Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 août 2011 7 14 /08 /août /2011 09:11

Maxime Vivas. Dalaï-lama. Pas si zen. Max Milo. Paris : 2011.

 

Disons-le tout de suite pour ne plus y revenir : le titre du dernier ouvrage de Maxime Vivas est un peu décevant. Nous ne sommes pas ici dans une sotie, comme le laisse entendre cette accroche un peu légère, mais dans l'analyse politique rigoureuse d'un des mythes politiques les plus déroutants des soixante dernières années.

 

S'il est un personnage mondial consensuel aujourd'hui, c'est bien l'homme à la toge safran. Y toucher est aussi déplacé que remettre en cause la virginité de Mère Teresa, autre icône "pas si zen". Voyons comment, en 2008, Le Figaro rendait compte de la rencontre entre le d-l et la "première dame de France"*, comme on dit dans la presse respectueuse (j'emprunte cet adjectif au titre d'une pièce de Sartre) :

 

Un homme, chef religieux, une femme, épouse de président. Ils se sont entretenus, vendredi, seul à seule à huis clos, pendant une petite demi-heure, dans le temple bouddhique de Lerab Ling, près de Lodève, à flanc de Larzac. Lui, le dalaï-lama venait de consacrer ce qui est maintenant le plus vaste temple bouddhique d'Europe. Elle, Carla Bruni-Sarkozy, représentait son mari pendant une cérémonie religieuse recueillie, très colorée.

 

Rien n'a filtré de cet entretien qui s'est déroulé, après l'office, dans l'appartement du maître bouddhiste, au-dessus de la salle de prières. Matthieu Ricard**, proche du dalaï-lama et son traducteur officiel en français, a simplement commenté : «Ils se sont rencontrés en privé. C'est d'ordre confidentiel. Il n'y a rien à dire ni rien à cacher.» Sauf que l'épouse du président, en robe bleu marine et châle violet, chaussée de sandales légères (faciles à retirer pour entrer comme il se doit dans la salle de prières), ne cachait pas sa joie après cette entrevue, une kata en main, ce ruban d'étoffe blanche reçu en signe d'hospitalité.

 

Tout comme le ministre des Affaires étrangères, Bernard Kouchner, visiblement satisfait d'être là. Il a eu, lui aussi, un court entretien avec le dalaï-lama, dont une partie en présence de Rama Yade, secrétaire d'État aux Droits de l'homme. Là encore, le silence - sans doute la grâce du lieu - était d'or. Sinon une phrase lancée à la volée avant de s'engouffrer dans une voiture : «Je lui ai dit qu'il était toujours le bienvenu en France !»

 

Roland Barthes eût été très inspiré par cet extrait d'article. On a le mystère du huis-clos, la collusion de la République française avec la branche intégriste d'une religion qui nous vient d'Asie, le temps précieux du saint homme ("une petite demi-heure"), la connotation people et Femmes Pratiques (les sandales légères), la hiérarchie de fer imposée par le d-l : Kouchner reçu moins longtemps que Carlita, mais plus longtemps que Rama, cette caution morale que le monde entier nous enviait.

 

http://www.chine-chinois.com/blog-chine/wp-content/uploads/2008/12/carla-bruni-soutien-gorge.jpg

 

                                                                   " No bra, Mrs Carla ?"

 

 Alors, avant de nous plonger dans la lecture du livre de Maxime Vivas, on peut reprendre l'un des meilleurs albums de bandes dessinées du XXe siècle : Tintin au Tibet. Cet album fut célébré par le d-l lui-même en 2006, car il lui fit obtenir le prix Lumière de la vérité, l'une des récompenses décernées par l'International Campaign for Tibet. Conçu à la fin des années cinquante par un Hergé qui n'était pas spécialement de gauche et pas hostile à l'idée d'un Tibet indépendant, Tintin au Tibet nous offre néanmoins le spectacle d'un pays arriéré, à la population misérable, aux moines pullulants et un peu dingos, gouverné par une théocratie de fer et richissime.

 

L'utilité primordiale du livre est d'expliquer par a + b que, derrière son sourire si doux, le d-l est un homme politique comme un autre, pragmatique, n'hésitant pas à se renier, avide de pouvoir, adepte de méthodes fortes (alors qu'il n'est même pas aux affaires), artiste en communication au point d'avoir berné quantités de bobos qui, jamais au grand jamais, n'accepteraient pour eux le bras régulier et séculier de ce potentat. L'article 19 de la charte de gouvernement du d-l stipule : "Le pouvoir exécutif de l'administration tibétaine est dévolu à Sa Sainteté le dalaï-lama, et doit être exercé par lui, soit directement soit par l'intermédiaire d'officiers qui lui sont subordonnés." Au moment où, observe l'auteur, nos églises se vident, il est rassurant de goûter à des rites prétendument immaculés mis en scène par un "Bisounours international pour grandes personnes".

 

Plutôt "père fouettard", le d-l. Celui qui représente 2% des bouddhistes de la planète, vexé que tous les pays membres de l'ONU (à commencer par les Etats-Unis) reconnaissent en le Tibet une région chinoise, exercent sur ses propres dissidents des représailles plus que mesquines. Ainsi, les 100000 partisans de la déité Dordjé Shougden, qui agréait autrefois au saint homme (il fut initié en 1959, s'en détacha en 1978 et l'interdit en 2010), subissent de graves discriminations dans leur vie quotidienne.

 

L'état de sainteté n'aide pas Tenzin Gyatso (son nom de naissance) à choisir ses relations. L'auteur raconte comment, en 1994, le d-l avait voulu réunir à Londres des personnalités occidentales ayant connu un Tibet indépendant. Sur les sept personnalités, il y avait deux Waffen SS et un ancien diplomate chilien proche de Pinochet. Comme Margaret Thatcher, le d-l devait, par la suite, demander au gouvernement britannique de libérer l'ancien dictateur chilien. L'un des deux anciens SS, Heinrich Harrer, brillant alpiniste, avait été un proche de Himmler. Il vécut les années d'après-guerre à Lhassa, où il fut annobli et où il devint l'ami et le précepteur du d-l alors adolescent (il lui apprit à serrer la main à l'occidentale, ce qui ne s'oublie pas).

 

http://socio13.files.wordpress.com/2008/12/le-petit-blanquiste.jpg?w=360&h=261

 

                                                          Harrer est à la gauche de Hitler ...

 

 

http://www.tibet.net/en/flash/2006/0106/images/pic4.jpg

 

 

                                                      ... Et à la droite de son jeune ami 

 

 

De 1950 à 1959, Tenzin va régner neuf ans, sans impulser la moindre réforme qui aurait pu sorti son pays de l'arriération. Pendant dix ans, le d-l et le pouvoir communiste cohabiteront sans grande crispation. Le jeune homme occupera des fonctions importantes au sein de l'appareil (élu vice-président du comité permanent de l'Assemblée populaire nationale en 1954). Tenzin va alors jouer double jeu : écrire des poèmes à la gloire de Mao et encourager des foyers de rébellion dès 1956.

 

C'est le gouvernement de Pékin qui abolira le servage et l'esclavage, une mesure concernant 95% de la population. En exil en Inde, Tenzin va danser une succession de pas de clercs, demandant tantôt l'autonomie, tantôt l'indépendance totale du Tibet puis du" Grand Tibet", un territoire immense où les Tibétains sont minoritaires. Il sera commandité en sous-main par la CIA, grâce aux subsides du National Endowment for Democracy (Fondation nationale pour la démocratie), cet organisme dont le but officiel est de "renforcer les institutions démocratiques dans le monde", mais qui s'est illustré contre les Sandinistes au Nicaragua en 1990 et au Venezuela en 2002. De 1959 à 1972, 180000 dollars ont été personnellement versés à Tenzin.

 

Nous sommes en présence d'un pouvoir personnel autocratique et théocratique très fort. D'autant plus fort qu'il fut soutenu en France par le considérable Robert Ménard. Ce pouvoir vient de loin. Comme l'observait en 1920 la célèbre orientaliste Alexandra David-Néel :

 

"La vie sociale de ce vaste et aride pays ressemble à celle de notre Moyen-Âge. La souveraineté du clergé y est fortement établie. Le monarque absolu du pays en est le grand chef religieux, un pontif tenu pour supra humain."

 

Les sourires de Carla, Rama et Bernard n'y ont pas changé grand-chose.

 

 

 

 

* "Humble disciple", certes, mais sans soutien-gorge*, comme le relevait facétieusement le site chinois.com  

 

** Matthieu Ricard est le fils de Jean-François Revel et le beau-fils de Claude Sarraute.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

more here 16/09/2014 13:06

This is an article that talks about the title of the latest book by Maxime Vivas. It is very true that the title of the book is really a little bit disappointing. The Dalai Lama is certainly a holy man.

Bernard Gensane 14/08/2011 23:02


Question super intéressante à laquelle je réponds volontiers : j'ai des pouvoirs surnaturels. J'ai demandé le bouquin à l'éditeur et il m'a obéi à la seconde.
Pour finir, votre question m'intéresse.
Il se trouve que l'auteur était interviewé ce soir par FR3 Toulouse. Le journaliste était très agressif. Pensez : quelqu'un qui n'est pas dans l'air du temps et qui a pris la peine de lire les
textes que le lama a pondu depuis 40 ans. Le petit merdeux dit donc à Vivas : "vous venez de publier un livre controversé". Alors, controversé par qui, puisque le livre n'est pas sorti ? C'est
comme cela que les grands journalistes façonnent l'opinion.


Serge LEFORT 14/08/2011 20:11


Comment avez-vous fait pour lire et analyser ce livre qui paraîtra le 18 août ?