Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 septembre 2021 5 03 /09 /septembre /2021 05:19
 
 
 
 
 
 
 
La disparition progressive des temps (subjonctif, passé simple, imparfait, formes composées du futur, participe passé…) donne lieu à une pensée au présent, limitée à l’instant, incapable de projections dans le temps.
 
 
La généralisation du tutoiement, la disparition des majuscules et de la ponctuation sont autant de coups mortels portés à la subtilité de l’expression.
 
 
Supprimer le mot « mademoiselle » est non seulement renoncer à l’esthétique d’un mot, mais également promouvoir l’idée qu’entre une petite fille et une femme il n’y a rien.
 
 
Moins de mots et moins de verbes conjugués c’est moins de capacités à exprimer les émotions et moins de possibilité d’élaborer une pensée.
 
 
Des études ont montré qu’une partie de la violence dans la sphère publique et privée provient directement de l’incapacité à mettre des mots sur les émotions.
 
 
Sans mot pour construire un raisonnement, la pensée complexe chère à Edgar Morin est entravée, rendue impossible.
 
 
Plus le langage est pauvre, moins la pensée existe.
 
 
L’histoire est riche d’exemples et les écrits sont nombreux de Georges Orwell dans 1984 à Ray Bradbury dans Fahrenheit 451 qui ont relaté comment les dictatures de toutes obédiences entravaient la pensée en réduisant et tordant le nombre et le sens des mots.
 
 
Il n’y a pas de pensée critique sans pensée. Et il n’y a pas de pensée sans mots.
 
 
Comment construire une pensée hypothético-déductive sans maîtrise du conditionnel ? Comment envisager l’avenir sans conjugaison au futur ? Comment appréhender une temporalité, une succession d’éléments dans le temps, qu’ils soient passés ou à venir, ainsi que leur durée relative, sans une langue qui fait la différence entre ce qui aurait pu être, ce qui a été, ce qui est, ce qui pourrait advenir, et ce qui sera après que ce qui pourrait advenir soit advenu ? Si un cri de ralliement devait se faire entendre aujourd’hui, ce serait celui, adressé aux parents et aux enseignants: faites parler, lire et écrire vos enfants, vos élèves, vos étudiants.
 
 
Enseignez et pratiquez la langue dans ses formes les plus variées, même si elle semble compliquée, surtout si elle est compliquée. Parce que dans cet effort se trouve la liberté. Ceux qui expliquent à longueur de temps qu’il faut simplifier l’orthographe, purger la langue de ses « défauts », abolir les genres, les temps, les nuances, tout ce qui crée de la complexité sont les fossoyeurs de l’esprit humain. Il n’est pas de liberté sans exigences. Il n’est pas de beauté sans la pensée de la beauté.
 
 
 
 
Christophe Clavé
Pauvreté grandissante de la langue française
Partager cet article
Repost0
31 juillet 2021 6 31 /07 /juillet /2021 05:12

Mon vieil ami Benoit Vitse a récemment raconté dans son blog une séance de signatures dont il fut le héros.

J'étais assis avec mes livres sur la petite table en bois et j'attendais. A la Maison de la Presse on ne se pressait pas. Comme je n'avais pas trop de clients, la direction m'apporta gentiment un café. Devant moi s'étalait en grosses lettres la une du journal local : « Il porte plainte contre Léon le paon ». Et en page 3 : « Un habitant veut faire taire Léon ; les propriétaires du paon contre-attaquent. » Certes on comprend l'émotion que peut susciter un tel événement, mais j'étais quand même surpris de constater que le journal se vendait vite, au point qu'il a fallu rapidement réapprovisionner le casier. 

 

Un monsieur, me voyant si seul, face à tous ces titres de la presse, vient me voir.

 

  • C'est vous que vous l'avez écrit ?

  •  

  • Oui, enfin celui-là, oui. L'autre, je l'ai traduit.

  •  

  • Moi, des livres, j'en ai sur ma table de nuit que je sais plus où mettre ma lampe. Alors, je vais pas en reprendre encore, vous comprenez.

  •  

  • Je comprends.

  •  

« On ne peut pas mettre une ficelle autour du bec de Léon ; ce n'est pas possible, on est à la campagne ! »

 

« Je vous rappelle que le paon est un animal exotique, qu'il vit dans les forêts d'Asie du sud, en Inde et au Sri Lanka et qu'il n'a pas sa place dans une ferme ou une basse-cour française. »

 

De mon côté, j'ai tout de même eu la visite de quelques acheteurs de mon bouquin, qui sont repartis avec leurs dédicaces. Je me suis appliqué. J'ai soigné mes premières dédicaces. J'étais plus impressionnés que les gens qui m'achetaient le livre. 

 

Une dame est venue me trouver, me croyant vendeur du magasin, pour me demander si je savais pourquoi la semaine précédente il n'y avait pas le programme-télé dans le Courrier Picard. Franchement, je n'en savais rien et j'en étais désolé. 

 

  • Bon, je vous demander à la vendeuse là-bas, elle a l'air plus dégourdie.

  •  

« La nuit, il braille tout le temps, toutes les sept minutes, j'ai calculé. Dès que les jours augmentent, en mars-avril, il gueule tout le temps et il se calme au début de l'été. »

 

« La nuit, c'est uniquement le temps de l'accouplement, jusqu'au 21 juin. Et puis, il crie un coup et c'est tout. Il crie aussi quand une voiture passe, mais c'est nettement moins pénible qu'un chien qui aboie sans arrêts ! »

 

  • Vous pouvez me faire une dédicace qui ne serait pas pour moi ?

  •  

  • Bien sûr.

  •  

  • C'est pour un copain, Lucien. Lui, il ne viendrait pas, alors j'y vais pour lui. Parce que moi, je ne lis pas et lui, il ne se déplace pas, alors on se débrouille. 

  •  

  • « A Lucien, avec toute ma sympathie pour ce lointain lecteur ».

  •  

« Les sons et les odeurs font désormais partie du patrimoine commun de la nation, au cas où vous ne sauriez pas. Et puis, à part lui, j'ai tout le village avec moi. »

 

« Je serai peut-être appelé à le faire abattre, pas par moi, mais par un ami chasseur. Et qu'on ne me dise pas que je n'ai pas le droit, je suis justement dans mon droit. »

 

« Quand on n'aime pas les bruits de la campagne, on va ailleurs. »

 

« C'est faux que je n'aime pas la campagne, c'est moi qui a décidé de vivre ici. Mais pour moi la campagne, c'est le calme. »

 

Ma petite entreprise, à côté de ces grands drames passionnels, n'a pas connu la crise néanmoins : j'ai vendu cinq livres, ce qui n'est pas si mal pour un débutant. Et au moment où je remballais et qu'on vendait les 253ème exemplaires du type qui porte plainte contre Léon, une femme élégante se précipite vers moi :

 

  • Ma copine a acheté ce livre, je le veux absolument.

  •  

  • Mais madame, le client est roi. 

  •  

Et je suis sorti de la Maison de la Presse en me pavanant comme un paon.

 

Une séance de signatures dans une librairie de Beauvais
Partager cet article
Repost0
29 juillet 2021 4 29 /07 /juillet /2021 05:04

Toujours se méfier de ce qui est popularisé par l’Empire zunien. Ainsi les expressions « race caucasienne », « type caucasien ».

 

Pour l’anthropologie moderne – disons depuis les travaux de Lévi-Strauss – il n’y a pas de race. Il n’existe qu’un genre humain, avec des différences de surface et, surtout, des perceptions différentes. En 1978, je résidais en Côte d’Ivoire. Ma femme et ma fille âgée de trois ans étaient blondes comme les blés, et moi châtain clair. Un jour, ma fille me dit que je n’étais pas blanc, parce que, d’une part, elle confondait « blond » et « blanc » et que, d’autre part, elle me percevait comme plus proche de tous les Africains qui nous entouraient que de sa mère et d’elle.

 

L’utilisation du terme « caucasien » est une aberration qui, aujourd’hui, nous vient des États-Unis, et qui est désormais reprise sans vergogne et en pleine connerie par la police et la justice française. Et bien sûr par les médias.

 

Au XIXe siècle, les anthropologues utilisaient le terme « caucasien » (ou « europoïde) pour désigner des populations d’Europe, d’Afrique du Nord, du Moyen-Orient et d’Asie du Sud. Cette typologie a fait long feu chez nous, mais pas aux États-Unis où le terme « caucasien » signifie juridiquement parlant « race blanche » ou « d’origine européenne ». Outre-Atlantique, le terme « leucoderme » (peau blanche) a pu être employé par des scientifiques, mais aussi dans des développements à vocation raciste. De nos jours, en effet, le concept de race est un concept politique, à la rigueur social.

 

Les évolutions à l’intérieur du genre humain ont été conditionnées par des nécessités d’adaptation. Par exemple, lors de la dernière période glaciaire (40-50 000 ans), quand l’Europe et l’Asie ont été colonisées par des humains venant du Sud, la peau s’est éclaircie pour des raisons de captation de bonnes vitamines et d’exposition aux ultra-violets.

 

L’utilisation du terme « caucasien » date de la fin du XVIIIe siècle lorsque l’anthropologue Johann Friedrich Blumenbach divise le genre humain en cinq races : les Caucasiens (les Blancs), les Mongols (les Jaunes), les Malais (les Marron), les Éthiopiens (les Noirs), les « Américains » (les Rouges). Pour Blumenbach, la race caucasienne était la première, dans les deux sens du terme. Ce, depuis Noé, son arche amarrée près du monde Ararat, à la frontière entre la Turquie et l’Arménie. Plus tard, Jupiter enchaînera Prométhée à un rocher dans les montagnes du Caucase. Pour le scientifique allemand, les crânes des Géorgiens étaient l’illustration parfaite de la race blanche. Blumenbach fonda la théorie dégénérationniste selon laquelle les humains proviennent d’une souche unique et que les différences sont dues à des modifications climatiques réversibles. Contemporain d’Emmanuel Kant et ayant eu connaissance de ses traités sur les races humaines (Von den verschiedenen Rassen der Menschen), Blumenbach va réviser ses positions vers 1790 en admettant que  certaines différences phénotypiques pourraient être irréversibles. Dans les pas de Kant (et de Buffon), il reconnaît qu’il ne peut y avoir une séparation radicale entre une race et les autres, qu’aucune race n’a la préséance sur les autres, qu’aucune race ne peut revendiquer à elle seule la qualité d’être humain – en réduisant les autres à l’indignité de l’esclavage – et que, comme le métissage, la fécondation entre races est possible, les humains ne forment qu’une seule espèce ayant la même origine.

 

En rédigeant leurs PV, les flics français — mais aussi les militants d’une certaine cause noire plus que douteuse – feraient bien de garder cela à l’esprit.

 

 

De la « race caucasienne »
Partager cet article
Repost0
2 juillet 2021 5 02 /07 /juillet /2021 06:20

J’avoue que, sans Walt Disney, l’existence de Pocahontas (1595-1617) m’aurait complètement échappé.

 

Son vrai nom était Matahoka, « petite plume des neiges ». Elle appartenait à la tribu Powhatan qui vivait dans l’actuelle Virginie. Lorsque les Anglais abordent les côtes de Virginie en 1607, leur chef, John Smith, établit une colonie mais il est fait prisonnier par le père de Pocahontas, alors âgée de 12 ans. La gamine n’a pas froid aux yeux (Pocahontas signifie « petite dévergondée »). Elle va se lier d’amitié avec l’Anglais et lui sauver la vie à plusieurs reprises. On ne saura jamais quelle fut la nature exacte de leur relation (hum, hum…).

 

En 1609, John Smith est victime d'une explosion accidentelle de poudre. Il est alors rapatrié en Angleterre. Les Anglais annoncèrent aux indigènes que Smith est mort et Pocahontas le croit pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu'elle aille elle-même en Angleterre en 1616.

 

Á 14 ans, Pocahontas épouse Kocoum, avec qui elle a un enfant. Ce mariage ne dure pas car elle est enlevée par les Anglais qui se servent d’elle comme monnaie d’échange contre des prisonniers détenus par son père. Le Chef Powhatan renvoie les prisonniers mais ne rend pas les armes. Pendant une année, Pocahontas est retenue à Henricus, une autre colonie anglaise. Il parait qu’elle y apprend les bons usages et la courtoisie. Mais elle y est également violée. Elle rencontre John Rolfe, un des premiers planteurs de tabac anglais. Ils se marient en 1614. Elle est baptisée sous le nom de Rébecca. Leur fils Thomas naît en 1615. Pour pacifier les relations entre les Powhatan et les Anglais, Pocahontas se rend en Angleterre. Il est possible qu’elle ait rencontré le roi Jacques Ier.

 

En mars, le couple décide de retourner en Virginie, mais Pocahontas est victime d’une maladie pulmonaire. Elle meurt à l’âge de 22 ans. Elle est enterrée à Gravesend. Rolfe retourne seul en Virginie, laissant leur fils Thomas en Angleterre. Thomas retournera en Virginie après la mort de son père.

 

Beaucoup de vieilles familles de Virginie font remonter leur lignée à Pocahontas. C’est le cas d’Edith Wilson, la femme du président Wilson ou de de Nancy Reagan.

 

Femmes au pouvoir (11)
Partager cet article
Repost0
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 04:59

Enfin ! la rencontre au sommet entre Stéphane Riand et Bernard Gensane a eu lieu. Cette rencontre gastronomique (forcément) me permit de dire à Stéphane que son site l'1dex, auquel je collabore depuis 10 ans – peutaing 10 ans !, est progressiste, éclectique et de qualité, et de constater pour la nième fois que, autant les Suisses ont une connaissance approfondie de la France et des Français, autant ceux-ci ne leur rendent pas la pareille.

 

Je reprends ici un texte écrit en 2017 en l'honneur de ce site.

 

Depuis plusieurs années, je suis le blog L’1Dex, pour un Valais critique et libertaire de Stéphane et Béatrice Riand, deux citoyens valaisans qui me font le plaisir et l’honneur de reprendre nombre de mes rubriques. Stéphane est avocat et sa femme professeur de littérature et de psychologie de formation. Ils auraient beaucoup plu à leur presque voisin Voltaire : deux esprits libres et originaux. Le Valais est un des cantons sud de la Suisse. Sa capitale est Sion (35 000 habitants). 

 

Ils se sont lancés dans une entreprise très ambitieuse : la réalisation d’un magazine papier, dont j’ai sous les yeux la première mouture de 270 pages. Un deuxième numéro sortira en décembre 2017.

 

Le Valais et ses 300 000 habitants s’expriment magnifiquement dans cette publication. Et ce, sans même un article sur les coucous suisses ou le cul propre des vaches helvétiques.

 

Culture, gastronomie, santé, politique, justice, géopolitique, sans oublier d’heureuses facéties (les valais’âneries ou un succulent article, “Autant en emporte le vent”, sur le pet et la vesse), tous ces thèmes nous disent en creux que le monde (et donc le Valais) est plein de gens qui ont des choses à dire, profondes, pensées. 53 Valaisans qui se sont retroussés les manches pour créer une plateforme intellectuelle. Voir, par exemple, une série d’articles très originaux sur la Catalogne. C’est cela la culture, vivante et qui s’inscrit dans le temps long, le contraire de Twitter. J’ai bien aimé ce que le journaliste valaisan André Crettenand, directeur de l’information de TV5 Monde, explique dans son édito introductif : « Des rêveurs enthousiastes parient sur la parole écrite. […] On est vite débordé par le foisonnement des idées et des concepts. […] Il n’y a pas de mal à rêver l’avenir. […] Les hauteurs nous ont donné le goût de l’excellence. Et trop souvent inspiré une modestie contrainte. Le projet de l’1Dex Mag donne à voir une multitude de talents. Sans aucun complexe. Et leur assemblage dans cette revue qui a tout de l’essai générera un sentiment de fierté et beaucoup de plaisir. »

 

Si vous ne vivez pas à côté d’un kiosque suisse, vous pouvez commander le Mag ici :  mag@1dex.ch

 

Post Scriptum de L’1Dex : un grand merci à Bernard Gensane, le Lyonnais, pour son texte. Il nous a fait chaud au coeur !

Stéphane Riand, Bernard Gensane : enfin la rencontre au sommet !

Je suis en déplacement quelques jours. Mais le blog continue tout seul comme un grand.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 04:58

... quand on comprend le sens des expressions suivantes et qu'on les a utilisées soi-même :

On sait qu'on est un peu vieux...
Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 05:06

Un Facebookien nous a suggéré que, sans indiquer notre âge, de disions quelque chose qu'une jeune personne ne comprendrait pas. Il a reçu plus de 600 réponses, dont je donne ici quelques exemples.

 

Je commence par moi : 

 

Félix Gaillard fut un sympathique mais éphémère président du Conseil sous la Quatrième République.

 

et 

 

J'étais sûr qu'André Darrigade battrait Van Steenbergen au sprint. Enfoncé le Flahute !

 

Moulinette Moulinex

Moulin à café mural

Un disque 45 tr ou 78 tr

Mettre un disque sur un Teppaz

Chapeau melon et bottes de cuir

« Tu veux bien rembobiner la cassette des Rubett’s avant de la mettre dans l’autoradio ! »

Allez a une boum ou surprise party

Repasse la face B

Ampoule de la télévision brûlée

Mince, je n'ai plus de disquette. Faudra aller en acheter, j'ai mon travail a terminer

Walkman

Non maman, c’est papa, pas moi qui était sur 3615 ULLA

J'adore les treets, les mars et les twitz

Eteins ta musique de sauvage !! (les Stones, Doors... et autres mauvais !!!)

Cette fois j'attends pas la deuxième série de slows

100 lignes,et sans papier carbone

Faut pas pousser Mémé dans les orties

Prends un livre

J'ai pas le niveau pour passer en C je passe en A 3

Orangina, ça fait plaisir

Magnétoscope

Merde

Faire des albums de photos

Boyard papier maïs

trois paquets de P4, s'il vous plaît

Gitanes bleues sans filtre

Disque bleu Caporal

2 doigts coupe faim

La semaine des 4 jeudis

100 sous

Ajuster l'antenne de la tv pour avoir une meilleure réception

On va faire un rando en forêt c'est toi qui tiens la carte

La semaine prochaine j’enlève le bas

Une tanée

Passe la serpillière (la ouassingue si tu es chti)

C'est bath !

Remonter ma montre

Je me lève quand un adulte entre dans ma classe

J'ai oublié mon Bled a l’école

L’imparfait du subjonctif

5 colonnes à la une, la Caméra explore le temps, les Dossiers de l'écran, Apostrophes

Il est beurré comme un petit lu

Ô temps, suspends ton vol!
Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 05:06

 

Une exposition sur les langues s’est tenue le week-end dernier à Lyon. J’étais à deux doigts de m’y rendre, intéressé tout particulièrement par l’orthographe du langage des SMS. Mais je m’arrêtai net devant l’affiche programmatique, méchamment interpellé par le carré orange sur lequel figurait : « Quelle langue parlait Cro-Magnon (ne) ? »

 

Même au sein d’un aréopage aussi scientifique que celui des organisateurs de cette biennale, la connerie de la bien-pensance avait encore frappé.

 

Notons tout d’abord que « Cro-Magnon » tout seul ne veut rien dire. Dans les études préhistoriques, on parle de « l’homme de Cro-Magnon ». D’abord parce que le squelette que l’on a le mieux reconstitué était celui d’un homme, contrairement à celui de Lucy qui était celui d’une femme. Un homme tout comme l’était d’ailleurs Toumaï, âgé de 7 millions d’années, découvert par mon collègue de Poitiers Michel Brunet (j’ai tenu en main la demi-mâchoire d’Abel, 3,6 millions d’années, ramenée d’Afrique par Brunet et j’en frissonne encore !).

 

Pourquoi « Cro-Magon » ? Tout simplement parce que « cro » signifie « trou » – les squelettes de 5 de nos ancêtres furent découvert dans un abri au bas d’une falaise – et « Magnon » était le nom du propriétaire du terrain.

 

Pour faire plaisir aux précieux qui veulent à tout prix féminiser et raciser, je signale que l’homme de Cro-Magnon, ainsi que sa femme vraisemblablement, étaient plus foncé.e.s de peau que nous, misérable.e.s Françai.e.s d’origine. Je signale également que son cerveau, ainsi que celui de sa femme, j’imagine, était plus volumineux que le nôtre. Enfin, je note que les cinq squelettes découverts il y a 27 680 ans (à 270 ans près) étaient plus grands en taille que la moyenne des Périgordins d’aujourd’hui.

 

Bref, j’ai tourné les talons. Et aussi les talones !

 

PS : un collègue de Paris 3 a reçu d'une étudiante (qui ne sait pas qu'on peut dire “ bonjour ” à une copine mais pas à son professeur) la note explicative suivante :

 

 

Bonjour,
Je me suis en fait trompé.e de sujet pour mon dossier et je n'ai donc pas travaillé sur celui qu'il fallait. J'ai travaillé à la place sur la description de Frantext, et je me suis rendu.e compte trop tard que ce n'était pas le bon sujet. J'ai donc essayé de faire le bon sujet mais je n'avais pas assez de temps et c'est donc ça que j'ai rendu sur iCampus. Je peut mettre mon autre travail sur la description de Frantext si cela peut me permettre d'avoir une note. Je suis vraiment désolé.e pour cette erreur de ma part et de vous avoir incommodé. Merci de votre compréhension."

 

 

La femme de l’homme de Cro-Magnon est à Lyon !
Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 05:02

 

 

Gilbert Bécaud l’a ingénument fantasmée et chantée.

 

Entre Louis XV et elle, ce fut miraculeux. Il était dépressif, elle pétillait de vie. Il était un amant fougueux, elle souffrit de problèmes gynécologiques à répétition : fausses couches, leucorrhée douloureuses. Petit exploit, elle va rester la favorite tout en cessant d’être la maîtresse du roi et en se faisant accepter par la reine.

 

Leur première rencontre avait été mise en scène par de riches fermiers généraux – les célèbres frères Pâris, l’un d’entre eux étant peut-être le père de Madame Pompadour – qui l’avaient programmée pour la couche royale afin d’obtenir des marchés avantageux.

 

La liaison entre Madame Pompadour et le roi va durer 19 ans. Cinq ans comme maîtresse, 14 ans comme confidente.

 

Intelligent, très cultivée, elle va soutenir l’Encyclopédie des philosophes. Elle écrit, chante l’opéra, joue la comédie.

 

Surtout, elle va organiser les plioirs sexuels du roi en mettant dans son lit des jeunes filles qui n’appartiennent pas à l’aristocratie. Comme Louis XV redoute les maladies vénériennes, les jeunes filles sont vierges et appartiennent à la bourgeoisie. Deux ou trois fois par semaine, le roi reçoit ces demoiselles, qui résident dans les salons discrets du bien nommé lieu-dit versaillais “ Le parc aux cerfs ”. Lorsque les jeunes filles atteignent la majorité, le roi leur procure de beaux mariages en les dotant généreusement.

 

Madame de Pompadour va poursuivre sa carrière d’influenceuse, comme on dirait aujourd’hui. Elle impose ses goûts vestimentaires et capillaires : elle lance les coiffures sans poudre et les pantalons bouffants. Et elle joue un vrai rôle politique en conseillant au roi de signer un traité d’alliance avec l’Autriche au détriment de la Prusse.

 

Elle meurt à 42 ans de congestion pulmonaire.

 

Femmes au pouvoir (7)
Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:09
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme

Partager cet article
Repost0