Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2019 6 23 /03 /mars /2019 06:34

 

Dans un des bâtiments de cette université, des travaux vont isoler des salles réservées à ce qui ressemble à des activités secret défense. Une des conséquences prosaïques de ce réaménagement est que certains personnels non soumis à ce secret auront quelques difficultés à soulager leur vessie et leurs sphincters ailleurs que dans les toilettes réservées aux étudiants.

 

 

Je dis bien « certains personnels » car les administratifs ont accès à des toilettes (avec une clé) qui leur sont réservées. Pour les enseignants : rien. Comme s’ils ne faisaient pas partie du « personnel » de l’université.

 

 

Or, stricto sensu, ne peuvent être qualifiés d’universitaires que les étudiants et les enseignants. Les administratifs ne sont pas des universitaires dans la mesure où ils peuvent exercer leur talent ailleurs : rectorats, ministères, autres établissements d’enseignement. Cela n'a pas empêché récemment une secrétaire d'interdire “ ses ” toilettes à une chargée de cours. Une enseignante s'est fait faire, clandestinement et à ses frais, un double de la clé pour le paradis où elle ne peut se rendre qu'en cachette.

 

 

Cette situation ubuesque pourrait fort bien durer jusqu’au XXIIe siècle dans la mesure où les enseignants de Lyon 2 acceptent à peu près tout ce qui leur est imposé. Je discutais récemment avec une jeune maîtresse de conférences – toujours dans l’acceptation du pire – qui me dit : « quand même, pour les femmes enceintes, ils pourraient faire un effort et leur donner un passe ! » « Et les hommes prostatiques ou à mobilité réduite ? », lui fis-je remarquer.

 

 

Cette situation m’a rappelé un film biographique sur la NASA au début des années soixante (Les Figures de l'ombre). Les fusées zuniennes ne se seraient pas élancées dans le ciel sans les très grandes compétences d’une équipe de mathématiciens, avec, parmi eux, une femme noire particulièrement brillante. Dans cette administration fédérale, les espaces communs étaient encore ségrégués. De sorte que la mathématicienne noire n’avait pas accès aux toilettes “ Whites Only ” et devait parcourir 800 mètres à pied pour soulager sa vessie. Donc 1 600 mètres aller et retour.

 

 

Les professeurs de l’Université Lyon 2 n’en sont pas encore là mais ils s’en approchent.

 

De l'infantilisation des universitaires par les chiottes. C'est nouveau, ça vient de sortir.

 

Á Lyon 2, il n'y a pas que les toilettes qui posent problème. Il y a aussi la qualité de l'air (Source photo : Ruines d'Universités) :

Rétention d'urine à l'Université Lyon 2
Partager cet article
Repost0
17 mars 2019 7 17 /03 /mars /2019 06:29
 
 
Au bord du Rhône, un couple de jeunes très pauvres. Juste avant que je prenne cette photo, ils ont fait sortir le chien car ils avaient à faire. Sans témoins.
 
Á 25 mètres, des septuagénaires bedonnants dans des croisières de luxe. Suisses, Allemands, Étasuniens. Moroses. Un petit plaisir tout de même : ils peuvent appeler le service de chambre à 3 heures du matin et se faire livrer un poulet froid avec du champagne.
LYON, Contrastes
LYON, Contrastes
Partager cet article
Repost0
9 mars 2019 6 09 /03 /mars /2019 06:52

Nous sommes en Kabylie. Il y a quelques jours. Des femmes, dans des habits traditionnels magnifiques, marchent librement, en souriant.

 

Pendant ce temps, en Europe, en Asie et en Amérique du Nord, d'autres femmes se voilent (ou sont voilées) plus ou moins intégralement tandis que des minorités agissantes, avec un très grand courage, bravent les polices islamiques en marchant les cheveux à l'air libre.

 

De quoi cette jolie procession est-elle le nom ?
Partager cet article
Repost0
1 mars 2019 5 01 /03 /mars /2019 06:36

J’ai récemment utilisé les services de la municipalité lyonnaise pour faire établir un passeport pour l’une de mes filles mineures.

 

 

Nous avons convenu avec les services d’un rendez-vous, très précis, tel jour de 9h30 à 9h50. Á 9h30, ma fille et moi avons été reçus par un employé très aimable qui a commencé à enregistrer tous les éléments du dossier. Alors qu’il s’apprêtait à prendre les empruntes digitales de la demanderesse (pardon : de la demandeure), je lui dis ceci : « je veux vous féliciter car vous avez été très ponctuel et vous avez rempli le dossier avec célérité. »

 

 

Au moment où j’écris ces lignes, je pense que l’employé me regarde encore. Il me dit que jamais personne ne le remercie. Ses collègues du même service opinent. En revanche, ajoute-t-il, dès que quelque chose ne va pas ou déplait, ils se font généreusement insulter. Il me conseille d’aller sur le site internet de la mairie et d’y lire les tombereaux de remarques aussi assassines qu’anonymes. Je lui fais observer que cette mode qui consiste à évaluer tous les gens qui nous vendent un service (les passeports ne sont pas gratuits) s'est répandue aux États-Unis, dans l’entreprise privée, après la Deuxième Guerre mondiale, et que ce flicage privé a infesté les administrations du monde entier.

 

 

J’étais sur le point de lui demander combien il gagnait mais il prit les devants en me disant qu’après 20 ans de bon et loyaux services il touchait 1300 euros net. Ah, ces fonctionnaires privilégiés du cadre C ! C’est alors qu’il fit pivoter son écran d’ordinateur dans ma direction et me montra l’indication selon laquelle nous étions ensemble depuis 17 minutes et 23 secondes. Il me précisa que cet affichage était passé à l’instant du noir au jaune car, comme nous avions un peu trop discuté, il était légèrement en retard sur le temps imparti à la procédure. Et il ajouta que si cela se répétait plusieurs fois dans la journée, il aurait peut-être à rendre des comptes à sa supérieure hiérarchique.

 

 

Autrefois, au-dessus des fliqués et des encasernés, on entendait le chant des oiseaux. Aujourd’hui, il n’y a même plus d’oiseaux dans la bonne ville de Lyon.

 

Être employé municipal à Lyon

 

Philippe Clay et Michel Serrault dans le film Les Ronds-de-cuir (1959).

Partager cet article
Repost0
27 février 2019 3 27 /02 /février /2019 06:26
Et la guérison des écrouelles, c'est pour quand ?

Pourquoi les rois seuls pouvaient guérir les écrouelles (notez bien : que les rois anglais et français) ? Parce qu'ils étaient d'essence divine. Et non parce qu'ils étaient simplement les meilleurs. Raison pour laquelle, à mon sens mais je n'en mettrais pas ma main au feu et c'est une autre histoire, Élisabeth II n'abdiquera pas car elle est “ ointe par Dieu ”. Notre banquier, pour sa part, n'a été oint que par Rothschild mais, dans notre mythologie, cela revient au même.

 

Les écrouelles ont à voir avec le bacille de Koch. Je cite Wikipédia : “ Ce sont des ganglions chroniques, unique ou multiples, surtout cervicaux ou sus-claviculaires. Ils sont d'abord discrets, indolores, de consistance molle et mobiles sous la peau. Puis ils gonflent, devenant fluctuants, caoutchouteux, en pouvant s'amasser en tas. Au fil du temps, ils deviennent durs et fixés. L'inflammation est peu marquée (abcès froid).

 

En fin d'évolution (qui est lente et longue, durant plusieurs mois), ils se nécrosent et s'ouvrent à la peau (fistules) pour laisser échapper des écoulements de pus blanchâtre, contenant le bacille de Koch. La plaie se recouvre de croûte en laissant une cicatrice indélébile. ”

 

Je sais que certains de mes lecteurs lisent mon billet quotidien avant de prendre leur petit-déjeuner. Désolé ! Et comme un dessin ou une photo valent mieux qu'un long discours, voici un exemple qui date de 1893.

Et la guérison des écrouelles, c'est pour quand ?
Partager cet article
Repost0
24 février 2019 7 24 /02 /février /2019 06:30

Moi non plus.

Mais je le suis depuis un bon moment sur Facebook.

Il a les sens particulièrement en éveil et il jette sur le monde un regard à la fois tendre et féroce. C'est un glaneur humaniste.

Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Connaissez-vous Mohamed Talib ?
Partager cet article
Repost0
23 février 2019 6 23 /02 /février /2019 06:42
Une vache volante ?

Il ne s'agit pas forcément d'un trucage. J'ai vu cela près de Montdidier, au milieu des années soixante, lors d'une tornade qui nous venait de Belgique. La vache s'était retrouvée à trois mètres de haut et ses cornes s'étaient fichées dans le tronc. Elle se débattit jusqu'à ce que son corps s'arrache de ses cornes. Elle tomba par terre et mourut.

 

Dans Montdidier, la moitié des toits était par terre. Heureusement, la tornade ne faisait que 2 à 300 mètres de large. L'expression "un vent à décorner les bœufs" vient de quelque part. Elle est antérieure à ce à quoi j'ai assisté.

 

Cela s'est passé en juin 1967. La tornade était partie du département du Nord, si bien que dans la Somme nous l'eûmes légèrement atténuée. Des toits furent arrachés, des arbres déracinés, des voitures envolées. Sur 4 départements, la tornade fit 7 morts et plus de 60 blessés. Des centaines de maisons furent complètement détruites (aucune dans ma ville) et des milliers de pommiers furent arrachés. La tempête fut de force EF4 (vents de 270 à 320 km/heure), le maximum étant EF5.

 

Partager cet article
Repost0
10 février 2019 7 10 /02 /février /2019 07:08

You Tube a censuré la vidéo de la main arrachée ("contenu violent ou choquant") devant l'Assemblée nationale. Quatre doigts qui ne repousseront pas. You Tube n'en est pas encore à censurer les photos des camps de concentration nazis, mais ce serait pourtant dans le droit fil de sa philosophie humaniste.

 

J'ai récupéré sur Twitter la photo de cette main qu'il faut voir. Le banquier impose au peuple français une séquence absolument terrible. Nous sommes revenus au temps des gueules et des mains cassées.

 

 

La chair à canon du banquier

 

 

Imaginons que la grenade ait explosé au niveau du visage du manifestant ! 

C'est une grenade similaire qui avait tué Rémy Fraisse il y a quatre ans.

 Ces grenades contiennent 25 grammes de TNT. Elle sont lancées en cloche. Les gendarmes affirment qu'ils les utiliseront jusqu'à épuisement des stocks en 2021.

 

 

Avec le banquier et le client des tripots, il va falloir ne pas nous habituer à des manifestations où les forces de l'ordre ont le droit de mutiler des citoyens, pacifiques 99 fois sur 100. Il va falloir refuser que notre société banalise les mains arrachées et les yeux crevés.

 

La victime ne présentait aucun danger pour les forces de l'ordre. Il s'agissait d'un jeune Gilet Jaune qui prenait des photos des gens en train de pousser les palissades de l'Assemblée nationale à la mi-journée. 

 

 

Le JT de France 2 a récemment, une fois n'est pas coutume, publié un reportage très intéressant sur les méthodes de la police allemande pour contrer et disperser les manifs. Des flics sans matraque, sans grenade de désencerclement, sans LBD. Juste des canons à eau. La démonstration était faite que la violence des manifestants est nourrie par la violence des flics. En Allemagne, on ne tire pas sur le peuple, on le repousse. Le banquier en a décidé autrement. Il veut terroriser le peuple en faisant passer des manifestants pacifiques pour des terroristes.

 

On ne le répétera jamais assez : le degré de violence dans les manifestations est le choix des autorités. Plus les flics sont armés et ressemblent à des Mad Max qui n'ont plus rien d'humain, plus les manifestants sont enclins à la violence et ont envie d'en découdre. Ce qui n'était pas le cas, encore une fois, de ce photographe traumatisé à vie.

Partager cet article
Repost0
9 février 2019 6 09 /02 /février /2019 06:37

 

 

Je suis membre d'un groupe de personnes relativement âgées qui fournissent des documents, personnels ou non, concernant les années quarante et cinquante.

 

Je voudrais dire deux ou trois mots sur la photo ci-dessous, proposée par Anne Mazer. L'esthétique de cette photo est réelle. Sociologiquement, c'est un document formidable. Les réactions des membres du groupe furent de deux ordres. Les gens du nord étaient très sympas (pas vrai Bachelet, pas vrai Macias ?), il y avait une grande solidarité dans les corons. Ayant moi-même vécu, durant ma prime enfance, dans un milieu urbain légèrement amélioré par rapport à celui-là, je peux dire que ces appréciations sont parfaitement valables.

 

Maintenant, regardons bien cette photo. Il n'y a pas de tout à l'égout, vraisemblablement pas d'eau courante, l'isolation thermique est un concept inconnu à l'époque et j'imagine que cette maison dispose seulement d'un pauvre poêle, peut-être un feu continu. A part cela, comme l'observe un membre du groupe, il n'y a pas un papier par terre. Du nord de la Somme jusqu'au Danemark, la propreté régnait à l'époque, même dans des rues de terre battue.

 

Le mari de cette dame qui tord sa “ wassingue ” (serpillère, déjà l'anglais nous avait envahi) en regardant le photographe est vraisemblablement mineur de fond. Les mineurs étaient logés pour un loyer plus que symbolique, ce que ne critiquait pas encore les bourgeois repus de la Cour des Comptes. Quand les fenêtres étaient murées, les impôts locaux étaient plus faibles. Derrière la blondinette, une veuve, de la Guerre 14-18 ou d'une silicose.

 

SAUF EXCEPTION, CE N'ETAIT JAMAIS MIEUX “ AVANT ”.

Ce document poignant m'a fait penser à une page admirable d'Orwell dans Le Quai de Wigan, quand l'auteur découvre la misère du nord de l'Angleterre et met en scène sa propre culpabilité de bourgeois. Dans ce passage, Orwell croise, vu d'un train, le regard d'une femme prolétaire qui, alors qu'il gèle à pierre fendre, tente de déboucher le tuyau d'évacuation de sa cuisine. Voilà ce que j'en ai écrit dans mon livre sur l'auteur de 1984 :

 

“ La jeune femme se détache, unique, de l'enfer industriel dans lequel le train roule lentement mais elle est censée représenter toutes les femmes de la classe ouvrière dans leur tragique destinée ("the usual exhausted face of the slum girl"). Ici, on sent souvent le décor, mais ce léger décalage, cette subtile distortion de la réalité, sont revendiqués et ajoutent à la magie. La jeune femme n'est pas dupe du regard que fait peser sur elle le voyageur ("She knew well enough"), donc elle représente une menace pour la classe dirigeante d'autant que les bourgeois ont une puissance de réflexion limitée ("we are mistaken"). Orwell pense à ce moment précis que pour se débarrasser de ses chaînes le peuple n'a pas besoin de sauveur. L'idéologie de cette femme de mineur pourrait devenir révolutionnaire, même si la condition reste aliénée. La prolétaire ne perçoit pas encore sa situation réelle dans le continuum historique mais elle imagine un avenir différent du présent. Dans ces quelques lignes, Orwell me semble – c'est sûrement impossible à vérifier – saisir une vérité qu'il a lui-même mise en scène avant d'oublier qu'il y est pour quelque chose."

 

La femme à la wassingue ne menace personne.

Partager cet article
Repost0
2 février 2019 6 02 /02 /février /2019 06:21

Un ami dont l'ordinateur a été piraté m'envoie le message suivant. Cela peut nous arriver à tous.

 

Chers membres de la famille, chers amis, chères relations dont j'avais l'adresse-mail, si je n'ai pas encore eu l'occasion de vous souhaiter une bonne année 2019, je le fais par ce mail collectif, dont je vous explique ci-après le motif.

 

 

Il y a déjà quelques temps, comme pour beaucoup d'entre nous, un hacker avait piraté ma boite-mail, et avait effacé mon carnet d'adresses ... qu'il avait, bien sûr d'abord, aspiré. J'ai reconstitué une liste de contacts ... mais sans les avoir tous retrouvés. C'est cette liste partiellement reconstituée que j'utilise pour vous écrire.

 

 

Le hacker vient de se manifester, dans le style du preneur d'otage basique, en mindiquant qu'il a pu prendre le contrôle de mon ordinateur à distance au point de déclencher ma web-cam à mon insu ... mais aussi accéder à divers sites en mes lieux et places ... et donc en mixant, ensuite, les deux images et, ainsi, disposer, croit-il, d'un moyen de chantage. Ceci se traduit par le fait qu'il me demande de lui verser une somme de 500 € en Bitcoin, faute de quoi il diffusera aux personnes qui se trouvaient sur mon carnet d'adresses-mail, la vidéo qu'il a montée et où il aurait mêlé (selon ce qu'il m'a cyniquement écrit) mon image prise par ma web-can et des vidéos porno que je suis, alors, supposé regarder. En diffusant cela, il pense m'offenser profondément ... sans tenir plus compte de votre propre sensibilité.

 

 

Pour ceux qui me connaissent vraiment, vous vous doutez que je ne risque pas de céder au chantage de cette fripouille reposant sur des montages. Que j'aie déjà regardé des vidéos X ... ou que je ne l'aie pas fait, ne regarde personne et je ne vous dirai donc même pas si ça a pu m'arriver ou non. Ce qui semble vrai c'est que cet individu a trouvé le moyen de s'introduire virtuellement dans mon ordinateur et d'y agir à ma place pour aboutir à des montages. C'est un délit grave.

 

 

Bien entendu je n'ai nulle intention de lui envoyer quoi que ce soit.

 

 

Je vous en préviens cependant, d'autant que beaucoup d'entre-vous, peuvent être, à leur tour, victimes de cette nouvelle forme de criminalité. Je sais qu'au moins deux autres personnes de ma connaissance sont victimes de ce même individu (Je dis "même individu" car les mots utilisés sont exactement les mêmes).

 

Un ami piraté
Partager cet article
Repost0