Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2020 4 06 /02 /février /2020 22:37

 

SAMEDI 8 FEVRIER, REBECCA GENSANE NAGE A NICE EN SERIE DU 400 4 N CONTRE KATINKA HOSSZU, LA MEILLEURE NAGEUSE AU MONDE. BEN OUI, QUOI...

 

ELLE NE PART PAS FAVORITE.

Une grande expérience pour Rébecca Gensane samedi 8 février

Partager cet article

Repost0
25 décembre 2019 3 25 /12 /décembre /2019 06:17

Nîmes décembre 2019. Un bilan globalement positif pour Rébecca Gensane, avec 2 médailles d'or, une médaille d'argent et une médaille de bronze.

 

Ci-dessous, sa très belle victoire dans le 200 pap.
 

Deux victoires de Rébecca Gensane aux Championnats d'Occitanie

Partager cet article

Repost0
6 août 2019 2 06 /08 /août /2019 05:30

 

Rébecca Gensane, âgée de 15 ans et citoyenne d'honneur de la ville d'Auch est double championne de France de natation. Elle fêtait ses titres vendredi soir au Salon.


Rébecca Gensane savoure à Auch, la ville où elle est citoyenne d'honneur après un baptême républicain à ses un an, un repos bien mérité. Elle vient de remporter, à force de sérieux et d'entraînement, un titre de double championne de France de natation, dans la catégorie Espoir, soit les moins de 15 ans. Elle avait remporté plus tôt dans l'année le titre de championne de France junior en mars. Un joli triplé.

 

Sa spécialité ? Rébecca est une «demi-fondeuse», à savoir qu'elle excelle dans les 200 et 400 mètres, en quatre nages. Elle remporte ainsi son titre de championne de France de 400 m quatre nages avec son meilleur chrono de tous les temps, soit 4' 57”34. Ce qui lui fait dire qu'elle était «davantage contente de la performance que du titre en lui-même.» Elle remporte aussi la médaille d'argent pour le 200 m papillon.

 

C'est donc un travail quotidien de natation et de préparation physique qui a payé pour la jeune fille. Elle s'entraîne quotidiennement pendant minimum 1 h 30, dans la ville où elle réside, Lyon et suit une préparation physique deux fois par semaine.

 

Pendant ces séances, «on souffre forcément et on apprend à accepter la douleur, être prête pour elle», explique-t-elle. Elle apprend aussi à «améliorer ses mouvements, les parties non nagées, virages et coulées, la nage elle-même…» Mais aussi «les enchaînements de nage, savoir changer et s'adapter le plus rapidement possible à la nage suivante.» Enfin, elle travaille sa «résistance», poussée par son entraîneur Etienne Janiaut, de Lyon Natation Métropole.

 

L'année prochaine, elle poursuivra sa passion en sport-études à Font-Romeu, repérée par l'entraîneur Philippe Schweitzer. «Ça fait plaisir, cela veut dire qu'il a vu un potentiel, forcément ça flatte», confie-t-elle. Elle pourra davantage s'y entraîner et à des horaires qui correspondent aux horaires de compétition.

 

Elle a d'ailleurs déjà fait un premier stage là-bas, sélectionnée avec d'autres jeunes comme vivier olympique. «On nous a dit qu'avec nos chronos, à nos âges, si nous poursuivons sur notre lancée, nous pourrions être aux Jeux Olympiques de 2024.» C'est désormais l'objectif qu'elle poursuit. Rébecca a commencé la natation à 4 ans. Aujourd'hui, elle aime ce sport car «se dépasse physiquement, va chercher le meilleur d'elle-même.» «On est à la fois tout seul, avec la sensation d'êtrLe dans sa bulle et de pouvoir réfléchir, et en même temps on fait de belles rencontres en équipe. Nous devenons parfois adversaires mais jamais ennemis.»

 

Rébecca est arrivée à Auch pour y passer ses vacances, avec ses parents. Sa mère Nathalie y est née et ses grands-parents y résident toujours. Elle apprécie donc de pouvoir «décompresser», ici, entre du temps passé avec ses grands-parents et des séances à Ciné 32.

 

L'accueil réservé au Salon vendredi soir, en présence de Fabrice Elasri, président du Cercle des nageurs auscitains, pour fêter ses victoires n'aura certainement fait que la convaincre qu'Auch est bien le lieu où elle est bien citoyenne d'honneur.

 


Gaëtane Rohr

Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi
Rébecca Gensane interviewée par La Dépêche du Midi

Partager cet article

Repost0
9 juillet 2019 2 09 /07 /juillet /2019 05:22

 

Jusqu’à récemment, les disqualifications au terme d’une épreuve de natation étaient annoncées à la fin de cette épreuve ainsi que le motif de la disqualification.

 

En gros, les nageurs étaient pénalisés pour les raisons suivantes : départ anticipé ou mouvement inopiné sur le plot de départ, rupture de nage pendant la course (ce qui arrivait fréquemment à des jeunes nageurs qui commençaient en papillon et qui terminaient comme ils pouvaient en crawl ou en “petit chien ”), virage incorrect. L’explication de la sanction était donnée immédiatement.

 

Un nouveau règlement a été mis en place : les raisons de la sanction ne sont pas fournies – et encore moins motivées – et l’annonce de la disqualification peut intervenir plusieurs minutes après l’erreur. Les juges peuvent, mais ils n’y sont nullement obligés, donner leurs explications aux entraîneurs. Imaginez un penalty au football décrété en son for intérieur par l’arbitre. Imaginez un panier refusé au basket sans que personne comprenne de quoi il retourne. Imaginez un coureur cycliste obligé de s’arrêter en plein ascension du col de l’Izoard parce que des commissaires en ont décidé ainsi.

 

Je crois que cette bizarrerie a à voir avec une tendance très lourde de notre société qui consiste à refuser tout principe d’autorité. Quand on passe le permis de conduire, on reçoit chez soi le résultat de l’épreuve, tout simplement parce qu’on a vu des candidats casser la figure des inspecteurs car ils avaient échoué. Chaque année, des centaines de professeurs des écoles, du secondaire et même du supérieur sont insultés et molestés par des élèves ou des parents qui donnent systématiquement raison à leurs rejetons. J'en passe et des meilleurs.

 

Je le dis en toute sérénité : la natation n’est pas du tout un milieu de cailleras. L’absence quasi totale d’argent explique largement le respect qui unit les nageurs, les entraîneurs, les parents. Les piscines où se déroulent les compétitions sont des lieux, pour l’instant encore, très civilisés. Ce qui n’est pas le cas des piscines  “ ordinaires ” où l’on entre sans payer, où l'on se poursuit à coups de couteau, où l’on défèque dans l’eau et où l’on s’efforce de défier toutes les règles en vigueur.

 

Je pense que la FFN aurait pu se dispenser de modifier ces règles.

 

 

Sur un règlement de la FFN et l’état de la société française

Partager cet article

Repost0
7 juillet 2019 7 07 /07 /juillet /2019 05:39

Dont le 200 4N et le 400 4N aux championnats d'Auvergne-Rhône-Alpes à Pierrelatte. Il faisait 50 sur les gradins. Une dizaine de nageurs ont fait des malaises et une officielle est restée 2 minutes inanimée.

Partager cet article

Repost0
9 juin 2019 7 09 /06 /juin /2019 05:17

Elle intègrera le groupe dominante 200m et +.

 

C'est une grande joie pour Rébecca, une expérience nouvelle et très stimulante. Des exigences aussi !

Rébecca Gensane admise au Pôle de natation de Font-Romeu

Partager cet article

Repost0
24 mars 2019 7 24 /03 /mars /2019 06:25

 

Pour simplifier, je dirai qu’il y a deux sortes de sport de compétition : là où il y a de l’argent, et là où il n’y en a pas. Dans la première catégorie, où l’on a atteint des sommets depuis une trentaine d’années, ce n’est pas l’argent qui corrompt le sport, c’est la compétition qui détermine les pratiques commerciales et financières. Il n’en a pas toujours été ainsi : dans les années soixante, les enfants d’un gardien de but de la première division du championnat de France de football qui fréquentaient une école dirigée par ma mère étaient boursiers.

 

 

Dans la natation, il n’y a pas ou très peu d’argent. Intrinsèquement, les performances réalisées par les compétiteurs sont inférieures, égales ou supérieures à celles où l’argent coule à flot. L'argent ne stimule ni ne freine. On remarque par parenthèse que, dans les sports sobres, les comportements sont sobres. On n’a jamais vu le vainqueur d’une épreuve de natation bondir hors de l’eau, faire trois fois le tour du bassin en courant et se lancer dans une danse du ventre frénétique. Les plus grands nageurs, du style Manaudou ou Bernard, ont introduit une pratique qui n’a pas été reprise par des nageurs plus jeunes consistant à donner un grand coup de poing dans l’eau après une victoire.

 

 

Cette retenue n’empêche pas des accès de folie. J’en donne deux exemples dont j’ai été témoin. Lors des récents championnats de France junior de Dunkerque, ma fille Rébecca termine troisième dans une épreuve. Dans une finale, la plus mauvaise place est la quatrième, au pied du podium avec la médaille en chocolat. Rébecca devance la quatrième de 9 centièmes de seconde. En gros, une main. Lorsque les nageuses sortent du bassin, la quatrième bouscule méchamment Rébecca qui, bonne pâte (extrêmement surprise car cela ne lui était jamais arrivé), ne réagit pas. On comprend la déception de l'irascible d’autant que les quatre premières nageuses de cette finale devançaient nettement les suivantes. Il y avait donc trois médailles pour quatre compétitrices qui se valaient peu ou prou.

 

 

 

Lors d’un récent championnat de France, j’ai assisté à un débordement plus violent encore. Une des quatre ou cinq meilleures nageuses de France est disqualifiée sans conteste pour une lourde erreur technique. Cette championne d’expérience sait parfaitement ce qu’elle a fait. La disqualification prononcée, elle bondit hors de l’eau et se dirige vers un groupe de juges. Hors d’elle, elle bouscule, sans même s’en rendre compte, un officiel âgé et très enveloppé (les anciens nageurs peuvent être très dodus) qui tombe par terre. La championne n’en reste pas là et invective les juges en leur disant à voix très haute que cette disqualification la barre pour les prochains championnats d’Europe, ce qui privera vraisemblablement la France d’une médaille. Á cet acte de folie, le jury répond par un autre acte de folie : il requalifie l’impétueuse.

 

 

E la nave va…

Quand le sport de compétition rend fou
Quand le sport de compétition rend fou
Quand le sport de compétition rend fou
Quand le sport de compétition rend fou

Partager cet article

Repost0
19 mars 2019 2 19 /03 /mars /2019 06:26

A Dunkerque, la compétition fut rude, de très haut niveau. Rébecca en est revenue avec une médaille d'or et deux médailles de bronze.

 

Elle termina 5ème du 100 dos, améliorant sa meilleure performance d'une seconde (1 06 82). Elle ne parvint malheureusement pas à passer sous la barre de la minute sur 100 NL, une performance déjà réalisée à plusieurs reprises, se contentant d'une qualification en finale B.

 

Elle termina 3ème du 200 Pap en améliorant sa meilleure performance de 4 secondes (2 22 51).

 

 

Elle remporta la finale du 200 4 nages en 2 21 02. Rébecca reste invaincue dans cette distance, en France, par toute nageuse de son âge. Á noter que la victoire fut plus difficile que l'année dernière à Rennes. Rébecca réalise la quatrième performance de tous les temps, derrière Charlotte Bonnet et la regrettée Camille Muffat.

 

 

Enfin, dans la 400 4N, Rébecca dut se contenter de la troisième place mais elle améliora nettement sa meilleure performance en passant sous la barre des 5 minutes (4 59 44 contre 5 07 68). L'épreuve fut exceptionnelle puisque les trois meilleures nageuses “ junior 1 ” (14-15 ans) firent mieux que le podium “ junior 2 ” (16-17 ans). Rébecca réalise la 6ème performance de tous les temps.

 

 

Ce bilan, elle ne le doit qu'à elle même, à son travail très rigoureux, à son implication et à ses qualités sportives et humaines. Je tiens néanmoins à saluer l'équipe de Lyon Natation Métropole qui l'encadre depuis bientôt six ans, plus particulièrement Étienne Janiaud qui l'entraîne depuis un an et demi.

Championnats de France Junior de natation : le très bon bilan de Rébecca Gensane
Championnats de France Junior de natation : le très bon bilan de Rébecca Gensane
Championnats de France Junior de natation : le très bon bilan de Rébecca Gensane

Partager cet article

Repost0
22 février 2019 5 22 /02 /février /2019 06:21

 

 

Emmanuelle Gave est une des nouvelles têtes pensantes de la droite dure, extrême, ultra-libérale. Elle est la fille d’un financier qui estime que Jésus était un authentique libéral et qui est parti s’installer à Londres (« Ici, Londres ! ») au lendemain de l’élection de François Mitterrand car il refusait de vivre dans un pays gouverné par les communistes.

 

De temps en temps, Emmanuelle lâche une perle du style « les musulmanes sont quasi inemployables en tant qu'employées de maison », mais c’est quand elle parle de natation que je la préfère. En juillet dernier, elle nous proposa une analyse rigoureuse selon laquelle les Noirs ne brillent pas en natation car « c'est une question de densité musculaires. Ils ont très peu de masse grasse, donc beaucoup de muscle, ce qui, du coup, leste et fait mal nager. »

 

Sinistre mégère ! Aujourd’hui, le meilleur nageur français est un Noir du nom de Mehdi Metella. Sa sœur, Malia fut médaillée olympique et plusieurs fois championne d’Europe (tout comme la Martiniquaise Coralie Balmy). Ils ont tout deux vécu dans une réelle pauvreté avant d’atteindre le firmament.


 

Lorsqu’on fréquente les bassins, on sait qu’il y a d’autres Noirs, tapis dans l’ombre forcément, qui vont nous étonner dans les années qui viennent.

 

Emmanuelle est allée si loin dans son mépris de ce qui n’est pas de son monde que Dupont-Aignan l’a virée  de sa liste pour les Européennes. Je me suis laissé dire que ce fut un crève-cœur pour lui car le père Gave devait concourir pour une bonne part au financement de cette liste.

Emmanuelle Gave ne connaît pas Mehdi Metella
Emmanuelle Gave ne connaît pas Mehdi Metella

Pour ne citer qu’un autre exemple, un des rares nageurs français à avoir tenu tête à Florent Manaudou sur 50 NL s’appelait Nosy Pélagie, lui aussi noir … et lyonnais. Et puisqu'on est chez les Lyonnais, la meilleure sprinteuse du club où nage ma fille est noire.

Emmanuelle Gave ne connaît pas Mehdi Metella

Partager cet article

Repost0
14 février 2019 4 14 /02 /février /2019 06:30

Comme chaque année, le Comité départemental olympique du Rhône a distingué plusieurs dizaines de sportifs méritants (champions de France, champions d'Europe, champions du monde) et dirigeants bénévoles de club.

 

Rébecca Gensane fut récompensée avec deux autres nageurs champions de France. Ce fut très émouvant. Je n'imaginais pas que le département pût compter autant de sportifs de très haut niveau et de dirigeants autant impliqués. Mais, comme me le fait remarquer un Lyonnais d'adoption, comme moi, les Rhôdaniens ne sont pas que des mangeurs de tablier-de-sapeur et des buveurs de Beaujolais. Bref, dans certains sports un peu confidentiels mais où des jeunes du département brillent, vous avez des clubs qui ne tiennent que par deux, quand ce n'est pas une, personnes.

 

Dire que le banquier met des bâtons dans les roues de tous ces gens magnifiquement dévoués à la cause du sport (subventions en baisse, postes d'officiel supprimés etc.) est faible, surtout dans la perspective des JO de Paris dans 5 ans.

Très belle récompense pour Rébecca Gensane
Très belle récompense pour Rébecca Gensane
Très belle récompense pour Rébecca Gensane
Très belle récompense pour Rébecca Gensane

Partager cet article

Repost0