Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 mars 2017 5 10 /03 /mars /2017 06:51

Le poste de déontologue de l'Assemblée nationale a été créé en 2011. Où l'on verra que l'actuel titulaire en a douillettement chaussé les pantoufles.

 

Selon les textes officiels, “ l’Assemblée nationale s’est dotée d’un dispositif d’ensemble destiné à prévenir les conflits d’intérêts. Outre l’édiction d’un code de déontologie en six points, rappelant les principes que les députés s’engagent à respecter, a été prévue la remise en début de mandat d’une déclaration d’intérêts, ainsi que l’institution d’un déontologue au sein de l’Assemblée nationale, chargé de recevoir les déclarations d’intérêts, de conseiller les députés sur toute situation délicate et d’alerter le Bureau en cas de manquement.  Avec ce code de déontologie, l’Assemblée nationale rejoint les Parlements européens, notamment allemand et britannique, en édictant des règles de bonne conduite destinées à refondre les liens entre élus et citoyens. ”

 

Le brillant universitaire cumule donc deux activités et deux salaires sans en avoir fait la demande, ce qui est étrange de la part d'un professeur la vertu. Il faut dire que les professeurs de droit, comme les professeurs de médecine d'ailleurs, sont intellectuellement armés pour cumuler comme des bêtes.

 

Le 10 février dernier, les députés socialistes ont saisi le déontologue pour savoir si le député François Fillon, en affaires avec Axa, ne risquait pas d'être en plein conflit d'intérêts dans la mesure où il proposait, une fois élu président de la République, de confier la gestion des soins à des sociétés du type Axa. Le professeur Ferdinand Mélin-Soucramanien n' a vu aucune malice dans cette situation.

 

Un universitaire aux petits oignons : le déontologue de l'Assemblée nationale
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
9 mars 2017 4 09 /03 /mars /2017 06:40

Avec inflexibilité, les candidats de droite et de droite (Fillon et Macron) demandent aux travailleurs d'être flexibles (avant d'être mis au pas lorsqu'ils seront chômeurs). Rien de la sorte n'est demandé aux banquiers et autres financiers.

 

Le groupe Les Douceurs en a fait une chanson.

Image (DR).

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
2 mars 2017 4 02 /03 /mars /2017 06:23

Suite à l’“Émission politique” consacrée à Jean-Luc Mélenchon, Théophraste R. du Grand Soir, a publié le billet suivant :

 

« Une ancienne restauratrice de Calais raconta comment, ruinée par les migrants, elle était tentée par le FN après avoir voté PCF. A peu près tout ce qu’elle a dit était faux. En fait, son commerce battait de l’aile bien avant (factures impayés), elle n’avait pas demandé les aides qu’elle déplorait n’avoir pas reçues, elle avait figuré dans un documentaire de France Télévision sur le FN où elle louait le caractère et les discours de Marine Le Pen.

 

On avait déjà vu d’autres émissions, animées par David Pujadas où Jean-Luc Mélenchon avait été opposé à un boulanger (dont il n’avait pas été dit qu’il avait été le fournisseur de l’Elysée), puis à une agricultrice qui nia être membre de la FNSEA (elle était pourtant l’animatrice de sa branche jeune). De même il fut reproché au leader de la France Insoumise de soutenir Evo Morales dont la compagne, mère du fils du président bolivien, venait d’obtenir un chouette contrat du gouvernement (les 3 infos étaient fausses).

 

Le 23 février, les téléspectateurs ont de surcroît assisté une séquence grotesque où Pujadas a lourdement insisté (le public en riait) pour que l’acteur Philippe Torreton attaque Mélenchon, ce qu’il refusa de faire ici à 6mn42. »

 

La bêtise de ce trio est sidérante. Comment, à l’ère d’internet, de Twitter, peut-on espérer balancer des mensonges sans se faire prendre ? Á moins de s’appeler François Fillon peut-être …

 

J'ajoute que l'ancienne restauratrice, Valérie Gloriana, "s'apprêtant à voter Le Pen" et qui semblait en souffrance, a déclaré être au chômage alors qu'elle travaille au Sixties, une brasserie de Calais. Elle est connue depuis longtemps de la fachosphère.

 

 

Pujadas, Salamé et Lenglet : des petits truands

Ce document renvoie à un reportage d'Oliver Toscer réalisé courant janvier 2017. Un mois avant de passer sur le plateau de Pujadas le menteur, Gloriana la menteuse, l'ancienne électrice communiste, comptait déjà parmi les soutiens de Le Pen.

 

J’en profite pour épingler Lenglet, que Théophraste n’a pas eu le temps de ridiculiser à petit feu. La haine hargneuse de ce sire vis-à-vis de Mélenchon – et surtout de ce qu’il représente – ne lui fera pas repousser ses cheveux. Il a cru confondre Mélenchon en dressant un tableau avec deux colonnes comportant les grandes lignes des programmes de La France Insoumise et de Le Pen pour prouver que ces programmes étaient superposables. Deux entrées sur trois étaient fausses. Quant au reste, il s’agissait de mesures que Mélenchon avait présentées bien avant Le Pen qui n’est qu’une petite copieuse, comme son comparse Philippot.

 

Ne parlons pas de Karim Rissouli : depuis qu'il a quitté Canal, il est juste bon à manier la wassingue, comme on dit à Hénin-Beaumont.

 

Ces tricheurs tiennent le service public, et on les paye pour cela.

Pujadas, Salamé et Lenglet : des petits truands
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
1 mars 2017 3 01 /03 /mars /2017 06:36

Ce n'est pas la première fois que je fais appel à Bernard Friot, dans ce blog ou ailleurs. Bernard Friot compte parmi les rares intellectuels de haut niveau qui ne s'est pas aplati devant l'idéologie de marché.

 

En mars 2016, il critiquait dans L'Humanité les nouveaux leurres que le capitalisme agitait devant les yeux de salariés désorientés.

 

Création du compte personnel d’activité, développement de l’auto-entrepreneuriat, revenu de base…L’économiste et sociologue Bernard Friot met ces éléments nouveaux en perspective et interroge leur rôle dans l’économie capitaliste. Animateur du Réseau Salariat, association d’éducation populaire, il avance l’idée d’un « salaire à vie » à l’image du droit de vote comme un droit politique.

 

Vous insistez dans votre analyse économique sur la nécessité de droits salariaux attachés à la ­personne, que voulez-vous dire ?

 

Bernard Friot Que le salaire, comme le droit de vote, doit ­devenir un droit politique. Notre travail est reconnu de trois façons : par un employeur si nous allons sur le marché du travail et sommes employés ; par la vente du produit de notre travail sur le marché des biens et services si nous sommes indépendants ; par le salaire à vie si nous sommes fonctionnaires ou retraités. Or les employés et les indépendants sont soumis à des aléas sur lesquels, individuellement ou collectivement, ils n’ont aucune prise. Les capitalistes les exploitent sans retenue. Le marché du travail, des biens et services ne peuvent plus être le fondement de la reconnaissance du travail. Il faut généraliser le salaire à vie, c’est-à-dire une reconnaissance du travail attachée à la personne et non pas à un emploi ou à la vente d’un produit. Le droit politique de suffrage doit se doubler du droit politique de salaire : chacun, à 18 ans, a droit à vie au salaire correspondant au premier niveau de qualification, et passe au cours de sa carrière (qu’il soit indépendant, dans une entreprise ou fonctionnaire) des épreuves de qualification qui lui permettent de passer à des niveaux supérieurs, chaque progrès en qualification étant acquis à vie.

 

Le compte personnel d’activité est-il un progrès en ce sens ?

 

Bernard Friot Sûrement pas, c’est au contraire une régression. Un compte personnel, à commencer par le plus ancien d’entre eux, le compte personnel de retraite Arrco-Agirc, construit contre le régime général, asservit les travailleurs au marché du travail puisque c’est la performance dans l’emploi qui alimente le compte. Plus j’ai d’emplois, et de bons emplois, plus j’additionne des droits à des jours de repos ou de chômage, à la formation, à la retraite, à la complémentaire santé, etc. Ainsi, alors que le régime général permet de prolonger dans la pension les meilleurs salaires, le compte personnel tient compte de toute la carrière, y compris les années très mal payées. Le CPA n’est donc pas attaché à la personne, mais à son parcours professionnel, ce qui n’a rien à voir.

 

Pouvez-vous préciser en quoi cela n’a rien à voir ?

 

Bernard Friot La pension dans la fonction publique est la poursuite à vie du meilleur salaire et non pas la contrepartie des cotisations de carrière. Elle est donc bien un droit dépendant non pas de la mesure du parcours professionnel telle que l’opère l’addition de points dans un compte, mais de la qualification de la personne, qualification qui lui est attachée à vie. Alors que la pension Arrco-Agirc est du revenu différé qui dépend étroitement de la performance sur le marché du travail pendant 42 ans, la pension de fonction publique prolonge à vie le salaire atteint en fin de carrière.

 

Dire qu’un « droit est attaché à la personne » serait donc un abus de langage ?

 

Bernard Friot Évidemment. Le CPA fait étroitement dépendre les droits de l’emploi. Sauf que l’emploi, tel qu’il est vu par les capitalistes, ce n’est plus « l’emploi poste », mais « l’emploi parcours ». Le capitalisme financiarisé ne veut plus s’engluer dans la stabilité de postes de travail, et donc lier des droits au poste de travail : il s’efforce d’obtenir des salariés les plus mobiles possible et donc il lie les droits au parcours professionnel. Qu’on me démontre que le parcours professionnel est davantage maîtrisé par le salarié que son poste de travail ! En fait il ne maîtrise ni l’un ni l’autre. Et passer de droits attachés au poste à des droits attachés au parcours, ce n’est en aucun cas passer à des droits attachés à la personne. Pour qu’un travailleur soit titulaire de droits attachés à sa personne, il faut que ces droits le libèrent de l’aléa du marché du travail et du marché des biens et services.

 

Le CPA est lié à l’emploi. Or personne (salariés et patrons) ne se déclare contre l’emploi. La notion d’emploi est sans doute mal définie…

 

Bernard Friot Elle est le fruit de la lutte de classes. L’invocation de l’emploi sert essentiellement au patronat et au gouvernement, au nom du « sauvetage de l’emploi », à s’attaquer aux droits des salariés. Pour les patrons, un emploi a toujours été réduit à un poste de travail, ou aujourd’hui à un parcours d’un poste à l’autre. Autant « l’emploi » a été un mot du vocabulaire syndical parce qu’il a été construit dans la lutte comme obligation de respect de la qualification du poste et de versement de cotisations sociales, autant aujourd’hui l’emploi tend à redevenir le poste tout nu ou le parcours entre des postes tout nus. Et donc c’est finalement la définition patronale de l’emploi qui aujourd’hui l’emporte.

 

On en arrive à l’hégémonie du vocabulaire de la classe dominante. Hégémonie traduite dans les faits…

 

Bernard Friot C’est là qu’il faut sortir de la dépendance vis-à-vis de l’agenda des patrons. Cela veut-il dire promouvoir le « vrai emploi » face aux « faux emplois » patronaux ? Non. C’est une bataille perdue depuis quarante ans. Faire de la bataille pour le « vrai emploi » le cœur de l’action syndicale me paraît une faute stratégique majeure. Les droits liés aux postes ou aux parcours sur le marché du travail restent maîtrisés par les propriétaires de l’outil de travail, qui décident des postes et des parcours. Fonder des droits sur quelque chose sur lequel les salariés ont si peu de prise n’a plus de sens. Il n’y a plus une seule entreprise ou une seule branche qui fonctionne avec ce qu’on appelait un marché interne, c’est-à-dire qu’on y faisait sa carrière sans jamais passer par le marché du travail. C’est fini. Même si l’emploi a été une victoire syndicale et a été, en cas de marché interne, le support de parcours professionnels libérés des aléas du marché du travail – à condition de rester dans la même entreprise à vie : on peut aussi ne pas avoir cela comme projet –, aujourd’hui cela ne peut, en aucun cas, être le fondement d’une stratégie syndicale. Une chose est de requalifier en emploi des situations d’infra-emploi, au cas par cas, auprès des prud’hommes : c’est indispensable et il faut se battre contre les réformes qui rendent cette requalification toujours plus difficile. Tout autre chose est de faire de « vrais emplois » un projet stratégique.

 

Un point sur la définition de l’« infra-emploi » ?

 

Bernard Friot L’infra-emploi qualifie deux types de situations. D’une part celles dans lesquelles on dépend d’un employeur en étant en stage, bénévole, volontaire, en service civique, en formation, et d’une façon générale toutes ces situations d’emploi dans lesquelles le poste n’est pas reconnu comme porteur de qualification. D’autre part celles dans lesquelles on est faussement indépendant comme l’autoentrepreneuriat. Faussement parce qu’en réalité, on dépend entièrement du même client, ou du même fournisseur (de données numériques par exemple dans l’économie prétendument collaborative)… Sauf que lui ne cotise à rien, que le travailleur n’a pas de droit au chômage, que les règles horaires ou de sécurité liées à l’emploi sont inexistantes, etc.

 

Vous insistez dans votre analyse économique sur la nécessité de droits salariaux attachés à la ­personne, que voulez-vous dire ?

 

Bernard Friot Que le salaire, comme le droit de vote, doit ­devenir un droit politique. Notre travail est reconnu de trois façons : par un employeur si nous allons sur le marché du travail et sommes employés ; par la vente du produit de notre travail sur le marché des biens et services si nous sommes indépendants ; par le salaire à vie si nous sommes fonctionnaires ou retraités. Or les employés et les indépendants sont soumis à des aléas sur lesquels, individuellement ou collectivement, ils n’ont aucune prise. Les capitalistes les exploitent sans retenue. Le marché du travail, des biens et services ne peuvent plus être le fondement de la reconnaissance du travail. Il faut généraliser le salaire à vie, c’est-à-dire une reconnaissance du travail attachée à la personne et non pas à un emploi ou à la vente d’un produit. Le droit politique de suffrage doit se doubler du droit politique de salaire : chacun, à 18 ans, a droit à vie au salaire correspondant au premier niveau de qualification, et passe au cours de sa carrière (qu’il soit indépendant, dans une entreprise ou fonctionnaire) des épreuves de qualification qui lui permettent de passer à des niveaux supérieurs, chaque progrès en qualification étant acquis à vie.

 

Le compte personnel d’activité est-il un progrès en ce sens ?

 

Bernard Friot Sûrement pas, c’est au contraire une régression. Un compte personnel, à commencer par le plus ancien d’entre eux, le compte personnel de retraite Arrco-Agirc, construit contre le régime général, asservit les travailleurs au marché du travail puisque c’est la performance dans l’emploi qui alimente le compte. Plus j’ai d’emplois, et de bons emplois, plus j’additionne des droits à des jours de repos ou de chômage, à la formation, à la retraite, à la complémentaire santé, etc. Ainsi, alors que le régime général permet de prolonger dans la pension les meilleurs salaires, le compte personnel tient compte de toute la carrière, y compris les années très mal payées. Le CPA n’est donc pas attaché à la personne, mais à son parcours professionnel, ce qui n’a rien à voir.

 

Pouvez-vous préciser en quoi cela n’a rien à voir ?

 

Bernard Friot La pension dans la fonction publique est la poursuite à vie du meilleur salaire et non pas la contrepartie des cotisations de carrière. Elle est donc bien un droit dépendant non pas de la mesure du parcours professionnel telle que l’opère l’addition de points dans un compte, mais de la qualification de la personne, qualification qui lui est attachée à vie. Alors que la pension Arrco-Agirc est du revenu différé qui dépend étroitement de la performance sur le marché du travail pendant 42 ans, la pension de fonction publique prolonge à vie le salaire atteint en fin de carrière.

 

Dire qu’un « droit est attaché à la personne » serait donc un abus de langage ?

 

Bernard Friot Évidemment. Le CPA fait étroitement dépendre les droits de l’emploi. Sauf que l’emploi, tel qu’il est vu par les capitalistes, ce n’est plus « l’emploi poste », mais « l’emploi parcours ». Le capitalisme financiarisé ne veut plus s’engluer dans la stabilité de postes de travail, et donc lier des droits au poste de travail : il s’efforce d’obtenir des salariés les plus mobiles possible et donc il lie les droits au parcours professionnel. Qu’on me démontre que le parcours professionnel est davantage maîtrisé par le salarié que son poste de travail ! En fait il ne maîtrise ni l’un ni l’autre. Et passer de droits attachés au poste à des droits attachés au parcours, ce n’est en aucun cas passer à des droits attachés à la personne. Pour qu’un travailleur soit titulaire de droits attachés à sa personne, il faut que ces droits le libèrent de l’aléa du marché du travail et du marché des biens et services.

 

Le CPA est lié à l’emploi. Or personne (salariés et patrons) ne se déclare contre l’emploi. La notion d’emploi est sans doute mal définie…

 

Bernard Friot Elle est le fruit de la lutte de classes. L’invocation de l’emploi sert essentiellement au patronat et au gouvernement, au nom du « sauvetage de l’emploi », à s’attaquer aux droits des salariés. Pour les patrons, un emploi a toujours été réduit à un poste de travail, ou aujourd’hui à un parcours d’un poste à l’autre. Autant « l’emploi » a été un mot du vocabulaire syndical parce qu’il a été construit dans la lutte comme obligation de respect de la qualification du poste et de versement de cotisations sociales, autant aujourd’hui l’emploi tend à redevenir le poste tout nu ou le parcours entre des postes tout nus. Et donc c’est finalement la définition patronale de l’emploi qui aujourd’hui l’emporte.

 

On en arrive à l’hégémonie du vocabulaire de la classe dominante. Hégémonie traduite dans les faits…

 

Bernard Friot C’est là qu’il faut sortir de la dépendance vis-à-vis de l’agenda des patrons. Cela veut-il dire promouvoir le « vrai emploi » face aux « faux emplois » patronaux ? Non. C’est une bataille perdue depuis quarante ans. Faire de la bataille pour le « vrai emploi » le cœur de l’action syndicale me paraît une faute stratégique majeure. Les droits liés aux postes ou aux parcours sur le marché du travail restent maîtrisés par les propriétaires de l’outil de travail, qui décident des postes et des parcours. Fonder des droits sur quelque chose sur lequel les salariés ont si peu de prise n’a plus de sens. Il n’y a plus une seule entreprise ou une seule branche qui fonctionne avec ce qu’on appelait un marché interne, c’est-à-dire qu’on y faisait sa carrière sans jamais passer par le marché du travail. C’est fini. Même si l’emploi a été une victoire syndicale et a été, en cas de marché interne, le support de parcours professionnels libérés des aléas du marché du travail – à condition de rester dans la même entreprise à vie : on peut aussi ne pas avoir cela comme projet –, aujourd’hui cela ne peut, en aucun cas, être le fondement d’une stratégie syndicale. Une chose est de requalifier en emploi des situations d’infra-emploi, au cas par cas, auprès des prud’hommes : c’est indispensable et il faut se battre contre les réformes qui rendent cette requalification toujours plus difficile. Tout autre chose est de faire de « vrais emplois » un projet stratégique.

 

Un point sur la définition de l’« infra-emploi » ?

 

Bernard Friot L’infra-emploi qualifie deux types de situations. D’une part celles dans lesquelles on dépend d’un employeur en étant en stage, bénévole, volontaire, en service civique, en formation, et d’une façon générale toutes ces situations d’emploi dans lesquelles le poste n’est pas reconnu comme porteur de qualification. D’autre part celles dans lesquelles on est faussement indépendant comme l’autoentrepreneuriat. Faussement parce qu’en réalité, on dépend entièrement du même client, ou du même fournisseur (de données numériques par exemple dans l’économie prétendument collaborative)… Sauf que lui ne cotise à rien, que le travailleur n’a pas de droit au chômage, que les règles horaires ou de sécurité liées à l’emploi sont inexistantes, etc.


 

Le revenu de base : un outil du capital (par Bernard Friot)

L’autoentrepreneuriat est peut-être le reflet de l’aspiration de la jeunesse à ne plus dépendre de l’employeur. Les capitalistes ont-ils un train d’avance ?

 

Bernard Friot Je ne peux que saluer la maturité politique de tous ceux qui, chez les jeunes, ne veulent pas se soumettre à des employeurs et entendent bien maîtriser leur travail en refusant de produire des choses dont ils savent qu’elles sont nocives ou inutiles. Cela dit, tout dépend comment est institué ce travail indépendant. Il peut être entièrement récupéré par le capital à travers des dispositifs dans lesquels les jeunes en question sont autonomes dans leur travail, collaborent sans hiérarchie, dans un dispositif horizontal… tout en alimentant par un travail gratuit, par exemple dans le logiciel libre, le profit des ­propriétaires de Google. Se développe un capitalisme rentier qui n’assume plus les responsabilités de l’employeur, qui renvoie les travailleurs à la valorisation de leur travail sur le marché des services : il faut vendre 150 km de covoiturage, une semaine de son appartement, avec l’effarante marchandisation du quotidien que cela représente. Tout comme les employés sont sous le joug des aléas du marché du travail, ces indépendants sont sous le joug du marché des biens et services tout en alimentant la rente de propriétaires de bases de données affranchis de leur responsabilité dans la conduite du travail.

 

Il y a donc une volonté des capitalistes de se ­dédouaner de leur rôle d’employeur ?

 

Bernard Friot Oui, ils ne veulent plus lier le profit au fait d’assumer sur le long terme des salaires, des cotisations sociales, le fonctionnement d’un comité d’hygiène et de sécurité, les droits des CE, etc. C’est pour cela qu’ils construisent avec tant de continuité depuis 1992, avec la CFDT, une « sécurisation des parcours » qui renverse la logique de responsabilité. Ce ne sont plus les employeurs, mais les intermédiaires du marché du travail, qui sont le « pôle emploi » ! Et les droits des salariés sont renvoyés à leur capacité à alimenter un CPA au prorata de leur performance sur des marchés, qu’ils soient du travail ou des biens, sur lesquels ils n’ont aucune prise. Car un des points de la loi travail, très insuffisamment souligné, est l’extension du CPA aux indépendants. Vont donc se trouver fongibles des droits nés dans l’emploi et dans l’indépendance : inutile de dire que celle-ci va être massivement instrumentée.

 

En parallèle à cette production de valeur qui est faite hors du contrat de travail se développe aussi l’idée d’un revenu de base…

 

Bernard Friot Ça va tout à fait ensemble. Le filet de sécurité que va offrir un revenu de base est la condition du recul de la sécurité qu’offre le Code du travail. Si le capital n’est absolument plus déterminé à assumer la sécurité d’emploi, en revanche cela ne lui pose aucun problème d’assumer la sécurité d’un minimum de ressources qui lui permettra, non seulement de baisser les salaires puisqu’il invoquera l’existence de ces ressources pour ne pas pratiquer des salaires normaux, mais aussi de récupérer la valeur produite par ces personnes en dehors de l’emploi, dès lors que la propriété lucrative n’est pas supprimée. Car le revenu de base ne supprime pas la propriété lucrative, et les capitalistes seront en capacité de récupérer la valeur produite. Et ce ne sont pas eux qui paieront, puisque c’est l’impôt qui financera le revenu de base. Bref ils ont tout intérêt à ce qu’un revenu de base vienne, à côté d’un CPA étendu aux indépendants, étayer l’autoentrepreneuriat.

 

Quelle alternative proposez-vous ?

 

Bernard Friot Le salaire à vie, qui est inséparable de la copropriété d’usage de tous les outils de travail par les travailleurs et donc de la maîtrise par eux de l’investissement, tant il est vrai que la propriété lucrative, au cœur du capitalisme de rente, doit être supprimée. Il s’agit d’actualiser la bataille qui a conduit à la mise en place à la Libération du régime général comme caisse unique à gestion ouvrière, et du statut de la fonction publique. Le régime général a fait la preuve jusqu’aux années 1970 que nous pouvons produire la santé avec des travailleurs payés à vie, qu’ils soient fonctionnaires ou indépendants conventionnés, sans mettre en valeur aucun capital actionnaire ou prêteur : l’investissement hospitalier des années 1960 a été largement subventionné grâce à la hausse du taux de cotisation maladie. Nous pouvons tout produire sans emploi et sans capital. Ce n’est pas 45 % du salaire qui doit aller aux caisses de Sécurité sociale comme aujourd’hui, mais 100 % (et au seul régime général, qui, à nouveau géré par les seuls travailleurs, sera chargé de payer les salaires à vie). Le reste de la valeur ajoutée pourrait se partager entre autofinancement de l’outil de travail décidé par les travailleurs copropriétaires des entreprises, et cotisation économique allant à des caisses, elles aussi gérées par les seuls travailleurs, chargées de subventionner le reste de l’investissement (y compris par création monétaire sans crédit) et d’assurer les ­dépenses de fonctionnement courantes des services publics. Je vous renvoie aux travaux que mène sur toutes ces questions Réseau Salariat.

 

 

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
28 février 2017 2 28 /02 /février /2017 06:40

Les Masstrichtiens de drauche et de groite nous on vendu le traité avec la promesse que la nouvelle donne serait très favorable à l'industrie française. Au moment de la création de l'euro, la production française était proche de celle de l'Allemagne et suivait une progression identique. Depuis, l'écart n'a cessé de se creuser.

 

En base 100 en 2001, la production industrielle allemande est aujourd'hui à près de 125, celle de la France à moins de 90.

 

Il nous reste le tourisme...

Les mensonges de Maastricht et l'industrie française.
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
24 février 2017 5 24 /02 /février /2017 09:10

Sous la plume de Bruno Guigue, Le Grand Soir publie une vigoureuse dénonciation du parti solférinien et de son candidat à l'élection présidentielle, Benoît Hamon.

 

Benoît Hamon, voiture-balai d’un PS vermoulu

Que certains aient appelé de leurs vœux un compromis gribouillé sur un coin de table entre Benoît Hamon et Jean-Luc Mélenchon, rétrospectivement, donne des sueurs froides ! Si La France Insoumise s’est donnée la peine de bâtir un programme, on suppose que ce n’est pas pour se livrer, en catimini, à des marchandages pré-électoraux avec une social-démocratie moribonde. Le péril semble écarté, mais c’est le moment de rappeler quelques évidences. 

 

Il faudrait l’admettre une fois pour toutes : M. Hamon n’est qu’un margoulin chargé de recycler la vieille garde d’un parti vermoulu qui contamine tout ce qu’il touche. Ni son programme de bric et de broc, ni ses concessions aux caciques solfériniens, ni le ralliement alimentaire des girouettes écologistes ne viendront démentir cette analyse. Ceux qui ont combattu la Loi-Travail sous les crachats combinés du Figaro, du FN, du MEDEF et de Manuel Valls, par contre, en savent quelque chose.

 

Le pouvoir socialiste a trahi ses engagements, il a failli à sa mission et berné le peuple. La démonstration est plus que suffisante. Que M. Hamon se présente aujourd’hui la bouche en cœur n’y changera rien. Durant toutes ces années, que l’on sache, il a été ministre et député socialiste. Il vient d’investir pour les législatives ceux qui ont poignardé dans le dos les travailleurs de ce pays et ruiné l’indépendance nationale. Sa candidature est une supercherie, une arnaque. C’est la voiture-balai des rescapés d’un quinquennat de trahison.

 

Depuis 2012, ce dirigeant socialiste a approuvé la politique étrangère d’une présidence qui a battu tous les records de servilité atlantiste, d’arrogance néo-coloniale et de veule soumission à la politique sioniste. M. Hamon se réjouit de notre allégeance à l’OTAN, il répète comme un perroquet les poncifs néo-cons sur la Syrie, il est un chaud partisan de l’intégration européenne et ne voit aucun inconvénient à la politique dictée par l’ordolibéralisme allemand puisqu’il se garde bien d’indiquer comment y mettre fin.

 

Ses propositions en témoignent. Alors que la monnaie unique européenne est une usine à chômage et qu’il est urgent d’en sortir, M. Hamon veut la sauver. Comment ? En créant un parlement de l’euro. Avec qui, et pour quoi faire ? Il paraît qu’on en rit encore à Berlin. Il veut instituer le revenu universel, mais cette marotte électorale signifie en réalité l’acceptation du chômage de masse. C’est une idée néo-libérale déguisée en lubie progressiste, dans laquelle le secrétaire général de la CGT, à juste titre, voit la « négation du travail ».

 

Pour exécuter les diktats de la Banque centrale européenne et asservir le pays aux multinationales, le PS a poursuivi sous la présidence de François Hollande une démolition en règle des acquis de la Libération que la droite n’avait jamais osé entreprendre. Redoublant de zèle, les socialistes ont mené aussi loin que possible la mise en cause des droits collectifs, chaque régression permettant de franchir un nouveau seuil symbolique. M. Hamon a la bouche en cœur, mais il est socialiste. Demain, s’il est élu, il fera la même chose.

 

Pour ceux qui croient encore au vote utile ...

Pour ceux qui ont la mémoire courte, il faut rappeler que les droits des travailleurs français ont été conquis de haute lutte. Sans les occupations d’usines de l’été 36, les salariés ne partiraient jamais en congés payés. Sans les combats héroïques de la Résistance et de la Libération, la Sécurité sociale et les comités d’entreprise n’auraient jamais vu le jour. Sans les grèves ouvrières de juin 68, la revalorisation salariale exigée par la croissance des Trente Glorieuses serait restée un vœu pieux.

 

Le parti socialiste, lors de ces combats historiques, était aux abonnés absents. Léon Blum a pris acte du rapport de forces en mai-juin 1936, puis il a saboté le Front populaire en trahissant la République espagnole. La SFIO n’a joué qu’un rôle secondaire à la Libération, où le général De Gaulle confia les postes-clé aux communistes, qui ont créé la Sécurité sociale et promu l’effort de reconstruction économique. En 1968, le PS était inexistant, et c’est la CGT de Georges Séguy qui a négocié les accords de Grenelle. Quant aux avancées de 1981, le PS les a reniées, en même temps qu’une souveraineté dont il est avec la droite le principal fossoyeur.

 

L’expérience historique sert quand même à quelque chose. Le rôle des socialistes, c’est d’organiser une alternance au pouvoir purement cosmétique, dont le principal résultat est d’empêcher une véritable alternative à la tyrannie du capital. C’est de nous distraire de l’essentiel pour garantir la pérennité d’un système dont la caste politicienne reçoit ses prébendes. C’est de substituer à la véritable question, celle de la répartition du produit social et de l’exercice de la souveraineté populaire qui en est la condition, toute une série de contre-feux et de querelles grotesques.

 

De la théorie du genre à l’antisémitisme, du mariage pour tous au voile islamique, de la réforme de l’orthographe à la gestation pour autrui, de la dépénalisation du cannabis au revenu universel, le PS adore les controverses périphériques. Illusionniste par goût et par profession, il a une dilection particulière pour ces écrans de fumée qu’on jette aux yeux des citoyens médusés. M. Hamon va nous en servir, de la poudre aux yeux, vous allez voir. La voiture-balai de ce quinquennat d’imposture, elle aussi, est « en marche ».

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans politique
commenter cet article
23 février 2017 4 23 /02 /février /2017 06:23

En France, nous avons François et Penelope qui aiment tant l'argent public, un parti dit socialiste qui ne ressemble plus à rien, un parti d'extrême droite qui rallie environ 30% de l'électorat, un parti communiste dont on se demande s'il existe encore, des syndicats anémiés, une société marcescence, une vie institutionnelle en déliquescence, 10 millions de pauvres écrasés par 50 000 hyper riches.

 

Aux “States”, ils ont Trump. L'avatar et le reflet d'un pays devenu obscène, un pays qui veut toujours dominer le monde alors qu'il n'en a plus les moyens.

 

Alors, regardons le phénomène dans ses œuvres.

 

Trump veut que les employées de la Maison Blanche travaillent en jupe. Combien de centimètres au-dessus du genou ? Ce n'est pas précisé.

 

Trump va louer au Pentagone des bureaux dans la Trump Tower. Et un conflit d’intérêts, un !

 

Donald Trump, homme d'affaires, défend sa fille, femme d'affaires. Il s’en est pris, sur Twitter, à la chaîne de magasins Nordstrom, qui a renoncé à vendre la ligne de vêtements d’Ivanka. Dans le même temps, une conseillère de Donald Trump appelle à acheter des produits d'Ivanka... et relance la polémique.

 

Jeff Sessions, ancien sénateur d'Alabama, a été confirmé au poste de ministre de la Justice. Ultra-conservateur, anti-avortement, anti-immigration, il inquiète les minorités du pays.

 

Ces dernières années, la famille du gendre de Donald Trump, l’ambassadeur en Israël nommé par le président américain ainsi que le milliardaire lui-même ont versé des centaines de milliers de dollars à des colonies juives en Cisjordanie. Trump demande désormais à Netanyahu de faire preuve de “ retenue” dans la colonisation (déclarée illégale à de nombreuses reprises par les Nations unies).

 

Un conseiller de Trump porte la médaille des collaborateurs hongrois des nazis.

 

Trump ne s’informe depuis son arrivée à Washington que par la télévision, en priorité Fox News, qu’il regarde en boucle, tout en dictant compulsivement ses tweets à son assistante – il s’en est d’ailleurs lui même vanté : un “ gain de temps ”, selon lui.

 

Il boude toutes les notes, les synthèses ou les dossiers que lui préparent ses conseillers. Il leur a d’ailleurs intimé l’ordre de faire court : des notes n’excédant pas une simple page, comportant une dizaine de paragraphes maximum... Avant de considérer que c’était encore trop long : une page simple, agrémentée de cartes et de graphiques, et pas plus de deux ou trois paragraphes au total. Quant aux dossiers, ses conseillers ont constaté qu’il ne les lisait pas, se contentant de regarder la première page...

De la Trumpitude (1)
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
22 février 2017 3 22 /02 /février /2017 06:40

Le terme “Blitzkrieg” est apparu en 1935 dans la revue Die Deutsche Wehr (L'Armée allemande). D'après les théoriciens de cette organe, les États pauvres en ressources alimentaires et en matières premières (comme l'Allemagne de l'époque) devaient gagner la guerre au plus vite par un engagement massif et violent. Cette notion sera utilisée pour évoquer la guerre civile espagnole : « Nazi-Deutschland testete in Spanien seine späteren Blitzkrieg gegen Frankreich (L'Allemagne nazie a testé en Espagne sa future guerre éclair contre la France). Le 25 septembre 1939, l'hebdomadaire étasunien Time Magazine décrivait ainsi l'invasion de la Pologne par l'Allemagne : « This is no war of occupation, but a war of quick penetration and obliteration – Blitzkrieg, lightning war » (Ce n'est pas une guerre d'occupation mais une guerre de pénétration et de destruction rapides – le Blitzkrieg, la guerre éclair).

 

Même si l'on tient compte du fait que tous les termes violents s'affadissent au fil des temps, force est de constater que l'image utilisée par Fillon (novembre 2016) est particulièrement dure. Cela va bien au-delà du mépris pour la classe salariale, pour le peuple. Nous sommes ici – pour reprendre un vocable cité plus haut – dans une « oblitération » des citoyens. Seuls importent, seuls existent les intérêts d'une minorité de possédants et d'une poignée de politiciens à leur service.

 

Je peux me tromper mais j'ai l'impression que la plupart des patrons qui écoutent Fillon ne boivent pas – pour l'instant du moins – du petit lait. Ils sont sidérés par ce qui leur est proposé. Ils ne s'attendaient pas à une animosité aussi brutale.

 

Philippe Seguin et la bourgeoisie du Centre-Ouest ont engendré un monstre froid. Certains risqueraient éventuellement « psychotique ».

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
21 février 2017 2 21 /02 /février /2017 06:38

Je reprends ici de larges extraits d'un article d'Alain Ruscio publié dans L'Humanité sur un crime d'État.

 

Dans le long martyrologe du peuple algérien, dans le livre d’honneur du PC algérien, le nom de Fernand Iveton, mort guillotiné à 30 ans, figure en bonne place. Nous disons bien : « algérien » et « communiste », car c’est en ces deux qualités que ce militant s’est engagé dans les rangs du FLN.

 

Dans les tout premiers temps de ce qui deviendra la « bataille d’Alger », la population « musulmane » est soumise à une pression insupportable de l’armée et de la police coloniales. Il faut riposter. Fernand Iveton propose un acte spectaculaire : la pose d’une bombe dans l’usine à gaz dans laquelle il travaille : « L’objectif, clairement exprimé, était choisir un endroit pour que les dégâts empêchent l’usine de fonctionner, privant ainsi Alger d’électricité. Iveton a exprimé à deux reprises son souci de ne tuer personne », témoignera plus tard sa complice, Jacqueline Guerroudj, également communiste. La sortie des ouvriers était prévue à 18 heures, et le mécanisme provoquant l’explosion était réglé sur 19 heures 30. En ce sens, on ne peut parler, comme le firent alors abondamment les politiciens et les journalistes, de terrorisme, mais de sabotage.

 

Le 14 novembre 1956, Fernand Iveton passe à l’acte. Il se rend à son travail le plus naturellement du monde, l’engin caché sans sa musette. C’est un contremaître, soupçonneux qui appelle la police. L’engin est désactivé. Iveton est arrêté sur son lieu de travail, vers 16 heures. La suite peut être imaginée. Interrogatoires violents, tortures atroces immédiates.

 

Lorsque la nouvelle fut connue, ce fut un déchaînement de la communauté européenne d’Alger. Le climat, déjà tendu par d’autres attentats – ceux-ci dans des lieux publics comme le « Milk-Bar » – tourna à la haine, quand les idées politiques d’Iveton furent révélées.

 

Les communistes français étaient dans l’embarras. D’une part, ils avaient des contacts espacés avec les communistes algériens, clandestins. Ils auraient de toute façon formellement déconseillé ce type d’action. La pose de bombes, même pour une bonne cause, même sans volonté de semer la mort, était contraire à leur culture. Aussi, aucune campagne de défense d’Iveton n’est-elle menée. Bien plus, la direction du PCF, dans un premier temps, interdit à l’avocat communiste Gaston Amblard de défendre Iveton.

 

L’Humanité choisit durant deux semaines le silence. Position qui sera durement reprochée aux communistes français par la plupart des études publiées.

 

Le procès en flagrant délit, dans un climat d’hystérie, commença le samedi 18 novembre. Un jeune avocat du barreau d’Alger, Me Albert Smadja, est commis d’office. Dans n’importe quelle autre circonstance, l’accusé aurait été condamné à une peine de prison de quelques années : si l’acte de sabotage était attesté, il n’y avait eu ni mort, ni blessé, et il ne pouvait pas y en avoir, la programmation de l’heure de la déflagration en attestait. Qu’importe, la décision était prise avant même le début du procès. La peine de mort est prononcée le 25, soit onze jours après les faits.

 

Alertés par l’importance de l’affaire, les communistes changent alors d’attitude. L'Humanité proteste contre le verdict et demande la grâce du condamné. Le journal présente et défend la version de l’accusé, puis sa conclusion : « J’aime la France mais je suis Algérien, et j’ai participé à la lutte de mon peuple ». La direction du PCF envoie l’un de ses avocats les plus prestigieux, Me Joe Nordmann, pour reprendre en main le dossier. Nordmann écrit au président du Conseil, Guy Mollet, alerte la Ligue des Droits de l’Homme, demande la grâce au président Coty. Mais les autorités politiques parisiennes étaient, particulièrement à ce moment, acquises à l’idée de la répression la plus totale. Dans le clan des plus hostiles à toute clémence : le Garde des Sceaux, François Mitterrand. Il rejette la demande de grâce. Le 10 février, le refus est rendu public.

Moins de 24 heures plus tard, au petit matin du 11 février 1957, Fernand Iveton est exécuté à la prison Barberousse, à Alger, en même temps que deux autres patriotes algériens : Mohamed Ounnouri et Ahmed Lakhnache. Ses dernières paroles ont été : « La vie d’un homme, la mienne, ne compte pas. Ce qui compte, c’est l’Algérie, son avenir ».

 

Cette affaire reste en une tache indélébile dans l’histoire de la France contemporaine. 221 autres patriotes algériens, classés, eux « musulmans », furent guillotinés par la République.

Il y a 60 ans, Mollet et Mitterrand faisaient exécuter Fernand Iveton
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article
19 février 2017 7 19 /02 /février /2017 07:08

En janvier dernier, je réfléchissais brièvement sur la relation dialectique entre la poussée de l’islam intégriste et la domination du capitalisme financier. Le phénomène ne date pas d’hier : après tout, les Médicis surent produire des papes et des grands banquiers.

 

La firme Ikea qui, dès les années soixante, faisait fabriquer ses meubles par des ouvriers de l’Europe communiste, a entrepris de séduire la clientèle des juifs orthodoxes. L’entreprise Ikea est pourtant une entreprise suédoise, un pays qui, depuis plusieurs dizaines d’années, encourage l’égalité père/mère.

 

Ikea et les juifs orthodoxes

Et pourtant, la firme vient de concocter,  à destination de la communauté haredim d’Israël, un bien étrange catalogue d’où les femmes sont exclues. Les haredim (Craignant-Dieu) sont des orthodoxes qui, depuis la fin du XIXe siècle, rejettent globalement la modernité. Fortement implantée en Israël, cette communauté rejette le sionisme au motif que Dieu a détruit le royaume d’Israël pour punir les juifs. Vivre en terre sainte est possible mais créer un État est une révolte contre Dieu.

 

Dans le catalogue qui nous concerne, où sont les femmes ? N’a plus de femmes, que des amazons qui élèvent tout seuls, comme des grands, des petits garçons.

Ikea et les juifs orthodoxes

Des petits garçons qui, une fois qu’ils ont quitté leur lit superposé, peuvent choisir des livres religieux bien rangés sur des étagères orthodoxes.

Ikea et les juifs orthodoxes

Face aux critiques, Ikea ne s’est pas démontée : « Pour faire face à la demande, nous avons décidé d’éditer un catalogue spécial permettant aux communautés haredim de trouver des produits et des solutions qu’Ikea offre en harmonie avec leur mode de vie. »

 

La firme a également tenu à préciser que les produits respectueux des traditions haredim se vendaient au même prix que les autres et que les catalogues étaient gratuits.

 

Ikea s'est excusé, arguant d'une erreur de sa part. Mensonge ! Elle s'était déjà excusée après avoir effacé la gent féminine d'un catalogue publié en Arabie saoudite.

 

Ikea et les juifs orthodoxes

Rappelez-moi : quelles sont les créatures qui ne se reflètent pas dans les miroirs parce qu'elles n'ont pas d'âme ?

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Politique
commenter cet article