste R., du Grand Soir, la réponse est NON !

http://lebouffondufouquets.files.wordpress.com/2010/04/claude-gueant.jpg



 

"Décidément, le nouveau ministre de l’Intérieur les accumule.

Dimanche 27 mars à 22h, i télé relayait les chiffres du Ministère de l’Intérieur.

Le cumul des graphes donne : 87,08 %.

Où sont passés les 12,92% manquants ?

Les étiquettes indiquent : PS, UMP, FN, DVD, DVG, PCF.

Où est le FDG ? et EELV ?

Dormez, brave gens, la classe médiatico-politique en place vous le demande.




Théophraste R. (énervé devant l’écran les soirs d’élections)."

 

D'autres qui ne savent (peut-être) pas compter sont les médias qui, en chœur et du haut de leur autorité, nous ont affirmé qu'avant l'intervention pacifique des "Alliés" en Libye les troupes de Kadhaffi auraient tué 6000 personnes. Alors qu'avec Google et les satellites militaires on est capable de distinguer si un type fait sa raie à droite ou à gauche, on n'a toujours pas vu ces milliers de morts.

 

En prime, un dessin paru dans l'hebdomadaire britannique Tribune :

http://www.tribunemagazine.co.uk/wp-content/uploads/2011/03/110325-Rowson.jpg

Partager cet article
Repost0
27 mars 2011 7 27 /03 /mars /2011 08:48

Dessin de Louison pour Marianne


 

dessin : Louison

Partager cet article
Repost0