Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 septembre 2021 6 18 /09 /septembre /2021 14:45

Rébecca a été sélectionnée pour la Coupe du Monde de Natation du 7 au 10 octobre – à Budapest – avec deux camarades de Lyon Natation Métropole : le champion de France Thomas Piron et Nikita Baez.

Rébecca Gensane en Coupe du Monde !
Partager cet article
Repost0
10 juillet 2021 6 10 /07 /juillet /2021 05:08

 

 

Rébecca Gensane a été empêchée de défendre ses chances sur 200 4N par les organisateurs des championnats d’Europe junior à Rome. Sur le papier, elle allait en demi-finale et avait une bonne chance d’accéder à la finale.

 

Elle n’aura pas été la seule à être victime d’un vrai déni de justice.

 

La veille de l’épreuve, c’est-à-dire le 8 juillet, les organisateurs font passer à tous les nageurs un test Covid buccal, ce qui est un peu léger (rien ne vaut les tests buccaux pour créer des faux positifs)... Rebecca passe le test à 16 heures. Vers 17 heures vont être testés des nageurs qui seront déclarés positifs au Covid.

 

Les résultats parviennent aux nageurs à 7 heures du matin le 9 juillet. Dans quatre équipes, des nageurs sont positifs. Deux dans l’équipe de France. L’organisation déclare cas contacts tous les nageurs des quatre équipes. Rébecca est d’autant plus cas contact possible que l’une des deux nageuses de l’équipe de France testée positive est sa compagne de chambre. Rébecca nous en informe vers 8 heures. Elle qui s’était entraînée cinq heures par jour depuis des mois en vue de cette épreuve est effondrée.

 

Un contre-examen est planifié, suivant le protocole, le matin même. Le problème est que les analyses ont lieu pendant les séries, dont les nageurs et nageuses des quatre nations sont absents. Les résultats tombent : aucun des nageurs de ces nations n’est positif et n’aura à être confiné pendant dix jours, seul dans une chambre d’hôtel à Rome. En tant que parents, Nathalie et moi respirons : notre fille n’est pas malade.

 

Les représentants de l’équipe de France demandent à ce que les nageurs empêchés le matin (qui sont dans les transes, alternant tension et abattement) puissent être intégrés dans les demi-finales. C’est techniquement possible puisqu’il y a vingt lignes pour seize demi-finalistes. Á défaut, ils suggèrent que les nageurs privés de séries nagent entre eux en début d’après-midi.

 

Refus des organisateurs qui ont été incapables de tester les compétiteurs correctement et qui assument tranquillement un déni de justice manifeste.

 

Apparemment, il ne s’agit même pas d’une combinazzione, cette délicieuse pratique qui fait le charme de nos amis transalpins. Du moins espérons-le...

 

 

PS : Ici le communiqué de la FFN.

 

Ci-dessous la lettre de Monsieur Schweitzer (responsable des entraîneurs de l'équipe de France pour cette compétition et entraîneur de Rébecca à Font-Romeu) :

 

 

 
Aux parents des nageurs, aux Présidents de club des nageurs sélectionnés,
Bonjour,
Ce message pour vous informer des événements improbables qui se sont déroulés hier à Rome.
Cette 4ème journée des championnats d'Europe devait permettre aux 3 nageurs de Font-Romeu (Camille, Rébecca et Lucien) sur les 4 sélectionnés de vivre leur 1ère demi-finale Européenne. Ils disputaient en effet tous les 3 leur épreuve phare. (pour Rébecca et Lucien, c'était la seule épreuve sur laquelle ils s'étaient qualifiés)
Jeudi après-midi, nous avons dû passer 1 test salivaire de milieu de séjour imposé par l'organisateur. (protocole Ligue Européenne de Natation).
Vendredi matin, nous avons appris que 2 nageuses de la délégation française étaient testées positives. Elles ont été isolées et l'ensemble de la délégation est resté confiné dans les chambres. Nous avons passé un 2ème test salivaire contrôle dans la matinée pour que l'on nous indique finalement que personne n'était contaminé et que nous pouvions retourner en compétition.
C'est à ce moment que nous avons tenté par tous les moyens (contact direct du Directeur Technique National avec la LEN, contact avec le Président de la FFN, intervention auprès du juge arbitre via l'officiel français de la compétition) d'être force de proposition auprès de l'organisateur pour que les nageurs qui subissent cette injustice puissent concourir et être classés. Cela a abouti à une fin de nous recevoir.
J'ai également pris l'initiative d'informer la DTN des conséquences directes qu'engendraient ces forfaits non volontaires, et particulièrement la non possibilité de défendre ses chances d'accéder aux listes ministérielles "relève" pour la saison prochaine. Pour entrer en demi-finale du 200 4n, il fallait nager en - de 2'21"57 (Camille a réalisé 12x cette performance sur les 12 fois nagées cette saison, Rébecca 9 sur 13) , il fallait également nager 2'18"69 au 200brasse ; Lucien qui l'a nagé 1 fois début juin était tout à fait capable de reproduire cette performance).
Hier soir, la LEN a proposé au Responsable d'équipe de permettre aux nageurs de nager ce matin en série 0, mais sans classement possible.
Le staff a souhaité refuser directement cette offre en indiquant que, sportivement, cela n'avait aucun sens dans la mesure où les nageurs ne seraient pas classés et ne pouvaient pas défendre leur chance de figurer dans un classement européen.
Bien sûr, il n'y a pas "mort d'homme", mais je tenais à relater en toute transparence le déroulement des événements de cette journée cauchemardesque. 4 autres nageurs du collectif France ont également subi cette injustice.
Avant de partir en vacances et de mettre un terme à cette saison particulière, les nageurs seront engagés aux championnats Open été de Dunkerque. Je souhaite bien entendu qu'ils puissent digérer leur déception et exprimer leur potentiel. Á nous de les accompagner pour qu'ils décident de le faire.

 

 

 

Rébecca Gensane – et d'autres nageurs – victimes d'un scandale sanitaire à Rome
Partager cet article
Repost0
3 juillet 2021 6 03 /07 /juillet /2021 17:18

On m'aurait dit qu'un de mes enfants ferait partie de la sélection française aux championnats d'Europe de natation junior, je ne l'aurais pas cru une seule seconde.

 

Rébecca vise une place en finale sur 200 4 nages et participera également aux 400 4 nages. Ses parents ont passé quelques jours avec elle à Font-Romeu la semaine dernière. Elle a un très bon moral.

On m'aurait dit cela il y a 25 ans...
Partager cet article
Repost0
17 juin 2021 4 17 /06 /juin /2021 05:13

Aux Championnats de France de natation de Chartres (auxquels ne participe pas Rébecca pour cause de Bac), Léon Marchand, âgé de 19 ans, vient de pulvériser son propre record de France du 400 4 N, établissant la 3ème performance mondiale de l'année. En mars 2019, je lui avais consacré cette note de blog :

“ Depuis le temps que je pose mon vieux séant sur les durs gradins des piscines de France et d’ailleurs, je ne dirai pas que je suis devenu un expert en natation mais, comme disent les Britanniques, un « amateur éclairé ». Notons que nos voisins d’outre-Manche ont forgé cette expression faussement modeste à partir de l’allemand “ éclairé ” (aufgeklärt, Aufklärung) et du français “ amateur ” (amateur). Pas l’inverse.

Je ne vous fais pas saliver plus longtemps. Le meilleur, c’est Léon Marchand. Retenez bien ce nom car il va résonner à tue-tête dans les futures épreuves internationales.

Il est membre des Dauphins du TOEC (Toulouse) depuis ses débuts dans la compétition. Je me souviens de lui lorsqu’il nageait, à 8 ans, avec – ou contre – Raphaëlle, la grande sœur de Rébecca Gensane. Fluet, mais terriblement efficace. Je me souviens également de lui lorsque je l’avais croisé dans une librairie toulousaine à l’occasion d’une signature d’écrivain [il s'agissait de mon cher Pierre Lemaitre]. Je m’étais dit : « en plus, ce n’est pas un bourrin ! »

Bon sang ne saurait mentir : Léon est le fils de Xavier Marchand, spécialiste du 200 4N, médaillé d’or aux Jeux méditerranéens, médaillé d’argent aux championnats du monde et d’Europe. Mais les gènes n’expliquent pas tout, loin de là. Ce que Léon réalise depuis bientôt 10 ans, il ne le doit qu’à lui. Un exemple : aux derniers Championnats de France junior de Dunkerque, il a remporté quatre titres, dont trois avec une facilité déconcertante. Il remporta son quatrième titre, le 200 brasse, avec 2 centièmes de seconde d’avance, à l’arraché, après avoir été mené pendant presque toute la course. Á l’issue de l’épreuve, les gradins s’enflammèrent, ce qui n’est pas courant en natation.

En cette année 2018/19, Léon détient les meilleures performances juniors en 100 et 200 brasse, en 100, 200 et 400 4 nages. En 100 4 nages, il distance son suivant de plus de 2 secondes, ce qui est énorme (à peu près 2m 50). Il détient par ailleurs la 2ème performance sur 100 nage libre et la 3ème sur 200 pap.

Si l’on confronte les performances de Léon à celles de l’élite toutes catégories, il est 3èmesur 100 brasse, 2èmesur 200 brasse, 4èmesur 100 pap, 3èmesur 200 4 nages et … 1ersur 400 4 nages.

Cet étonnant palmarès me permet d’avancer que Léon Marchand est, intrinsèquement, le meilleur nageur de France.

Bravo à lui et à son entraîneur Nicolas Castel. ”

Léon Marchand
Partager cet article
Repost0
20 avril 2021 2 20 /04 /avril /2021 06:23

C'est absurde, mais c'est ainsi ! J'imagine que c'est ce qui donne de l'adrénaline...

Dans le sport de haut niveau, une vie se joue parfois à quelques centièmes de seconde
Partager cet article
Repost0
14 mars 2021 7 14 /03 /mars /2021 06:11

Je ne me souviens plus si j’ai déjà raconté ce mini événement très parlant. Il y a une bonne vingtaine d’années, un collègue m’invite à assister à une course cycliste de minimes où, espère-t-il, son fils doit briller. On se plante en un endroit tranquille du circuit de trois kilomètres que les coureurs doivent parcourir 20 fois. Á nos côtés, un type plus âgé que nous, bien conservé. Sa tête me dit quelque chose mais je suis incapable de me souvenir où j’ai bien pu le rencontrer. En fait, je ne l’ai jamais « vu », hormis en photo. Je le questionne le plus habilement possible sur sa pratique du vélo et il nous dit qu’il a été professionnel pendant une dizaine d’années. Fichtre ! Et dans l’équipe d’Anquetil, l’idole de ma jeunesse. « Bon sang, mais c’est bien sûr », lui dis-je, et vous vous appelez X. Il opine. Je lui demande quel était son rôle dans l’équipe du champion normand. « J’étais le goûteur d’Anquetil », répond-il sans aucun problème. Hé oui, comme Cléopâtre, Anquetil avait un goûteur, un goûteur de pilules.

J’ai repensé à cet épisode en broutant dans le Grand Robert et en tombant – alors que je cherchais autre chose – sur l’expression « courir comme un dératé ». Au XVIIIe siècle, on pensait que le point de côté, cette douleur abdominale extrêmement désagréable qui nous tombe dessus lorsque nous courons, était dû à la rate. On se disait que l’ablation ou la dessiccation de cet organe, dont le rôle immunitaire est capital, permettait aux humains, aux chevaux, aux chiens de courir plus vite, plus longtemps, sans être essoufflé. Ce qui était vraisemblablement faux. Cette théorie incongrue datait de l’Antiquité et avait mise en œuvre lors de Jeux Olympiques.

Cela fait belle lurette que les humains se dopent. Nos ancêtres de la préhistoire se gavaient de sang pour augmenter leur force. Les athlètes des JO antiques consommaient beaucoup de viande, mais aussi de la tisane à base de prêle des champs ou de feuilles de sauge pour dilater la rate. Au XVIIe siècle, le docteur allemand Godefroy Moebius détruisit la rate de quatre coureurs en brûlant directement la glande à l’aide d’un fer rougi. Il avait jugé l’expérience très positive puisque un seul cobaye était mort. Á la même époque, on considérait comme une potion miracle un mélange de peau de loup et de cheveux de pendu. En Scandinavie, les berserks, ou guerriers fauve, multipliaient, selon la légende, leur fureur par douze en ingurgitant une drogue appelée butotens (d’où l’expression anglaise « to go berserk » : devenir fou furieux). Pour lutter contre le stress, les Asiatiques consommaient du ginseng, les Péruviens des feuilles de coca, les précolombiens de la gentiane ou des champignons hallucinogènes. Á la fin du XIXe siècle, l’apparition des 6 jours cyclistes entraîna la fabrication de toutes sortes de remèdes miracle pour permettre aux coureurs de tourner indéfiniment. Les années soixante virent la généralisation des amphétamines. Les années 80 furent la décennie de la testostérone, les années 90 celles de l’EPO. Il avait fallu attendre 1965 pour que le parlement français vote la loi Herzog, première loi anti-dopage (dopage qu’on appela longtemps « doping », comme si cette pratique était une invention anglo-saxonne). Il y eut ensuite la loi Bambuck de 1989 et la loi Buffet de 1999, suite à l’affaire Festina. En 1996, un tiers des cyclistes français avaient été contrôlés positifs.

Pour fausser les résultats sportifs, on utilisa également une méthode aussi dangereuse que scandaleuse : la prise d’hormones pour changer de sexe. Dans les années soixante, les sœurs Irina et Tamara Press remportèrent d’innombrables épreuves en poids, haies et pentathlon. Elles disparurent des compétitions en 1968 lorsque fut imposé un test de féminité. Elles étaient juives à une époque où ce n'était pas simple, et Irina intégra le KGB à sa retraite. Pendant plusieurs années, la néerlandaise Ria Stalman domina sans conteste les concours de poids. En 2016, elle avoua s’être dopée pour les JO de 1984 : « dans les deux dernières années de ma carrière j'ai pris un léger dosage de stéroïdes anabolisants, 5 à 10 milligrammes par jours. C'était déjà interdit à l'époque, mais je pouvais les prendre sans risque car il n'y avait pas de contrôle en dehors des compétitions. Je voulais aller aux JO. En tant que lanceuse anodine, j'avais déjà pu voyager dans l'Europe de l'Est. Mon record personnel au disque était de 56 mètres. Et pendant les échauffements en compétition, je voyais bien qu'il se passait quelque chose avec tous ces gens autour des athlètes. Et je me faisais botter le cul par des lancers qui allaient 15 mètres plus loin que les miens. Je me suis demandé ce que je pourrais bien faire pour les battre aux JO. Si tu ne peux pas les battre, rejoins-les. C'est ce que je me suis dit. » Stalman devait s’épiler le menton tous les matins, sa voix avait mué et elle avait peur de ne jamais pourvoir avoir d’enfants. à la veille des JO de Los Angeles, l’athlète est arrêtée à la frontière entre le Mexique et les États-Unis avec huit cents tablettes de Winstrol, un anabolisant puissant utilisé par les vétérinaires.

                                              *                                                                                             *

 

Dans le cadre de notre série “ Un homme se penche sur son passé, ou encore, ce n'est pas parce que c'est vieux que c'est mauvais ”, je propose ici une recension publiée dans Le Grand Soir en 2008 d'un des meilleurs livres que j'aie lus sur le cyclisme. Dieu sait que j'en ai dévorés des livres sur le cyclisme ! D'ailleurs, le premier “ vrai ” livre sur lequel je me suis jeté, enfant, était un ouvrage de Jean Bobet (parrain d'un de mes collègues de Poitiers, le monde est petit) sur son frère Louison.

Le très beau livre de Philippe Bordas, Forcenés (Paris, Fayard 2008), qui montre à quel point le cyclisme relève du génie populaire et comment il a pu devenir une « province naturelle de la littérature française », me donne l’occasion d’évoquer des ouvrages qui m’ont, ces dernières années, aidé à réfléchir sur la pratique du vélo, sur le cyclisme professionnel et la place du sport dans notre société.

Ce n'est pas l'argent qui pourrit le sport (l'argent, en soi, n'est rien), c'est le sport qui pourrit l'argent. La première étape du premier Tour de France en 1903 fut remportée par Maurice Garin, le futur vainqueur de l'épreuve. Garin avait accompli une bonne partie du parcours (Montgeron-Lyon) à une vitesse plus que respectable puisqu'il était arrivé à destination avant l’unique commissaire de course, parti en train... (Déjà, lors du Paris-Brest de 1902, il avait coiffé les journalistes d’une courte tête). Les responsables de l'épreuve (le rigide Henri Desgrange en tête) cautionnèrent cette énorme tricherie. En 1904, ce fut encore pire : les quatre premiers (dont Garin, suspendu pour deux ans) furent disqualifiés.
A l'époque, les coureurs professionnels gagnaient plus que les ouvriers d'usine mais ne roulaient pas sur l’or. Ce n'est donc pas pour de l'argent que Garin et les autres magouillaient tant qu'ils pouvaient.
C'est la notion même de sport et de compétition qui crée éventuellement la pourriture.

À la fin du XIXè siècle, la compétition cycliste est dominée par les Britanniques, inventeurs des sports modernes de l’époque. Avec Humber ou Dunlop, l’industrie du cycle est d’outre-Manche. Des Français décident de relever le défi (Terront, Michelin) sous le regard ébloui de Clémenceau, d’Alfred Jarry ou du peintre Maurice de Vlaminck (coureur professionnel de 18 à 20 ans).

Le cyclisme professionnel est nettement de droite. Dans les années soixante-dix, Le Parisien Libéré, quotidien d'une droite dure et propriétaire du Tour de France, voit la main de Moscou derrière la moindre grève de quatre vendeuses de supermarché. En Flandres, la célèbre classique le Het Volk (Le Peuple, titre qui fleure bon le populisme) est organisée par le quotidien éponyme, officiellement antisocialiste. Bernard Hinault flanque son poing dans la figure de militants cégétistes victimes de licenciements qui ont bloqué sa course (pendant qu’Hinault brille, Mitterrand marginalise le parti de la classe ouvrière et ouvre un boulevard au front National). Mais, à l’inverse de Louison Bobet (le grand champion français des années cinquante), Hinault n’a jamais mimé le bourgeois et a refusé le pont d’or que lui offrait Bernard Tapie en fin de carrière. Progressiste, dreyfusard, Pierre Giffard fonde le quotidien Le Vélo en 1892 et invente la course Paris-Brest-Paris. Antidreyfusard, aussi réactionnaire que le baron de Coubertin, Henri Desgrange fonde L’auto-vélo, de couleur jaune comme le futur maillot du même nom. En 1903, afin de stimuler les ventes de son journal sur le déclin, il invente le Tour de France, avec l’aide de l’industriel marquis Jules-Albert de Dion. Début de la légende. Dans les années trente, les frères Pélissier ou André Leducq sont plus populaires que Greta Garbo. Le duel Anquetil-Poulidor dans le Puy de Dôme est l’événement le plus marquant de l’année 1964. Mais, dans les années quatre-vingt-dix, Indurain a autant de charisme qu’une pierre, tandis que, dans les années 2000, Lance Armstrong, avant même son exclusion de la compétition, suscite moins de sympathie qu’une porte de prison. Sic transit

Je  n’évoquerai pas de livres complaisants du style “ Jalabert, sa vie son œuvre ” ou “ Virenque, ses victoires, sa gloire, son plein gré ”. Je voudrais proposer ici une liste d’ouvrages authentiquement littéraires qui ont fait mon bonheur avant la suprématie des “ commentateurs ” de télévision, grands mélangeurs de genre (journalistes et organisateurs de courses, champions puis consultants) du style du regretté Laurent Fignon ou Christian Prudhomme, fossoyeurs de la poésie, du lyrisme, mais dénués de tout souci d’investigation.

Les plus grands auteurs ont écrit sur le vélo. Roland Barthes a fort bien expliqué pourquoi dans ses Mythologies. À titre d’exemple, pensons à un extrait d’une ode de Pablo Neruda :

 

J’ai pensé au soir, quand

Les jeunes

Se lavent,

Chantent, mangent, lèvent

Un verre

De vin

En l’honneur

De l’amour

Et de la vie,

Et qu’à la porte

Attend

La bicyclette,

Immobile

Parce que

Son âme

N’était que mouvement,

Et, tombée là,

Elle n’est pas

Insecte transparent

Qui parcourt

L’été,

Mais

Squelette

Froid

Qui seulement

Retrouve

Un corps errant

Avec l’urgence

Et la lumière

C’est-à-dire

Avec

La

Résurrection

De chaque jour

 

On pourrait commencer par Louis Nucéra et Bernard Chambaz, deux journalistes, deux écrivains qui ont refait le Tour de France avec leurs propres mollets. En 1985, Nucéra peina pendant deux mois sur les routes du  Tour 1949 gagné par Fausto Coppi. Il en tirera Mes rayons de soleil (Grasset, 1987). Nucéra avait précédemment publié un ouvrage très chaleureux sur René Vietto, ancien groom de l’hôtel Majestic, communiste, figure mythique du cyclisme (Le roi René). Nucéra mourra tragiquement à vélo, à l’âge de 72 ans, fauché par un chauffard près de Nice, sa ville. En 2003, pour le centenaire du Tour, Bernard Chambaz précéda les coureurs avant de publier À mon tour (Le seuil).

Le plus savoureux chroniqueur du XXe siècle restera vraisemblablement Antoine Blondin avec son Tours de France : chroniques intégrales de “L’Équipe”, 1954-1982, (La Table Ronde). 500 pages d’anthologie. Les anars de droite peuvent être de très fins observateurs du cyclisme. En 1952, Jacques Perret suit le Tour pour L’Équipe. Ses articles seront réunis dans Articles de sport (La Table Ronde, 2005). Et puis il y a ce court texte (mon préféré) de Marcel Aymé, “ Le dernier ” qui raconte les mésaventures d’un cycliste nul pour l’éternité, qui ne gagne son salut que parce qu’il est nul. Pour le plaisir, j’en propose l’excipit : « Comme il enfourchait sa machine au sortir de la Porte Maillot, un camion le projeta sur la chaussée. Martin se releva, serra dans ses mains le guidon de sa bécane fracassée, et dit avant de mourir :

- Je vais me rattraper ».

Ces quelques pages ont été reprises dans ce qui est, à mes yeux, jusqu’à présent, le plus beau livre littéraire consacré au cyclisme, À bicyclette, une anthologie établie par Edward Nye (Sortilèges, 2000), avec des textes de Samuel Beckett, H.G. Wells, Georges Deleuze, Maurice Leblanc, Émile Zola, Alphonse Allais, Alfred Jarry, San Antonio, Julien Gracq, David Malouf etc.

À mi-chemin entre réalité et fiction, entre fantasme et hyperréalisme, je mentionnerai 54X13 de Jean-Bernard Pouy (L’Atalante). Ce très singulier auteur de romans policiers m’a bluffé. Le livre raconte la dix-septième étape Paux-Bordeaux du Tour 1995, vue, en focalisation interne, par le (véritable ?) coureur Lilian Fauger, tremblotante étoile montante du cyclisme dunkerquois, qui s’échappe du peloton, quatre heures durant, après avoir dit à ses collègues qu’il allait saluer sa famille au km 83, à Caupenne d’Armagnac. Une fois le “ bon de sortie ” en poche, le coureur ne s’arrêtera pas et poursuivra son effort quatre heures durant en tirant sur son développement 54X13. À quelques lieues du but, le patron de Fauger, sur ordre de leur commanditaire, impose au cycliste de laisser gagner un coéquipier belge. J’ai dû aller consulter mes archives pour vérifier que Jean-Bernard Pouy m’avait bien mené en bateau. Jacques Bonaffé (un gars du Nord comme Lilian Fauger) adaptera pour le théâtre ce bel exemple de mentir vrai.

En 1924, Albert Londres, qui écrit plutôt pour des journaux de droite et qui, l’année précédente, avait réalisé un reportage historique sur le bagne de Cayenne, suit le Tour, au plus près des frères Pélissier (Tour de France, tour de souffrance). Candide découvre la souffrance imposée par Desgrange (ainsi, lors d’étapes qui durent une dizaine d’heures, les coureurs n’ont pas le droit de se changer et peuvent porter en fin d’après-midi les trois maillots de laine enfilés le matin au départ), et invente l’expression « les forçats de la route ». Desgrange rechignera pendant des années à l’usage du dérailleur pour ne pas rendre la course plus facile. Londres découvre le dopage. La bourgeoisie sportive, qui fait courir tous ces ouvriers agricoles et autres mineurs de fond, accepte la défonce au motif que, certes, il n’est pas normal de se doper mais comme on ne saurait s’en passer… Malgré les stimulants de l’époque (caféïne, strychnine, alcool), les Pélissier abandonnent. L’Italien Ottavio Bottecchia remporte la course après avoir porté le maillot jaune de bout en bout. Bottecchia mourra trois ans plus tard, assassiné par des fascistes jaloux du succès d’un coureur démocrate.

Je recommanderai également L’Ange de la montagne, de Christian Laborde, un hommage à Charly Gaul, vainqueur luxembourgeois du Tour 1958, peut-être le plus beau grimpeur de l’histoire. Gaul ne se remit jamais de sa gloire foudroyante, au vrai sens du terme.  Il vécut un quart de siècle en ermite dans une cabane de bois dans les Ardennes, et mourut en 2005 à soixante-douze ans.

À lire aussi Besoin de vélo de Paul Fournel. Chroniqueur pour L’Humanité, membre de l’OULIPO, attaché culturel qui nous explique dans un ouvrage très écrit pourquoi « le vélo, c’est le grain de la route. »

Je suis loin d’être un admirateur inconditionnel de Jean-Paul Ollivier (“ Paulo la science ”, pour les téléspectateurs de France 2). Ce gaulliste pur sucre n’a pas été témoin d’un seul scandale en quarante ans de journalisme sportif. Je mentionnerai néanmoins, dans sa très abondante production, La Tragédie du “Parjure”, le livre qu’il a consacré à la grandeur et à la décadence de Roger Rivière qui, s’il ne s’était pas brisé les reins dans une chute tragique, aurait été, dopage aidant (il se chargeait comme une mule et ne s’en cachait pas), le grand rival de Jacques Anquetil (le “ Parjure ” est le Perjuret, la montagne où la carrière du champion s'est achevée).

Dans un genre totalement différent, je mentionnerai Le Vélo à l’heure allemande de Jean Bobet. Frère du très populaire Louison, lui-même champion de bon niveau (il gagna Paris-Nice), Jean Bobet fit une carrière remarquée de journaliste sportif (RTL, Le Monde) avant de s’occuper du centre de thalassothérapie fondé par son frère. Il fut le premier coureur cycliste à avoir obtenu une licence universitaire (d’anglais). Bobet raconte comment les grands organisateurs de courses cyclistes (Jean Leulliot, Jacques Goddet qui, sa vie de suiveur durant, porta – ce n’est pas un hasard – un casque colonial) n’ont pas toujours su résister aux exigences de la Propagandastaffel. Il nous montre Leulliot menaçant un coureur sous-alimenté des foudres de la Gestapo s’il refuse de s’aligner dans une course qu’il organise. On ne rappellera pas qu’avant le stade de Santiago du Chili, des Juifs avaient été parqués dans un vélodrome parisien (contre la volonté du propriétaire).

À connaître également ce petit chef d’œuvre de Dino Buzatti que j’ai lu en anglais (il existe une version française) : Coppi vs Bartali at the 1949 Tour of Italy (un recueil d’articles publié au début des années quatre-vingts). Les deux plus célèbres Italiens de l’époque s’affrontent en un match au sommet. Bartali étoile déclinante, Coppi presque à son zénith. Bartali le pieux, de droite, Coppi et sa liaison illégitime dans un pays où, à l’époque, on ne peut pas divorcer, de gauche, assurément la plus grande étoile sportive italienne du XXe siècle (des admirateurs embrassaient la route sur son passage, des femmes lui jetaient des pétales de rose). Un passage m’a particulièrement marqué : les coureurs doivent prendre le bateau pour traverser le Golf de Gênes. Un bon nombre d’entre eux refusent et font le trajet en voiture : non seulement ils n’ont jamais pris le bateau, mais surtout ils croient que des sirènes vont s’en prendre à eux.

Plus récemment, j'ai énormément apprécié le livre de Paul Fournel consacré à Jacques Anquetil

Je termine donc par le livre coup de poing de Philippe Bordas : Forcenés. Le quatrième de couverture donne le ton : « Le cyclisme n’a duré qu’un siècle. Ce qui s’appelle encore cyclisme et se donne en spectacle n’est que farce, artefact à la mesure d’un monde faussé par la pollution, la génétique et le biopouvoir. Je veux donner l’entr’aperçu d’un monde avant sa fin. Mettre un peu d’ordre parmi mes forcenés. Rien n’obsède comme ces histoires fabulées, ces mythologies usinées par le peuple, ces étincelles d’Eurovision. Ce que Walter Benjamin nomme “ illuminations profanes ”. Ces croyances minimes, ces noblesses inventées. »

Étymologiquement, un forcené (de for et sen) est hors du sens, de la raison. C’est un fou. Le fou au style le plus pur fut sûrement Jacques Anquetil auquel Bordas consacre quelques pages admirables. Le Normand fut le maître de l’espace-temps : il passait des nuits à contempler les étoiles et était capable de planifier à la minute près, sans GPS, un voyage en voiture de 500 kilomètres. Ce « pur-sang au corps d’enfant » mourut de deux cancers. Anquetil n’a jamais rien fait comme tout le monde. En témoigne sa vie privée, où la réalité dépasse très largement la fiction.

Fausto Coppi (comment peut-on s’appeler “ Faust ” ?) fut à peine plus légendaire que son soigneur Cavanna, sorcier aveugle à tête de bagnard qui « isolait les muscles longs et protégeait le foie » du campionissimo.

Chez les Belges, Bordas oppose Merckx, né coiffé, pur produit de la petite bourgeoisie bien-pensante bruxelloise (celle des chansons de Brel), à Roger De Vlaeminck, l’agité du bocal flamand. Celui-ci était enfant de la misère, fils d’un père drapier, syndiqué, et d’une mère gitane (selon la légende). Il serait né dans la roulotte de marchands ambulants de ses parents. Il gagna quatre fois Paris-Roubais. Il vainquit « l’Enfer du Nord ». Quand j’étais enfant, j’aimais bien que cet enfer commençât juste après la ville où j’étais né (Hénin-Liétard), comme si je résidais moi-même au paradis. Cette expression terrifiante était apparue sous la plume d’un journaliste ayant découvert les paysages en ruine de la Grande de Guerre. Merckx construisit un empire à coup de pédales. Il proposa à De Vlaeminck de rejoindre son équipe. Refusant, le Gitan voulut abattre le grand et beau jeune homme qui « n’avait pas connu la faim et fiscalisait le peloton. » Pour les prolos flahutes, Merckx devint le bourgeois, « l’ennemi à filouter ». Erik, le frère aîné de Roger, grand coureur lui aussi, finira sa vie dans un hôpital psychiatrique après la mort en course de leur ami Jean-Pierre Monserré (en 1971, alors qu’il était champion du monde en titre).

Bordas analyse longuement la sociologie des cyclistes professionnels. Il observe qu’à quelques exceptions près (Laurent Fignon, par exemple), aucun champion français ne sort de la classe moyenne. Ni d’ailleurs des cités. Il en déduit que ce sport va se tarir dans les pays développés. Les victoires reviennent de plus en plus aux teigneux des pays de l’Est (quand ils ne se font pas pincer dans des contrôles anti-dopage) ou aux Américains du Sud et du Nord. Il est loin le temps des paysans italiens ou des mineurs de fond polonais (Geminiani, Stablinski). Il est loin aussi le temps des vrais grimpeurs, sur qui, il faut le dire, plane une véritable malédiction : ils se suicident (René Pottier, Ocaña, Pantani), finissent boursouflés (Merckx), neurasthéniques (Gaul), paranos (Vietto).

Que voit-on du Tour de France ? Pas les coureurs avec qui on ne peut plus s’entretenir aux arrivées ou aux départs d’étape et que l’on ne reconnaît plus sous leur casque et derrière leurs lunettes sponsorisées. Pas la vraie France puisque la caméra évite les banlieues, les zones industrielles et les supermarchés. C’est la France chantée par Sarkozy pendant sa campagne électorale, celle du Guide Bleu de Jean-Paul Ollivier : la Loraine éternelle, le Fort de Briançon, l’église abbatiale sainte Cunégonde et les troupeaux de Charolais. Un discours de « sous-parlure télévisuelle, une langue vitrifiée ».

Adieu la légende, bonjour le préconstruit. 

Le test de féminité fut abandonné en 2000. Jean-Pierre Mondenard, grand spécialiste du dopage, estime que, lors des jeux de Tokio en 1964, 27% des athlètes médaillées d’or n’étaient pas des femmes authentiques après prise de testostérone. Aujourd’hui, rien n’est simple dans la mesure où les transsexuels peuvent concourir après avoir été reconnus comme membre du sexe choisi et avoir subi deux années de thérapie hormonale.

On terminera sur quelque chose de plus léger, de plus aérien. Aux JO de Montréal, les responsables de la natation allemande (de l’Ouest) firent une kolossale découverte : pour améliorer la flottabilité d’un nageur, pour que sa ligne de flottaison soit plus haute, il suffisait de lui envoyer de l’air dans le cul. Disons 2 litres destinés à demeurer dans le gros intestin. Mais la technique fut abandonnée. Walter Kusch, un nageur qui avait remporté une médaille de bronze avec ses coéquipiers dans un relais, nageait trop haut, ses pieds battant hors de l’eau. De fait, c’est Napoléon en personne qui avait trouvé cette technique : quand des chevaux devaient traverser des rivières, on leur insufflait une vingtaine de litres d’air pour une meilleure ligne de flottaison.

On n’en aura jamais fini avec le sport de compétition. J’observe régulièrement des nageuses de 10 à 12 ans qui, comme certaines de leurs aînées, enfilent deux “ combis ” l’une sur l’autre. C’est interdit mais c’est rarement repéré et cela permet de se prendre pour un aéroglisseur…

 

 


 

Quelques histoires de dopage

Les sœurs (frères ?) Irina et Tamara Press

Des hommes se transformèrent en femmes. Médaillé de bronze à Montréal, l’haltérophile Peter Wenzel (RDA) se féminisa, sa poitrine se gonfla. Des documents de la Stasi, l’ancienne police secrète de RDA, le révèleront plus tard : durant toutes les années 1980, les haltérophiles est-allemands durent subir des ablations de leurs seins à cause des hormones qu’ils ingurgitaient pour améliorer leurs performances.

Partager cet article
Repost0
28 novembre 2020 6 28 /11 /novembre /2020 06:03

Le banquier éborgneur aime le football. C'est son droit. Il aurait pu soutenir l'Amiens Sporting Club. Il a préféré jeter son dévolu sur l'OM : « Est-ce que j'aurais rêvé être à la place de Di Meco lors de la finale 1993? Ce n'est pas faux. J'ai joué à ce poste (de latéral gauche, ndlr) de manière beaucoup plus modeste que Di Meco, mais je me souviens avec beaucoup d’émotion de ce match, parce que je me souviens aussi du match perdu et des larmes un peu avant. J’ai d’ailleurs une photo du but (de Boli) qui m’a été offerte, prise depuis derrière les buts. C’est un merveilleux souvenir… »

Á l'occasion de la mort de Maradona, il s'est lancé dans une élégie dithyrambique, ampoulée, limite pindarique : « La main de Dieu avait déposé un génie du football sur terre. […] « Diego Armando Maradona fait rêver sa famille et son quartier par ses passements de jambes qui crucifieront [petit anglicisme en passant] bientôt les meilleurs défenseurs européens. » […] « C’est à Naples que Diego devient Maradona. » […] « Joueur somptueux et imprévisible, le football de Maradona n’avait rien de récité. Avec une inspiration toujours renouvelée, il inventait sans cesse des gestes et des frappes venus d’ailleurs. Danseur en crampons, pas vraiment athlète, plutôt artiste, il incarnait la magie du jeu. » […] « Il y avait un roi Pelé [qu’écrira le banquier éborgneur à la mort de Pelé ?], il y a désormais un Dieu Diego. »

Le banquier éborgneur explique, à juste titre, que Maradona fut un étendard antifasciste : « Avec la même grâce, la même insolence superbe, il se faufile jusqu’à la finale qu’il marque par le plus beau geste du football : la passe décisive, le but des numéro 10. Lorsqu’il soulève le trophée, un mythe est né : l’enfant terrible est devenu le meilleur joueur du monde. Et la coupe du monde retrouve l’Argentine : cette fois, c’est celle du peuple, pas celle des généraux. »

Mais chassez le naturel, il revient au galop : « Ce goût du peuple, Diego Maradona le vivra aussi hors des terrains. Mais ses expéditions auprès de Fidel Castro comme de Hugo Chavez auront le goût d’une défaite amère. C’est bien sur les terrains que Maradona a fait la révolution. »

Chaque groupe de mots donne la nausée. Maradona n’avait pas « le goût du peuple », il en était partie intégrante. Il faut être un banquier ou une dame patronnesse pour avoir le goût du peuple. Et puis, de manière implicite, le banquier éborgneur associe les échappées du footballeur vers le peuple à ses dérives dans l'alcool et la drogue. Maradona n’a jamais été « en expédition » auprès de Castro et Chavez : il se rendait auprès de compañeros. Où donc le banquier éborgneur a-t-il perçu une « défaite amère » ? Cuba et le Vénézuéla sont toujours debout et résistent obstinément aux menées impérialistes. Enfin, Maradona n’a pas fait la «révolution » : il a joué mieux que les autres. Qui a jamais fait la révolution sur un terrain de sport ? On reconnaît bien là une forme de dérive populiste sous la plume d'un grand bourgeois.

 

PS : Je n'aime pas trop quand on prend un homme et qu'on en fait un dieu...

Le banquier éborgneur et Maradona
Partager cet article
Repost0
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 22:37

 

SAMEDI 8 FEVRIER, REBECCA GENSANE NAGE A NICE EN SERIE DU 400 4 N CONTRE KATINKA HOSSZU, LA MEILLEURE NAGEUSE AU MONDE. BEN OUI, QUOI...

 

ELLE NE PART PAS FAVORITE.

Une grande expérience pour Rébecca Gensane samedi 8 février
Partager cet article
Repost0
25 décembre 2019 3 25 /12 /décembre /2019 06:17

Nîmes décembre 2019. Un bilan globalement positif pour Rébecca Gensane, avec 2 médailles d'or, une médaille d'argent et une médaille de bronze.

 

Ci-dessous, sa très belle victoire dans le 200 pap.
 

Deux victoires de Rébecca Gensane aux Championnats d'Occitanie
Partager cet article
Repost0
6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 05:30

 

Rébecca Gensane, âgée de 15 ans et citoyenne d'honneur de la ville d'Auch est double championne de France de natation. Elle fêtait ses titres vendredi soir au Salon.


Rébecca Gensane savoure à Auch, la ville où elle est citoyenne d'honneur après un baptême républicain à ses un an, un repos bien mérité. Elle vient de remporter, à force de sérieux et d'entraînement, un titre de double championne de France de natation, dans la catégorie Espoir, soit les moins de 15 ans. Elle avait remporté plus tôt dans l'année le titre de championne de France junior en mars. Un joli triplé.

 

Sa spécialité ? Rébecca est une «demi-fondeuse», à savoir qu'elle excelle dans les 200 et 400 mètres, en quatre nages. Elle remporte ainsi son titre de championne de France de 400 m quatre nages avec son meilleur chrono de tous les temps, soit 4' 57”34. Ce qui lui fait dire qu'elle était «davantage contente de la performance que du titre en lui-même.» Elle remporte aussi la médaille d'argent pour le 200 m papillon.

 

C'est donc un travail quotidien de natation et de préparation physique qui a payé pour la jeune fille. Elle s'entraîne quotidiennement pendant minimum 1 h 30, dans la ville où elle réside, Lyon et suit une préparation physique deux fois par semaine.

 

Pendant ces séances, «on souffre forcément et on apprend à accepter la douleur, être prête pour elle», explique-t-elle. Elle apprend aussi à «améliorer ses mouvements, les parties non nagées, virages et coulées, la nage elle-même…» Mais aussi «les enchaînements de nage, savoir changer et s'adapter le plus rapidement possible à la nage suivante.» Enfin, elle travaille sa «résistance», poussée par son entraîneur Etienne Janiaut, de Lyon Natation Métropole.

 

L'année prochaine, elle poursuivra sa passion en sport-études à Font-Romeu, repérée par l'entraîneur Philippe Schweitzer. «Ça fait plaisir, cela veut dire qu'il a vu un potentiel, forcément ça flatte», confie-t-elle. Elle pourra davantage s'y entraîner et à des horaires qui correspondent aux horaires de compétition.

 

Elle a d'ailleurs déjà fait un premier stage là-bas, sélectionnée avec d'autres jeunes comme vivier olympique. «On nous a dit qu'avec nos chronos, à nos âges, si nous poursuivons sur notre lancée, nous pourrions être aux Jeux Olympiques de 2024.» C'est désormais l'objectif qu'elle poursuit. Rébecca a commencé la natation à 4 ans. Aujourd'hui, elle aime ce sport car «se dépasse physiquement, va chercher le meilleur d'elle-même.» «On est à la fois tout seul, avec la sensation d'êtrLe dans sa bulle et de pouvoir réfléchir, et en même temps on fait de belles rencontres en équipe. Nous devenons parfois adversaires mais jamais ennemis.»

 

Rébecca est arrivée à Auch pour y passer ses vacances, avec ses parents. Sa mère Nathalie y est née et ses grands-parents y résident toujours. Elle apprécie donc de pouvoir «décompresser», ici, entre du temps passé avec ses grands-parents et des séances à Ciné 32.

 

L'accueil réservé au Salon vendredi soir, en présence de Fabrice Elasri, président du Cercle des nageurs auscitains, pour fêter ses victoires n'aura certainement fait que la convaincre qu'Auch est bien le lieu où elle est bien citoyenne d'honneur.

 


Gaëtane Rohr

Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Partager cet article
Repost0