Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2015 5 06 /02 /février /2015 06:36

Le 1er mai 1947, Evelyn McHale, âgée de 23 ans, se jeta du haut de l'Empire State Building. Son fiancé lui avait proposé de l'épouser le mois suivant. Mais vivre était devenu trop lourd pour elle. Elle voulut mourir, mais aussi disparaître physiquement de ce monde. Dans une note rédigée juste avant le grand saut, elle déclara ne vouloir aucun service religieux et demanda à être incinérée. Elle écrivit que son fiancée serait plus heureuse sans elle. Puis elle barra cette phrase. En haut de l'immeuble, elle s'était débarrassée de son nécessaire à maquillage et de son imperméable.

 

La photo de Robert Wiles est très étrange, avec ce contraste entre une voiture fracassée (une Cadillac appartenant aux Nations-Unies) et le corps intact d'une personne qui semble s'être assoupie après avoir enlevé ses chaussures. Un peu comme si elle dormait dans un berceau. Elle tient dans la main gauche son collier de perles.

Suicide et esthétique

Quelques années plus tard, Andy Warhol s'inspira de cette photo pour son tableau “ Suicide (Fallen Body) ”. Fallen peut se traduire par chu ou déchu.

Suicide et esthétique
Partager cet article
Repost0
1 février 2015 7 01 /02 /février /2015 06:47

À cette mère de République dominicaine, il manquait 500 pesos pour être acceptée à l'hôpital.

 

À cette mère africaine, il manquait tout.

De la misère ordinaire (6)
De la misère ordinaire (6)
Partager cet article
Repost0
23 janvier 2015 5 23 /01 /janvier /2015 06:31

Je n’ai jamais su vraiment pourquoi je répugnais à apporter le petit-déjeuner au lit à ma femme. Maintenant je sais que mon inconscient a parlé.

 

Un jeune époux étasunien, romantique à souhait, décide un jour, une fois n’est pas coutume, d’apporter son petit-déj’ au lit à sa femme. Le problème c’est qu’il était parti au travail puis, se ravisant, était revenu à la maison pour faire cette tendre surprise. Malheureusement, il marcha sur l’alarme prévue pour les voleurs. Se croyant en danger, sa femme fit feu sur ce qu’elle croyait être un intrus hostile. Ah, les cowgirls ! L’époux fut promptement emmené à l’hôpital.

 

Le responsable de la police municipale déclara que l’épouse s’était « simplement défendue » et que sa réaction un peu trop radicale était due au fait que de nombreux cambriolages avaient eu lieu récemment dans le quartier.

 

L'époux attentionné survécut à sa blessure.

Le dangers du petit-déjeuner au lit
Partager cet article
Repost0
22 janvier 2015 4 22 /01 /janvier /2015 06:50

Récemment, une des chaînes du service public a traité d’un problème familial qui m’avait totalement échappé à ce jour. Vous êtes un homme, vous rencontrez une femme qui vous plaît. Elle n’est pas, en apparence, insensible à vos charmes. Vous avez une relation, ne serait-ce qu'une seule fois, sur un capot de voiture (sans capote). Elle vous quitte, enceinte sans que vous le sachiez. Des années plus tard, elle se manifeste : par voie de justice, vous êtes obligé de reconnaître un enfant que vous ne connaissez pas et de payer une pension avec les arriérés.

 

On peut concevoir qu’une jeune femme qui ne parvient pas à s’en sortir seule avec un enfant recherche le soutien matériel du géniteur, mais on est sidéré par une décision de justice qui accorde des sommes exorbitantes à un adulte de 22 ans qui se manifeste soudain à l'attention de celui qui l'a conçu, ce qui oblige le géniteur (qui n’a jamais rencontré cet homme majeur dont il ne soupçonnait même pas l'existence) à vendre sa maison pour pouvoir s’acquitter de sa dette, ce qui le plonge dans une profonde et durable dépression.

 

La Justice et le législateur ont raison de poser comme principe que tout enfant a le droit de connaître ses origines. Aujourd’hui, avec l’ADN, c’est de plus en plus facile. Mais c’est peu dire que l’on assiste à un retour du bâton. Autant ce qu’on appelait il n’y a pas si longtemps des filles-mères furent gravement victimes d’une société qui les méprisait et ne leur était que de peu de secours, autant le système punit de manière aberrante et violente des hommes la plupart du temps piégés. Et la Justice tranche systématiquement contre les intrus d'un soir.

 

Une fois que le géniteur a été contraint de payer, que se passe-t-il ? Rien. On ne construit pas une relation humaine d’importance avec de l’argent (« Money can’t buy me love »), surtout quand il n’est pas dans l’intention du récipiendaire de cet argent d’offrir quoi que ce soit en retour.

 

Après les pères divorcés au sommet de grues, autre détresse : les pères sperme.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2014 6 27 /12 /décembre /2014 06:42

Un monstre est-il une créature que l'on montre ou une créature qui se montre ? On disait autrefois qu'il représentait la volonté de Dieu. Décrire un monstre, disait Valéry, est une tâche plus effrayante que le monstre lui-même.

 

L'Interdiction est un roman familial de Balzac d'une grande violence. Il y a dans ce texte une description d'une femme particulièrement repoussante :

 

“ Je l'ai vue, elle n'a rien d'attrayant, elle ressemble à une bouchère ; elle est horriblement grasse, horriblement marquée de la petite vérole ; elle a les mains et les pieds d'un homme, elle louche, enfin c'est un monstre. ”

 

Je ne sais trop pourquoi mais je me suis remémoré cette phrase en contemplant les photos qui suivent.

 

PS : contrairement à ce que pense Pschitt, la femme au parapluie n'est pas Anne Sinclair.

Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Des monstres
Partager cet article
Repost0
24 décembre 2014 3 24 /12 /décembre /2014 06:14
De la misère ordinaire (5)
De la misère ordinaire (5)
De la misère ordinaire (5)
Partager cet article
Repost0
22 décembre 2014 1 22 /12 /décembre /2014 06:56

Philippe Lacube élève des vaches gasconnes à Teillet dans le Tarn. Il a mis au point une recette de burger, baptisé “ MacArel ”. Il s'est installé à Castres en face du vrai Macdo pour faire la promotion de ses sandwiches.

 

Entre ses tartines de pain : une tranche de bœuh haché issu des vaches de sa propriété. Le pain complet est fabriqué par le boulanger du village.

 

Gros succès. Il n'est pas interdit d'arroser ce burger d'un verre de Gaillac.

 

Prix du MacArel : 1 euro 50.
Prix du Macdo en face : 3 euros 20.




 

Un Macdo bien de chez nous
Partager cet article
Repost0
7 décembre 2014 7 07 /12 /décembre /2014 06:50

Ces quatre sœurs ont pris une photo d'elles tous les cinq ans pendant quarante ans.

Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Tempus fugit
Partager cet article
Repost0
2 décembre 2014 2 02 /12 /décembre /2014 06:39

En Inde.

De la misère ordinaire (4)
Partager cet article
Repost0
28 novembre 2014 5 28 /11 /novembre /2014 06:55
Aéroport de Tel Aviv ! Obsession sexuelle retournée...

Hommes israéliens religieux ultra-orthodoxes qui portent un voile style burqa pour s'empêcher de regarder les femmes qui ne s'habillent pas selon les règles religieuses appliquées uniquement dans les quartiers religieux ...
 
Une invention post-moderne ?
Des fous frustrés en Israël
Des fous frustrés en Israël
Dans les avions, ces ultras refusent d'être assis à côté de femmes qui ne sont pas les leurs et restent assis ou debout dans les allées, ce qui crée une gêne pas possible.
 
 
 

 

Pour la route, voici ce que Jacques Halbronn, spécialiste de la prophétie, et auteurs de travaux universitaires rédigés (j'vous dis pas) sous la direction d'André Joly et Louis-Jean Calvet, dit des (de la) femme :

 

«La femme n’est qu’un réceptacle. Rien n’est plus ontologiquement opposé au juif que la femme. Une anthropologie de la femme conduit à percevoir celle-ci comme un être devenu mythique, en quelque sorte hors du monde, appartenant à une autre humanité antérieure à l’émergence de l'Humanité actuelle et dont la réalité intrinsèque, par delà les projections qui l’instrumentalisent et la déifient, est des plus primaires. Au fond, la femme nous fait penser au lion ou à l’aigle, animaux à la fois emblématiques, héraldiques et singulièrement cruels et sauvages ».

Partager cet article
Repost0