Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 décembre 2012 5 07 /12 /décembre /2012 07:09

http://www.qcm-de-culture-generale.com/fiches_images/2621.jpgOn connaît tous cette anecdote concernant Picasso. Le grand Pablo est au restaurant avec des amis. Machinalement, il crayonne un dessin sur la nappe de la table. Le patron se rue sur lui :

 

 

   Monsieur Picasso, vous me signez ce dessin et je vous offre le repas, ainsi qu’à vos amis.

 

Et Picasso de répondre :

 

   Si je signe, je prends le restaurant.

 

Jean-Baptiste Corot n’était pas comme ça. Vers la fin de sa vie, le célèbre caricaturiste Daumier avait quasiment perdu la vue. Il se rend chez son ami Corot, très gêné, et lui demande de lui avancer le prix d’un mois de loyer. Corot lui achète illico  une maison à Auvers-sur-Oise. Il restait au créateur du célèbre Don Quichotte sept ans à vivre. En ce temps-là, comme peut-être demain chez nous, il était de grands artistes qui ne pouvaient pas se soigner et qui finissaient leur existence dans la misère la plus noire.

 

Corot aida ses amis, mais aussi des anonymes. Pour secourir quelques peintres débutants, il lui arriva de signer leurs toiles. Il avait d'ailleurs choisi une signature en majuscules facilement imitable. En 1871, il donna 20000 francs aux pauvres de Paris pendant le siège des Prussiens. En 1875, il donna 10000 francs à la veuve de Jean-François Millet pour l’aider avec ses enfants. Il offrit également une aide financière à un centre pour jeunes déshérités à Paris.

 


 

Partager cet article
Repost0

commentaires

BM 08/12/2012 14:04

Le propos de Picasso rapporté ici a été tenu après un repas avec... Marc Chagall, en 1952. Ils ne s'étaient jamais rencontrés avant, jusqu'à ce que des amis communs organisent cette rencontre. Le
courant passa très bien, à ce qu'on raconte.