Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2021 5 24 /09 /septembre /2021 05:21
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus
Mariages incongrus

Partager cet article
Repost0
20 septembre 2021 1 20 /09 /septembre /2021 14:34
Ce lundi 21 septembre, journal de France 2. Reportage sur les 20 ans de la catastrophe d’AZF. A 900 mètres de l’usine (classée Seveso), l’école maternelle et primaire des Oustalous. École de Raphaëlle et Rébecca quelques années après le drame. Interview de Jean-Philippe Bertomeu (le meilleur instit’ que Rébecca a eu). 20 ans après, il ne s’en est toujours pas remis. Sa relation des faits est bouleversante. A côté de lui, pendant l’entretien, une jeune femme. Un poignard de verre lui est entré dans le crâne au moment de l’explosion. Elle avait 4 ans. Par miracle, aucun enfant de l’école n’a succombé à ses blessures.
Des personnels en poste il y a 20 ans, Jean-Philippe est le seul à être resté dans cette école.
Le JT ici. Le reportage commence après 17'30.
La catastrophe d'AZF et l'instituteur de Rébecca
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2021 4 16 /09 /septembre /2021 05:29

 

 

EPIDÉMIOLOGIE DU SARS-COV-2 DANS UNE POPULATION VACCINÉE ET IMPLICATIONS POUR LE CONTRÔLE D’UN REBOND AUTOMNAL

 

Dernière mise à jour le 6 septembre 2021

 

En juin 2021, nous avions étudié comment la vaccination partielle de la population française pourrait changer l’épidémiologie du SARS-CoV-2 et avions exploré les implications pour le contrôle d’un possible rebond épidémique durant l’automne 2021. Nous présentons une mise à jour de ce travail prenant notamment en compte les changements suivants :

  1. La couverture vaccinale a atteint des niveaux supérieurs aux hypothèses faites en juin ;
  2. Les dynamiques observées cet été ont confirmé la très haute transmissibilité du variant Delta ;
  3. De nouvelles données suggèrent que, même si les vaccins restent très efficaces contre les formes sévères, la protection vaccinale contre l’infection diminue pour le variant Delta.
  4. Le variant Delta donne lieu à des formes plus sévères.
     

Dans notre nouveau scénario de référence, nous faisons l’hypothèse que le nombre de reproduction de base R0 est égal à 5 (contre R0=4 dans l’analyse de juin), que le risque d’hospitalisation augmente de 50% pour les personnes infectées par le variant Delta et que la vaccination diminue le risque d’infection de 60% pour le variant Delta (contre 80% dans l’analyse de juin). Par ailleurs, nous faisons l’hypothèse d’une couverture vaccinale de 70% chez les 12-17 ans, 80% chez les 18-59 ans et 90% chez les plus de 60 ans (contre 30%-70%-90% dans l’analyse de juin). Nous continuons à faire l’hypothèse que la vaccination réduit le risque d’hospitalisation de 95% et le risque de transmission si une personne vaccinée est infectée de 50%.
 

Les principaux résultats de l’étude sont que :

  • Les adultes non-vaccinés contribuent de façon importante à la pression sur l’hôpital. Dans notre scénario de référence, les personnes non-vaccinées de plus de 60 ans représentent 3% de la population mais 43% des hospitalisations. Il est essentiel que la couverture vaccinale chez les plus fragiles soit aussi haute que possible.
  •  
  • Les personnes non-vaccinées contribuent de façon disproportionnée à la transmission. Des mesures de contrôle ciblant cette population pourraient maximiser le contrôle de l’épidémie tout en minimisant l’impact sociétal par rapport à des mesures non ciblées.
  •  
  • Avec le variant Delta, les personnes vaccinées sont moins bien protégées contre l’infection, même si la protection reste très élevée contre les formes graves. Par ailleurs, plus la population est vaccinée, plus la proportion de vaccinés parmi les cas augmente. Dans notre scénario de référence, on s’attend à ce qu’à peu près la moitié des infections aient lieu chez des personnes vaccinées (alors que ce groupe représente plus de 70% de la population). Il est donc important que les personnes vaccinées continuent à respecter les gestes barrières et porter un masque pour se protéger de l’infection et éviter de contaminer leurs proches.
  •  
  • Nous nous attendons à ce qu’un tiers des infections ait lieu chez les enfants et adolescents (contre près de la moitié dans nos estimations de juin). Ceci tient à la part relative plus importante des infections chez les adultes du fait de la baisse de l’efficacité vaccinale contre l’infection avec le variant delta, et à la proportion plus élevée d’adolescents qui se sont vaccinés comparativement aux hypothèses de la simulation de juin.
  •  
  • Etant donné les caractéristiques du variant Delta, l’arrêt de toutes mesures de contrôle pourrait conduire à un stress important sur le système de santé. Il est donc important que les efforts actuels pour limiter la transmission soient maintenus. Grâce à la vaccination, l’intensité des mesures nécessaires pour que les hospitalisations restent à des niveaux gérables devrait être moindre que ce qu’il fallait avant la campagne de vaccination. Alors que les confinements en 2020 ont réduit les taux de transmission de 70-80%, des réductions de 20-30% pourraient maintenant suffire pour fortement réduire l’impact sur le système de santé. Ces réductions pourraient potentiellement être obtenues en appliquant les gestes barrières, le port du masque, un certain degré de distanciation physique, le Tester-Tracer-Isoler et le pass sanitaire. Par ailleurs, l’augmentation de la couverture vaccinale peut également réduire l’impact sanitaire du SARS-CoV-2. Il faut rester vigilant face à toute dégradation de la situation.

 

Pour en savoir plus :

  • Analyse de Septembre: Paolo Bosetti, Cécile Tran Kiem, Alessio Andronico, Vittoria Colizza, Yazdan Yazdanpanah, Arnaud Fontanet, Daniel Benamouzig, Simon Cauchemez Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially vaccinated populations: a modeling study applied to FranceHAL Pasteur (Septembre 2021) https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-03272638v2 ou en cliquant ici
  •  
  • Analyse de Juin: Paolo Bosetti, Cécile Tran Kiem, Alessio Andronico, Vittoria Colizza, Yazdan Yazdanpanah, Arnaud Fontanet, Daniel Benamouzig, Simon Cauchemez Epidemiology and control of SARS-CoV-2 epidemics in partially vaccinated populations: a modeling study applied to FranceHAL Pasteur (Juin 2021) https://hal-pasteur.archives-ouvertes.fr/pasteur-03272638v1 ou en cliquant ici
COVID : une analyse importante de l'Institut Pasteur
Partager cet article
Repost0
19 août 2021 4 19 /08 /août /2021 05:06

D'après Le Figaro, l'État français s'est allié au géant du numérique américain Google pour vérifier si les piscines construites par les particuliers sont bien déclarées et soumises à imposition.


Les grosses chaleurs de l'été enfin au rendez-vous, il peut être agréable de se prélasser dans sa piscine. Allongé sur vos bouées gonflables, profitez-en pour jeter un coup d'œil dans le ciel. Car on vous observe peut-être. Le trait est forcé, mais l'idée principale est là. Afin de pallier au manque à gagner fiscal des piscines non déclarées, l'État français a décidé de faire appel à Google et à ses outils technologiques pour traquer les fraudeurs. Dans le Figaro, la Direction générale des finances publiques (DGFiP) s'explique sur la technique utilisée. Technique qui va "recourir aux technologies innovantes d'intelligence artificielle et de big data pour garantir une meilleure fiabilité des bases de la fiscalité directe locale à partir des prises de vues aériennes de l'Institut national de l'information géographique et forestière (IGN)".


 Des algorithmes seront ensuite utilisés pour identifier, depuis ces prises de vues, la propriété avec piscine et vérifier si elle est "correctement [imposée] aux impôts directs locaux (taxe foncière notamment) ". Si ce n'est pas le cas, "le propriétaire du bien est invité à régulariser sa situation ", indique la DGFiP au quotidien. Pour rappel, on peut lire sur le site impot.gouv.fr que toute piscine qui n'est pas déplaçable sans être démontée "constitue un élément d'agrément bâti formant une dépendance qui doit être prise en compte pour l'établissement de la Taxe d'habitation et de la Taxe foncière "
La question des données privées


L'entreprise Google rappelle au Figaro qu'elle ne fournira que les outils au fisc français. Des outils qui ont « fait non seulement l'objet d'une appropriation par les équipes de la DGFiP, mais cette dernière acquiert également la propriété intellectuelle et la pleine maîtrise des modèles algorithmiques développés ». La DGFIP assure aussi que seules les photos utilisées pour les piscines feront " l'objet d'un traitement sur le cloud "

Flicage et capitalisme : sus aux piscines privées !
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 05:12

Mon vieil ami Benoit Vitse a récemment raconté dans son blog une séance de signatures dont il fut le héros.

J'étais assis avec mes livres sur la petite table en bois et j'attendais. A la Maison de la Presse on ne se pressait pas. Comme je n'avais pas trop de clients, la direction m'apporta gentiment un café. Devant moi s'étalait en grosses lettres la une du journal local : « Il porte plainte contre Léon le paon ». Et en page 3 : « Un habitant veut faire taire Léon ; les propriétaires du paon contre-attaquent. » Certes on comprend l'émotion que peut susciter un tel événement, mais j'étais quand même surpris de constater que le journal se vendait vite, au point qu'il a fallu rapidement réapprovisionner le casier. 

 

Un monsieur, me voyant si seul, face à tous ces titres de la presse, vient me voir.

 

  • C'est vous que vous l'avez écrit ?

  •  

  • Oui, enfin celui-là, oui. L'autre, je l'ai traduit.

  •  

  • Moi, des livres, j'en ai sur ma table de nuit que je sais plus où mettre ma lampe. Alors, je vais pas en reprendre encore, vous comprenez.

  •  

  • Je comprends.

  •  

« On ne peut pas mettre une ficelle autour du bec de Léon ; ce n'est pas possible, on est à la campagne ! »

 

« Je vous rappelle que le paon est un animal exotique, qu'il vit dans les forêts d'Asie du sud, en Inde et au Sri Lanka et qu'il n'a pas sa place dans une ferme ou une basse-cour française. »

 

De mon côté, j'ai tout de même eu la visite de quelques acheteurs de mon bouquin, qui sont repartis avec leurs dédicaces. Je me suis appliqué. J'ai soigné mes premières dédicaces. J'étais plus impressionnés que les gens qui m'achetaient le livre. 

 

Une dame est venue me trouver, me croyant vendeur du magasin, pour me demander si je savais pourquoi la semaine précédente il n'y avait pas le programme-télé dans le Courrier Picard. Franchement, je n'en savais rien et j'en étais désolé. 

 

  • Bon, je vous demander à la vendeuse là-bas, elle a l'air plus dégourdie.

  •  

« La nuit, il braille tout le temps, toutes les sept minutes, j'ai calculé. Dès que les jours augmentent, en mars-avril, il gueule tout le temps et il se calme au début de l'été. »

 

« La nuit, c'est uniquement le temps de l'accouplement, jusqu'au 21 juin. Et puis, il crie un coup et c'est tout. Il crie aussi quand une voiture passe, mais c'est nettement moins pénible qu'un chien qui aboie sans arrêts ! »

 

  • Vous pouvez me faire une dédicace qui ne serait pas pour moi ?

  •  

  • Bien sûr.

  •  

  • C'est pour un copain, Lucien. Lui, il ne viendrait pas, alors j'y vais pour lui. Parce que moi, je ne lis pas et lui, il ne se déplace pas, alors on se débrouille. 

  •  

  • « A Lucien, avec toute ma sympathie pour ce lointain lecteur ».

  •  

« Les sons et les odeurs font désormais partie du patrimoine commun de la nation, au cas où vous ne sauriez pas. Et puis, à part lui, j'ai tout le village avec moi. »

 

« Je serai peut-être appelé à le faire abattre, pas par moi, mais par un ami chasseur. Et qu'on ne me dise pas que je n'ai pas le droit, je suis justement dans mon droit. »

 

« Quand on n'aime pas les bruits de la campagne, on va ailleurs. »

 

« C'est faux que je n'aime pas la campagne, c'est moi qui a décidé de vivre ici. Mais pour moi la campagne, c'est le calme. »

 

Ma petite entreprise, à côté de ces grands drames passionnels, n'a pas connu la crise néanmoins : j'ai vendu cinq livres, ce qui n'est pas si mal pour un débutant. Et au moment où je remballais et qu'on vendait les 253ème exemplaires du type qui porte plainte contre Léon, une femme élégante se précipite vers moi :

 

  • Ma copine a acheté ce livre, je le veux absolument.

  •  

  • Mais madame, le client est roi. 

  •  

Et je suis sorti de la Maison de la Presse en me pavanant comme un paon.

 

Une séance de signatures dans une librairie de Beauvais
Partager cet article
Repost0
14 juillet 2021 3 14 /07 /juillet /2021 05:16

C'est au Xinjiang, en 2016. Je demande à ces dames si je peux les photographier, puis j'oublie la photo parmi des dizaines d'autres. Or, que nous dit-elle ?

 

- Les Ouïghoures vont se boire un thé et manger des gâteaux, sans les hommes.

 

- Elles sont décontractées, rieuses, un peu moqueuses.

 

- Elles ont des habits colorés, diversifiés. Elles ont une coiffe traditionnelle, ou un foulard discret ou rien sur la tête.

 

- Elles sont 6 et on voit 5 Smartphones, le sixième est caché, mais on aperçoit le fil du rechargement. 

 

ET MAINTENANT,  EN 2025 OU 2030 : SUPPOSONS QUE LES "FREE OUÏGHOURS"' CONTRE QUI JE BATAILLE ONT GAGNE :

 

-Elles n'ont plus le droit d'aller au café ou au salon de thé.

 

- Elles n'ont pas de portable.

 

- Si elles sortent de chez elles, c'est accompagné d'un homme. Elles sont en Burka. Elles ne rient pas de toutes leurs dents à un étranger. Elles sont déjà arrière-grand-mères.

 

- La moitié de la population (les femmes), ouïghoures ou pas, est écrasée par la charia, par la loi des hommes, par les fanatiques religieux.

 

C'EST CEL A QUI SE JOUE ET JE SUIS FIER DE  L'AVOIR VU ET HURLE dans un livre, un peu seul, assez incompris, beaucoup diffamé, traîné dans la boue par les médias (jusqu'à me dire "rouge-brun" =nazi).  

Mais j'ai fait ce que je devais et "la historia me absolvera".

 

Et tant pis pour ceux qui croient au génocide, aux viols, aux stérilisations, aux prélèvements d'organes sur les enfants, à l'esclavage dans les champs de coton et qui ont cru aux ADM de Saddam Hussein.

Quand Maxime Vivas faisait le joli-cœur avec des dames Ouïghoures
Partager cet article
Repost0
8 juillet 2021 4 08 /07 /juillet /2021 05:09

 

 

Pour la première fois de ma vie, j’ai assisté à une rixe, brève mais très violente, au pied de la Cité administrative de Lyon, au petit matin.

 

Á 10 mètres de moi, quatre jeunes hommes de type somalien ou éthiopien, discutaient de manière véhémente dans leur langue. Les quatre étaient armés d’un couteau. Soudain, six autres individus, arrivant de nulle part, également armés d’un couteau, se jetèrent sur eux. Les échanges furent brefs, quelques coups de couteaux parvinrent à destination, un peu de sang fut répandu, l’un des jeunes hommes s’écroula par terre et fut frappé violemment à la tête à coups de pied par l'un des ses adversaires. J’ai encore dans l’oreille le bruit sourd du choc d’une chaussure contre une figure. Heureusement, je ne les intéressais nullement, pas plus que deux ou trois Lyonnais qui attendaient leur autobus.

 

La rixe cessa aussi rapidement qu’elle avait commencé. Les deux camps se séparèrent. Quelques secondes plus tard, un individu arriva rapidement à scooter sur le trottoir en me frôlant et balança ce qui me sembla être de l’eau de Javel à la figure d’un de ses antagonistes qui hurla. Il disparut aux commandes de son engin, vraisemblablement “ emprunté ”, à moins que le RSA ait été fortement augmenté récemment.

 

Je n’ai naturellement rien compris aux enjeux de cette rixe qui a duré au maximum dix secondes, même si les combattants s’invectivaient en français, ce qui signifiait qu’ils n’étaient pas de la même origine.

 

Les pouvoirs publics, certains média bien-pensants et, naturellement, l’Union européenne, nous apitoient régulièrement sur le sort de « mineurs », perdus en Europe et qu’il convient de protéger. Pour 90%, il ne s’agit pas de mineurs. Je peux assurer qu’au métro Guillotière, l’âge moyen de la faune qui se livre à des trafics en tous genres est largement de 35 ans. Nous avons affaire à des centaines de milliers d’hommes, généralement seuls, qui tentent leur chance en Europe sans la trouver et qui tombent très vite dans la violence, l’illégalité, la marginalité. Un conseiller de l’ancienne municipalité me disait il y a quelques années que le nombre d’individus d’origine extra-communautaire en situation illégale dans le Grand Lyon devait avoisiner les 100 000. 10 000 d’entre eux avaient sombré dans la délinquance.

 

Je viens d’en croiser une dizaine.

 

Rue Garibaldi, Lyon, 6h30 du matin
Partager cet article
Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 04:59

Enfin ! la rencontre au sommet entre Stéphane Riand et Bernard Gensane a eu lieu. Cette rencontre gastronomique (forcément) me permit de dire à Stéphane que son site l'1dex, auquel je collabore depuis 10 ans – peutaing 10 ans !, est progressiste, éclectique et de qualité, et de constater pour la nième fois que, autant les Suisses ont une connaissance approfondie de la France et des Français, autant ceux-ci ne leur rendent pas la pareille.

 

Je reprends ici un texte écrit en 2017 en l'honneur de ce site.

 

Depuis plusieurs années, je suis le blog L’1Dex, pour un Valais critique et libertaire de Stéphane et Béatrice Riand, deux citoyens valaisans qui me font le plaisir et l’honneur de reprendre nombre de mes rubriques. Stéphane est avocat et sa femme professeur de littérature et de psychologie de formation. Ils auraient beaucoup plu à leur presque voisin Voltaire : deux esprits libres et originaux. Le Valais est un des cantons sud de la Suisse. Sa capitale est Sion (35 000 habitants). 

 

Ils se sont lancés dans une entreprise très ambitieuse : la réalisation d’un magazine papier, dont j’ai sous les yeux la première mouture de 270 pages. Un deuxième numéro sortira en décembre 2017.

 

Le Valais et ses 300 000 habitants s’expriment magnifiquement dans cette publication. Et ce, sans même un article sur les coucous suisses ou le cul propre des vaches helvétiques.

 

Culture, gastronomie, santé, politique, justice, géopolitique, sans oublier d’heureuses facéties (les valais’âneries ou un succulent article, “Autant en emporte le vent”, sur le pet et la vesse), tous ces thèmes nous disent en creux que le monde (et donc le Valais) est plein de gens qui ont des choses à dire, profondes, pensées. 53 Valaisans qui se sont retroussés les manches pour créer une plateforme intellectuelle. Voir, par exemple, une série d’articles très originaux sur la Catalogne. C’est cela la culture, vivante et qui s’inscrit dans le temps long, le contraire de Twitter. J’ai bien aimé ce que le journaliste valaisan André Crettenand, directeur de l’information de TV5 Monde, explique dans son édito introductif : « Des rêveurs enthousiastes parient sur la parole écrite. […] On est vite débordé par le foisonnement des idées et des concepts. […] Il n’y a pas de mal à rêver l’avenir. […] Les hauteurs nous ont donné le goût de l’excellence. Et trop souvent inspiré une modestie contrainte. Le projet de l’1Dex Mag donne à voir une multitude de talents. Sans aucun complexe. Et leur assemblage dans cette revue qui a tout de l’essai générera un sentiment de fierté et beaucoup de plaisir. »

 

Si vous ne vivez pas à côté d’un kiosque suisse, vous pouvez commander le Mag ici :  mag@1dex.ch

 

Post Scriptum de L’1Dex : un grand merci à Bernard Gensane, le Lyonnais, pour son texte. Il nous a fait chaud au coeur !

Stéphane Riand, Bernard Gensane : enfin la rencontre au sommet !

Je suis en déplacement quelques jours. Mais le blog continue tout seul comme un grand.

Partager cet article
Repost0
24 juin 2021 4 24 /06 /juin /2021 05:17

Repris du site La Sellette

 

Toulouse, chambre des comparutions immédiates, octobre 2020

 

Un Tunisien à peine majeur comparaît dans le box. Au cours d’un contrôle d’identité, les policiers se rendent compte qu’il est sous le coup d’une interdiction du territoire national de cinq ans. Il aurait dû être expulsé à la suite de son passage au centre de rétention administrative.

 

La présidente lit d’une voix morne son casier judiciaire : trois mois de prison pour vente de stupéfiants ; vol aggravé ; violence à l’entrée d’un local administratif. Pour le reste – sa vie, ses projets, la personne qu’il est, toutes ces choses paraît-il nécessaires à la personnalisation de la peine –, on saura seulement qu’il travaille au noir dans le bâtiment et qu’il vit en squat. L’enquête de personnalité « ne révèle pas grand-chose », pour ne pas dire rien.

 

L’interprète traduit les explications du prévenu – elles sont fort brèves : à sa sortie de prison, le confinement l’a empêché d’organiser son départ. Par sa voix, il supplie la présidente de lui accorder les deux jours dont il a besoin pour récupérer son passeport et préparer son retour en Tunisie. Dans un dernier effort pour faire comprendre sa situation, il conclut lui-même en français : « Ça fait trois jours que je n’ai pas mangé. » La présidente note, placide : « Il a reconnu, donc. »

 

Le procureur demande six mois de prison avec maintien en détention.

 

La défense non plus n’a pas envie d’y passer la nuit : elle se borne à signaler qu’« il ne faut pas ajouter de la misère à une situation déjà misérable » et s’en remet platement au tribunal « pour ne pas alourdir outre mesure le casier de ce garçon ».

 

Les juges délibèrent en un éclair : cinq mois de prison et maintien en détention. Rondement menée, l’audience a duré dix minutes : deux minutes par mois de prison.

Chronique de la Justice ordinaire
Partager cet article
Repost0
29 mai 2021 6 29 /05 /mai /2021 05:02

 

Le gouvernement du banquier éborgneur est en train de définir des zones à faibles émissions (ZFE) dans toutes les agglomérations de 150 000 habitants et plus. Les voitures qui n’entreront pas dans la norme devront rester au garage, y compris les diesels produits en 2021.

 

Une Zone à faibles émissions (ZFE), aussi appelée Zone à circulation restreinte (ZCR) est un un périmètre défini sur un territoire précis, dans lequel la circulation des véhicules les plus polluants est limitée ou interdite sur "des plages horaires déterminées", selon le ministère de la Transition écologique et solidaire. Concrètement, dans une ZFE, les véhicules sont différenciés en fonction de leur niveau d'émissions de polluants atmosphériques. Les ZFE reposent sur le système des vignettes Crit'Air. Seules quelques villes ont mis en place une ZFE en France à l'heure actuelle.

 

Cette différentiation existe déjà : depuis le 1er juillet 2017, la Préfecture de Grenoble en Isère a mis en place le dispositif « Certificat Qualité de l'Air » (CAQ). Aujourd'hui, la vignette crit air Grenoble, est obligatoire pour circuler dans la métropole de Haute Savoie. Outre Grenoble, trois collectivités ont institué des ZFE-m en France :

 

     la Métropole de Lyon ;

     la Ville de Paris ;

     la Métropole du Grand Paris.

 

7 nouvelles ZFE-m devront obligatoirement être instaurées dans notre pays :

 

  • Métropole d’Aix-Marseille-Provence ;
  • Métropole Nice-Côte d’Azur ;
  • Métropole Toulon-Provence-Méditerranée ;
  • Toulouse Métropole ;
  • Montpellier-Méditerranée Métropole ;
  • Eurométropole de Strasbourg ;
  • Métropole Rouen-Normandie.
  •  

Vous êtes invités ce soir à manger chez des amis dans une ville où il n’y a pas de métro et où les bus s’arrêtent à 23 heures : allez-y à pied, cela vous fera le plus grand bien. Vous voulez conduire un enfant en urgence à l’hôpital alors qu’il est minuit ? Attendez demain ! Si vous voulez forcer le destin – ou si vous avez fait une erreur d’itinéraire – sachez que vous serez vite repéré par une camera de vidéo-verbalisation (il y en aura des dizaines de milliers installés pour un prix faramineux).

 

Les assignés à résidence seront les automobilistes les plus modestes, ainsi que des commerçants ou des artisans. Les Porsche Cayenne de 2021 pourront continuer de rouler, mais pas les Laguna de 2010, alors que celles-ci émettent deux fois moins de CO2 que celles-là.

 

Il va falloir envoyer à la casse des millions de voitures en bon état et faire l’achat de véhicules tout électriques, l’électricité étant produite, chacun le sait, par l’opération du saint-Esprit et non dans des centrales nucléaires ou grâce à des dizaines de milliers d’éoliennes qui sont en train de défigurer nos paysages pour des générations.

 

PS : Au fait, en 2024, toutes nos voitures devront être munies d'une boîte noire. Pour notre sécurité et notre bien-être naturellement.

 

Interdire l’usage de l’automobile à 40% de Français
Partager cet article
Repost0