Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 avril 2011 3 06 /04 /avril /2011 06:26

J'ai reçu de "Nathalie Libertine" (un pseudo ?) l'invitation suivante. je me demande ce que signifie "les prochaines gb" dans ma région (grande bouffe, grande baise, grosse bertha ?).

(Sculpture de Jean-Paul Floch)

 

http://www.artactif.com/img/reportages/bronze05.jpgBonjour,

Nous organisons 5 fois par mois dans votre région une partouze privee .  
Majoritairement organisées en France, elles peuvent néanmoins nous conduire dans les capitales des villes de pays voisins et frontaliers.

Toutes nos destinations sont choisies avec beaucoup d’application et répondent obligatoirement aux exigences du concept de standing, loft, yacht, château, demeure de charme, chaque site offre sa part de rêve et ses particularités.

  

Dans ces lieux magnifiques, tout est pensé pour vous étonner, vous séduire et vous permettre d’échanger en toute tranquillité dans le plus grand confort.

  

la plupart d'entre eux bénéficient d'équipements de bien-être (spa, sauna,hammam, jacuzzi, soins, piscine et massages), qui favorisent des ambiances de très grande détente.

  

  

Nos soiréesfonctionnent selon le principe d'une formule "All inclusive" pour un montant variable de 50 € par personne selon les lieux d'accueil.

 

  • Dîner buffet gastronomique aux chandelles
  • Open Bar
  • Productions d'Artistes, Ambiance musicale*

 

Bien sur les hommes seuls sont bienvenus. 
On commence a 13h avec une pause entre 19 en 21 hr pour manger et boire quelque chose.Il y aura maximum 3 hommes, le gb est uniquement sur réservation..

Voici les dates de nos prochaines gb dans votre  région:

vendredi  8  avril   -  mercredi 13  avril  - vendredi 15  avril   -  mercredi 20 avril    - vendredi 22 avril   

Bien sur vous pouvez participer sur nos soirées .

Bisous
Nathalie, Amelie, Veronic, Amber et  Patrick

 

 

 

Partager cet article
Repost0
1 avril 2011 5 01 /04 /avril /2011 06:34

 

http://diane.sr.free.fr/wp-content/uploads/2010/07/elena-basescu-1.jpgTous les mardis nous franchissons, mes filles et moi, le même carrefour qui nous mène au centre de Toulouse.


Tous les mardis, nous passons devant le même mendiant. Un Roumain d’une cinquantaine d’années. Il a choisi cet endroit stratégique car le feu repasse au rouge au bout de vingt secondes pour environ une minute.


Sans que je leur aie suggéré ou demandé quoi que ce soit, mes filles ont décidé de donner à ce pauvre homme un billet de cinq euros. Elles savaient que cela représentait une certaine somme, comparée aux piécettes jaunes de Madame Chirac. Elles avaient un peu surévalué la valeur de ce don, surtout après que je leur eus expliqué qu’avec un tel billet on ne pouvait s’acheter que cinq baguettes de pain.


Bref, le feu passa au rouge. Elles lui tendirent l’offrande. Le mendiant fut sidéré. Il leur embrassa les mains, me tint le bras aussi longtemps qu’il put.


Je les félicitai pour leur geste.


— Oh, il nous reste encore cent euros d’économie, on pourra encore en donner un peu, me répondirent-elles tout naturellement.

 

En photo : Elena Basescu, la fille du président roumain.

Partager cet article
Repost0
31 mars 2011 4 31 /03 /mars /2011 06:59

Vous êtes prévenus : ce qui suit risque de n’intéresser que moi.

 

J’écris ces lignes au moment où j’enterre ma dernière tante. Ça ravive des souvenirs…

 

J’ai sous les yeux deux photos : l’une représente le père de ma grand-mère paternelle (un de mes arrière-grands-pères, donc) ; l’autre représente la grand-mère maternelle de ma grand-mère paternelle.

 

Je me suis intéressé aux secrets de famille, de manière inconsciente, dès l’âge de sept ans. J’habitais à l’époque Hénin-Liétard, la ville convoitée par Steve Briois et Marine Le Pen, une cité de 25000 habitants dans le Pas-de-Calais minier. À l’école primaire – où mon père enseignait, je me trouvais dans une situation linguistique et onomastique intéressante : la majorité des enfants était d’origine ch’ti, avec des noms en “ court ” ou en “ ez ” (Delecourt, Deramecourt, Bultez) ; une minorité était d’origine franchement flamande (Van de Kerkove – Du Cimetière et non Du Champ de blettes, ce qui est le cas de Beethoven – Van de Putte, qui nous faisait bien rire et qui n’est que l’équivalent de Dupuis, Annaert, Deloddère, Bruyneel ; pour finir, les Polonais : Lech, Zajac, mais pas l’improbable Skaslageulenski. Dans tout cela, pas la moindre de trace de Gensane. Ce qui m’intriguait par-dessus tout, c’était que personne, en pays ch’ti, n’était spontanément capable d’épeler notre nom correctement. Nous disions "Gensane", on écrivait "Janssen", le fils de Jean.

 

Je découvrirais une trentaine d’années plus tard que la raison de ce mystère, de cet improbable nom catalan avait tout simplement à voir avec un secret de famille du côté de mon grand-père paternel. Secret que plusieurs membres de ma famille ne souhaitent pas me voir évoquer, entre nous, à plus forte raison publiquement.

 

Dans mon blog censuré par Nouvelobs.com, j’ai relaté une dizaine de secrets de famille, de manière anonyme, bien sûr. J’en reprendrai peut-être deux ou trois pour la rubrique “ Florilège ”. De fait, ce sont les travaux, déjà anciens, de Serge Tisseron, qui m’ont incité à m’intéresser consciemment au secret qui avait plombé ma famille paternelle – moi, moins que les autres puisque je suis capable d’en parler.

 

Ce qui me titille les neurones, c’est qu’avec ces deux photos, je suis peut-être (ou peut-être pas) en présence d’un autre secret. Je n’ai eu connaissance de ces documents qu’à l’âge de 61 ans. Mes parents, mon père en l’occurrence, n’en possédaient pas d’exemplaires. La mère de ma grand-mère maternelle était pour moi une personnage familier. Elle était décédée après ma naissance et l’on me racontait quand j’étais enfant, que, dans les mois qui avaient précédé sa mort, elle me promenait dans mon landau, dans le bien nommé Bois-Bernard, situé aux portes d’Hénin-Liétard. Pendant toute mon enfance, mon père évoqua souvent sa “ Grand-Mère Neuville ”, ses talents de pâtissière, sa gentillesse. Mais jamais, au grand jamais, il ne me parla de son “ Grand-père Neuville ”. Au point que j’imaginais qu’il avait dû mourir pendant la Première Guerre mondiale, voire avant, et que la “ Grand-mère Neuville ” avait été sa vie durant une veuve méritante.

Un jour de 1972, ma grand-mère paternelle m’écrivit une longue lettre, dans laquelle elle racontait par le menu la tristesse de son veuvage récent. À l’époque, nous n’avions pas le téléphone et ne correspondions que par écrit. Je fus frappé par la qualité du français de cette vieille personne qui n’avait pas poursuivi ses études au-delà du Certificat d’études et dont la seule lecture, sa vie durant, avait été celle du journal quotidien que son mari lisait avant elle. Pas une faute d’orthographe, des phrases courtes, nerveuses, précises. De l’ironie maniée à bon escient, de l’humour à ses dépens. Je montrai cette lettre à ma mère en lui exprimant mon étonnement.

 

— Mais ne sais-tu pas, me dit-elle, que ta grand-mère a eu pendant toute son enfance un précepteur à la maison ?

 

J’en tombais sur le séant : cette femme très réservée, toujours dans l’ombre de son mari instituteur, fille de paysans, me disait-on et assurait-elle en personne, avait reçu une éducation de princesse ? Et ma mère d’ajouter que mon arrière-grand-père, dont j’entendais enfin parler, était un riche paysan, un vrai propriétaire terrien qui, vers 1914, roulait carrosse à essence et qui – ce que je n’ignorais pas – avait donné en dot à sa fille une ferme dans le Boulonnais.

 

Cet aïeul s’était-il enrichi par des voies légales ou illégales ? Comment un paysan pouvait-il devenir riche dans le bocage du Boulonnais autour de 1900 ? Nous n'étions pas dans les vastes étendues de la Brie et l’on ne connaissait pas encore les moiss’ batt’ à l’époque ! Naïvement, je crus que mes questions finiraient par avoir leurs réponses. Je n’eus pas le réflexe de la curiosité. Un jour, je m’en ouvris vaguement à ma grand-mère. Elle éluda et me dit simplement que sa grand-mère maternelle s’appelait Dina et qu’elle était de mère portugaise. Le mystère s’épaississait : comment, vers 1850, une Portugaise s’était-elle retrouvée dans le canton de Fruges ; comment et pourquoi avait-elle épousé un Charles Flahaut (patronyme germanique très courant dans le Nord) dont elle aurait cette Dina ? Je n’en ai jamais rien su.


Dina-Flahaut---copie.jpg

 

 

Je contemple cette photo de Dina. Je n’y connais pas grand-chose en vêtements féminins du XIXe siècle. Mais cette femme semble correctement habillée. Je ne sais ce que vaut sa coiffe, mais elle est soignée, recherchée même. Je trouve qu’il y a quelque malice dans ce doux regard, une calme résignation. Mais bon sang (3% du mien), d’où vient-elle, qui fut-elle vraiment ?

 



Louis-Neuville-1---copie.jpg

 

Le regard de Louis n’est ni doux ni malicieux. Mon bisaïeul louche comme ce n’est pas permis. Ce qui renforce le mystère : personne dans sa descendance n’a eu de réels problèmes oculaires. Mon père est mort à 67 ans sans avoir jamais porté de lunettes. Un paysan, cet homme ? Que nenni ! On dirait un notaire. Sa coiffure et sa moustache sont soignées. Taillé dans un tissu de qualité, le costume est bien coupé et il tombe bien. Comme le duc Philippe d’Édimbourg, Louis a les mains croisées dans le dos. Il se sent assuré, fort bien campé sur ses pieds.

 

Que me dis-tu, Louis ? J'ai beau savoir  qu'il y eut chez toi, à demeure, une femme de ménage (enfant, ma grand-mère n'essuya jamais une petite cuiller mais, mariée, elle fut la bonne à tout faire de son mari, l'instituteur IIIe République, le notable au village), une cuisinière et un précepteur, en plus des ouvriers agricoles, tu ne me dis rien et je crains que tu ne sois à jamais muet.

 

PS : Depuis que j'ai écrit ce billet, une information donnée par une parente renforce encore le mystère: Louis le bigleux tenait sa fortune de son père, Pierre-Louis (ah, l'originalité des prénoms en ces temps!), instituteur ET riche (et non instituteur DONC riche). Il semble que cet ancêtre possédait – pourquoi, comment ? – d'importantes propriétés terriennes.

 


Partager cet article
Repost0
25 mars 2011 5 25 /03 /mars /2011 07:28

J'avais emmené mes gamines à une aire de jeux située en bord de Garonne. N’ayant plus l’âge de faire de la balançoire ou du toboggan, je pris place sur un banc public.

Une dame d’un certain âge – je lui donnai 85 ans – vint s’asseoir à côté de moi. Elle était accompagnée d'un homme un peu plus jeune qu’elle – dont je me dis qu’il était son mari – et deux jeunes enfants qui l’appelaient « Grand-mère ».

Elle engagea la conversation dans un français très fluide, précis, teinté de quelques toulousianismes. Soudain, je compris que l’homme qui l’accompagnait n’était pas son mari mais son fils.

— Quel âge avez-vous, lui demandai-je ?

— Je suis née en 1915, je vais donc avoir 96 ans.

C’est peu dire qu’elle ne les faisait pas.

Elle me raconta qu’elle avait travaillé de 10 à 72 ans. Comme ouvrière, puis comme serveuse dans la restauration. De 1925 à 1955, elle n’avait pas été déclarée, si bien que, pour toucher autre chose qu’une pension de misère, elle avait dû, effectivement, trimer jusqu’en 1987.

Je la félicitai pour sa mémoire.

— Je me souviens de tout, me dit-elle. Par exemple, en 1930, de l’inondation du siècle.


http://pluiesextremes.meteo.fr/media/upload/19300301/moissac_voie_ferree.jpg

 

La Garonne, le Tarn, l’Aveyron et d’autres cours d’eau de moindre importance avaient quitté leur lit. À Saint-Sulpice-la-Pointe, l’Agout était monté jusqu’à 22 mètres (record d'Europe) ! À Rabstens, terre de vignobles, le Tarn avait atteint 18 mètres ! Le département du Tarn-et-Garonne avait été presque entièrement ravagé.

Elle me raconta son implication dans la Résistance. « Comme petite main », précisa-t-elle. Je lui demandai si elle avait connu Pierre Bourthoumieux, fondateur de la pharmacie du quartier de la Croix de Pierre (ou j’habite), mais surtout grand résistant socialiste, fait prisonnier, emmené en camp de concentration, et brûlé vif avec ses camarades dans un train lors de la déroute des soldats allemands en avril 1945.

— Bien sûr, me dit-elle. Je peux vous dire qu’il mérite amplement qu’on ait inauguré des places et des rues à son nom.


http://greglamazeres.free.fr/greglamazeres.free.fr/pb_a_la_tribune.jpg

 

Bourthoumieux était un pharmacien pas comme les autres (une de ses filles a repris sa pharmacie et a épousé un de mes cousins éloignés). En 1934, il écrivait ceci :


« En régime socialiste, les soins médicaux et pharmaceutiques font partie d’œuvres d’assistance collective et ne constituent plus une charge pour les travailleurs. […] Un socialiste ne pose pas le problème des prix des produits pharmaceutiques. Il recherche le moyen de les supprimer, et quand il proteste contre la publicité effrénée dont s’entourent certains produits à défauts de vertus curatives, un socialiste qui a lu Marx réclame la suppression de cet état de chose, non pas en se plaçant sur le terrain économique, mais tout simplement sur le terrain moral. »

 

Puis la sémillante nona (et nonna) me parla de ses deux maris. Le premier dont elle divorça, juste après la guerre (pas fréquent, le divorce, chez les ouvriers, à l’époque) parce qu’il courait après tout ce qui bougeait, le second, mort d’Alzheimer, après une longue période de folie quasi-furieuse en hôpital psychiatrique.

Comme je m’apprêtai à la quitter, elle demanda à haute voix :

— Quand serons-nous débarrassés du clown ?

— De qui parlez-vous, demandai-je perfidement ?

— Comme si vous ne le saviez pas, me répondit-elle.

 

Partager cet article
Repost0
22 mars 2011 2 22 /03 /mars /2011 11:06

Encore Luciole.

 

deauville03 2011 001.jpg

Partager cet article
Repost0
19 mars 2011 6 19 /03 /mars /2011 08:08

Depuis que j'ai écrit ces lignes, les deux personnes évoquées sont mortes.

Dommage : elles auraient pu devenir des personnages récurrents de ce blog.


Sur le Banc

 

http://i.ytimg.com/vi/76aGF_M0XYM/0.jpgJe discutais l’autre jour sur un banc avec une dame d’un certain âge. Son visage était doux et triste. Elle ne s’était jamais remise de son veuvage, quinze ans auparavant. Elle était désormais parvenue à ce stade de l'existence où les petits-enfants, devenus adultes, sont éparpillés, vivent leur vie et ne se souviennent qu’une fois ou deux l’an qu’ils ont une grand-mère qui s’est beaucoup occupée d’eux quand ils étaient jeunes.

 
Nous rejoignit une de ses amies, une personne d’un âge encore plus certain. Elle était née en 1922. Elle me dit qu’elle était la dernière d’une fratrie de trois, qu’elle avait vu le jour vingt ans après sa sœur aînée (sa mère étant alors âgée de quarante-quatre ans), et vingt-deux ans après son frère. Je calculai que la mère de ces trois enfants était née en 1878, et le père en 1868 puisqu’il avait dix ans de plus que sa femme. C’était vertigineux.

 
Sans trop d’égards pour cette vieille dame, j’osai lui faire remarquer qu’elle ne devait pas s’appeler “ Désirée ”.


— “ Aimée ” non plus, ajouta-t-elle. Ma mère a pleuré chaque jour de sa grossesse. Puis, elle ne m’a pratiquement jamais regardée. J'y pense tous les jours.


Bref, ces deux personnes souffraient profondément depuis des lustres. Ma sympathie pour elles en prit un coup lorsque je découvris qu’elles avaient signé une pétition contre un quidam dont le seul crime avait été de s’être toujours tenu à de strictes relations professionnelles avec un employeur du sexe féminin qui le poursuivait d’une hargne obsessionnelle depuis des mois.


Comme quoi, souffrir n’empêchait nullement de faire souffrir. Bien au contraire…

Partager cet article
Repost0
16 mars 2011 3 16 /03 /mars /2011 15:14

L'Izoard, il a tous les droits


http://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/e/e3/Izoard-stèle_Bobet-Coppi.JPG

Je regardais, il y a peu, sur Arte, un fort joli film consacré à Éric Tabarly. Le grand marin y parlait de l’amour pour ses bateaux, le légendaire Pen Duick I en particulier, et il expliquait pourquoi il était devenu quasiment muet face aux journalistes neuneux qui lui posaient des questions ineptes du genre « Vous ne vous ennuyez pas pendant ces longues traversées ? » De fait, j'avais assisté à une conférence donnée, il y a une trentaine d’années, au Centre culturel français d’Abidjan durant laquelle Tabarly s’était montré prolixe en réponse à des questions pertinentes posées par des gens concernés.


Le film d’Arte nous donna l’occasion de voir Olivier de Kersauzon jeune, plus drôle que ronchon et ayant encore une peau de bébé, de retrouver Alain Colas et tous les autres champions formés par Tabarly. Mais il nous permit surtout de côtoyer un monde fascinant quand on lui est totalement étranger, celui des gens de la mer, avec son discours, ses codes, ses valeurs.

 

Nous éprouvons toujours la même sensation quand nous nous approchons brièvement d’un groupe mu par une même passion. Pensons aux alpinistes, aux collectionneurs de vieilles voitures qui se retrouvent le dimanche matin sur des aires d’hypermarchés, aux numismates, aux aéromodélistes etc. Je me souviens avoir un jour rencontré un groupe de fanatiques de cactus nains. J’avais trouvé cela, à première vue, complètement surréaliste, avant de me dire que cette activité avait autant de sens que la philatélie.


Pour ce qui me concerne, à mon modeste niveau, c’est le vélo.


D’avoir effectué à bicyclette au moins deux fois le tour de la terre depuis que je suis né (ça a l’air considérable, et pourtant cela n’a rien d’exceptionnel) a permis au citadin que je suis d’entendre le chant des oiseaux et m’a donné l’occasion de croiser quelques champions, beaucoup d’amateurs de haut niveau, des « professionnels de la profession ». Parce que j’ai toujours roulé un peu, j’ai pu franchir des cols, dans les Pyrénées, et surtout dans les Alpes. J’en suis peut-être à une trentaine. Les cols et autres ascensions que j’ai aimés, je les ai répétés deux, trois, quatre fois. Mon préféré : la Cayolle parce que la pente est à 3% pendant les dix premiers kilomètres, ce qui me permet de chauffer doucement mes vieilles jambes. J’ai toujours fait les vingt derniers kilomètres sans m’en rendre compte. Et puis j’adore le petit hameau d’Uvernet, juste avant les gorges du Bachelard. J’aime bien aussi son jumeau, le col d’Allos, souvent emprunté par les coureurs du Tour de France, mais il est plus pentu, avec des passages à 11%. Le col que je déteste – et dont je n’ai jamais répété l’ascension – c’est celui de Restefond, la fameuse route de la Bonnette. Ce n’est pas parce que il est le plus haut d’Europe, mais parce qu’il n’y a pas un mètre de plat (on ne s’en rend pas compte en voiture, mais dans les cols il y a souvent du plat et – j’y reviendrai – des descentes) et parce qu’il se termine vicieusement, après 23 kilomètres à 6%, par mille mètres à 10%, avec généralement le vent dans le nez.


Picarde.jpgQuand on monte, on fait des rencontres. J'ai par exemple été doublé dans la “ Montagne de Reims ” (courte mais bonne) par Zoetemelk qui, alors que je ahanais, aurait très bien pu se faire un shampooing et se curer les ongles de pied. Il me passa tellement vite que je lâchai un cri de surprise. Il se retourna, me sourit gentiment et continua sa route. Lors d’une de mes deux ascensions du Galibier, je montai en compagnie d’un père quarantenaire très musclé qui poussa littéralement sa fille de 15-16 ans pendant les huit kilomètres les plus durs en répétant « Allez mon bébé, allez mon bébé, on va y arriver ». Dans Aspin, j’ai doublé (ça m’arrive de doubler) un unijambiste. Après l’ascension de la Montagne Noire, dans le Tarn, j’ai roulé sur le plat, pendant quelques kilomètres, avec de bons amateurs quadras qui m’ont raconté que, lorsqu’ils étaient bien meilleurs, vers l’âge de 25 ans, ils avaient été lâchés sans rémission à l’entraînement par un gosse de 14 ans qui les avaient d’abord rattrapés. Il s’appelait Jalabert. Dans le haut niveau, il n’y a pas de secret. J’effectuais une petite ascension pyrénéenne en juillet 1998 en compagnie de deux bons amateurs qui avaient bien voulu m’escorter, quelques heures après l’arrestation par la douane du soigneur de Festina. Alors que je ne connaissais même pas le sigle EPO, j’appris tout en deux ou trois kilomètres : combien ça coûtait, qui en prenait (individuellement ou en équipe), qui n’en prenait pas, comment s’en procurer. Dans le milieu cycliste, seuls les commentateurs de France 2 n’étaient pas au courant… Un qui était au parfum, et que j’ai rencontré près de Poitiers dans les années quatre-vingt-dix, c ‘était le goûteur d’Anquetil : un équipier qui, dans les années soixante, testait la chimie qui donnait du supplément d’âme au grand champion.


Il y a quelques semaines, je me suis trouvé, par raccroc, invité dans un colloque scientifique de haut niveau. J’y repérai un collègue quinqua très athlétique. Je lui demandai quelle activité sportive il pratiquait. Il me répondit : le vélo. Ce colloque devint aussitôt beaucoup plus passionnant. Lors d’un repas, nous nous lançâmes dans une conversation pour initiés, écoutés par cinq ou six collègues éberlués. On parla des vertus de l’aluminium et du carbone (il roulait, ce qui n’est pas fréquent sous nos cieux, sur un Raleigh), de braquets, des livres de Jean Bobet ou de Paul Fournel, du Perjuret qu’il avait descendu la peur au ventre en pensant à Roger Rivière. On se raconta quelques-unes de nos ascensions (il en avait au moins 300 à son actif et ne roulait qu’en montagne : le plat le barbait). Plus nous sentions nos collègues largués, plus nous en rajoutions à l’unisson de nos souvenirs, en parfaite connivence :


- Dans le Granon, entre le km 11 et le km 13, j’ai failli vomir, me dit-il.

- Ca m’est arrivé dans le Ventoux, répondis-je. Et pourtant, j’avais mis tous les atouts de mon côté : j’étais parti à sept heures du matin, par Sault (moins difficile), par beau temps, sans me conditionner.

- Je me suis gelé au sommet du col Agnel à 2700 mètres, alors qu’il faisait 25° au départ de Molines.

- Moi de même. Pourtant, les habitants du coin m’avaient prévenu. La descente fut un enfer à partir du Rocher d’Annibal.

- Le col de Vars, il est pénible : je hais cette succession de faux-plats, de petites descentes casse-pattes, suivies de remontées sur un bitume mal entretenu.

- Puisque tu parles de descente, rétorquai-je, pense au kilomètre de l’Izoard où une descente nous assassine littéralement dans la casse déserte avant les 1500 derniers mètres à 9%.

- Oui, mais l’Izoard, il a tous les droits, prononça-t-il péremptoirement.


De fait, il avait raison : pour tous les cyclistes, de Koblet à celui qui se traîne à 10 à l’heure, l’Izoard c’est le mythe.


Un mythe collectif et individuel. C’est le col de Bobet et de Coppi (certains saluent ou se signent en passant devant la stèle érigée en leur souvenir par les lecteurs de L’Équipe). Ce n’est pas l’ascension la plus dure, mais quand on arrive dans la casse déserte, on est ailleurs, sur la lune et dans la lune, tels des extra-terrestres. On ne respire plus le même air.


J’effectuai ma première ascension de l'Izoard après une grave maladie, deux lourdes opérations. Me lancer à partir de Châterau-Queyras signifiait pour moi que j’étais de nouveau du côté des vivants. Jusqu’à Arvieux, j’ai douté. Lorsque j’entamai la route droite, à 10%, de La Chalp à Brunissard, j’ai pensé que je n’y arriverais pas. Heureusement, je fus rejoint par une enfant de 14 ans, une Picarde qui voulut bien m’accompagner au long de ces trois kilomètres terribles. Bizarrement, j’effectuai les six derniers kilomètres sur un nuage.


Au sommet, j’avais tous les droits…

 

Partager cet article
Repost0
11 mars 2011 5 11 /03 /mars /2011 15:00

Le café drôle

 

J’ai longtemps enseigné à l’Université Nationale de Côte d’Ivoire, à Abidjan.
J’ai noué avec certains étudiants des rapports de forte sympathie. Une année, en particulier, avec des étudiants de licence qui avaient vu en moi une sorte de grand frère et qui avaient surestimé mon aptitude à leur donner de bons conseils.

 
Bref, un jour, en veine de confidences, ils m’avaient confié, sous le sceau du secret, les surnoms qu’ils avaient attribués à certains de mes collègues, ivoiriens ou expatriés. Nous en avions bien ri, jusqu’au moment où je leur avais demandé si, moi aussi, j’avais fait l’objet d’un baptême estudiantin. Après un pesant moment d’hésitation, ils me confièrent qu’ils m’avaient surnommé « le café drôle ».
Diantre ! Où étaient-ils allés chercher cela ? D’emblée, cela dit, le surnom me flatta : la Côte d’Ivoire était l’un des tout premiers producteurs de café au monde (ah ! le robusta qui nous faisait palpiter le palpitant). Comme, par ailleurs, je faisais parfois preuve d’humour, jusque dans mes cours, je me dis que ce café drôle n’était peut-être pas si aberrant que cela.
Je demandai néanmoins des explications sur la motivation d’un tel surnom.
— C’est parce qu’un jour, me dirent-ils, pendant l’un de vos cours sur l’histoire de l’Angleterre, vous avez évoqué un café drôle. On n’a pas compris pourquoi, mais on n’a pas osé vous demander ce dont vous parliez exactement. C’était durant la partie consacrée au Moyen-Âge.
Je rentrai chez moi plus que perplexe. Je relus donc tout le chapitre en question. Pas plus de trace de café que de drôlerie. Normal pour un cours rédigé en anglais.
Je me souvins soudain avoir brodé à partir de l’écrit lorsque j’avais évoqué l’avancée du christianisme outre-Manche. J’avais alors commencé une phrase par : « A cathedral was built ».
La cathédrale s’était donc transformée en « café drôle ».
Ceci me permit de vérifier un principe de phonétique bien connu : on n’entend que ce qu’on est capable de reproduire. Mes étudiants n’étant pas à l’aise avec le schwa de “ ca ” et le th sourd de “ the ”, ils avaient entendu “ café ”.

Partager cet article
Repost0
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 15:00

Dans le TGV

 

J’ai subi récemment, dans le TGV, le soliloque d’un individu comme je les déteste (les individus, pas les soliloques).
Je m’explique.

 
http://www.bakchich.info/IMG/jpg_Sarko-bavard-zoom.jpgSoixante-dix ans. Corps trapu, visage rond, barbe soigneusement taillée, expression tout en douceur et componction. À sa droite, Madame. Elle est globalement d’accord avec ce qu’il raconte, mais elle n’écoute pas : cela fait cinquante ans qu’il parle. Il est catholique et, ô miracle (il n’y a pas d’autre mot), son voisin d’en face est journaliste dans une station de radio chrétienne.
Sans nous demander s’il nous intéresse, il embraye. C’est parti jusqu’à Poitiers, où il va nous quitter. Je garantis l’authenticité des citations qui suivent, forme et fond.
Il « adore » Beethoven. D’ailleurs, il lui parle. Il regrette tant de ne pas être musicien. « Ludwig était un humaniste. C’est ça qui nous manque aujourd’hui. L’humanisme, c’est d’abord le respect de l’autre. Prenez les populations d’origine immigrée. » Nous y sommes, j’ai repéré quelque chose : il ne dit pas « les Arabes, les Maghrébins ». Son langage est très châtié. Celui d’un lettré nourri des œuvres de Jean Dutourd. Il ne dit pas « vous allez où ? » mais « quel est l’objet de votre destination ? ». Alors, ces « populations d’origine immigrée » ? Eh bien, « figurez-vous, cher Monsieur » (ah ! ce figurez-vous, cher Monsieur… »), qu’elles « prennent tout ce qu’elles peuvent, sans rien donner. Elles ne sont pas dans l’échange. Jamais un jeune d’entre eux ne m’a cédé sa place assise dans l’autobus, comme, moi, j’aurais fait à sa place ».
Il est cultivé : la culture de Philippe Bouvard, très étendue, très étalée, mais ne servant à rien car sans une once de dialectique (ne jamais casser de briques). Je prends son savoir, et donc son idéologie, en défaut : « l’autre jour, j’étais dans l’autobus, et quatre Africaines se sont mises à caqueter très fort dans leur dialecte. On ne s’entendait plus ». « Mais non », risquè-je (je l’interromps pour la première fois), « elles caquetaient peut-être, mais c’était dans leur langue, pas dans leur dialecte ».
Je ne sais trop pourquoi, il se met à parler de Jacques Brel. « Je n’ai pas eu l’honneur et le bonheur [c’est ça : fais-nous de la prosodie ; tu connais : « une poule sur un mur, qui picote du pain dur » ?] de le rencontrer. J’affectionne tout particulièrement une de ces dernières chansons, “ Jojo ”. Il y a dans cette œuvre une trouvaille admirable : “ Six pieds sous terre, Jojo, tu frères encore. ” Goûtez cette licence poétique : il prend un substantif et il en fait un verbe. » L’espace d’un instant, j’hésite à lui répondre en cuistre. Je me lance :
- Connaissez-vous l’anglais, cher Monsieur ?
- Je n’ai pas ce plaisir. C’est vrai, aujourd’hui, que peut-on faire sans une solide connaissance de l’anglais ?
- Et bien, figurez-vous que les Anglais transforment les substantifs en verbes comme ils respirent. Vous prenez le mot “ knife ”, vous en faites un verbe et cela veut dire “ couper ”.
- Vous me la bayez belle !
J’ai du mal à ne pas éclater de rire. C’est la réponse typique du cuistre qui a trouvé plus cuistre que lui.
Plus sérieusement, je commence à comprendre à quoi sert le langage à un tel bonhomme. Lorsque Brel écrivait que Jojo mort frérait encore, il violait la langue pour lui faire un enfant, il se tordait les méninges pour aller au plus près d’un réel qui le consumait (ce n’est sûrement pas un hasard si le chanteur est mort d’un cancer du poumon). Avec ses patenôtres, ses phrases lissées et carénées, son faux bon sens modéré, tellement consensuel, mon septua casse-bonbons fait exactement le contraire. Le langage lui permet de tenir le monde à distance, de dire des choses sans se dire lui-même, de juger sans être jugé.
Lorsqu’il quitte notre voiture, sa femme n’a toujours pas desserré les dents. Le journaliste catho pousse un long soupir de soulagement.

 

PS : un ami d'Afrique me fait passer le témoignage suivant :

 Je reviens sur ton emmerdeur du TGV. Contrairement à lui, j'ai vu deux fois Brel en concert au Cirque d'Amiens en 64 et 65 ou 66. Pour 64, j'en suis sûr, c'était en mars ou avril, il n'avait pas encore Amsterdam à son répertoireIl avait inondé deux costars prince-de-galles pendant le tour de chant. A la fin, il ruisselait ; il "assurait" vraiment !
    Après le spectacle, nous étions allés boire un coup Chez Froc, aux abords du mail. Nous y refaisions la soirée et le bistrot se vidait peu à peu. Au moment où nous allions plier les gaules, Brel se pointe en jean et col roulé. Il s'installe au comptoir, commande un demi et engage la conversation avec un quidam à l'allure d'habitué de fermeture des bars. J'étais jeune, je n'ai pas osé aller le saluer, d'ailleurs je ne l'oserais sans doute pas non plus maintenant.
Partager cet article
Repost0
7 mars 2011 1 07 /03 /mars /2011 14:35

perf.jpgEn cette fort douloureuse circonstance, j'ai ressenti, pour la première fois de ma vie, au plus profond de moi-même, que j'étais mortel. Il était temps : j'avais quarante-six ans, tout de même...

 

Moi, mon côlon...

 

J’avais quarante-sept ans quand un mal qui, en fait, me rongeait depuis des années sans que je m’en sois aperçu, me foudroya. Soudain, je ressentis de très violentes douleurs au ventre. Rien ne laissait présager cette crise. Je m’étais toujours senti en forme, je n’avais jamais eu la moindre maladie – pas même le moindre accès de paludisme en Afrique –, je mangeais sainement, je ne buvais pas, j’avais arrêté de fumer depuis des années et je faisais trois mille kilomètres de vélo par an. Pour tout dire, j’aurais dû m’inquiéter d’un signe avant-coureur : le soir, vers vingt-deux heures, je m’endormais en une seconde, même si j’étais assis sur une chaise. Souvent, invité chez des amis, il m’arrivait de m’assoupir au beau milieu d’une phrase de mon voisin de table qui me parlait. Cela faisait très mauvais effet, et ma femme me disait que je devais faire attention et faire semblant de suivre toute conversation, même si le sujet ne m’intéressait pas. Je répondais, en toute bonne foi, que je ne comprenais pas ce qui se passait.


Autrement dit, mon corps, épuisé, me lançait des signes qui m'échappaient parce que j’étais, dans ma tête, plein de tonus. Quelque temps plus tard, une de mes collègues, qui avait trop demandé à son organisme, avait vu ses jambes cesser de la porter pendant deux mois. Aucun médecin n’avait compris ce qui se passait. En fait, ses jambes avaient dit à sa tête : « ça suffit ! ».

Arriva pour moi le moment où la douleur devint insupportable et où je ne pus plus aller à la selle et où je vomis de la bile. J’entrai aux urgences du CHU de Poitiers, puis dans le service adéquat où je passai quantité d’examens, tous très douloureux parce que j’étais en occlusion intestinale. On me fit passer des sondes – littéralement – par tous les trous, je subis une centaine de radios et un scanneur général qui me laissèrent à plat. Les médecins cherchaient un cancer. Ils repérèrent très vite une tumeur de la taille de deux kiwis dans le côlon, en bas à gauche du ventre, tumeur qui, pour eux, n’étaient rien d’autre qu’un cancer avancé. Le seul point positif est qu’ils n’avaient rien trouvé au foie. Sinon, il ne me serait resté que quelques semaines à vivre. J’étais sous perfusion depuis déjà trois ou quatre jours, dans un état d’extrême faiblesse, lorsqu’un matin vers onze heures, le professeur chef de service et toute son équipe entrèrent dans ma chambre, l’air sinistre. Ce professeur, que je connaissais un peu car nous siégions dans la même instance universitaire, me dit : « Monsieur, vous avez un cancer du côlon ; nous allons essayer de vous sauver. De toute façon, nous allons procéder à l’ablation du rein gauche ; ne vous inquiétez pas, on vit très bien avec un rein. » J’étais abasourdi. Moi qui n’avais eu que des rhumes, je me retrouvais avec un cancer apparemment avancé. J’appréciais à sa juste valeur la litote « nous allons essayer de vous sauver », qui signifiait, en fait, qu’ils me voyaient condamné. J’eus simplement la force de répondre : « on vit bien avec un seul testicule, avec un seul œil, alors pourquoi pas avec un seul rein. » Ils m’annoncèrent qu’ils allaient m’opérer dans la demi-heure, sortirent et laissèrent entrer mon épouse et les enfants qu’ils avaient mis au courant la veille au soir. Ma fille et mon fils étaient anéantis : tout indiquait qu’ils allaient perdre leur père.


J’eus environ trente minutes pour faire le point sur ma vie. Cette demi-heure fut sûrement la plus courte de mon existence. J’étais persuadé, vu la tête d’enterrement de tous ceux qui m’entouraient, que j’allais mourir avant peu. Je me dis que j’avais eu une belle vie, au sens où j’avais vécu vingt-quatre ans avec une femme aimée, que j’avais eu deux beaux enfants, et que je m’étais réalisé dans le domaine professionnel. Pour la première fois, j’étais confronté à la mort de manière concrète. Je la sentais jusque dans mes fibres, et je m’aperçus qu’elle ne me faisait pas peur, que ma vie avait été, certes, un peu courte, mais tellement pleine. En revanche l’idée de souffrir, plus exactement de me dégrader parce que, à ce moment-là, la douleur était insupportable, me fit horreur. Je me vis totalement diminué, incapable de prendre une cuillerée de soupe par moi-même. Cette vision m’effraya. Je voulais bien, à l’extrême rigueur, mourir, mais je pensais que je ne supporterais pas de devenir progressivement une épave et ce, en pure perte. J’eus le temps, durant ces trente minutes où l’on me désinfecta le ventre, où l’on me rasa, où l’on me fit passer une sonde gastrique par le nez, alors qu’on me l’avait bêtement enlevée la veille (c’est très désagréable), de penser à mon enterrement. Je ne résolus pas la question mais indiquai deux possibilités : un enterrement dans le cimetière de mes grands-parents, ou la dispersion de mes cendres dans la vallée de la Clarée et au sommet du Janus, dans ces Hautes-Alpes que j’avais tant aimées. Et puis, on m’emmena au bloc opératoire. Je tendis mes lunettes à mon épouse en lui disant que je n’en aurais pas besoin dans les heures qui venaient et en pensant en moi-même que je n’en aurais peut-être plus jamais l’utilité. J’eus les honneurs de la grande salle d’opération du CHU. On m’opérait en urgence, et une bonne vingtaine de personnes s’affairaient fébrilement autour de moi. Je remarquai que, comme elles portaient toutes un masque, je ne pouvais voir le visage de ces médecins et infirmières qui allaient m’ouvrir le ventre sans que, moi, je puisse les connaître. Comme j’avais très froid (l’extrême fatigue, l’inconnu devaient y être pour quelque chose), on m’enroula dans une couverture chauffante. Tout se passa très vite, chacun sachant très précisément ce qu’il avait à faire. On me prévint qu’on allait m’endormir, et qu’à « trois », je dormirais. J’entendis « deux » et je sombrai.


Je me réveillai six ou sept heures plus tard, complètement sonné, en découvrant que j’avais des tuyaux partout et le ventre strié de cicatrices. La cicatrice centrale faisait presque trente centimètres, et les chirurgiens m’avaient ouvert le ventre en trois autres endroits : pour me placer deux sondes afin d’évacuer le pus éventuel et, pour me coller, à l’endroit où se trouvait la tumeur, une poche en plastique appelée stomie ou encore, plus communément, anus artificiel. Bien sûr, j’avais été prévenu de cette pose, mais cela me faisait bizarre de penser que, pendant au moins six mois, j’allais déféquer par le ventre. Naturellement, on m’avait posé une perfusion pour m’alimenter, si bien que, pendant deux semaines, je ne vécus que grâce à ce goutte-à-goutte qui me fit regretter la bonne nourriture bien solide de tous les jours. Je me souviens d’un après-midi où mon fils était venu me voir et où, pour me faire bisquer, il regarda l’alimentation de la perfusion et dit : « cassoulet et omelette norvégienne ». J’appris donc à poser ma stomie, à en changer sans m’en mettre partout. Au bout de deux mois, je le faisais les yeux fermés. Un jour, dans le Sud-Ouest, alors que je revenais d’une étape du Tour de France, je me changeai, pour mettre un peu de piquant à la chose, au sommet d’une meule de foin. Plus sérieusement, les gens de l’hôpital avaient récupéré ma tumeur pour l’analyser, en faire une biopsie. L’examen devait durer une douzaine de jours. J’avais été rassuré à mon réveil par le chef de service qui, sans reconnaître qu’il s’était trompé, m’avait dit ne pas avoir vu de cancer généralisé, donc ne pas avoir eu besoin de m’enlever le rein gauche. Peut-être y avait-il un cancer local, simplement au niveau de la tumeur. Il ne me restait plus qu’à attendre. Au bout d’une semaine, on m’enleva la sonde par laquelle j’urinais. On me l’avait posée alors que j’étais endormi sur la table d’opération. Malheureusement, ma vessie ne redémarra pas. À l’intérieur du ventre nous avons des organes comme la vessie, les boyaux, sur lesquels nous n’avons aucune prise. Ce qui veut dire que, lorsque, artificiellement, on bloque ces organes, ils ne peuvent repartir que par eux-mêmes. Et ma vessie bouda. Nous étions un dimanche après-midi et, comme je ne pouvais pas uriner, elle se mit à gonfler, pleine de liquide. Me tordant de douleur, j’appelai l’infirmière qui arriva au bout d’un quart d’heure. Elle s’enquit d’un interne qui nous rejoignit après une longue heure. Je n’en pouvais plus. Les douleurs dont on souffre en cette circonstance sont les pires parmi celles que peut ressentir un individu avec, m’a-t-on dit, les coliques néphrétiques et les contractions qui précèdent l’accouchement. L’interne me posa une sonde urinaire, mais cette fois-ci je n’étais pas anesthésié. La douleur fut terrible, mais moindre que celle que m’occasionnaient les presque deux litres d’urine que contenait ma vessie, au bord de l’éclatement. Bref, je dus attendre quelques jours supplémentaires pour uriner comme le commun des mortels.


J’attendais les résultats de la biopsie avec impatience. Un jour, une infirmière d’un certain âge, que je n’avais pas encore vue, entra dans ma chambre pour m’examiner brièvement et me souhaiter bon courage. Elle repéra instantanément une petite pustule sur mon ventre, qu’elle entreprit de percer sans autre forme de procès avec un scalpel qu’elle avait sous la main. Le pus jaillit – je n’exagère pas – à deux mètres de haut, manquant de peu les yeux de l’infirmière. Je ne pus m’empêcher de rire, ce qui n’eut pas l’heur de plaire à la dame qui me dit que, si elle s’était pris du pus dans les yeux, cela aurait pu être gênant pour sa vue. Comme il est très difficile, dans les hôpitaux, de pouvoir dialoguer à fond avec les médecins qui sont débordés et qui, de toute façon, n’aiment pas trop se livrer aux malades, je décidai d’interroger cette infirmière sur mon cas.
— Que m’est-il arrivé, lui demandai-je ?
— Vous avez trop travaillé dans les années quatre-vingt, me répondit elle. Vous avez accumulé du stress.


Elle avait vu juste. Dans les années quatre-vingt, je n’avais pas compté ma peine. J’avais eu des activités syndicales importantes et, bien sûr, j’avais élevé des enfants en bas âge. Donc, m’expliqua cette dame, la fatigue s’était accumulée sous forme d’une boule dans mon ventre. Elle m’expliqua que les cancers (je ne connaissais pas encore le résultat de la biopsie) étaient très souvent dus à des chocs ou des problèmes psychiques : les cancers du sein ou de l’utérus résultaient souvent de problèmes affectifs, les angoissés se retrouvaient souvent avec des cancers de la gorge ou des poumons, tandis que les individus nerveusement fatigués avaient des cancers au bas-ventre. À la réflexion, j’avais été trahi par ma bonne santé, par mon organisme robuste qui ne m’avait lancé aucun signal d’alerte. Molière avait raison avec son malade imaginaire : quand on n’est pas malade, on est quand même peut-être malade, les gens bien portants étant des malades qui s’ignorent !
Le lendemain, le chef de service m’apporta les résultats de la biopsie. Ils étaient négatifs. Vu la taille de la tumeur, j’avais eu la très grande chance de ne pas avoir développé de cancer. Je lui fis observer que je préférais qu’il se fût trompé dans ce sens-là plutôt que dans l’autre. Lui et moi nous revîmes à de nombreuses reprises au Conseil Scientifique de l’Université de Poitiers où nous échangions systématiquement les salutations suivantes devant nos collègues, d’abord ébahis, puis amusés :
— Salut, charlatan !
— Toi, tu devrais être mort à l’heure qu’il est.


Que retenir de cette difficile épreuve ? J’ai eu pour la première fois de ma vie la conscience d’être mortel, de ressentir au plus profond de moi que, dès notre naissance, nous sommes programmés pour mourir. Un peu comme dans le feuilleton Mission impossible, notre corps est programmé comme la cassette qui s’autodétruit. D’être passé si près d’une issue fatale m’a fait encore plus aimer la vie, m’a fait encore plus croire en la devise des Romains carpe diem. Je n’oublierai jamais le premier petit-déjeuner qui me fut servi à l’hôpital après qu’on m’eut enlevé ma perfusion. Il s’agissait pourtant d’un café au lait en poudre, de biscottes banales, de confiture et de beurre industriels. Ces trois semaines d’hospitalisation me firent également connaître d’un peu plus près la souffrance humaine. Deux de mes voisins de couloir moururent pendant mon séjour. La veille de leur décès, je m’étais traîné jusqu'à eux, accroché à la potence de ma perfusion, pour discuter un peu. Ils ne se voyaient pas – en tout cas, ils n’en laissaient rien paraître – morts le lendemain. Je connus également un peu mieux les personnels hospitaliers, dans leur écrasante majorité des gens courageux et dévoués. Quelques mois plus tard, en pleine convalescence, j’allais grossir le cortège de leurs manifestations, pleinement en phase avec leurs revendications.


Les médecins m’avaient prescrit six semaines de repos après cette première opération. Comme je voulais être en forme pour la seconde, où l’on m’enlèverait la stomie (j’étais arrivé à la première opération dans un état d’épuisement extrême), je m’appliquais à marcher cinq kilomètres le matin et cinq kilomètres le soir. Si bien qu’au bout de trois mois, lorsque je revis mon chef de service préféré pour une visite de contrôle, j’avais fait mille kilomètres, ce que je lui annonçai fièrement. Je refis également des petits parcours d’une dizaine de kilomètres à vélo. Et puis j’appris à vivre avec cette poche, à faire cours avec elle, à aller en course, au cinéma avec elle. Je n’eus qu’un seul accident, heureusement à la maison. Une nuit consécutive à un repas où j’avais abusé du melon (excellent agrume, mais très laxatif), je dus me lever précipitamment, ma stomie étant pleine à rabord. Lorsque je l’ôtai dans la salle de bains, des matières fécales très liquides jaillirent de mon ventre et arrosèrent tout le mur en face de moi. « Complètement moucheté », avait dit Coluche dans un sketch bien connu. Tout cela n’était pas bien agréable, mais me fit comprendre, après Rabelais, que l’être humain n’est qu’une usine de transformation de nourriture en caca, légèrement améliorée par un cerveau.


Six mois après la première opération, je repassai sur le billard pour qu’on m’enlève la stomie, et pour pouvoir récupérer mes voies normales. J’étais en pleine forme, très heureux que l’épisode “ anus artificiel ” s’achève. Cette fois-ci, je n’eus droit qu’à une petite salle d’opération. Comme le chirurgien tardait, je demandai à l’anesthésiste où il pouvait bien être. Au moment où je posai la question, il entra et dit : « quand on parle du loup, on en voit la queue ». Je lui demandai s’il connaissait l’origine de cette expression. Il me répondit que non. Alors, je le lui expliquai. Bref, j’avais largement détendu l’atmosphère des lieux. C’est alors que le chirurgien me dit : « bon, ce n’est pas tout, mais j’ai une opération de six heures devant moi. Je vous endors. »


Les deux intestins sont des organes tout bêtes : deux simples tuyaux composés de plusieurs membranes, dont le rôle est de faire avancer et de transformer ce que nous mangeons. Mais la chirurgie des intestins est de la dentelle. D’où la longueur des opérations. La première intervention avait été d’autant plus longue (environ six heures) que la tumeur était coincée entre deux membranes, et que les chirurgiens avaient dû m’enlever quarante-cinq centimètres de côlon. La deuxième opération allait être tout aussi longue, le travail étant très minutieux. Et puis, il fallait bien que les chirurgiens aillent manger ou boire un coup. Je m’imagine le ventre ouvert, seul dans la salle d’opération, sous la garde d’une infirmière, espérons-le, pendant que l’équipe chirurgicale se tapait une bière six étages plus haut…


Il me reste deux séquelles de ces opérations. Pas bien graves, mais, à leur manière, légèrement handicapantes. Comme j’ai subi douze à quatorze heures d’anesthésie, les médecins ont dû me faire ingérer de bonnes doses de produits à base d’opium et de curare pour me maintenir endormi. Apparemment, je n’ai pas rejeté tous ces produits. J’ai donc perdu une bonne partie de la mémoire immédiate. Je dois donc faire très attention où je laisse mes clés, où je gare ma voiture, etc. En outre, l’ablation de quarante-cinq centimètres du gros intestin, le durcissement des chairs à l’intérieur du ventre ont exercé une traction sur le bassin qui s’est légèrement déplacé vers la gauche par rapport à son axe droit-gauche, et vers l’avant par rapport à son axe avant-arrière. Cela joue sur la colonne vertébrale et, moi qui souffre de la région lombaire depuis l’âge de dix-sept ans, je suis bien souvent affecté par des lumbagos.
Mon corps aime ainsi se rappeler à son bon souvenir.

Partager cet article
Repost0