Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 juillet 2016 3 13 /07 /juillet /2016 06:47

Des lecteurs très attentifs et qui veulent toujours mieux me connaître me demandent le pourquoi de cette série. L'idée m'en est venu en me remémorant ce que que me racontait ma mère lorsqu'elle avait 19/20 ans, durant la Seconde Guerre mondiale. Arras, où elle habitait, était alors bombardée très durement, toutes les nuits. Par les Alliés. Il y avait deux types de bombardement : ceux des Etats-Unis, avec des Forteresses volantes qui lâchaient leur grosse  purée de mort à 5 000 mètres d'altitude. Les bombes tombaient où elles pouvaient, rarement sur des objectifs stratégiques (il y en avait d'ailleurs fort peu à Arras). Et puis ceux des Britanniques, qui prenaient beaucoup de risque en volant à 2 000 mètres d'altitude et en essuyant le feu de la DCA.

 

Une demi-heure avant l'arrivée des avions, les sirènes retentissaient et les habitants couraient aux abris. Entre minuit et trois heures du matin. Un jour, ma mère, épuisée par ce rythme infernal, décide qu'elle préfère mourir plutôt que de quitter son lit. Horrifiée, ma grand-mère tente de la tirer jusqu'à l'escalier. En vain. Bien qu'amaigrie par les années de guerre, ma mère était trop lourde. Jusqu'à la fin de la guerre, ma mère restera dans son lit, parfois sans même être réveillée par les bombardements. Son sommeil était plus fort que tout.

 

Ce que je viens de raconter n'est pas une histoire à dormir debout. Ni même couché. Comme pour ce jeune garçon dont on peut imaginer qu'il s'est écroulé après avoir, justement, lu un conte à dormir debout...

Sieste (5)

Partager cet article

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans Tranches de vie
commenter cet article

commentaires

jean-jacques clement 13/07/2016 11:40

Il n'a que l'embarras du choix pour son livre de chevet...