Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
25 juin 2021 5 25 /06 /juin /2021 04:59

Enfin ! la rencontre au sommet entre Stéphane Riand et Bernard Gensane a eu lieu. Cette rencontre gastronomique (forcément) me permit de dire à Stéphane que son site l'1dex, auquel je collabore depuis 10 ans – peutaing 10 ans !, est progressiste, éclectique et de qualité, et de constater pour la nième fois que, autant les Suisses ont une connaissance approfondie de la France et des Français, autant ceux-ci ne leur rendent pas la pareille.

 

Je reprends ici un texte écrit en 2017 en l'honneur de ce site.

 

Depuis plusieurs années, je suis le blog L’1Dex, pour un Valais critique et libertaire de Stéphane et Béatrice Riand, deux citoyens valaisans qui me font le plaisir et l’honneur de reprendre nombre de mes rubriques. Stéphane est avocat et sa femme professeur de littérature et de psychologie de formation. Ils auraient beaucoup plu à leur presque voisin Voltaire : deux esprits libres et originaux. Le Valais est un des cantons sud de la Suisse. Sa capitale est Sion (35 000 habitants). 

 

Ils se sont lancés dans une entreprise très ambitieuse : la réalisation d’un magazine papier, dont j’ai sous les yeux la première mouture de 270 pages. Un deuxième numéro sortira en décembre 2017.

 

Le Valais et ses 300 000 habitants s’expriment magnifiquement dans cette publication. Et ce, sans même un article sur les coucous suisses ou le cul propre des vaches helvétiques.

 

Culture, gastronomie, santé, politique, justice, géopolitique, sans oublier d’heureuses facéties (les valais’âneries ou un succulent article, “Autant en emporte le vent”, sur le pet et la vesse), tous ces thèmes nous disent en creux que le monde (et donc le Valais) est plein de gens qui ont des choses à dire, profondes, pensées. 53 Valaisans qui se sont retroussés les manches pour créer une plateforme intellectuelle. Voir, par exemple, une série d’articles très originaux sur la Catalogne. C’est cela la culture, vivante et qui s’inscrit dans le temps long, le contraire de Twitter. J’ai bien aimé ce que le journaliste valaisan André Crettenand, directeur de l’information de TV5 Monde, explique dans son édito introductif : « Des rêveurs enthousiastes parient sur la parole écrite. […] On est vite débordé par le foisonnement des idées et des concepts. […] Il n’y a pas de mal à rêver l’avenir. […] Les hauteurs nous ont donné le goût de l’excellence. Et trop souvent inspiré une modestie contrainte. Le projet de l’1Dex Mag donne à voir une multitude de talents. Sans aucun complexe. Et leur assemblage dans cette revue qui a tout de l’essai générera un sentiment de fierté et beaucoup de plaisir. »

 

Si vous ne vivez pas à côté d’un kiosque suisse, vous pouvez commander le Mag ici :  mag@1dex.ch

 

Post Scriptum de L’1Dex : un grand merci à Bernard Gensane, le Lyonnais, pour son texte. Il nous a fait chaud au coeur !

Stéphane Riand, Bernard Gensane : enfin la rencontre au sommet !

Je suis en déplacement quelques jours. Mais le blog continue tout seul comme un grand.

Partager cet article
Repost0
23 juin 2021 3 23 /06 /juin /2021 04:58

... quand on comprend le sens des expressions suivantes et qu'on les a utilisées soi-même :

On sait qu'on est un peu vieux...
Partager cet article
Repost0
8 juin 2021 2 08 /06 /juin /2021 05:06

Un Facebookien nous a suggéré que, sans indiquer notre âge, de disions quelque chose qu'une jeune personne ne comprendrait pas. Il a reçu plus de 600 réponses, dont je donne ici quelques exemples.

 

Je commence par moi : 

 

Félix Gaillard fut un sympathique mais éphémère président du Conseil sous la Quatrième République.

 

et 

 

J'étais sûr qu'André Darrigade battrait Van Steenbergen au sprint. Enfoncé le Flahute !

 

Moulinette Moulinex

Moulin à café mural

Un disque 45 tr ou 78 tr

Mettre un disque sur un Teppaz

Chapeau melon et bottes de cuir

« Tu veux bien rembobiner la cassette des Rubett’s avant de la mettre dans l’autoradio ! »

Allez a une boum ou surprise party

Repasse la face B

Ampoule de la télévision brûlée

Mince, je n'ai plus de disquette. Faudra aller en acheter, j'ai mon travail a terminer

Walkman

Non maman, c’est papa, pas moi qui était sur 3615 ULLA

J'adore les treets, les mars et les twitz

Eteins ta musique de sauvage !! (les Stones, Doors... et autres mauvais !!!)

Cette fois j'attends pas la deuxième série de slows

100 lignes,et sans papier carbone

Faut pas pousser Mémé dans les orties

Prends un livre

J'ai pas le niveau pour passer en C je passe en A 3

Orangina, ça fait plaisir

Magnétoscope

Merde

Faire des albums de photos

Boyard papier maïs

trois paquets de P4, s'il vous plaît

Gitanes bleues sans filtre

Disque bleu Caporal

2 doigts coupe faim

La semaine des 4 jeudis

100 sous

Ajuster l'antenne de la tv pour avoir une meilleure réception

On va faire un rando en forêt c'est toi qui tiens la carte

La semaine prochaine j’enlève le bas

Une tanée

Passe la serpillière (la ouassingue si tu es chti)

C'est bath !

Remonter ma montre

Je me lève quand un adulte entre dans ma classe

J'ai oublié mon Bled a l’école

L’imparfait du subjonctif

5 colonnes à la une, la Caméra explore le temps, les Dossiers de l'écran, Apostrophes

Il est beurré comme un petit lu

Ô temps, suspends ton vol!
Partager cet article
Repost0
2 juin 2021 3 02 /06 /juin /2021 05:06

 

Une exposition sur les langues s’est tenue le week-end dernier à Lyon. J’étais à deux doigts de m’y rendre, intéressé tout particulièrement par l’orthographe du langage des SMS. Mais je m’arrêtai net devant l’affiche programmatique, méchamment interpellé par le carré orange sur lequel figurait : « Quelle langue parlait Cro-Magnon (ne) ? »

 

Même au sein d’un aréopage aussi scientifique que celui des organisateurs de cette biennale, la connerie de la bien-pensance avait encore frappé.

 

Notons tout d’abord que « Cro-Magnon » tout seul ne veut rien dire. Dans les études préhistoriques, on parle de « l’homme de Cro-Magnon ». D’abord parce que le squelette que l’on a le mieux reconstitué était celui d’un homme, contrairement à celui de Lucy qui était celui d’une femme. Un homme tout comme l’était d’ailleurs Toumaï, âgé de 7 millions d’années, découvert par mon collègue de Poitiers Michel Brunet (j’ai tenu en main la demi-mâchoire d’Abel, 3,6 millions d’années, ramenée d’Afrique par Brunet et j’en frissonne encore !).

 

Pourquoi « Cro-Magon » ? Tout simplement parce que « cro » signifie « trou » – les squelettes de 5 de nos ancêtres furent découvert dans un abri au bas d’une falaise – et « Magnon » était le nom du propriétaire du terrain.

 

Pour faire plaisir aux précieux qui veulent à tout prix féminiser et raciser, je signale que l’homme de Cro-Magnon, ainsi que sa femme vraisemblablement, étaient plus foncé.e.s de peau que nous, misérable.e.s Françai.e.s d’origine. Je signale également que son cerveau, ainsi que celui de sa femme, j’imagine, était plus volumineux que le nôtre. Enfin, je note que les cinq squelettes découverts il y a 27 680 ans (à 270 ans près) étaient plus grands en taille que la moyenne des Périgordins d’aujourd’hui.

 

Bref, j’ai tourné les talons. Et aussi les talones !

 

PS : un collègue de Paris 3 a reçu d'une étudiante (qui ne sait pas qu'on peut dire “ bonjour ” à une copine mais pas à son professeur) la note explicative suivante :

 

 

Bonjour,
Je me suis en fait trompé.e de sujet pour mon dossier et je n'ai donc pas travaillé sur celui qu'il fallait. J'ai travaillé à la place sur la description de Frantext, et je me suis rendu.e compte trop tard que ce n'était pas le bon sujet. J'ai donc essayé de faire le bon sujet mais je n'avais pas assez de temps et c'est donc ça que j'ai rendu sur iCampus. Je peut mettre mon autre travail sur la description de Frantext si cela peut me permettre d'avoir une note. Je suis vraiment désolé.e pour cette erreur de ma part et de vous avoir incommodé. Merci de votre compréhension."

 

 

La femme de l’homme de Cro-Magnon est à Lyon !
Partager cet article
Repost0
23 mai 2021 7 23 /05 /mai /2021 05:02

 

 

Gilbert Bécaud l’a ingénument fantasmée et chantée.

 

Entre Louis XV et elle, ce fut miraculeux. Il était dépressif, elle pétillait de vie. Il était un amant fougueux, elle souffrit de problèmes gynécologiques à répétition : fausses couches, leucorrhée douloureuses. Petit exploit, elle va rester la favorite tout en cessant d’être la maîtresse du roi et en se faisant accepter par la reine.

 

Leur première rencontre avait été mise en scène par de riches fermiers généraux – les célèbres frères Pâris, l’un d’entre eux étant peut-être le père de Madame Pompadour – qui l’avaient programmée pour la couche royale afin d’obtenir des marchés avantageux.

 

La liaison entre Madame Pompadour et le roi va durer 19 ans. Cinq ans comme maîtresse, 14 ans comme confidente.

 

Intelligent, très cultivée, elle va soutenir l’Encyclopédie des philosophes. Elle écrit, chante l’opéra, joue la comédie.

 

Surtout, elle va organiser les plioirs sexuels du roi en mettant dans son lit des jeunes filles qui n’appartiennent pas à l’aristocratie. Comme Louis XV redoute les maladies vénériennes, les jeunes filles sont vierges et appartiennent à la bourgeoisie. Deux ou trois fois par semaine, le roi reçoit ces demoiselles, qui résident dans les salons discrets du bien nommé lieu-dit versaillais “ Le parc aux cerfs ”. Lorsque les jeunes filles atteignent la majorité, le roi leur procure de beaux mariages en les dotant généreusement.

 

Madame de Pompadour va poursuivre sa carrière d’influenceuse, comme on dirait aujourd’hui. Elle impose ses goûts vestimentaires et capillaires : elle lance les coiffures sans poudre et les pantalons bouffants. Et elle joue un vrai rôle politique en conseillant au roi de signer un traité d’alliance avec l’Autriche au détriment de la Prusse.

 

Elle meurt à 42 ans de congestion pulmonaire.

 

Femmes au pouvoir (7)
Partager cet article
Repost0
22 mai 2021 6 22 /05 /mai /2021 05:09
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme
Du gigantisme

Partager cet article
Repost0
20 mai 2021 4 20 /05 /mai /2021 05:22

Je reprends ici une chronique du blog de Maurice Rouleau La langue française et ses caprices où je me ressource régulièrement.

 

Par les temps qui courent, il serait très mal vu de prétendre que le mot nègre ne véhicule aucune charge émotive; qu’il est neutre. Il suffirait, pour en convaincre les plus récalcitrants, d’appeler à la barre les dictionnaires courants. En chœur, ils en condamnent l’emploi. Non pas tant par l’ajout d’une marque d’usage, comme péj., mais plutôt par la description qu’ils en font. Ils sont unanimes : c’est un terme raciste.   

Le Petit Robert définit nègre de la façon suivante :  

Vieilli ou péj. Noir, Noire. Rem. Terme raciste sauf s’il est employé par les Noirs eux-mêmes (➙ négritude).

Et le Larousse en ligne :

Vieilli. Terme injurieux et raciste pour désigner une personne de couleur noire.

Alors… quiconque oserait aujourd’hui utiliser ce mot serait à coup sûr conspué. Je ne vous conseille d’ailleurs pas d’en faire l’essai, surtout pas si vous enseignez à l’université. Vous pourriez peut-être être suspendu temporairement. Qui sait? 

D’où vient donc ce mot qu’il ne faudrait plus utiliser?

Pour répondre à cette question, un détour s’impose, un détour qui vous fera voir le problème sous un éclairage différent. Du moins je l’espère. J’appelle donc à la barre le linguiste français Arsène Darmesteter, auteur de La vie des mots étudiée dans leurs significations (Libraire Delagrave, Paris, 1887), ouvrage que tous ceux qui s’intéressent aux mots devraient avoir lu ou devraient impérativement lire. (4)

 

Voyons ce qu’il en est de la vie d’un mot, quel qu’il soit. Et aussi des changements de sens dont il peut faire l’objet. Soit dit en passant, ces changements touchent les diverses parties du discours. Certaines plus que d’autres toutefois. Ce n’est donc pas la nature grammaticale du mot qui importe, mais bien la démarche de l’esprit qui sous-tend ce changement. Cette démarche, Darmesteter nous la présente en ces termes :  

  • « Tout substantif désigne à l’origine un objet par une qualité particulière qui le détermine. […]  Cette qualité particulière qui sert à dénommer l’objet est le déterminant, ainsi dit parce qu’il le détermine et le fait connaître par un caractère spécial. » 
  • « Dans toute langue, tout nom dont on trouve l’étymologie se ramène invariablement à un qualificatif, et la recherche étymologique […] consiste précisément à reconnaître les qualificatifs qui se cachent derrière les noms. »
  • « Le choix du déterminant, tel est le premier acte de l’esprit dénommant un objet : il y saisit une qualité et en prend le nom pour en faire le nom de l’objet. »

C’est ainsi que, par exemple, le mot fleuve tire son origine d’une « qualité qui détermine » la chose ainsi désignée, à savoir le fait que l’eau n’est pas stagnante, mais qu’elle coule (de fluvius, du verbe latin fluo, ere : couler). Ou encore que le mot rivière tire son origine d’une autre qualité de la même chose, à savoir le fait que l’eau coule « entre deux rives ».

Autrement dit, le nom n’a pas pour fonction de définir la chose. Seulement d’en éveiller l’image. Voilà une caractéristique sur laquelle on devrait insister davantage.  

Il arrive aussi qu’un déterminant (i.e. un adjectif) en vienne à désigner le déterminéauquel il était généralement associé. Dans un tel cas, il change de catégorie grammaticale; il devient nom.

Vous n’êtes pas sans savoir qu’Ottawa est la capitale du Canada; Bruxelles, celle de la Belgique; Paris, celle de la France. Mais sauriez-vous dire pourquoi on donne à ces villes le nom de capitale?… Peut-être que non. Voici donc comment Darmesteter l’explique. Au départ, ce mot est un adjectif (latin capitalis, de caput « tête ») qui, accolé au mot villeconfère à ce dernier une « qualité qui le détermine ». Dire d’une chose qu’elle est capitale, c’est reconnaître son importance. La ville capitale, c’est donc la ville qui est à la tête du pays, celle qui est la plus importante, celle en fait où siège le gouvernement. L’ajout de ce déterminant permet ainsi de distinguer cette ville de toutes les autres villes du pays. Puis, les usagers ont pris l’habitude de faire l’économie du mot ville. Ils ont fait dire à capitale, converti en nom, ce que ville capitale voulait dire. Ils ont pris l’habitude d’utiliser le déterminant pour désigner le déterminé, qui, lui, est disparu du décor. N’allez surtout pas prétendre que je vous apprends quelque chose… Que faites-vous chaque fois que vous dites « Cette nouvelle a fait la une. »? Qu’était une avant de désigner la première page de votre journal sinon un adjectif?…

Une fois devenu nom, le déterminant, qui sert dorénavant à désigner la chose, n’a pas pour fonction, nous l’avons déjà dit, de la définir, mais seulement d’en évoquer l’image. C’est dire qu’un mot n’a, à son apparition dans la langue, aucune connotation. Il ne naît pas « taré » ni « bonifié ». Il le devient avec les années. Selon le bon vouloir de ses utilisateurs ou celui des lexicographes qui se disent les témoins de l’USAGE.   

Histoire du mot nègre

Compte tenu de ce qui vient d’être dit, voyons ce qu’il en est du mot commençant par N, ce mot qu’il ne faudrait plus dire ni écrire.

Le Dictionnaire de l’ancienne langue française et de tous ses dialectesdu IXe au XVesiècle en fait foi, ce mot naît adjectif et signifie noir (5). En latin, noir se dit niger, nigra, nigrumHomo niger (homme nègre) désigne donc un homme dont l’une des caractéristiques (ou qualité) est d’avoir la peau noire. Ce qui permet de le distinguer de celui qui a la peau blanche, ou homme blanc. Il n’y a là, vous en conviendrez, absolument rien d’injurieux. On dit un état de fait.  

Ce n’est que bien plus tard que ce déterminant servira à désigner le déterminé. Que nègre, d’adjectif qu’il était à ses débuts, deviendra nom. Ce qui s’est peut-être produit à la toute fin du XVIIIe siècle.

En 1797, dans son Dictionaire critique de la langue française (1787-1788), Féraud écrit :

« On apèle Mores [Maures] les Peuples de l’Afrique du côté de la Méditerranée: et Nègres,ceux qui sont du côté de l’Océan, et sur-tout, ceux qu’on transporte dans les Colonies Européennes, et qui y servent comme esclâves.» (source) 

 

Ce que, près d’un siècle plus tard, Littré reprendra à son tour :

« Quand les Portugais découvrirent la côte occidentale de l’Afrique, ils donnèrent aux peuples noirs qui l’habitent le nom de negro, qui signifie noir. De là vient notre mot nègre. L’usage a gardé quelque chose de cette origine. Tandis que noir se rapporte à la couleur, nègre se rapporte aussi au pays ; et l’on dit plutôt les nègres, en parlant des habitants de la côte occidentale d’Afrique, que les noirs. »

Que l’on se serve du mot nègre pour désigner, comme le fait Féraud, les habitants de l’Afrique de l’Ouest ou encore ceux d’entre eux qui sont arrachés à leur pays pour être vendus comme esclaves n’a, encore là, rien d’injurieux, rien de péjoratif. Le mot ne sert qu’à désigner, de façon concise, une réalité particulière. Le mot sert à décrire un état de fait. Pas à exprimer un jugement de valeur. C’est d’ailleurs ce que fait Chateaubriand, dans Le génie du christianisme. Il utilise, indifféremment et sans connotation péjorative, à quelques lignes d’intervalle, femme nègre et négresse. (source)  

Ceux qui liraient ce texte avec des verres déformants [très à la mode par les temps qui courent] y verraient certainement du racisme. Ils exigeraient sans doute que cet ouvrage soit exclu de tout cours de littérature, qu’il soit mis à l’index, comme on disait autrefois. Même si ce faisant, ils prêtent à Chateaubriand des intentions qu’il n’a jamais eues.

Quand a-t-on commencé à attribuer à nègre une valeur péjorative?

Voilà une question fort pertinente, à laquelle il est toutefois extrêmement difficile de répondre.

On pourrait penser, sans pour autant en être sûr, que c’est au tournant du XIXe siècle.

Dans le DAF (5e éd., 1798), les Académiciens font dire à l’expression familière Traiter quelqu’un comme un nègre : « Le traiter avec beaucoup de dureté et de mépris », contrairement à Féraud pour qui l’expression voulait dire : « Le traiter fort mal, le traiter comme un esclâve ». Esclave est devenu mépris, sous la plume des Immortels. Ces derniers n’ignorent certainement le sens de mépris. Pourquoi alors y recourir?  

Est-ce qu’un esclave (mot qui dit un état) ne mérite que du mépris (mot qui dit un sentiment)? Quelqu’un ne peut-il pas être esclave et être quand même bien traité par son maître?… La question ne se pose même pas, selon moi. Être la personne qui dirige le service de table chez un riche planteur — fonction réservée à un « nègre » dans les colonies —, n’est pas en soi plus méprisable qu’être, de nos jours, maître d’hôtel chez un riche particulier. Serait-ce donc aux Immortels que l’on devrait l’ajout de cette connotation péjorative, véhiculée par le mot mépris?… Je ne fais que spéculer, vous l’aurez compris.

Qu’en disent formellement les Immortels, ces protecteurs patentés de la langue?

Presque 150 ans plus tard, plus précisément dans la 8e édition (1935) de leur dictionnaire, les Académiciens ne font toujours pas mention d’une quelconque connotation. Elle apparaîtra dans l’édition suivante. Dans le 9e éd., (1985-…), ils ajoutent une précision : « ce terme [est] souvent jugé dépréciatif ». Souvent, mais pas toujours! Donc son emploi ainsi connoté est, lui aussi, limité. — Ce qui n’est pas sans vous rappeler ce qui a été dit de l’emploi des mots individu et collaborateur. — Aucun bannissement formel. Être dépréciatif serait-il moins grave qu’être péjoratif?… Chose certaine, cette connotation est moins incisive que celle que leur attribue les dictionnaires courants, pour qui il s’agit d’un terme raciste.

Au fait, depuis quand ce terme est-il qualifié de raciste

Il semblerait que ce changement ait été apporté au tournant du siècle. Du moins si l’on en croit le Larousse. Dans Le Petit Larousse 2000, le mot nègre est défini de la façon suivante : « personne de couleur noire » [c’est sa dénotation]. Suit immédiatement, entre parenthèses, la remarque suivante :

Le Petit Robert 2001, lui, le dit péjoratif. Sans plus. Et ce, depuis 1967. Ce ne sera qu’en 2010, ou un peu avant, qu’on verra apparaître le qualificatif raciste. Non pas en tant que marque d’usage — une telle marque n’a jamais existé — mais de la façon suivante : « Rem. Terme raciste sauf s’il est employé par les Noirs eux-mêmes. »

 

Le mot “ nègre ” et ses avatars

Comme cela est le cas pour les mots individu et collaborateur, cette acception connotée est d’un emploi limitée. Ce n’est pas l’emploi de fréquemment au lieu de souvent qui change la donne. Mais cette fois-ci, la limitation est beaucoup plus précise. On identifie clairement ceux qui peuvent l’utiliser sans se le faire reprocher. Ce sont les Noirs et eux seuls.

Ne devrait-on pas, selon la même logique, considérer Nègre blanc comme un « Terme racistesauf s’il est employé par les Blancs eux-mêmes. »? Il me semble que oui, mais tous ne le voient pas du même œil, comme en fait foi cet extrait :

 

« La Commission scolaire Lester-B.-Pearson (CSLBP) a retiré cette semaine des salles de classe de 4e secondaire le livre Journeys Through the History of Quebec and Canada, parce que l’ouvrage fait référence à l’essai Nègres blancs d’Amérique, de Pierre Vallières. 

En entrevue au quotidien The Gazette, le président de la CSLBP, Noel Burke [il n’a rien d’un Noir], a fait valoir que la mention du livre de Vallières n’a pas sa place dans un manuel scolaire. Pour lui, il n’y a pas que le titre qui est inapproprié : le contenu même de l’essai de Vallières est offensant, estime Noel Burke. »  (source  

Mais au fait, peut-on vraiment considérer Nègre blanc comme un terme raciste? Ceux qui le pensent ne confondent-ils pas dénotation et connotation? Ce n’est pas le sens du mot nègre (ou dénotation, image générale) qui est raciste, mais bien le sens que certains lui attribuent (ou connotation, images secondaires). (Relisez la note (1) en vous disant que le mot dont il est question est nègre.) Ceux-là mêmes qui bannissent cet ouvrage sont-ils seulement conscients que les nègres blancs  — deux mots de sens contradictoires; un bel exemple d’oxymoron?  — dont parle Pierre Vallière ne sont pas des nègres albinos, mais bien des Québécois, des Blancs, qui en avaient marre de ne pas être maîtres chez eux, d’être considérés comme des citoyens de seconde zone? Alors… Ces censeurs ne se seraient-ils pas rendus, sans trop mesurer la portée de leur geste, aux décisions de l’imprévisible « tribunal populaire des réseaux sociaux »?…   

Clairement, il y aurait encore beaucoup à dire. Mais ce sera pour plus tard.

Maurice Rouleau

(1)   ArsèneDarmesteter, dans La vie des mots étudiée dans leurs significations, décrit admirablement bien ce qu’est la connotation. Sans jamais l’appeler par son nom… Fort heureusement, car cela nous permet, pour parler comme Rabelais, de mieux en « suçer la substantifique moelle ». Voici ce qu’il en dit :  

« Ainsi, dans toute langue il y a des mots qui n’expriment pas exactement pour tous la même idée, n’éveillent pas en tous la même image, fait notable qui explique bien des mésintelligences et bien des erreurs. Nous touchons ici à un point capital de la vie du langage, les rapports des mots avec les images qu’ils évoquent. Le plus ordinairement, chez chacun de nous, les mots, désignant des faits sensibles, rappellent à côté de l’image générale de l’objet [dénotation] un ensemble d’images secondaires plus ou moins effacées, qui colorent l’image principale de couleurs propres, variables suivant les individus [connotation]. Le hasard des circonstances, de l’éducation, des lectures, des voyages, des mille impressions qui forment le tissu de notre existence morale, a fait associer tels mots, tels ensembles d’expressions à telles images, à tels ensembles de sensations. De là tout un monde d’impressions vagues, de sensations sourdes, qui vit dans les profondeurs inconscientes de notre pensée, sorte de rêve obscur que chacun porte en soi. Or, les mots, interprètes grossiers de ce monde intime, n’en laissent paraître au-dehors qu’une partie infiniment petite, la plus apparente, la plus saisissable : et chacun de nous la reçoit à sa façon et lui donne à son tour les aspects variés, fugitifs, mobiles, que lui fournit le fonds même de son imagination. » [Chap. 1, Vue générale de la question, # 35]

En bon pédagogue qu’il est, Darmesteter poursuit :

« Donnons un exemple pour éclairer les idées. Supposons qu’on demande en même temps à un groupe de personnes de représenter instantanément et naturellement, sans effort d’imagination, le tableau qu’indiquent ces simples mots : un rocher surplombant au bord de la mer. Si ces personnes comparaient les uns aux autres les tableaux qu’aurait évoqués chez elles cette ligne, il est à peu près sûr qu’aucun de ces tableaux ne ressemblerait aux autres; la forme du rocher, l’aspect de la grève et des vagues varieraient avec les individus, et cela parce que les impressions antérieures auraient déterminé chez chacun d’eux des façons différentes de se les représenter.

C’est là que paraît l’imperfection de cet instrument par lequel les hommes échangent entre eux leurs pensées, de cet instrument si merveilleux à tant d’autres égards, le langage. »

(2)   Ceux qui seraient tentés de mettre venues au lieu de venus parce que le sujet [certaines gens] est féminin feraient mieux d’y penser avant d’agir. Ils devraient savoir que leur logique, celle qui les ferait intervenir, n’est pas toujours bonne conseillère. Comme cela est souvent le cas en langue. On a certes tous appris que l’accord d’un verbe au passif est commandé par le genre et le nombre du sujet (ex. ceux qui sont tentéscellequi est tentée), mais cela n’est pas toujours vrai. Surtout pas quand le sujet du verbe est gens. Il faut absolument écrire « Certaines gens sont venus ». C’est une aberration de la langue française, que tout francophone, ou francophile, se doit de mémoriser bêtement. (V. ICI)   Ce n’est d’ailleurs pas la seule. Je pense, par exemple, à la locution quelque chose, que d’instinct on fait féminine. Ne dit-on pas une chose, une bonne chose? Oui, mais, par l’opération de je ne sais qui, cette locution indéfinie est dite masc.

 

(3)   Dans son Dictionnaire des cooccurrences (Guérin, éditeur ltée, 2001, 394 pp.), Jacques Beauchesne énumère 31 adjectifs utilisés pour qualifier le mot individu. De ce nombre, un seul a un sens mélioratif, à savoir exceptionnel. Les 30 autres ont un sens péjoratif, par ex. abjectcyniquedangereux.  

(4)   Cet ouvrage peut être consulté en ligne à l’adresse suivante : https://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k993536p.image ou, si vous faites partie de ceux qui aiment bien avoir leur propre exemplaire pour le simple plaisir de le tenir ou pour pouvoir l’annoter, vous pouvez vous le procurer sans difficulté. Il vient tout juste d’être réimprimé.  

(5)   Il arrive, rarement toutefois, que nègre soit encore utilisé de nos jours comme adjectif. Mais, le cas échéant, il n’a plus vraiment son sens originel. On lui fait dire plus que la couleur. Il est utilisé pour dire : « qui est relatif aux Noirs ». Comme dans art, musique, masque nègre.  Et en tant que tel, il n’a rien de péjoratif. Il n’est qu’un déterminant de la réalité dont on parle. Il dit un état de fait. Rien de plus.

Partager cet article
Repost0
15 mai 2021 6 15 /05 /mai /2021 06:04
Par Michel Feltin-Palas (L'Express)
 
C'est sans doute la règle la plus contestée de la langue française. Et la plus révélatrice de l'incroyable relation que nous entretenons avec notre idiome national.
Dans sa célèbre émission Apostrophes, Bernard Pivot avait coutume de demander à ses invités : "Si Dieu existe, qu'aimeriez-vous lui entendre dire quand il vous accueillera ? " Un jour que Laurent Delahousse lui posa cette même question, le malicieux animateur répondit : "Il me dira : " Bonjour, Pivot. Vous allez pouvoir m'expliquer les règles d'accord du participe passé des verbes pronominaux ; je n'y ai jamais rien compris." Et je lui répondrai, modeste : "Moi non plus, Seigneur"."
Derrière la boutade, une réalité. L'accord du participe passé avec avoir est sans doute le plus controversé de la langue française, comme le souligne dans un livre tout autant grammatical que sociologique le linguiste Bernard Cerquiglini (1). Il est vrai que celui-ci est particulièrement complexe. Songez par exemple à la différence entre ces deux phrases :
- La cantatrice que j'ai entendue chanter (elle chante, je l'ai entendue : accord).
- La chanson que j'ai entendu chanter (on la chante, j'ai entendu qu'on la chante : pas d'accord).
Loin de maîtriser toutes ces subtilités, la plupart d'entre nous ont retenu pour l'essentiel ceci : "Avec l'auxiliaire avoir, le participe passé s'accorde en genre et en nombre avec le complément d'objet direct lorsque celui-ci est placé avant le verbe". D'où :
- J'ai mangé des pommes.
- Les pommes que j'ai mangées.
Ce que l'on sait peu, c'est que cette règle a été fixée dès 1538 à l'initiative de Clément Marot, soit un bon siècle avant la création de l'Académie française. En cela, le poète s'inspire du "modèle italien" - on n'est pas sous la Renaissance pour rien - ce qui fera dire à Voltaire : "Marot rapporta deux choses d'Italie : la vérole et l'accord du participe. Le second fit plus de ravages". (2) Influent auprès de François Ier, Marot réussit à convaincre, et cela d'autant plus facilement qu'à cette époque, toutes les lettres se prononcent. Au masculin singulier, "volé", par exemple, se distingue très facilement du féminin pluriel "volé-eu-sse". Corollaire : les choses se compliquent à partir du XVIIIe siècle, lorsque le "e" et le "s" finals commencent à ne plus se faire entendre, rendant l'accord souvent inaudible, notamment avec les verbes du premier groupe (les plus nombreux). Depuis, en effet, il n'y a aucune différence à l'oral entre ce type de phrases : 
- L'argent que j'ai emprunté
- Les sommes que j'ai empruntées
L'évolution de la phonétique s'ajoute donc à la complexité de la règle pour alimenter les débats sans fins sur "l'accord du COD". D'un côté, les réformateurs plaident pour une simplification en faisant notamment valoir que le temps consacré à son apprentissage (quatre-vingt heures, selon les estimations) serait mieux utilisé à enrichir le vocabulaire des élèves, développer leur argumentation et étudier les grands auteurs. En face, les conservateurs soulignent que cela conduirait à transférer à l'écrit les ambiguïtés de l'oral. Sans accord, comprendre la phrase "Les oeufs de la poule que j'ai mangé" est en effet impossibleEn revanche, tout s'éclaire quand on lit : 
- Les oeufs de la poule que j'ai mangés (j'ai mangé les oeufs) 
- Les oeufs de la poule que j'ai mangée (j'ai mangé la poule) 
Il n'empêche : la règle a été contestée dès son invention et l'a été tout au long des siècles suivants. En 1900, des linguistes parviennent même à convaincre le "ministère de l'Instruction publique et des Beaux-Arts" de publier un arrêté tolérant l'accord ou l'absence d'accord - sans suite. En 1990, encore, le sujet est remis sur la table par la commission de réforme de l'orthographe créée par Michel Rocard. En 2018, enfin, deux Belges, Arnaud Hoedt et Jérôme Piron, proposent à leur tour une règle simple : accord avec l'auxiliaire être, invariabilité avec l'auxiliaire avoir.
Jusqu'à ce jour, toutes ces tentatives se sont soldées par des échecs.
Bernard Cerquiglini n'a rien d'un conservateur. Pourtant, il s'oppose lui aussi aux options les plus radicales et ses arguments sont dignes d'intérêt. D'abord, rappelle-t-il, la règle de Marot est conforme à l'histoire de notre langue puisqu'on la trouve déjà chez Villon au XVe siècle. Son adoption, de surcroît, ferait perdre des informations utiles, comme on l'a vu plus haut. Enfin, constate-t-il, une modification drastique provoquerait de telles résistances qu'elle n'aboutirait sans doute pas - le passé en témoigne.
Aussi propose-t-il une "thérapeutique raisonnable", susceptible selon lui de recueillir un consensus. En substance : passage à l'invariabilité uniquement pour les cas particuliers, mais maintien de l'accord lorsque le participe passé est placé avant l'auxiliaire avoir pour tous les verbes classiques et les verbes pronominaux ordinaires, comme :
- Marie s'est coupé le doigt (Marie s'est coupée quoi ? Le doigt. "Le doigt" est placé après le verbe : pas d'accord)
- - Marie s'est coupée au doigt (Marie s'est coupée quoi ? Elle-même. "S'" est placé avant le verbe : accord)
Aussi modérée soit-elle, une telle proposition n'est pourtant pas certaine d'être adoptée. Toute réforme de la langue française doit en effet compter avec trois types d'opposants. D'abord, les puristes qui, n'ayant pas conscience que le français qu'ils utilisent est lui-même le fruit d'évolutions antérieures, refusent par principe tout changement. Ensuite, les membres de professions influentes - écrivains, enseignants, correcteurs de journaux, etc - qui retirent un intérêt, monétaire ou symbolique (la "distinction"), à la complexité de la langue. Il faut enfin compter avec les Français eux-mêmes, qui tiennent mordicus au maintien de cette règle difficile. Un comportement qui peut sembler paradoxal, tant elle leur crée des difficultés, mais qui s'explique. En raison du temps que nous passons à l'étudier, note Bernard Cerquiglini, ce fameux accord a été érigé au rang de symbole : celui du "bon français". Y renoncer serait donc perçu comme un abandon de la langue elle-même. Raison pour laquelle cette règle dépasse de très loin le seul univers de la grammaire et dit beaucoup de l'étrange relation qu'entretient notre pays avec son idiome national. 
(1) Un participe qui ne passe pas, par Bernard Cerquiglini, Points, collection "Le goût des mots" 
(2) Citation possiblement apocryphe, note Bernard Cerquiglini.
Le désaccord du participe passé
Partager cet article
Repost0
13 mai 2021 4 13 /05 /mai /2021 05:23

 

Bernadette Grange et Philippe Arnaud. Au pays des Onsen. Carnet de voyage au Kyushu. BGA Éditions, Tours 2021.

 

 

 

J’ai sous les yeux un ouvrage magnifique, un carnet de voyages de mes amis Bernadette et Philippe au Japon. Philippe s’est chargé des textes que sa compagne Bernadette a illustré de très jolies aquarelles.

 

Les auteurs sont liés à une famille japonaise depuis quarante ans, ce qui a rendu possible une approche lente, pour ne pas dire langoureuse, d’un monde tellement différent du nôtre.

 

Il y a mille chemins sensoriels, sensuels, pour s’introduire dans ce monde, l’un étant la nourriture. Comme l’écrit Philippe, « la langue n’est pas seulement l’organe de la communication, c’est aussi celle du goût, et apprendre à manger japonais, c’est aussi apprendre une autre langue japonaise. » Manger, c’est aussi boire, boire du vin qui évoque plus le jus de raisin sucré que le vin de chez nous. Un vin présenté dans des bouteilles d’un litre avec de grandes étiquettes très colorées, très décorées, avec des titres … en français !

 

Il fut un temps où, tremblements de terre obligent, les parois intérieures des maisons étaient souvent faites en papier. Nos visiteurs ont observé qu’avec une feuille de papier un Japonais peut représenter n’importe quoi : « votre chien se grattant l’oreille, Murat à cheval, sabre au clair, ou votre grand-mère assoupie sous le cerisier et qui a laissé tomber son tricot à côté de la chaise longue. »

 

L’eau est sûrement l’élément dominant au Japon. Les toilettes sont des lieux d’aisance parce qu’on y est à l’aise. Quant au rituel du bain, c’est une source de sensations toujours renouvelées : « [Dans les bains thermaux], les Japonais se savonnent interminablement, se rincent et se re-savonnent assis sur leurs petits bancs de bois. Puis ils passent au bain. Les Japonais y méditent, y bavardent, y rêvent, s’y assoupissent, y dorment peut-être. » Les jardins se contemplent et s’ouïssent grâce « au chant de l’eau qui, interminablement se déverse dans sa vasque en pierre, et qui déborde, déborde, déborde. » L’eau qui nourrit la terre fertilisée par les cendres volcaniques et qui éteint le feu de la lave.

 

Note de lecture 197
Partager cet article
Repost0
8 mai 2021 6 08 /05 /mai /2021 05:15

 

Ce qui suit peut, évidemment, laisser pantois. Cette lettre d'un étudiant (que je reprends sans corrections) a été reçue par une universitaire française. On peut penser qu'elle a été écrite de manière impulsive – quoique réchauffée – dans une dynamique de groupe, après quelques joints. Mais, après tout, on s'en fiche. Nous sommes en présence d'un texte ordurier, diffamatoire et rédigée dans un français indigne d'un étudiant de quatrième année dont le niveau est dans la moyenne par rapport à celui de ses congénères.

 

Vu le contexte économique, politique et, naturellement, sanitaire, cet étudiant, comme la quasi totalité des Français, est en souffrance. Et il trouve chez une enseignante qui fut pour lui bienveillante, qui l’aida à avancer dans cette période difficile, un exutoire à un échec dont il est largement responsable. Il se trompe d’ennemi.

 

Sa prose est incohérente, déstructurée, écrite sur un coin de table et « envoyée de son iPhone ». Ce qui est tellement moderne, n’est-ce pas ? Je ne suis pas certain que ce jeune homme aurait rédigé la même horreur si son enseignante avait été un enseignant.

 

 

Madame, 

 

Après près d’un an je réponds enfin à votre mail, qui aujourd’hui me surprend encore par sa bienveillance, et par le reflet de la condescendance dont vous faites preuve. 

 

Saviez vous que lorsque je ne me « donnais pas la peine » d’aller en cours, je travaillais. Mais oui vous le saviez, car nous en avions parlé en début d’année. Mais non vous me direz, c’est la parole d’un « prof » contre celle d’un étudiant. 

 

Oui, en étant étudiant, et sans revenus, et sans parents pour nous aider, nous devons travailler, parfois jour et nuit, afin de pouvoir se sustenter, se loger, ou avoir une simple connexion internet nous permettant d’avoir accès aux déversement de frustrations reçus par mail de la prof du corps universitaire par exemple. Le travail au smic, le terrain, la difficulté salariale, vous connaissez, du haut de votre tour de recherche? 

 

À la suite de votre mail, j’ai évidemment perdu mon stage. Stage pour lequel j’ai du démissionné de mes postes de vendeurs et barman (qui me permettaient de vivre, n’oublions pas qu’un étudiant master ne travaille pas 30h/semaine pour le plaisir.)

Et suite à cela.. le covid19. J’ai, à cause de vos déversement de frustrations et votre incompétence à faire preuve d’un minimum d’empathie pour vos élèves (toujours un comble pour un prof de psycho... non?)

 

A cause de vous madame, j’ai tout perdu, j’ai du abandonner travail pour un stage qui m’a été sucré à cause de votre réaction démesurément non-professionnelle, j’ai perdu une année de fac, j’ai perdu emplois, revenus, argent, puis appartement, santé, et à la limite de la dignité. 

 

Madame, je vous tiens donc personnellement responsable de la situation que j’ai vu ce pendant plus d’un an. J’ai été dans la rue, j’ai du faire des choses qu’une personne ne devrait pas faire pour devoir manger et avoir un toit sur la tete. Et ce pourquoi? A cause de ce « fameux » mail.

 

J’ai abandonné un rêve pour suivre initialement cette formation, et vous avez transformé cela en cauchemar.

 

Je vous apprendrai aussi, qu’insinuer à mon maître de stage, des choses fausses comme vous l avez certifié, s’appelle déjà la diffamation et cela s’appelle aussi discréditer. Ces deux actions étant pénalement et sévèrement punies

 

Ces échanges seront bien évidemment suivis à tous les syndicats étudiants qui se feront un plaisir de rétablir justice et d’assurer un environnement safe et sécurisant pour tout éleve. Ce mail suivra aussi l’administration du mirail, des médias comme la dépêche, et autre support se régalant de ce genre d’histoires, qui auraient plus le mérite de passer dans une presse people, que dans un campus universitaire, je l’entends.

 

A cause d’énergumènes comme vous, des milliers d’étudiants baissent les bras, tournent le dos à l’enseignement, s’immolent, se prostituent, se suicident et j’en passe, pour réussir à garder la tête hors de l’eau. 

 

Je m’assurerai personnellement que tout le monde soit au courant de ce que vous avez faits, au même titre que vous vous êtes assuré que mon avenir universitaire s’arrête à reception de vos mots pestilentiels. 

 

Vous avez ruiné ma vie, et le peu d’amour propre qu’il me restait, car encore après un an, je porte les cicatrices de vos actions. 

 

Je ne vous remercie pas, et espère sincèrement que vous paierez le prix de vos actes. 

 

Envoyé de mon iPhone

Souffrance et pétage de plombs
Partager cet article
Repost0