Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 06:07

Le 7 août 2016, le handballeur Nikola Karabatic a déclaré sur les antennes de France Info que ça le « faisait chier » d’avoir à reparler des deux médailles d’or remportées par l’équipe de France de Handball lors des jeux olympiques de 2008 et 2012.

 

On comprend parfaitement qu’un sportif préfère se projeter vers les compétitions à venir plutôt que de se pencher avec nostalgie sur des moments de gloire passés.

 

Karabatic est un génie du handball. En matière de paris suspects, je ne me prononcerai pas. Mais pour ce qui est du langage ordurier, j'estime qu'il tient le pompon. Tout comme, d’ailleurs, le journaliste de France Info qui aurait très bien pu couper cette saillie au montage.

 

Je ne voudrais sûrement pas passer pour un ronchon bégueule mais si les radios du service public ne respectent pas les niveaux de langue, qui les respectera ? On ne s’exprime pas devant 1, 2, 3 millions d’auditeurs comme on le ferait dans sa cuisine ou dans une émission d’Hanouna.

 

 

Il y a trente ans, l’expression « faire chier » était le summum de la vulgarité. Aujourd’hui, on entend des petites filles de sept ans dire : « Je m’en bats les couilles ». Je ne suis pas contre le changement mais je me demande ce que cela peut apporter à notre langue, à notre civilisation.

 

Il y a une quinzaine d’années, ma femme enseignait à l’université de Tours. Dans un de ses cours magistraux, une de ses étudiantes arrivait systématiquement en retard en faisant bien claquer la porte de l’amphi. Un jour, ma femme se résolut à dire à cette malotrue qu’elle en avait soupé de ce petit manège. Réponse de l’étudiante : « Vous me faites chier ». Ma femme écrivit au président de l’université pour demander que l’étudiante passe en conseil de discipline. Un fonctionnaire étant tenu de respecter la voie hiérarchique, la lettre dut passer par la doyenne de l’UFR qui bloqua la demande. Lorsque ma femme l’apprit, elle demanda à la doyenne d’expliquer son refus. Réponse : « ce n’est pas si grave, elle aurait pu te casser la figure ».

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
11 juillet 2016 1 11 /07 /juillet /2016 05:50

Où l'on retombe dans les stéréotypes ...

 

 

Menu pour conquérir une fille (2010)

 

Petit déjeuner

Chocolat, thé ou café sucré avec beaucoup de lait

Pain ou biscottes sans sel avec confiture

Yaourt

Œuf à la coque

 

Déjeuner

Salade verte - vinaigrette sans sel

Poulet - haricots verts vapeur

Riz au lait

Boisson : lait ou eau minérale riche en calcium et magnésium

 

Collation

Un verre de lait ou une portion de fromage blanc

 

Dîner

Omelette - pommes de terre à l’eau et à la crème

Ceêpes sucrées

 

 

 

Pour emballer un garçon :

Petit déjeuner

Jus de fruit

Thé ou café sans lait

Pain beurre salé

Une tranche de jambon

 

Déjeuner

Avocat et maïs en salade – charcuterie

Viande rôtie – frites

Fruit

 

Goûter

Thé sans lait

Tranche de jambon - pain

 

Dîner

Salade de tomates

Poisson au four au vin blanc – Riz

Tarte

 

 

FIN

 

 

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
8 juillet 2016 5 08 /07 /juillet /2016 05:12

On s'est rencontrés par le biais de Mediapart, où nous tenons chacun en blog. 

 

Je lui envoie de temps en temps des contrepets, et elle me répond.

 

Exemples :

 

 

Les camarades de Pétrone m'exaspèrent !!!

Réponse :

Ah, Pétrone qui mate une matrone qui pète !

 

Maquerelle, qu'est-ce que tu nous ponds !

Réponse :

Cette experte en états d'âme est tombée sur un Macron...

 

Hélas, ce maquereau n'est pas très bon... 

Ce mitron n'a même pas de bac !

Quelle crue à Mâcon !

Réponse :

Triste face, ce mec rond !

 

 

Barbarin : Faut-il vraiment perturber les masses ?

Réponse :

"Perturbations sur le massif"

Barbarin est ému par le son des choeurs

 

 

Vaut-il mieux, pour un athée, un crédit d'impôt ou un credo d'impie ?

Réponse :

Et quand les athées se battent, les abbés se taisent...

 

Elle me dit que “ Brexit ”, c'est une contrepèterie. Manquait plus que ça !

 

 

 

Pendant les vacances, je relis Guerre et Paix (merveilleuse contrepèterie ; sacré Tolstoï qui nous l'avait bien caché !).

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
7 juillet 2016 4 07 /07 /juillet /2016 05:43

En 2004, le très sérieux institut Cooremans de Bruxelles organisait un grand repas Tintin et Milou, avec des plats typiques de quelques lieux du monde où le petit reporter promena sa bonne bouille :

 

des cornichons à la Malossol du pays des Soviets,

      un yassa de poulet du Congo,

      les fameuses papas à la huancaina du Temple du Soleil,

      le tout arrosé d'un vin jaune du Lotus bleu,

      avec des doigts de la mariée de Coke en Stock au dessert

 

 

Réaction du capitaine Haddock :

 

Accapareur, amiral de bateau-lavoir, amphitryon, anacoluthe, analphabète, analphabète diplomé, anthropophage, anthropopitèque, apache, apprenti-dictateur à la noix de coco, arlequin, astronaute d'eau douce, athlète complet, autocrate, autodidacte, aztèque.Babouin, bachi-bouzouk, bachi-bouzouk des Carpates, bandit, bayadère de carnaval, bibendum, boit-sans-soif, brontosaure, brute, bulldozer à réaction.Canaille, canaque, cannibale, cannibale emplumé, catachrèse, cataplasme, cercopithéque, chauffard, chenapan, choléra, cloporte, coléoptère, coloquinte, coloquinte à la graisse de hérisson, concentré de moule à gaufres, coquin, cornemuse, cornichon, cornichon diplomé, corsaire, coupe-jarret, cow-boy de la route, créme d'empl‚tre à la graisse de hérisson, crétin de l'Himalaya, crétin des Alpes, crétin des Balkans, cro-magnon, cyanure, cyclone, cyclotron, Cyrano à quatre pattes.Diablesse, diplodocus, doryphore, dynamiteur.Ecornifleur, écraseur, ectoplasme, ectoplasme à roulettes, Ègouste, empl‚tre, empoisonneur, enragé, épouvantail, esclavagiste, escogriffe, extrait de cornichon, extrait d'hydrocarbure.Fatma de prisunic, faux jeton, faux jeton à la sauce tartare, flibustier, flibustier de carnaval, forban, Frère de la cote, froussard.Galopin, gangster, garde-cote à la mie de pain, gargarisme, garnement, gibier de potence, gredin, grenouille, gros plein de soupe, gyroscope.Hérétique, hors-la-loi, hurluberlu, hydrocarbure.Iconoclaste, Inca de carnaval, invertébré, ivrogne.Jet d'eau ambulant, jocrisse, Judas, jus de réglisse.Kroumir, krrtchmvrtz, Ku Klux Klan.Lache, lépidoptère, logarithme, loup-garou à la graisse de renoncule.Macabè d'eau de vaisselle, macaque, macrocéphale, malappris, malotru, mamelouk, marchand de guano, marchand de tapis, marin d'eau douce, marmotte, mégacycle, mégalomane, mercanti, mercenaire, mérinos, mérinos mal peigné, mille sabords, mille millions de mille milliards de tonnerre de Brest, misérable, mitrailleur à bavette, mouchard, moujik, moule à gaufres, mousaillon, mufle, Mussolini de carnaval.Naufrageur, négrier, noix de coco, nyctalope.Olibrius, ophicléide, ornithorynque, oryctérope, ostrogoth, ours mal léché.Pacte à quatre, pantoufle, papou, papou des Carpates, paranoyaque, parasite, Patagon, patapouf, patate, vieille perruche bavarde, phénomène, phlébotome, phylloxéra, pignouf, pirate, pirate d'eau douce, pirate du ciel, polichinelle, polygraphe, porc-épic mal embouché, poussière, profiteur, projectile guidé, protozoaire, pyromane, pyrophore.Rapace, rat, ravachol, renégat, rhizopode, rocambole.Sacripant, sajou, saltimbamque, sapajou, satrape, sauvage, sauvage d'aérolithe, schizophréne, scolopendre, scorpion, serpent, simili-martien à la graisse de cabestan, sonographe, sous-produit d'ectoplasme, squelette de pantoufle.Tchouk-tchouk nougat, technocrate, tete de lard, tÍte de mule, tigresse, tonnerre, tonnerre de Brest, topinambour, tortionnaire, trafiquant de chair humaine, traine-potence, traitre, troglodyte, trompe-la-mort.Vampire, vandale, va-nu-pieds, vaurien, végétarien, Vercingétorix de carnaval, ver de terre, vermicelle, vermine, vipère, vivisectionniste, visigoth, voleur, voleur d'enfants.Zapotèque, zèbre, zigomar, zouave, zouave interplanétaire !!!

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 05:37

C'est l'un des meilleurs restaurants de France : celui de Michel Bras, à Laguiole, aux pieds du massif de l'Aubrac. Voilà de quoi vous composer un repas pour environ 200 euros. Il ne vous est pas interdit de m'y inviter. Je vous ferai rencontrer l'esthéticienne d'Isabelle Adjani.

 

 

du mordant & des parfums :

des huîtres pochées, mouillées d'une crème de laitue.

 

les asperges nous les aimons ainsi ;

juste grillées, accompagnées de la peau de lait

et d'un jus aux truffes de Comprégnac.

 

aujourd'hui "classique" :

le gargouillou de jeunes légumes ;

graines & herbes, une huile aux graines de sésame.

 

entrées chaudes & froides,

 

tout simplement ,

les ris d'agneau de pays juste poêlés;

pommes de terre primeur  au beurre demi-sel, oseille & lard

 

dans l'esprit d'une salade tiède ,

la poitrine de pigeon sur une vinaigrette au foie et jus de grenade ;

crapaudine rôtie au sel & salade amère, valériane phu, valériane grecque

 

mémoire de voyage en terre "épicée" :

le foie gras de canard au naturel,

ponctué de pomme-poivre, carotte-curry, crapaudine-vinaigre .

 

poisson de mer, d'eau douce, crustacé,

 

juste grillé à la braise ,

le homard émoustillé de paillettes /carcasse & de zeste ;

jeunes poire aux & un consommé parfumé, mandarine calamenthis .

 

d'eau de source ;

l'omble-chevalier juste raidi au sarrasin ;

pousses de pois mange-tout, lait d'avoine au citron confit.

 

tonalité toute en parfum :

un saint pierre de St Jean de Luz poché-poêlé dans un beurre au curry doux ;

tout le navet – feuille & racine, la cuisson & jus de jambon.

 

viandes de pays,

 

 La côte de Boeuf Aubrac – pure race – rôtie à la braise ;

beurre mousseux aux légumineuses & au rance,

haricots verts plat à l'ail.

 

chez nous, on l'appelle l'oreille ;

la pièce de Boeuf Aubrac – pure race – poêlée,

gâteau de sarrasin, du jus aux truffes de Comprégnac.

 

d'origine Aveyronnaise ;

la selle d'agneau Allaiton rôtie sur os ;

lait au riz & raisins au jus épicés, pousses de choux.

 

clin d'oeil aux tout premiers primeurs :

le lobe de foie gras de canard poêlé,

haricots verts , pois & pommes, purée d'oseille.

 

 

le sucré

 

les coulant ®  de Michel Bras

le coulant, originel de 81 ;

le biscuit tiède de chocolat coulant ® ;

crème glacée à la calamintha grandiflora, caramel – cacao.

 

sur une interprétation du coulant, originel de 81 ;

le biscuit tiède coulant aux noisettes :

crème glacée aux carottes & à la badiane.

 

sur une interprétation du coulant, originel de 81 ;

le biscuit tiède coulant à l'orange sanguine ;

sorbet au vin chaud – parfumé d'épices chaudes.

 

sur une interprétation du coulant, originel de 81 ;

le biscuit tiède coulant au chocolat noir & blanc

crème glacée au poivre noir.

 

feuilles, nougatines & consorts

 

embrouillamini chocolaté :

chocolat, chocolat acide , chocolat amer ,

chocolat piquant, coulis, pralin.

 

clin d'oeil à une association d'ici ;

dans une nougatine au sarrasin,

une crème au fromage de Laguiole & des abricots au vin de Gaillac,

une crème lactée au sarrasin.

 

autour du légume & du fruit

 

provocant mais tellement gourmand …

à grignoter, une gaufrette de pomme de terre,

crème au beurre noisette & caramel au beurre salé.

 

glacé, sec… , tout est pomme :

feuilles de pomme au caramel ;

pommes givrées – curry , cardamome , piment.

 

toute la banane ;

la peau caramélisée , la pulpe & fromage blanc – citron.

 

prétexte pour se délecter

 

d'un Madère, Barbeito Malvoisie, 10 ans d'âge :

une nougatine aux olives noires et du chocolat, sirop à l'huile d'olive.

 

glacés

 une composition de cornets glacés.

 

habillée de blanc :

une boule de meringue garnie de tonalités d'amande ,

de fleur d'oranger et de vanille.

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
4 juin 2016 6 04 /06 /juin /2016 05:38

 

 

Prenons l’exemple d’Elvis Presley. Dans les dernières années de sa vie, il s’est bourré de médicaments (des sédatifs et des antalgiques en particulier) et de drogues diverses, ainsi que de sandwiches au beurre de cacahuète. Tout cela passait bien mal. Le “ King ” était devenu le roi de la constipation.

 

Un beau jour d’août 1977, il se sent très mal, éprouve de sérieuses difficultés à respirer. On appelle une ambulance. « C’est une surdose », dit un de ses gardes du corps à l’infirmier. Dans le faits, Elvis, avait été victime d’une crise cardiaque dans les toilettes. Sur son trône de roi. Son autopsie montra un colon et un rectum anormalement distendus, la caractéristique des grands constipés.

 

                   *                                                                             *  

 

 

Le grand Eschyle nous intéresse également dans cette optique. Il révolutionna l’art du théâtre en faisant dialoguer les personnages entre eux, alors que, avant lui, les personnages ne dialoguaient individuellement qu’avec le chœur. Tout bête, mais il fallait y penser.

 

Il fut initié aux Mystères éleusiens en l’honneur de Déméter, des rites ultra secrets. Une cartomancienne de l’époque lui avait, semble-t-il, annoncé qu’il mourrait de la chute d’un objet. Il ne sortit plus qu’avec un parapluie (j’déconne). A l’âge de 71 ans, il reçut en Sicile une tortue sur la tête, balancé par un aigle qui, selon la légende, aurait pris son crâne chauve pour un caillou destiné à briser la carapace. Si non e vero…

 

                    *                                                                             *  

 

 

Un dénommé Williams mourut de fort étrange façon en février 1983 à New York. En avalant le bouchon d’un flacon contenant des gouttes médicinales. Il avait pris l’habitude de coincer ce bouchon entre ses incisives pendant qu’il s’administrait les gouttes. Le médecin légiste découvrit que son médicament était un calmant qui mélangé à l’alcool, avait pour effet d’empêcher le réflexe laryngé, ce qui l’empêcha d’expulser le bouchon de la trachée. S'il fallait penser à tout...

 

                   *                                                                              *

 

 

Allan Pinkerton, une des figures les plus détestables de l’histoire des Etats-Unis, mourut de manière tout à fait grotesque. Né à Glasgow, cet Ecossais émigra outre-Atlantique en 1842. Il travailla comme tonnelier puis shérif adjoint. En 1860, il fonde sa première agence de détective qu’il spécialise dans les affaires de vols dans les trains. En 1861, il fait échouer le complot de Baltimore par lequel le nouveau président Abraham Lincoln devait être assassiné. Un complot vraisemblablement bidon. Le président embauche Pinkerton dans ses services secrets pendant la guerre de Sécession. L’agence devient très célèbre, popularisée par un logo représentant un œil grand ouvert et par sa devise : « Nous ne dormons jamais ».

 

A partir de 1877, l’agence se met au service des patrons pour briser le mouvement syndical, en infiltrant les syndicats et en protégeant les jaunes avec l’aide de gangsters. Ce beau monde se montre particulièrement habile dans la provocation, comme lors du 1er mai 1886, à Chicago. Des ouvriers sont – faussement – accusés d’avoir déclenché des affrontements entre grévistes et forces de l’ordre. Huit dirigeants syndicaux sont arrêtés, 4 sont condamnés à la pendaison et un se suicide.

 

L’agence compte aujourd’hui 48 000 détectives.

 

Pinkerton mourra dans de vraies souffrances, de la gangrène après s’être mordu la langue.

 

Ici, à la droite du président.

 

 

 

Pas toujours facile de mourir dignement
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 05:27

Le 27 août 1965 eut lieu la rencontre historique entre les Beatles et Elvis Presley. Les Beatles étaient très excités à l'idée de rencontrer une de leurs idoles majeures. Presley était curieux, bienveillant, sans plus. Ne cherchez pas de photos de la rencontre, il n'y en a pas. Elvis avait refusé photos, films et enregistrements.

 

Pendant un bon moment, les Beatles contemplèrent le “ King ” sans mot dire. Celui-ci lâcha alors : “ Si vous êtes venus ici simplement pour me regarder, je vais me coucher. ” Cette saillie détendit l'atmosphère et ce très beau monde passa plusieurs heures à parler, faire de la musique et manger. La soirée est jouée ici de manière fictive. 

 

 

 

A table ! (13)

 

Au menu de cette soirée dont on ne connaît que quelques bribes :

 

Foies de poulet bouillis roulés dans du bacon

Boulettes de viande douces-amères

Œufs à la diable

Miettes de crabes

Viande froide

Fruit

Fromage

 

 

Vous aurez remarqué que le fromage suit les fruits. C'était la coutume autrefois en France, d'où l'expression “ entre la poire et le fromage ”. L'idée étant de terminer le repas sur quelque chose de salé, de fort.

 

 

Bien que leurs carrières aient totalement divergé, pour notre plus grand bonheur, Elvis et les Beatles se vouèrent toujours une grande admiration réciproque. “ Sans Elvis, je n'aurais pas existé ”, déclara Lennon. Elvis enregistra quatre chansons des Beatles.

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
24 mai 2016 2 24 /05 /mai /2016 05:35

 

On progresse dans le viol politiquement correct de la langue française.

 

A l’occasion d’une manifestation Nuit Debout à Toulouse, un ami a vu sur une pancarte le pronom que nous attendions tous, qui nous manquait tant, de qui nous nous languissions : « iel ». Pour celles et ceux qui ne savent pas trop de quel genre ils sont (on ne dit plus « sexe » aujourd’hui, on dit « genre », comme les Zuniens, ça fait plus propre).

 

« Iel » me pose un problème qui n’est pas subalterne : dans ces trois lettres, « il » domine « elle ». Pourquoi pas « eil », avec le « il » enchâssé dans le « elle » ?

 

Un révolutionnaire authentique ne saurait être petit bras. On attend des suggestions hardies pour « celui-ci/celle-ci », « celui-là/celle-là », « ceux-ci/celles-ci », « ceux-là/celles-là ». Et aussi pour « quel/quelle », « lui ». On espère également un changement selon la logique de la langue anglaise pour les possessifs : « ma crayon », si le possesseur est une femme.

 

Je sais que c’est leur problème, mais les anglophones auront du mal à faire aussi bien que nous. Déjà qu’ils ont inventé le « ms » (prononcé « mz »), pour, théoriquement, ne plus avoir à dire « miss » ou « mrs », en fait pour que les femmes qui ne sont pas en couple alors qu’elles ont largement fêté sainte Catherine revendiquent haut et fort leur stigmatisation. Que faire avec « he » et « she » ? D’autant qu’existe le neutre « it » qui, pour les humains, s’applique aux enfants en bas âge. Nos amis allemands auront également du mal à nous égaler avec « er », « sie », eux aussi usant fréquemment du neutre « es ».

 

 

 

 

Pour ce qui est des Espagnols, n’en parlons même pas. Depuis le temps qu’ils nous bassinent avec « lo », « la », « le », « él », « ella », « ello », tout en se permettant de ne pas utiliser de pronom, comme ça, pour nous embêter : « vive sola », « vive solo », « tiene ocho años », on leur laisse le choix de violer leur langue « según su buen placer ».

 

Quant aux Italiens, avec leurs « egli », « esso », « ella », « essa », « lei », « è » et le pronom zéro (« fa », « è bene »), ils nous font bien rigoler !

 

Alors, « iel pleut » ?

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 05:50

 

J'avais beaucoup écrit sur Foenkinos. Enfin : la rencontre.

 

Le Mystère Henri Pick :

http://bernard-gensane.over-blog.com/2016/04/note-de-lecture-158.html

 

Charlotte :

http://bernard-gensane.over-blog.com/2014/09/note-de-lecture-136.html

 

Je vais mieux :

http://bernard-gensane.over-blog.com/note-de-lecture-123

 

Lennon :

http://bernard-gensane.over-blog.com/article-note-de-lecture-81-80551865.html

 

Les Souvenirs :

http://bernard-gensane.over-blog.com/article-note-de-lecture-87-83404093.html

David Foenkinos
David Foenkinos

Photos Raphaëlle et Rébecca Gensane

Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article
18 mai 2016 3 18 /05 /mai /2016 05:37

On pardonnera à ce très fin observateur de la réalité culturelle française d'avoir oublié un "h" à "bibliothèque".

Où en est la culture en France ?
Repost 0
Published by Bernard Gensane - dans culture
commenter cet article