Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 avril 2019 4 18 /04 /avril /2019 05:23

 

Juan Branco est l’un de nos rares auteurs radicalement de gauche. Il explique ici comment l’oligarchie française a tenté de lui mettre des bâtons dans les roues suite à la publication de son livre Crépuscule :

 

 

« La première tentative d'éviction de l'espace social bourgeois, "l'enquête" de l'Expressqui, suivant de quelques jours mon signalement par le pouvoir auprès de la justice, avait plongé dans les tréfonds de mon adolescence pour tenter de m'éliminer, n'avait rien donné.

 

Alors sont venues les salissures pures et dures. Après l'accusation en homophobie, puis celle encore plus risible de néofascisme, on a basculé sur la question de l'intégrité personnelle, ironisant sur le RSA, harcelant pour alimenter l'excitation, multipliant les rumeurs infondées.

 

Cela aurait pu suffire dans l'ancien monde, effrayant les grands éditeurs parisiens, de Laffont à Fayard (dont on appréciera la dernière compromission avec Emelien, et ce plan comm' délirant organisé avec Lagardère... pour rien). Mais cela n'a, cette fois, pas suffit.

 

A l'Elysée, d'où proviennent en fait ces rumeurs, l'heure est à la machination. La stratégie d'étouffement ne prenant pas, les faux comptes créés pour me harceler restant sans effet (coucou @winniah), le conseiller presse de Macron, commence à s'énerver. 

 

Leur obsession, s'assurer que l'ouvrage ne pénètre pas l'espace social bourgeois, quitte pour cela à tout détruire, commence à vaciller. La technique qui, depuis des décennies fonctionnait, l'omerta médiatique accompagnée de campagnes de dénigrement, se prend un mur violent.

 

Les chiffres parlent d'eux-mêmes: le livre est un carton. L'ouvrage, enfin publié, arrive à point nommé pour faire jonction entre ceux qui ne supportaient plus d'être instrumentalisés et ceux qui sont enfin prêts à leur donner les clefs. »

 

 


 

La vie sous le banquier éborgneur (7)

 

C’est la fin d’une courte aventure à l’école élémentaire Georges Valbon de Bobigny. Ouverte à la rentrée 2014, la seule classe bilingue en langue des signes française - français écrit fermera ses portes en juin, sur décision de l’Education nationale. Cette classe bilingue LSF étant la seule du département, les familles seront contraintes de s’exiler pour permettre à leur progéniture de poursuivre leur scolarité.

 

 

 

Le constat est sans appel. La France est coupable de violations des droits de l’homme dans sa gestion des sans-abri, a déclaré, ce vendredi 12 avril, la rapporteuse spéciale de l’ONU sur le droit au logement, Leilani Farha, lors d’une conférence de presse. A l’issue d’une visite de dix jours en France, au cours de laquelle cette juriste canadienne a visité de nombreux campements, squats et logements insalubres, la représentante de l’ONU dresse un bilan sévère de l’état du droit au logement en France :

 

« En France, le système est tel que de nombreuses personnes n’ont même pas accès aux services d’hébergement d’urgence les plus basiques. »

 

 

L’infirmière secouriste Marion Dietrich a été rouée de coups lors d’une manifestation. Elle témoigne : 

«  Un policier m’amis à terre et m'a donné plusieurs coups de pied dans le dos et le ventre, puis j'ai reçu un coup sur le visage. Puis j'ai ressenti une très vive douleur derrière le crâne qui m'a fait tomber à terre, complètement sonnée. Le policier qui me frappait m'a attrapé par mon sac, et m'a traîné au sol alors que j’étais presque inconsciente. Il m'a jetée à terre en dehors du cordon de sécurité qu'avait formé ses collègues autour de nous... 


J'ai immédiatement été mise en sécurité par les gilets jaunes, et pris en charge par d'autres équipes de secouristes (j’en profite pour encore les remercier), on m'a emmenée au Quick (qui avait accepté de servir de QG des secouristes, merci à eux également). Je ressentais une vive douleur dans le dos, ma tête allait exploser, j'ai perdu connaissance quelques minutes, puis j’ai été prise en charge par les pompiers qui m'ont emmené aux urgences.


Au bilan, multiples contusions dans le dos et au ventre, fracture du nez, traumatisme crânien avec contusion cérébrale, plaie au crâne recousue. Plus de peur que de mal, mais un certains traumatisme d'avoir été tabassé de cette façon par des forces de l'ordre, alors que je n'avais absolument rien fait, que j'étais identifiée secouriste, et que j'étais au sol incapable de me défendre face à cet agent. »

 

 

PS : Je pars quelques jours mais le blog continue tout seul !

 

 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
10 avril 2019 3 10 /04 /avril /2019 05:26

Le 29 mars dernier, dans le quartier de Montaigu à Melun une fillette avait été blessée

de 2 tirs de flash-ball par des policiers qui tentaient de disperser un attroupement

hostile. Deux mois après,l’enquête de police confiée à la sûreté départementale est

bouclée et la procureure de Melun a classé le dossier sans suite. Le sort de cette jeune

victime, élève de CM2, vient rejoindre celui des multiples victimes des tirs de flash-ball,

blessées une 2ème fois par la justice après l’avoir été par la police.

 

 

 

Vers 20 heures, alors qu’elle revenait tranquillement de chez une copine, la fillette

a été frappée de deux tirs successifs de flash-ball. L’un l’a touchée à la jambe et

l’autre dans le dos. Sa grande sœur de 14 ans qui l’accompagnait raconte :

« J’ai vu plein de fumées et j’ai commencé à courir avec ma petite sœur,

qui a commencé à se plaindre d’avoir mal. Elle est devenue toute bleue et toute violette. ».

En raison de ses blessures, elle a subi 21 jours d’incapacité totale. Mais là ne s’arrête

pas le préjudice. Sa mère qui a porté plainte explique que depuis ce jour-là,

sa fille « fait des cauchemars toutes les nuits et qu’elle doit la conduire chez le psychologue ».

« C’est une affaire qu’on suit de très près », « Les policiers et la famille de la

victime vont être entendus » avait assuré la procureuse de Melun, Béatrice

Angelelli. Aujourd’hui, le « verdict »est tombé : classement sans suite. Un nouveau coup

très lourd porté à la fillette et à sa famille quand on sait le rôle que joue

dans la reconstruction psychologique la reconnaissance du statut de « victime ».

Cette issue de l’enquête n’a cependant rien de rare. Déjà en2014, Mediapart 

avait réalisé unrecensement des ravages causés par les tirs de flash-ball et de

l’impunité qui en résulte dans la plupart des cas, qu’il s’agisse de « bavures »

ou d’intention volontaire : « Selon notre décompte, depuis 2004, plus d’une

trentaine de personnes ont été grièvement blessées par des lanceurs de balle

de défense en France. Parmi elles, quatorze ont perdu un œil. Et un homme

est décédé à Marseille en décembre 2010. Mais de non-lieux en relaxes,

seuls deux policiers et un gendarme ont été condamnés. »

Toutes les astuces juridiques sont bonnes pour protéger les forces répressives

de l’Etat des rigueurs de la justice : éviter les assises comme ce fut le cas

en 2015, pour ce policier marseillais auteur d’un tir de flash-ball mortel,

traduit devant le tribunal correctionnel au lieu de passer aux assises comme

le demandait le Parquet. Invoquer la « légitime défense » méthode très

fréquemment utilisée et acceptée. Recourir à des peines symboliques assorties

de sursis. Sans parler des témoignages arrangés entre collègues flics ou des PV

mensongers comme l’a reconnu en 2015, le gardien de la paix à propos du tir

qui avait grièvement blessé au visage Rachid Tidjani.

 

Texte repris du blog Révolution permanente

 

 

Une fillette de 11 ans blessée par deux tirs de LBD n’obtiendra pas justice !
Partager cet article
Repost0
4 avril 2019 4 04 /04 /avril /2019 05:23
L'irréparable ne se répare pas

 

La sculpture éborgnée le 1er décembre 2018 est réparée. Ces deux manifestants pacifiques sont mutilés à vie.
 

Partager cet article
Repost0
27 mars 2019 3 27 /03 /mars /2019 06:23

Coco Chanel (qui aimait tant les nazis mais c'est un autre débat) l'avait magistralement formulé : la mode c'est ce qui se démode. Il en va par exemple des barbes de trois jours des trentas et quadras de la macronie. Il y a actuellement une tendance lourde chez les jeunes grandes pianistes classiques, c'est de jouer quasiment à poil.

 

J'avais déjà repéré Lola Astanova.

 

Voici maintenant la Chinoise Yuja Wang dans des effets de cuisses qui ont fait retourner dans sa tombe la veuve de l'ancien président Mao.

 

Cela me fait regretter de ne pas avoir vu Rubinstein en short !

Jouer Chopin à poil
Partager cet article
Repost0
26 mars 2019 2 26 /03 /mars /2019 06:31

C'est là qu'on voit que les Français sont vraiment et durablement dans la pauvreté. La photo n'a pas été prise chez Hediard mais à la devanture d'un Leaderprice, supermarché "populaire".

La pauvreté est là pour durer
Partager cet article
Repost0
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 06:34

 

Dans un des bâtiments de cette université, des travaux vont isoler des salles réservées à ce qui ressemble à des activités secret défense. Une des conséquences prosaïques de ce réaménagement est que certains personnels non soumis à ce secret auront quelques difficultés à soulager leur vessie et leurs sphincters ailleurs que dans les toilettes réservées aux étudiants.

 

 

Je dis bien « certains personnels » car les administratifs ont accès à des toilettes (avec une clé) qui leur sont réservées. Pour les enseignants : rien. Comme s’ils ne faisaient pas partie du « personnel » de l’université.

 

 

Or, stricto sensu, ne peuvent être qualifiés d’universitaires que les étudiants et les enseignants. Les administratifs ne sont pas des universitaires dans la mesure où ils peuvent exercer leur talent ailleurs : rectorats, ministères, autres établissements d’enseignement. Cela n'a pas empêché récemment une secrétaire d'interdire “ ses ” toilettes à une chargée de cours. Une enseignante s'est fait faire, clandestinement et à ses frais, un double de la clé pour le paradis où elle ne peut se rendre qu'en cachette.

 

 

Cette situation ubuesque pourrait fort bien durer jusqu’au XXIIe siècle dans la mesure où les enseignants de Lyon 2 acceptent à peu près tout ce qui leur est imposé. Je discutais récemment avec une jeune maîtresse de conférences – toujours dans l’acceptation du pire – qui me dit : « quand même, pour les femmes enceintes, ils pourraient faire un effort et leur donner un passe ! » « Et les hommes prostatiques ou à mobilité réduite ? », lui fis-je remarquer.

 

 

Cette situation m’a rappelé un film biographique sur la NASA au début des années soixante (Les Figures de l'ombre). Les fusées zuniennes ne se seraient pas élancées dans le ciel sans les très grandes compétences d’une équipe de mathématiciens, avec, parmi eux, une femme noire particulièrement brillante. Dans cette administration fédérale, les espaces communs étaient encore ségrégués. De sorte que la mathématicienne noire n’avait pas accès aux toilettes “ Whites Only ” et devait parcourir 800 mètres à pied pour soulager sa vessie. Donc 1 600 mètres aller et retour.

 

 

Les professeurs de l’Université Lyon 2 n’en sont pas encore là mais ils s’en approchent.

 

De l'infantilisation des universitaires par les chiottes. C'est nouveau, ça vient de sortir.

 

Á Lyon 2, il n'y a pas que les toilettes qui posent problème. Il y a aussi la qualité de l'air (Source photo : Ruines d'Universités) :

Rétention d'urine à l'Université Lyon 2
Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 06:29
 
 
Au bord du Rhône, un couple de jeunes très pauvres. Juste avant que je prenne cette photo, ils ont fait sortir le chien car ils avaient à faire. Sans témoins.
 
Á 25 mètres, des septuagénaires bedonnants dans des croisières de luxe. Suisses, Allemands, Étasuniens. Moroses. Un petit plaisir tout de même : ils peuvent appeler le service de chambre à 3 heures du matin et se faire livrer un poulet froid avec du champagne.
LYON, Contrastes
LYON, Contrastes
Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 06:52

Nous sommes en Kabylie. Il y a quelques jours. Des femmes, dans des habits traditionnels magnifiques, marchent librement, en souriant.

 

Pendant ce temps, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, d'autres femmes se voilent (ou sont voilées) plus ou moins intégralement tandis que des minorités agissantes, avec un très grand courage, bravent les polices islamiques en marchant les cheveux à l'air libre.

 

De quoi cette jolie procession est-elle le nom ?
Partager cet article
Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 06:36

J’ai récemment utilisé les services de la municipalité lyonnaise pour faire établir un passeport pour l’une de mes filles mineures.

 

 

Nous avons convenu avec les services d’un rendez-vous, très précis, tel jour de 9h30 à 9h50. Á 9h30, ma fille et moi avons été reçus par un employé très aimable qui a commencé à enregistrer tous les éléments du dossier. Alors qu’il s’apprêtait à prendre les empruntes digitales de la demanderesse (pardon : de la demandeure), je lui dis ceci : « je veux vous féliciter car vous avez été très ponctuel et vous avez rempli le dossier avec célérité. »

 

 

Au moment où j’écris ces lignes, je pense que l’employé me regarde encore. Il me dit que jamais personne ne le remercie. Ses collègues du même service opinent. En revanche, ajoute-t-il, dès que quelque chose ne va pas ou déplait, ils se font généreusement insulter. Il me conseille d’aller sur le site internet de la mairie et d’y lire les tombereaux de remarques aussi assassines qu’anonymes. Je lui fais observer que cette mode qui consiste à évaluer tous les gens qui nous vendent un service (les passeports ne sont pas gratuits) s'est répandue aux États-Unis, dans l’entreprise privée, après la Deuxième Guerre mondiale, et que ce flicage privé a infesté les administrations du monde entier.

 

 

J’étais sur le point de lui demander combien il gagnait mais il prit les devants en me disant qu’après 20 ans de bon et loyaux services il touchait 1300 euros net. Ah, ces fonctionnaires privilégiés du cadre C ! C’est alors qu’il fit pivoter son écran d’ordinateur dans ma direction et me montra l’indication selon laquelle nous étions ensemble depuis 17 minutes et 23 secondes. Il me précisa que cet affichage était passé à l’instant du noir au jaune car, comme nous avions un peu trop discuté, il était légèrement en retard sur le temps imparti à la procédure. Et il ajouta que si cela se répétait plusieurs fois dans la journée, il aurait peut-être à rendre des comptes à sa supérieure hiérarchique.

 

 

Autrefois, au-dessus des fliqués et des encasernés, on entendait le chant des oiseaux. Aujourd’hui, il n’y a même plus d’oiseaux dans la bonne ville de Lyon.

 

Être employé municipal à Lyon

 

Philippe Clay et Michel Serrault dans le film Les Ronds-de-cuir (1959).

Partager cet article
Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 06:26
Et la guérison des écrouelles, c'est pour quand ?

Pourquoi les rois seuls pouvaient guérir les écrouelles (notez bien : que les rois anglais et français) ? Parce qu'ils étaient d'essence divine. Et non parce qu'ils étaient simplement les meilleurs. Raison pour laquelle, à mon sens mais je n'en mettrais pas ma main au feu et c'est une autre histoire, Élisabeth II n'abdiquera pas car elle est “ ointe par Dieu ”. Notre banquier, pour sa part, n'a été oint que par Rothschild mais, dans notre mythologie, cela revient au même.

 

Les écrouelles ont à voir avec le bacille de Koch. Je cite Wikipédia : “ Ce sont des ganglions chroniques, unique ou multiples, surtout cervicaux ou sus-claviculaires. Ils sont d'abord discrets, indolores, de consistance molle et mobiles sous la peau. Puis ils gonflent, devenant fluctuants, caoutchouteux, en pouvant s'amasser en tas. Au fil du temps, ils deviennent durs et fixés. L'inflammation est peu marquée (abcès froid).

 

En fin d'évolution (qui est lente et longue, durant plusieurs mois), ils se nécrosent et s'ouvrent à la peau (fistules) pour laisser échapper des écoulements de pus blanchâtre, contenant le bacille de Koch. La plaie se recouvre de croûte en laissant une cicatrice indélébile. ”

 

Je sais que certains de mes lecteurs lisent mon billet quotidien avant de prendre leur petit-déjeuner. Désolé ! Et comme un dessin ou une photo valent mieux qu'un long discours, voici un exemple qui date de 1893.

Et la guérison des écrouelles, c'est pour quand ?
Partager cet article
Repost0